Une collection de proth�ses dentaires en ivoire

L�ASPAD nous pr�sente un ensemble de pi�ces en ivoire de l�un de ses membres.

Le 18�me si�cle est dit � si�cle d�or de l�Art Dentaire �. C�est l��poque des r�els d�buts de la proth�se dentaire avec utilisation de l�ivoire comme mat�riau proth�tique. Mais c�est pendant tout le 19�me si�cle, notamment dans sa premi�re moiti�, que se vulgarise vraiment le travail de l�ivoire en proth�se dentaire. Tous les auteurs mentionnent l�utilisation de l�ivoire jusqu�� la diffusion de la vulcanite � partir des ann�es 1850.

L�ivoire d��l�phant, trop hydrophile, se d�grade tr�s rapidement au contact de la salive en se putr�fiant. Il n�est donc pas utilisable en bouche. C�est l�ivoire d�hippopotame pour sa qualit�, sa densit� et ses possibilit�s de volumes disponibles qui est le plus employ� avec parfois l�ivoire de morse. Le catalogue 1853 de Cl. Ash indique la fourniture de blocs d�ivoire d�hippopotame et de morse ainsi que de cachalot ( mais ce dernier sans le prix ).

Toutes les proth�ses de cette collection sont en ivoire d�hippopotame, certaines peuvent �tre en ivoire de morse car m�me les sp�cialistes ont de s�rieuses difficult�s pour les diff�rencier sur des pi�ces d�j� ex�cut�es. Il est quasiment impossible de dater les proth�ses sans des �l�ments compl�mentaires li�s aux pi�ces. La qualit� et les styles de facture sont trop personnalis�s. La grande majorit� sont du 19�me, quelques rares du 18�me.

(cliquer sur les vignettes pour les agrandir)

Canines et incisives d�hippopotames

D�fenses de morses

Catalogue
Ash 1853

L�ivoire sera employ� occasionnellement jusque vers 1914, t�moin cette publicit� de 1908

Au point de vue r�alisation la prise d�empreinte pour ces appareils se fait � la cire vierge ou au pl�tre. Apr�s r�alisation d�un mod�le en pl�tre on recouvre la surface avec une couche de vermillon. On pose la pi�ce d�grossie : On obtient alors des traces de vermillon qui indiquent les endroits devant �tre �chopp�s et progressivement la pi�ce est adapt�e sur le mod�le. On d�grossit la partie occlusale suivant les mesures prises et on proc�de aux premiers essayages. Lorsque l�articul� est r�gl� il reste � terminer la pi�ce au laboratoire. Une bonne finition et un excellent polissage � la ponce pil�e sur une bande de peau de buffle, ou plus tard au tour � polir, sont d�terminants pour la p�rennit� de la proth�se.

Technique d�ajustage proth�tique. Vitrine mus�e de la BDA � Londres. Blocs en taille. On remarque les traces de vermillon.

Complet en cours d��laboration.

Blocs sectoriels ant�rieurs avec conservation de la couche d��mail. Hippopotame.

Dents unitaires ivoire pour pivot ou plaque m�tal.

Proth�se partielle en ivoire, gencive teint�e.

Bases ivoire avec dents naturelles rapport�es.

Partiel en ivoire avec trous pour ligatures.

Partiel en ivoire avec perforations pour ligatures.

Proth�se ivoire pour maxillaire sup�rieur.

Exceptionnelle proth�se de contention � facettes.

Bloc ant�rieur probablement en ivoire de morse.

Proth�ses bases ivoire et dents naturelles.

Remarquons les trous pour ligatures et le rivetage des dents naturelles.

Remarquons les crochets de stabilisation en ivoire.

Belle proth�se en ivoire avec un remarquable souci de l�esth�tique. D�tails avec coins de bois pour r�tention de la proth�se sur les dents adjacentes.

Proth�se avec ses coins de bois adaptables.

R�tention dans l�espace interdentaire avec coins de bois.

Magnifique paire de complets ivoire d�hippopotame avec syst�me de ressorts de sustentation. Travail dieppois.

Complet � articul� serr�, trous pour fixation des ressorts.

Belle proth�se compl�te, traces de teinture gingivale � l��osine au niveau de l�emplacement des ressorts lat�raux.

Complet sup�rieur bien patin�! On remarquera au palais et au niveau ant�rieur l�attaque d�une stratification �burn�enne typique chez l�hippopotame et l�attaque carieuse dans les espaces interdentaires.

Complet mandibulaire finement travaill�.

Quelques pi�ces en ivoire du 19�me, provenant du cabinet de Mr. H�bert, dentiste � Rouen, ont �t� aussi r�cup�r�es. Ces pi�ces de remarquable qualit� d�ex�cution sont des mod�les de montre pour la client�le mais aussi surtout pour le proth�siste : De nombreux mod�les de diff�rentes tailles avec les emplacements pour les diff�rents syst�mes de sustentation � ressorts devaient servir pour les directives de r�alisations proth�tiques. Certaines sont de v�ritables �uvres d�art d�montrant la grande dext�rit� des sculpteurs de l��cole dieppoise.

Instrument en ivoire probablement destin� aux mesures en bouche, choix des mod�les, hauteur d�occlusion.

Travail dieppois. Notons la qualit� de sculpture, la pr�cision de l�articul�, les logettes occlusales pour recevoir des ressorts plats en Z, les emplacements pour les ressorts lat�raux.

Autre travail dieppois comme � mod�le de montre �. On aper�oit la couche d��mail de la dent d�hippopotame non d�grossie.

Proth�se compl�te du bas avec son emplacement de protection jugale du ressort de sustentation

Proth�se sup�rieure avec emplacements de deux molaires r�siduelles et coins de bois de r�tention.

Proth�ses partielles : on distingue nettement la trace de la limite d�une couche �burn�enne de l�ivoire d�hippopotame.

Partielles avec syst�mes de r�tention sur dents r�siduelles.

Complet sup�rieur.

 

Proth�se avec ses coins de bois de r�tention.

Deux palais, avec coins de bois, en ivoire d�hippopotame de la m�me bouche, probablement pour combler une communication bucco-nasale.

Exceptionnelle attelle de contention malheureusement accident�e.

Petite proth�se partielle avec son bras de stabilit� palatin.

Autre proth�se avec son palais partiel, perfor�
pour passage d�un fil de r�tention.

Belle proth�se partielle
du bloc ant�ro-sup�rieur
avec trace de coloration
r�siduelle de gencive rose.

Rares blocs mandibulaires post�rieur teint�s qui devaient �tre maintenus ensembles par une barre m�tallique linguale.

Probablement proth�ses
taill�es dans l��paisseur
de dents de bovins.

Tr�s exceptionnel travail proth�tique de d�monstration sur ivoire d��l�phant. La qualit� d�engr�nement de l�occlusion est tout simplement stup�fiante. Incontestablement une connaissance de la Gnathologie avant l�heure et une incroyable maitrise de l�art de la tabletterie.

Historiquement toutes ces proth�ses en ivoire sont la preuve incontestable du savoir-faire exceptionnel de nos pr�d�cesseurs. Avec relativement peu de moyens toute une technologie s�est d�velopp�e avec une remarquable qualit� d�ex�cution. On est vraiment en admiration en examinant certaines pi�ces. Ce sont vraiment, comme pour rappeler les premiers livres imprim�s, les incunables de la Proth�se Dentaire. 

Bibliographie

Une importante bibliographie existe sur le sujet. Nous nous limiterons � signaler une tr�s int�ressante communication peu connue :

Cohen.R.A.: Notes on the identification, description and dating of ivory dentures / Paper read before the sub-committee on Dental History of the Commission on Dental Research, Dublin, June 24,1960. Published in British Dental Journal 16th Oct. 1962.

 
     

 

Le site Web de l'ASPAD est une r�alisation du Service informatique de la BIU Sant� (Biblioth�que Interuniversitaire de Sant�, Paris)
Textes et images � 2011 ASPAD - Reproduction interdite sans autorisation.