Société d’Histoire de la Pharmacie : séance du 20/03

La séance de la Société d’histoire de la pharmacie se tiendra le mercredi 20 mars 2019, à 16h30 en salle des Actes de la Faculté de Pharmacie de Paris (4, avenue de l’Observatoire, 75006 Paris).

Sous la présidence du professeur Olivier Lafont, elle abordera le programme ci dessous:

Accueil  par le président.

Informations du secrétaire général. Continuer la lecture de « Société d’Histoire de la Pharmacie : séance du 20/03 »

Cotes dentaires indisponibles (11-29/3)

En raison d’une opération de dépoussiérage, un certain nombre d’ouvrages de chirurgie dentaire seront indisponibles du 11 au 29 mars 2019 inclus.

Il s’agit des cotes suivantes :

  • PE 1 à PE 178
  • PF 1 à PF 143
  • P 1 à P 517
  • 1/1 à 46/7
  • Archives EMC
  • C1/1 à C1/34 (Congrès dentaires)

Tous les autres ouvrages demeurent disponibles, notamment ceux en libre accès en salle Landouzy :

  • 10 dernières années des périodiques
  • 4 dernières années des thèses
  • Monographies

Nous vous prions de nous excuser pour la gêne occasionnée.

Accès modifiés au pôle Médecine (27-28/2 + 1-2/3)

Attention, l’accès au pôle Médecine de la BIU Santé sera modifié les 27 et 28 février et les 1er et 2 mars 2019.

Laccès à l’université se fera par le 85, boulevard Saint-Germain .

Si la porte est fermée, SONNEZ pour qu’on vous ouvre ! Sur l’interphone, choisissez « Accueil ».

85bsg

Les salles de lecture seront ouvertes comme à l’accoutumée, vous pourrez donc venir travailler au pôle Médecine. La bibliothèque sera ouverte normalement de 9h à 20h.

Nous vous prions de nous excuser pour la gêne occasionnée.

Une des plus anciennes pharmacopées d’Europe à la BIU Santé

Une acquisition exceptionnelle vient enrichir les collections patrimoniales du Pôle pharmacie de la BIU Santé : la Concordi[a]e pharmacopolarum Barcinonensium, ou « Pharmacopée de Barcelone », dans son édition de 1535, est l’une des plus anciennes pharmacopées imprimées d’Europe après celle de Florence publiée en 1499. Cette acquisition a été réalisée avec le soutien de CollEx-Persée, infrastructure de recherche chargée par le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche de favoriser l’accès aux chercheurs des gisements documentaires.

Le professeur Olivier Lafont, président de la Société d’histoire de la pharmacie, nous en dit plus sur cet ouvrage qui rejoindra très prochainement la bibliothèque numérique de la BIU Santé Medic@ :

Incipit, fol. 1r

« Seuls deux autres exemplaires de cette seconde édition de la pharmacopée de Barcelone sont répertoriés, encore n’y en avait-il aucun en France (on ne connaît qu’un seul exemplaire de la première édition de 1511). Le mot latin Concordia signifie : concorde, entente, harmonie. Il symbolise ici le fait que les apothicaires de Barcelone étaient tombés d’accord pour publier, en bonne entente avec les médecins de la ville, un formulaire destiné à servir de référence pour leur communauté. L’état matériel du livre est excellent, si ce n’est que la première page est absente et qu’un feuillet a été partiellement arraché. L’ouvrage relié en parchemin, totalement rédigé en latin et imprimé en caractères gothiques, se divise en plusieurs sections.

La première, la plus développée, ne comporte pas de titre, mais débute par un électuaire dont le nom « Electuarium de aromatibus », composé en caractères gras, en tient lieu. Elle traite à la fois des électuaires, des confections, des hières et des antidotes, tout en comportant accessoirement quelques poudres, une série de loochs, des sucres, quelques mellites, ainsi que des décoctions. La seconde partie est titrée : « De Syrupis », mais n’aborde pas exclusivement les sirops, puisqu’elle regroupe des formes apparentées, miels, mellites , oxymels et « oxisacchara » (ou oxycrat). Vient ensuite une très courte rubrique intitulée : « De collyris ». La section suivante, « De Trochiscis » est suivie de la partie intitulée « De pilulis » Cette association ne manque pas de logique, puisque trochisques et pilules sont des formes galéniques apparentées. Les médicaments externes ne se trouvent pas négligés, puisqu’une rubrique intitulée : « De Unguentis et Cerotis » regroupe onguents et cérats, et se trouve suivie d’une autre, « De Emplastris », qui aborde les emplâtres. La dernière thématique envisagée est celle des huiles médicinales, « De Oleis ». Le dernier feuillet se termine, en outre, par le colophon qui précise la date d’impression : 22 septembre MDXXXV. La table alphabétique des matières n’occupe pas moins de treize pages.

Colophon, fol. 90v

Les formules regroupées dans cette pharmacopée comportent généralement une mention du nom de leur auteur, avec parfois la précision de l’ouvrage dont elles sont tirées. L’auteur le plus souvent cité est incontestablement Mesue – ou plus exactement Pseudo Mesue. Le nom de Nicolas (en principe de Salerne) se trouve également très souvent cité, Platearius, l’auteur du Liber Iste et du Circa Instans, est peu mentionné, alors que Rhazès, comme Avicenne, font l’objet de plusieurs citations. Parmi les auteurs plus récents, se distinguent « Gilabertus Anglicus », Gilbert l’Anglais, auteur au XIIIe siècle d’un Compendium Medicinae, ou le célèbre Arnauld de Villeneuve désigné par son seul prénom « secundum Arnaldum », ou encore Guy de Chauliac qu’évoque la mention « secundum Guidonem ». Petrus Hispanus plus connu sous son nom de Pape Jean XXI est également cité.

Pierre de Argileta, Barthélémy de Montagnana, auteur d’un ouvrage intitulé : « Concilia Medica » en 1475, Pierre d’Abano, auteur du Conciliator en 1310 et quelques médecins locaux font l’objet de rares, voire uniques, citations.

On rencontre également des mentions faisant allusion non à un auteur particulier, mais à un usage répandu, comme : « secundum usum » ou à une pratique nouvellement apparue : « secundum usum modernorum », ou encore la formule plus personnelle : « ex inventione nostra ».

Lettrine historiée représentant la Résurrection, fol. 1r

L’ouvrage ne comporte pas d’illustration mais la page qui ouvre le texte présente un encadrement de bordures constituées d’une succession d’anges sur trois côtés et d’un décor Renaissance avec des sphinges sur l’autre. Une lettrine de grande taille mêle plusieurs étapes de la Résurrection. Cette scène évangélique s’avère bien adaptée à un électuaire d’aromates, en raison de la présence de Marie-Madeleine portant son pot. Dans la suite du texte, des lettrines plus petites et plus modestement ornées viennent égayer l’impression.

L’ensemble de cette pharmacopée n’est pas sans évoquer, par le fond comme par la forme, le Nuovo Receptario publié en 1498, lui-aussi imprimé en caractères gothiques, à Florence. »

Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin

Mise en ligne le 4 mars 2015, en libre accès, la Correspondance de Guy Patin, éditée, commentée et indexée par Loïc Capron, a permis aux chercheurs et aux curieux de découvrir un trésor d’informations sur le XVIIe siècle : médecine en tout premier, puisque c’était le métier de Patin ; mais aussi politique, vie quotidienne, librairie, religion, histoire, etc., puisqu’il ne mettait aucune borne à sa curiosité.

Guy Patin, natif de Beauvaisis, docteur en médecine de Paris. En sa 30e année d’âge. (1631-1632)

Désireux d’aller jusqu’au bout de notre projet initial et encouragés par le bon accueil des internautes, nous proposons aujourd’hui la Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin qui s’est construite et étoffée au fil des quatre dernières années. Parmi les dernières nouveautés :

– 504 lettres latines qui forment les échanges connus de Patin avec 75 de ses correspondants européens ;

– 21 consultations manuscrites et 11 observations médicales imprimées que Patin a consignées ;

– son Traité de la Conservation de santé, publié en 1632 ;

– les Commentaires de la Faculté de médecine de Paris qu’il a rédigés durant son décanat (1650-1652), précieux manuscrit académique que voici exhumé des archives. Tout le latin a été fidèlement transcrit, puis traduit en français.

Guy Patin, docteur régent et doyen de la Faculté de médecine de Paris, professeur au Collège royal de France (1670)

Comparée à la précédente édition, celle qui paraît aujourd’hui s’est enrichie de 546 lettres, 152 annexes et autres écrits, 7 385 notes et 15 789 entrées d’index.

Toutes ces additions suivent les règles rédactionnelles adoptées pour la première parution de 2015 et s’intègrent naturellement à elle, dans une volonté de croissance parfaitement harmonieuse : textes, commentaires et index forment un seul et même corpus, où tout a été mis en œuvre pour faciliter la navigation, les recherches et les découvertes, avec le souci constant d’expliquer minutieusement le contenu des textes et les références qu’ils citent à profusion, et d’améliorer l’exactitude des informations fournies.

Merci pour la visite que vous rendrez à ce monument d’histoire médicale et littéraire que nous a légué Guy Patin, ce sidérant Diafoirus dont la talentueuse plume excuse heureusement la cécité scientifique. Merci aussi pour tous les commentaires dont vous voudrez bien continuer à nous faire part.

 

Loïc Capron et l’équipe éditoriale de la Bibliothèque interuniversitaire de santé.

Contacts : guido.patin@gmail.com

Accéder à la Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin

Un projet mené par la BIU Santé dans le cadre de ses missions nationales CollEx.

Aidons CISMeF, LiSSa et HeTOP

À la BIU Santé, nous utilisons quotidiennement les outils mis en place par le CHU de Rouen et les présentons en formation. Ils constituent un point d’accès indispensable aux ressources francophones en santé qui ne sont pas signalées dans les bases de données anglo-saxonnes. Ils permettent également de préparer une recherche en anglais à partir d’un sujet de recherche énoncé en français.

D’utilité publique, les bases CISMeF, LiSSa et HeTOP voient aujourd’hui leur pérennité remise en cause. Nous reproduisons ci-dessous le texte publié par le docteur Stéfan Darmoni, directeur scientifique du projet :

«Pour assurer un financement complémentaire des outils du Département d’Informatique et d’Information Médicales (D2IM), nous devons diversifier nos flux de financement et faire appel à la générosité de nos utilisateurs.

Nous sommes déterminés à conserver un accès en libre service à nos outils (CISMeFLiSSaHeTOP). Malheureusement, il n’est pas gratuit de les produire, tant en termes de contenant (les ingénieurs) que de contenu (les documentalistes), sans oublier le matériel informatique.

Pour nous soutenir, vous pouvez faire un don à la Fondation Charles Nicolle –  Normandie, reconnue d’utilité publique, qui nous permettra d’améliorer l’infrastructure matérielle pour continuer à vous proposer une information de qualité, la moins biaisée possible.»

Merci d’avance de votre générosité.

Pour soutenir CISMeF, LiSSa, HeTOP, cliquez ici.

Cette incertitude vient s’ajouter à la liste des outils gratuits qui disparaissent les uns après les autres faute de financement :

2011- fermeture de la base de données CTNERHI (handicap)

2013- fermeture de la base de données FNG (gérontologie)

2018- fermeture de Nosobase (infections nosocomiales)

2019- fermeture de la base documentaire BDSP (Santé Publique)

Cette situation est paradoxale à l’heure où les chercheurs sont incités à publier toujours plus : la recherche scientifique ne peut se passer de ressources ni de collections.

Enquête sur les pratiques de publication scientifique et d’Open Access

Le consortium Couperin lance une enquête auprès des chercheurs et enseignants-chercheurs des établissements de l’ESR membres de Couperin, sur leurs pratiques de publication scientifique et d’Open Access.

Accès à l’enquête

Cette enquête est menée dans le cadre du Plan national pour la science ouverte annoncé en juillet 2018, qui vise à généraliser l’accès ouvert aux publications et aux données issues des recherches financées sur fonds publics. Le plan français s’inscrit dans une dynamique européenne, avec le lancement en septembre 2018 du Plan S, porté notamment par Science Europe, et qui vise également à rendre disponibles en libre accès les publications des chercheurs dès 2020. Cette évolution a un impact direct sur le monde de l’édition scientifique et les critères d’évaluation.

Anonyme, l’enquête comprend quatre parties :
-A. la pratique dans les publications académiques,
-B. l’expérience des archives ouvertes,
-C. l’expérience des preprints,
-D. la perception des critères d’évaluation.

L’enquête sera clôturée le 8 mars 2019 et les résultats feront l’objet d’un rapport qui sera mis en ligne sur le site de Couperin.org, le site Open Access France, et sur celui d’Ouvrir la science du Comité de la Science Ouverte, chargé de la mise en œuvre du «Plan national pour la science ouverte».

L’enquête prend moins de 15 minutes, n’hésitez pas à faire circuler cette annonce à vos collègues.

Merci d’avance pour votre participation.

Accès modifiés au pôle Médecine (7-8 et 11/2)

Attention, l’accès au pôle Médecine de la BIU Santé sera modifié les 7, 8 et 11 février 2019.

Laccès à l’université se fera par le 85, boulevard Saint-Germain.

Si la porte est fermée, SONNEZ pour qu’on vous ouvre ! Sur l’interphone, choisissez « Accueil ».

85bsg

Les salles de lecture seront ouvertes comme à l’accoutumée, vous pourrez donc venir travailler au pôle Médecine. La bibliothèque sera ouverte normalement de 9h à 20h.

Nous vous prions de nous excuser pour la gêne occasionnée.

Nouvel an chinois au pôle Pharmacie

Pour célébrer le Nouvel an chinois, le pôle pharmacie de la BIU Santé vous propose, du lundi 4 février au lundi 8 avril, une sélection d’ouvrages relatifs à la Chine.

Les ouvrages les plus récents sont consultables et empruntables aux horaires d’ouverture de la bibliothèque. Les documents issus de nos collections patrimoniales accompagnent cette présentation.

Dans la vitrine, vous trouverez un herbier de plantes médicinales chinoises paru en 1781, consultable dans Medic@ et dont les planches sont visibles dans la Banque d’images et de portraits ; Les oiseaux de la Chine, un ouvrage contenant de très belles planches dessinées et coloriées au pinceau ainsi que le « De Monstris » chinois et les bestiaires occidentaux, un article de Fernand de Mély publié dans la Revue archéologique en 1897.

Publicité « Bleu de Chine ». Dans La parfumerie française, 1927

La sélection d’ouvrages contemporains couvre différents domaines : botanique, cosmétologie, pharmacopée, médecine…Nous en profitons par ailleurs pour mettre en avant les thèses d’exercice réalisées par les étudiants de la Faculté.

Dufour, Philippe Sylvestre. Traitez nouveaux & curieux du café, du thé et du chocolate, Lyon, 1685

Typhanie Martin

Nouvel an chinois au pôle pharmacie
Debut: 02/04/2019
Fin: 04/08/2019
4 avenue de l'Observatoire
Paris
75006

 

 

 

Mettez de la couleur dans nos collections !

Du 4 au 8 février 2019, la BIU Santé est heureuse de participer pour la troisième année consécutive à l’opération #ColorOurCollections (en français : coloriez nos collections).

Elle est organisée tous les ans par la New York Academy of Medicine.

Des institutions culturelles du monde entier (bibliothèques, musées, archives…) s’associent pour proposer des planches à colorier réalisées à partir de leurs collections. De quoi vous occuper pendant ces longues journées d’hiver.

captureLes seize illustrations proposées par la BIU Santé sont téléchargeables en format PDF. Retrouvez-les également sur nos comptes Pinterest et Facebook. Elles sont issues des fonds historiques des pôles Médecine et Pharmacie – la plupart peuvent se retrouver dans Medic@, notre bibliothèque numérique (quatre millions de pages en libre accès).

Cette année, le thème « les animaux fantastiques » a été retenu par la BIU Santé.

À vous de les imprimer et de les colorier suivant votre inspiration. Et partagez avec nous vos plus belles créations (sur les réseaux ou par mail : blog@biusante.parisdescartes), nous les publierons !

Poisson nommé Uletif, espece de Licorne de mer. PARÉ, Ambroise. Discours… de la mumie, de la licorne, des venins et de la peste. Paris : Gabriel Buon, 1582

Voici à gauche, un extrait de ce nouvel album, issu d’un ouvrage d’Ambroise Paré. Espérons que cela éveillera votre âme d’artiste.