Porte-fraises et porte-forets dentaires manuels

(CLIQUEZ SUR LES IMAGES POUR LES AGRANDIR)

La trépanation dentaire, réalisation d’un trou dans une dent, existe depuis très longtemps. Resituons avec le Dr Claude Rousseau, l’historique de cette technique instrumentale : « Un des premiers documents historiques nous est fourni par Galien qui mentionne qu’Arcigène trépanait les dents à l’aide d’un foret vers l’an 100 après J.C. Ce principe est repris au XVème siècle par Giovanni d’Arcoli. La première représentation d’un porte-foret à archet n’apparaît qu’en 1573 dans le « Traité de chirurgie » du vénitien Della Croce. Il était utilisé par ce chirurgien et l’anatomiste Vésale pour forer les os de squelettes.»

« Au XVIIIème siècle, Fauchard mentionne et reproduit un foret à archet qu’il décrit avec minutie. Il limite néanmoins son usage à « percer les dents ou les pièces artificielles ». Le travail en bouche était uniquement réalisé avec des instruments à main ; c’est ainsi que l’alésage canalaire destiné à recevoir une dent à tenon était exécuté à l’aide de grattoirs de type équarrissoir. Fauchard, dans la deuxième édition de son ouvrage, préconise l’utilisation du porte-foret pour la trépanation et l’alésage canalaire des dents infectées, lorsque la finesse de la section d’un canal ne permet pas l’emploi de l’équarrissoir. »

« Jourdain, dans son ouvrage « Nouveaux éléments d’Odontologie » de 1756 décrit et reproduit un porte-équarrissoir à manivelle qui constitue le premier dispositif à angle droit. Un siècle plus tard, en 1828, Maury utilise la même technique de préparation canalaire que Fauchard ainsi que le foret à archet dont il semble peu se servir. Serre de Berlin introduit en 1803 une fraise à main, premier type de roulette par rotation digitale, qu’il active avec le pouce et l’index pour la trépanation des dents ayant provoqué un abcès. La même année Lautenschlager présente un porte-foret angle droit à manivelle, doté d’un mécanisme à engrenages multiplicateurs. »

«Au milieu du XIXème siècle, plusieurs types de porte-forets et porte-fraises à main mécaniques sont présentés à la profession. Ils ont l’inconvénient de nécessiter l’usage des deux mains. » Quelques pièces de cette époque nous sont présentées par un membre de l’ASPAD. De cette même collection nous verrons aussi quelques porte-limes et porte-scies qui furent très utilisés pour leur grande efficacité.

PORTE-FORETS ET PORTE-FRAISES MANUELS
Highslide JS Highslide JS
Porte-fraise à main. Tige acier poli tournée en balustre, manche ivoire facetté, ca.1850. Porte-foret acier, ivoire et maillechort par Charrière à Paris, ca.1850.
Highslide JS Highslide JS Highslide JS
Porte-fraise acier doré à cliquet et manche ivoire facetté contenant une réserve de fraises en acier bleui. Frappé Blanc à Paris, ca.1850. Porte-foret type vis d’Archimède par Blanc à manche ivoire mouluré avec son foret équarrissoir tourné en balustre, ca.1850.
Highslide JS Highslide JS Highslide JS Highslide JS

Porte-foret acier en partie bleui type vis d’Archimède, avec anneau de préhension, à tête d’engrenages orientable.
Manches ivoire, viroles maillechort, frappé Lüer, Paris ca.1850.

Highslide JS Highslide JS Highslide JS

Porte-fraise type vis d’Archimède, acier et maillechort, tête orientable. Manches ivoire dont celui d’entraînement dévissable avec réserve de fraises.

Highslide JS Highslide JS Highslide JS

Exceptionnel porte-foret par Lüer à Paris ca.1850. Certainement chef d’œuvre de coutellerie destiné aux concours des expositions internationales. Acier poli haute coutellerie, remarquable arbre d’entraînement vis d’Archimède à 12 hélices, manches agate sardoine rubanée, viroles en vermeil gravées.

Highslide JS Highslide JS Highslide JS
Highslide JS Highslide JS

Porte-fraise de Hickleys, insculpé Coxeter, Londres ca.1860. Bel instrument avec un ingénieux système d’entraînement à rappel ne demandant l’usage que d’une seule main : progrès considérable.

Highslide JS Highslide JS Highslide JS

Célèbre « Drill Stick » de John D.Chevalier à New York 1850. Porte-fraise avec arbre et mécanisme démultiplicateur acier poli, manches nacre, viroles vermeil. D’un concept novateur ce porte-foret à manivelle fut supporté par une publicité elle aussi novatrice. Il participa à l’excellente renommée de ce coutelier spécialisé dans l’instrumentation dentaire.

PORTE-SCIES ET PORTE-LIMES
Highslide JS Highslide JS Highslide JS

Trois porte-scies manches ivoire , 19ème

Highslide JS

Highslide JS Highslide JS
Porte-scie dentaire par Ash à Londres, ca.1840 Porte-scie buccal, 19ème Porte ruban abrasif à os de seiche. Manche ivoire, ca.1850
Highslide JS Highslide JS
Porte-scie corps acier, manche ivoire par Charrière, avec lames de rechange, ca.1850. Porte-scie et porte-fil dentaire, manches facettés, rainurés, par Cl.Ash , ca.1840.

Highslide JS

Highslide JS Highslide JS
Porte-lime avec manche en calcédoine chatoyante par Lüer à Paris ca.1850

DOCUMENTATION PHOTOGRAPHIQUE DE L’ASPAD

 
     

 

Le site Web de l'ASPAD est une réalisation du Service informatique de la BIU Santé (Bibliothèque Interuniversitaire de Santé, Paris)
Textes et images © 2011 ASPAD - Reproduction interdite sans autorisation.