Deux grands coffrets de dentisterie
par Claudius Ash (ca. 1870-1875)

Un collectionneur de l�ASPAD nous pr�sente deux grands coffrets de dentisterie par Claudius Ash de Londres.

Coffret portatif (ca. 1870)

Ce coffret est en acajou, muni d�une poign�e type valise de transport, avec instruments non nickel�s et manches en �b�ne. Il est tr�s bien organis� sur trois niveaux, extr�mement pratique pour le rangement. Il est destin� � un exercice tant en cabinet qu�itin�rant.

Ce coffret ne figure pas dans le catalogue de Ash 1865, mais figure sur le catalogue de 1887 et 1903 comme "Trousse portative n�5 de Ash". Les instruments trouv�s d�origine lors de l�acquisition n��tant pas nickel�s, notamment les daviers, ce coffret est datable autour de 1870. En effet � partir du catalogue de Ash 1875 les instruments de luxe devenaient nickel�s.

(cliquer sur les vignettes pour les agrandir)

Le coffret et ses trois niveaux.

Derri�re le rabat du couvercle, avec sa languette frapp�e Cl. Ash, se rangent des papiers et carnets � feuilles d�or pour aurification. Le plateau sup�rieur avec instruments � obturation, aurification, nettoyage.

D�tails d�instruments insculp�s C. Ash & Sons.

D�tails du plateau des daviers et �l�vateurs Daviers non nickel�s inscult�s C. Ash
Niveau inf�rieur � multiples rangements Petite pharmacie avec mortier et mercure pour amalgame
Instruments pour extraction Porte-empreintes, spatule � pl�tre Dents naturelles, ivoire d�hippopotame
M�dicaments flaconnage d��poque Mat�riel � digue Strips abrasifs et brosses � dents pour la vente

 

Coffret de cabinet (ca. 1875)

Le coffret de cabinet de Cl. Ash aux initiales de son propri�taire G.F.

Il s�agit d�un remarquable coffret en palissandre cercl� de laiton avec instruments nickel�s et manches en ivoire. Il existe sur le catalogue Ash 1865 une description d�taill�e de ce � dental case � mais avec des instruments non nickel�s. Sur le catalogue Ash 1875 les instruments de ce coffret sont nickel�s.

AU SUJET DU NICKELAGE : En 1841, Ruolz avait brevet� le d�p�t galvanique du nickel. Il semble que d�s 1842 Charri�re utilisa tr�s occasionnellement le proc�d� d��lectrod�position plus pour un usage d�coratif. L'United Nickel Company de New York d�posa des brevets en 1866, 1868 et 1869. C�est Isaac Adam de Boston qui fit passer le proc�d� du nickelage au stade industriel en 1869. L�industrie du nickelage fut introduite en France par Ladislas Gaiffe en 1872.

La premi�re mention de nickelage d�instruments se trouve dans une publicit� de la Buffalo Dental Company parue dans le Dental Advertiser de novembre 1870. La technique du nickelage va r�volutionner tout l�artisanat de l�instrumentation m�dicale. Elle permettait une protection anti-corrosion des m�taux et une excellente qualit� de finition � un moindre co�t. Le proc�d� eut du mal � s�imposer car au d�but l�adh�sion de la couche de nickel n��tait pas toujours parfaite, certains fabricants rest�rent fid�les aux aciers de qualit� uniquement polis. On trouva une r�ponse en ajoutant un d�p�t de cuivre sur les m�taux avant de les nickeler.

La Centenial Exhibition Philadelphia de 1876 marque incontestablement un tournant car tous les fabricants am�ricains y expos�rent que des instruments nickel�s. La d�couverte d�importante quantit� de nickel en Nouvelle Cal�donie en 1876, les d�buts d�une r�elle asepsie par vapeurs exigeant une absence de corrosion, le d�veloppement des techniques chirurgicales finirent tr�s rapidement � imposer le nickelage � une v�ritable industrie naissante de l�instrumentation m�dicale.

Etant donn� l�imparfaite qualit� du nickelage on peut retenir la p�riode de 1875 pour ce coffret. On retrouve ce �dental case� dans le catalogue Ash de 1887 et de Billard de 1895. Les dentistes commencent � disposer d�une instrumentation de plus en plus importante. Ce coffret luxueux servait au cabinet � la mise en valeur de l�instrumentation et du praticien, ainsi qu�au rangement. Naturellement il pouvait aussi servir pour des d�placements � domicile � une �poque ou l�exercice n��tait pas encore compl�tement s�dentaris�.

Inspir� des �dental cases� am�ricains de J.D. Chevalier et S.S. White, mais d�une taille l�g�rement r�duite, ce coffret se compose, en ouvrant le couvercle garni d�une glace, d�un plateau sup�rieur recouvrant un espace de rangement inf�rieur. Un grand tiroir frontal inf�rieur contient les daviers. De chaque c�t� lat�ralement un tiroir �quip� d�un contre tiroir pour la petite instrumentation.

Ce coffret compl�tement ouvert est d�une pr�sentation tr�s ergonomique et tr�s impressionnante avec les instruments manches ivoire brillants sur le fond bleu du velours de gainerie.

Probablement pour des probl�mes de prix, les instruments sont alors nickel�s, ils sont ainsi brillants imitant l��clat d�un acier de haute qualit� poli, avec des demi-manches ivoire rivet�s permettant plus facilement de la petite s�rie. On reste cependant dans une production de prestige.

Le plateau sup�rieur. Les douze instruments de gauche, destin�s aux aurifications, demandant une excellente prise en main sont plus longs que les douze instruments de droite destin�s aux d�tartrages.

Sous le plateau sup�rieur appara�t le niveau interm�diaire de rangement Le tiroir frontal est r�serv� � une impressionnante s�rie de daviers

Le tiroir lat�ral gauche contient, avec manches ivoire, une scie, une seringue � gencives, une pr�celle � aurification, un instrument � amalgame, une tr�pine, une pince � tenon. Le contre tiroir qui lui est int�gr� en fa�ade est garni d�une classique petite instrumentation.

Le tiroir lat�ral droite contient des instruments manches ivoire pour les nettoyages. Petite instrumentation dans le contre tiroir.

Des vues d�taill�es des instruments de ce coffret permettent d�en appr�cier la finition.

Rugines pour nettoyage Instruments pour aurification,
grands manches
Excavateur, petits manches Porte-fil, porte-scie
Tr�pine, doseur amalgame, pr�celle Miroir et bistouri nacre trois lames
Seringues � gencives et � coca�ne Instrument pour �valuer la longueur des pivots

Instruments � extraction du compartiment interm�diaire

Ces deux coffrets d�exercice ont sans doute beaucoup servi. Ils refl�tent cette p�riode de transition de la dentisterie avec un exercice pas encore tout � fait s�dentaris�. A partir des ann�es 1870 c�est l�apparition du tour � p�dale de Morrison avec des techniques de dentisterie rotative, des meubles de rangement, et surtout de l�asepsie. C�est alors la disparition du concept d�une instrumentation luxueuse avec des coffrets prestigieux.

 
     

 

Le site Web de l'ASPAD est une r�alisation du Service informatique de la BIU Sant� (Biblioth�que Interuniversitaire de Sant�, Paris)
Textes et images � 2011 ASPAD - Reproduction interdite sans autorisation.