Une visite au musée de la
British Dental Association de Londres

A Londres dans le quartier de Marylebone, à proximité d’Oxford street, au siège de la British Dental Association sont installés deux centres fondamentaux pour l’histoire de la profession dentaire : La bibliothèque de la BDA et son musée, un des plus important de l’Art Dentaire.

C’est un musée intéressant par la richesse de ses collections et par sa présentation très didactique. Malgré un problème de place, habilement solutionné par la réalisation de deux niveaux, les collections sont bien mises en valeur avec de nombreuses explications.

Commençons la visite, à l’étage supérieur, par les vitrines des pélicans et élévateurs, collection remarquable et bien répertoriée.

(cliquer sur les vignettes pour les agrandir)

Vue générale des vitrines des instruments pour extractions.

 

Exceptionnels pélicans 16ème,17ème et 18ème.

 

Tiretoires 18ème et 19ème

Ensemble de clés dentaires. Rares clés à systèmes perfectionnés.

Quatre instruments pour extractions perpendiculaires (de haut en bas) :
- Clé à appuis latéraux de Robert Simpson 1799.
- Davier de Charpentier 1770.
- Extracteur d’Eugène d’Estanque 1861.
- Davier à blocage et levier, par Revell de Londres, fin 18ème.

Daviers 18ème Présentation de l’usage des instruments d’avulsions

Le musée possède un bel ensemble de coffrets dentaires du 19ème :

Operative case n°1 de S.S.White

Il s’agit d’un prestigieux coffret en palissandre avec plateau supérieur, tiroir frontal, et deux tiroirs latéraux à contre tiroirs. Au niveau supérieur ensemble d’objets à manche en nacre en cadré par quatre séries d’instruments à manche en cyproeccassis ruffa. Beaucoup d’instruments portent les marquages de H.Coy et S.S.White. Or nous savons qu’ Henry Coy a travaillé pour la firme de Philadelphie de 1861 à 1875, ce qui nous donne cette datation possible de ce coffret.

Détail des instruments à détartrer par H.Coy à manche en camée, cyproeccassis ruffa, coquillage de l’Océan Indien.

 

Autre modèle d’Operative Case. Instruments à manche d’ivoire. USA ca. 1870 Coffret dentaire assez complet, ca. 1875 Intéressante trousse avec un seul manche à instruments interchangeables. Ca. 1850

Abordons maintenant la collection assez unique de porte-foret et porte-fraise du musée :

Porte-foret de Harrington’s Erado ca .1865

Dans son coffret en ronce de noyer, une pièce maîtresse du musée : C’est un porte- foret à mouvement d’horlogerie. On distingue au milieu le boîtier rond gravé avec son ressort interne, devant la clé de remontage du système, des deux côtés les manches droit et contre angle porte-foret qui se vissent dans le trou du boîtier.

Quatre porte-foret mécaniques à vis d’Archimède Porte-fraise à joint de cardan. Instrument de Perkin à contre angle activé par une vis d’Archimède Porte-foret mécanique à manivelle
Porte-foret contre angulé avec son archet d’entraînement Porte-foret manuel avec tout son coffret de forets. En dessous le porte- foret à archet en fonction Ensemble de porte-fraise à différents systèmes qui nécessitent tous l’emploi des des deux mains (excepté le porte-foret de Hickleys 1860)
Porte-fraise à moteur électrique de Coxeter and sons, Londres ca.1890. Très fortement inspiré par le système de Nehmer de Berlin Moteur électrique pour entraînement de matériel dentaire par Cuttriss and Co. Leeds 1891 Différentes utilisations des moteurs dentaires : Porte- fraise, porte-disque, masseur gingival, porte-lime séparateur, mélangeur à amalgame
 
 
 

Une révolution dans la profession : l’arrivée de la turbine à air ca.1950

 

 

Magnifique panoplie de miroirs dentaires 1880. Dentiste travaillant en s’éclairant avec une boule d’eau, ou loupe de bis dentellière, au premier plan à gauche. Système focalisant un éclairage au gaz
Eclairage intra buccal électrique : 1895-1930 "Spectlite" identique au Photophore du Dr Helot ca. 1900

Examinons maintenant une vitrine bien complète sur les aurifications qui pendant plus d’un siècle furent incontestablement les meilleures obturations.

Vue d’ensemble de la vitrine avec feuilles d’or à préparer Une spatule pour plier, presser les feuilles d’or pour réaliser des petits cylindres d’or à condenser Lampe à recuire l’or pour le rendre plus facilement manipulable Appareil électrique pour recuire l’or des aurifications

Les aurifications exigeaient un long et fastidieux travail de condensation de l’or dans les cavités. De nombreux modèles de maillets à aurification furent inventés :

1 : Maillet simple
6, 12 : Maillets électromagnétiques de Bonwill, S.S.White 1880
3,7,15 : Maillets à percussion à monter sur tour dentaire
10,11 : Maillets à boule de percussion
8 : Maillet automatique de Snow
16 : Maillet automatique de Southwick

Une autre vitrine relative à l’anesthésie locale :

1905, manipulation de la procaïne à préparer avant injection Différents modèles de seringue à anesthésie dentaire. En haut les premières carpules d’anesthésique Une curieuse seringue dentaire à haute pression ca.1920

Anesthésie par
réfrigération au
chlorure d’éthyle

Appareil de
cataphorèse
ca. 1900

Cet appareil à électrophorèse, de construction artisanale, avec double rhéostat d’alimentation et de distribution, équipé d’un milliampèremètre de précision indispensable pour une bonne application : Procédé d’anesthésie électrique dentinaire associé à la diffusion locale de cocaïne, ou de désinfectants par ionisation.

L’orthopédie dento faciale n’est pas oubliée :

Les systèmes d’appareillages fixes par bagues et arcs Les forces extra orales et même les gants métalliques anti succion de pouce ! Différents moyens d’activation par vérins, écarteurs, bois d’hickory

 

La collection de William Dall

William Dall fut un des premiers à utiliser les reconstitutions en porcelaine. Il contribua au développement de nombreux systèmes prothétiques.

Reconstitutions céramiques ca. 1890

Modèle pédagogique de reconstitutions esthétiques

Fausse gencive céramique 1912

Modèle pédagogique : La technique des Inlays céramiques pré calibrés

La prothèse dentaire est aussi bien représentée au musée de la BDA :

Exceptionnelle prothèse en ivoire d’hippopotame en cours d’élaboration sur son modèle en plâtre par la technique d’élimination progressive de marques de poudre rouge déposée sur le modèle

Bouche complète de dents céramiques

Dents prothétiques noires, destinées aux consommateurs de noix de bétel ! Moules en platine pour cuisson de dents unitaires en céramique Prothèses dentaires complètes en Celluloïd, montées sur articulateur de Gysi
Vulcanisateur de Hayes pour prothèse dentaire en caoutchouc. USA ca.1860 Fours à céramique dentaire 1880-1920 Petit four électrique à céramique de Mitchell à résistance circulaire
 
 
 

Four dentaire de Marston et Parr ( Leicester)

 

Nous descendons maintenant d’un niveau pour visiter les équipements et cabinets dentaires.

Nous visitons tout d’abord la reconstitution du cabinet du célèbre dentiste britannique John Tomes en 1860.

Fauteuil de Betjemann ( Londres) à dossier basculant et élévation d’assise, flanqué d’un imposant crachoir à réserve Tabouret de travail asymétrique Petit meuble d’ajustage prothétique de cabinet

Meuble de
rangement avec sa lampe à huile,
modèle Quinquet,
équipée d’un bec d’Argand

Meuble,
table opératoire
d’Owen

 

Fauteuils dentaires rustiques Magnifique fauteuil d’Owen, 1859, par Betjemann et Cl.Ash à Londres. Ce fauteuil proviendrait de Buckingham Palace
Fauteuil d’Owen, type 2, chez Cl.Ash à Londres 1870. L’assise est levée à son maximum, la têtière est ajustable, la tête du patient était toujours à la bonne hauteur Fauteuil de Morisson, chez Cl. Ash à Londres, ca. 1872. Remarquable modèle tout en fonte
Utilisation du fauteuil de Morisson en 1907 à la Cambridge dental school.
Fauteuil de Morisson
ca. 1900
Fauteuil anglais
ca. 1920
Tour pour polissage de prothèses
ca. 1870

Porte cuvette
de crachoir
ca. 1865

Crachoir colonne
avec
réserve d’eau
et nettoyage
à pompe
ca. 1890

Pénétrons maintenant dans un cabinet dentaire des années 1895 :

Fauteuil de Wilkerson, avec crachoir type Butler au sol Tablette de Holmes, avec réflecteur de Telschow. Moteur électrique Columbia à potence de Ritter Crachoir fontaine de Weber. Tour dentaire à pédale de Morisson. Appareil d’anesthésie au protoxyde d’azote Meuble de rangement en noyer, modèle d’Archer n°10A de Ash

Continuons la visite par d’autres matériels de cabinet :

Compresseur d’air activé par courant hydraulique Appareils pour rayons ultra violet en bouche. Sur la gauche une enclume pour estampage de plaques de prothèses Tableau mural de distribution électrique et pneumatique. Ritter
ca. 1916
Générateur radio CDX ( Coolidge Dental Xrays unit) par Victor X Rays Co. USA 1923. Premier appareil dentaire sécurisé « shock proof »
Générateur Rayons X dentaire de Ritter 1925 (non sécurisé), avec son tube Coolidge de la General Electric Co Appareil d’anesthésie générale au protoxyde d’azote. A.C.Clark USA ca. 1890 Appareil pour narcose
ca. 1930

L’impressionnante collection de la British Dental Association compte plus de 15 000 objets ! Naturellement une faible partie est exposée et notre reportage a dû faire aussi une sélection. Une visite sur place donc s’impose, c’est une visite passionnante, la collection est très intéressante et la présentation instructive. Le musée de la British Dental Association est certainement un des musées incontournables de l’Histoire de l’Art Dentaire.

Reportage photographique de l’ASPAD avec l’aimable autorisation de la BDA.

L’ASPAD tient tout particulièrement à remercier la British Dental Association et notamment Mrs Roxanne Fea, conservatrice du musée, pour l’autorisation très exceptionnelle donnée à notre association pour cette publication sur notre site Internet.

Caricature française 1820

MODALITĖS PRATIQUES

Le musée se trouve au siège de la

British Dental Association
64 Wimpole Street
LONDON WIG 8YS
Underground: Bond street
Tel : 020 7563 4545
Fax : 020 7935 6492
Site Web : http://www.bda-dentistry.org.uk
Avec présentation du musée.

Le Musée est visitable du lundi au vendredi de 9 heures à 18 heures
On y est toujours très bien accueilli.
Un rendez vous est souhaitable.

Mrs Roxanne Fea , Head of museum services, en est la conservatrice.
Mrs Claire Sutton est son assistante.
Tel : 020 7563 4549
Email : r.fea@bda-dentistry.org.uk

Une documentation et des cartes postales sur le musée sont disponibles à la bibliothèque.

 
     

 

Le site Web de l'ASPAD est une réalisation du Service informatique de la BIU Santé (Bibliothèque Interuniversitaire de Santé, Paris)
Textes et images © 2011 ASPAD - Reproduction interdite sans autorisation.