Une collection de pélicans dentaires
 

(CLIQUEZ SUR LES IMAGES POUR LES AGRANDIR)

 

Un membre de l’ASPAD nous présente quelques pélicans pour extraction dentaire de sa collection.

Nous suivrons la classification du Dr Claude Rousseau, historien spécialiste de l’instrumentation dentaire : « D’après Jean Scultet, auteur du 17ème, cet instrument est appelé ainsi à cause de la ressemblance du crochet de l’instrument avec le bec du pélican. Sous le terme générique de pélican on trouve deux familles d’instruments d’extractions dont les vocations et les fonctions sont différentes :

  • Les pélicans type tiretoire.
  • Les pélicans classiques à branches à crochet non réglables ou adaptables.
LES PELICANS DE TYPE TIRETOIRE
 

« Ce type d’instrumentation d’extraction est destiné aux dents antérieures. L’avulsion est réalisée par un mouvement de rotation dans un plan vertical. C’est la plus ancienne famille de pélicans. La première référence de cet instrument apparaît dans l’œuvre de Guy de Chaulliac « chirurgia magna » en 1363. La similitude de cet instrument avec le tiretoire de tonnelier est rapportée par Fauchard. Cet outil était utilisé pour engager les cercles métalliques autour des tonneaux. Le tiretoire dentaire se compose d’un manche prolongé par une tige (appelée aussi arbre par certains couteliers) dont l’extrémité constitue l’appui et d’une branche à crochet. »

PELICANS TIRETOIRES A BRANCHES A CROCHET NON REGLABLES

Tiretoire fer forgé à arbre
mouluré, manche bois fruitier.
1ère moitié 18ème. Apparenté
au levier de Douglas
Tiretoire arbre acier, virole maillechort, poignée facettée
en ivoire par Charrière à Paris vers 1860/td>
 
Davier tiretoire à branches
amovibles acier poli
par Henry à Paris, ca.1825
Davier tiretoire, modèle de Laforgue,
acier poli par Blanc à Paris ca.1850
 

PELICANS TIRETOIRES A BRANCHES A CROCHET ADAPTABLES

Exceptionnel tiretoire par Lüer à Paris ca.1850.
Arbre acier poli fileté pour mécanisme de réglage à vis sans fin.
Virole en vermeil, embout acier bleui, manche agate calcédoine.
 

Tiretoire "Attractif d’Estanque"
modèle par
Mathieu à Paris 1862
Davier tiretoire complexe pour
extraction purement verticale.
Coffret complet avec ses sept
embouts complémentaires.

 
 
PELICANS CLASSIQUES
 

Continuons avec le Dr Claude Rousseau : « Le second groupe de pélicans classiques est destiné à l’extraction des dents postérieures. L’avulsion s’effectue par un mouvement de rotation parallèle au plan occlusal des dents. La première représentation de cet instrument apparaît dans l’édition vénitienne de l’ouvrage de Giovanni d’Arcoli de 1542. Elle est contestée par certains auteurs. Cet instrument se compose d’une tige droite (ou arbre) avec point d’appui de forme circulaire et d’une ou deux branches à crochet fixées sur la tige par un rivet. En 1545, le traité de Walter Ryff reproduit plusieurs modèles de pélicans à deux branches à crochet dotés d’un ou deux appuis »

PELICANS A BRANCHES A CROCHET NON REGLABLES

Exceptionnel pélican à deux branches fer forgé.
Corps bois fruitier sculpté. Début 17ème, peut être 16ème.
 
Exceptionnel pélican à deux branches fer forgé.
Corps bois fruitier sculpté. Début 17ème, peut être 16ème.
 
Pélican à une branche courbée fer forgé.
Manche en buis, milieu 17ème.
 
Remarquable pélican à une branche fer forgé insculpé d’une
 flèche. Manche en bois de sorbier tourné et mouluré.
Début 18ème .
 
Rare pélican avec son arbre en corne, appui garni de peau,
branche fer forgé.
Début 18ème.
 
Robuste pélican à branche simple interchangeable,
corps en buis facetté.
Fin 18ème.
 
Rare pélican en fer forgé décoré à deux branches incurvées
pour prises de doigts, une extrémité pouvant servir d’élévateur.
16ème ?
 
Beau pélican avec son arbre fer forgé ornementé à deux appuis
et à deux branches permettant quatre distances d’avulsions.
Début 18ème.
 
Remarquable pélican à double branche fer forgé,
arbre orné d’un gland de préhension.
17ème siècle.
 
Pélican en fer forgé, à deux branches arquées pour accés visuel facilité et positionnement des pouces. Très probablement 16ème siècle.
 
Pélican à deux branches d’une rare qualité d’acier.
ca.1800.
 
Pélican acier deux appuis, insculpé S,
une seule branche, fin 18ème.
 
 

PELICANS A BRANCHES A CROCHET ADAPTABLES PAR MECANISME DE VIS SANS FIN

« En 1719, le chirurgien allemand Heister, présente dans son précis de chirurgie un pélican muni d’un important perfectionnement : une mobilité de la branche à crochet le long de la tige est assurée par un mécanisme de vis sans fin actionné par le manche. »

Rare pélican type Heister en fer forgé
à une branche amovible, ca.1700.
 
Pélican de Bourdet, acier poli c. 1750. Pélican de type Heister, adaptable en faisant tourner un des appuis. Pélican illustré dans son livre.
 
Pélican type Heister, avec une seule branche, acier et poignée
d’activation en forme de poire et en ivoire. Début 17ème siècle.
 
Pélican fer forgé type Heister, virole laiton,
manche bois de gaïac tourné. Milieu 18ème.
 
Pélican magnifique pièce de coutellerie à motif très décoratif.
Type Heister à vis sans fin, manche ébène, ca.1730.
 
Pélican type Heister arbre en acier, virole argent gravée,
manche en ivoire. Insculpé Blanc à Paris, ca.1850.
 
Pélican de Carabelli par Purtcher à Vienne, ca.1840.
Remarquable travail de coutellerie type Heister à double
branches amovibles, corps en acier poli et ivoire.
 
Technique d’utilisation du tiretoire
 
 

UN EXCEPTIONNEL PELICAN A FONCTIONS MULTIPLES

Dans un coffret de dentisterie par Grangeret , à Paris vers 1805, nous trouvons un rare car très complet pélican à fonctions multiples. (Plus d’info /aspad/expo90.htm)

C’est un pélican de grande taille avec un manche ivoire en forme de poire, de type Heister avec de nombreux accessoires.

L’ensemble du pélican

 

Trois supports amovibles : deux supports d’appui convexes et articulés équipés de velours rouge, un support de tige d’élévateur.

Les trois supports
 

Huit branches amovibles à crochet : trois branches droites, trois autres branches droites articulables sur le champ, deux branches à décalage en baïonnette.

Trois branches
droites
Trois branches
articulables sur le champ
Branches en
baïonnettes
 

Le corps du pélican est gravé latéralement : « Grangeret coutelier de S.M. » et sur l’autre face « rue des Saints-Pères à Paris ». Sur une troisième face une « H  couronnée » d’une couronne à huit arceaux et une croix en son sommet, célèbre marquage des Grangeret. Naturellement on doit rapprocher cet instrument à deux autres pélicans très semblables réalisés par Grangeret à la même époque pour deux autres nécessaires bien répertoriés : celui dit de la Reine Hortense au musée de l’APHP à Paris, et celui dit de l’Empereur détenu dans une collection privée.

Marquage du pélican
 

Il est à souligner la taille importante de ces pélicans, plus que d’habitude, probablement pour obtenir une excellente prise en main et un bras de levier encore plus efficace et prompt. Ce pélican est d’une rare adaptabilité à la topographie anatomique de l’espace extractionnel. Cet instrument devait être d’une redoutable efficacité. Son exceptionnelle finition prouve une métallurgie et une mécanique complètement maitrisées.

DOCUMENTATION PHOTOGRAPHIQUE DE L’ASPAD.

 
 
     

 

Le site Web de l'ASPAD est une réalisation du Service informatique de la BIU Santé (Bibliothèque Interuniversitaire de Santé, Paris)
Textes et images © 2011 ASPAD - Reproduction interdite sans autorisation.