d'un aspect imposant, qui traverse la rivière et domine le pays voisin. Les bords du Gard sont limités par de beaux rochers, d'un aspect très pittoresque. Il y a trois rangées d'arcades superposées. 6 en bas, 11 au milieu et 32 en haut, au dessous de l'aqueduc qui est fort rétréci par les incrustations calcaires qui tapissent ses parois. Les grandes arcades du milieu ont 27 pas de largeur. Sur presque toutes les parties du pont sont sculptés ou plutôt gravés des fers à cheval de toutes les dimensions. Les pierres qui couvrent l'aqueduc sont couvertes de ces figures. Le pont offre une légère arcade convexe du côté du courant. (1) Nous arrivons à Nîmes à 7 [heures] ½. Logés à l'hôtel du Luxembourg (Bon). (Cher)

Nîmes

25 avril. Mardi. En allant aux bains de César, nous voyons en passant la porte de César qui n'offre rien de remarquable. Bains d'Auguste César. Situés dans le haut de la ville. La fontaine qui les alimente est située dans un grand bassin entouré de balustrade et auquel on descend par des escaliers. Elle a beaucoup de ressemblance pour ses eaux et ses crues (qui sont en rapport avec la pluie qui est tombée dans les montagnes) avec la fontaine de Vaucluse. On lui a trouvé une quarantaine de pieds de profondeur. Sa direction est oblique. La source passe dans les bains par un aqueduc voûté qui est en grande partie de construction Romaine. Les bains ont été reconstruits sous Louis XIV et Louis XV, d'après ce qui en restait. Les bains forment une grande cour carrée au milieu de laquelle s'élève un tertre de même forme, entouré de muraille et de balustrade surmontée d'un groupe en pierre. Sous les voûtes qui sont soutenues par de petites colonnes

(1) Cette convexité légère qui est bâtie en courbe, n'a pas été imitée dans le pont qu'on lui a accolé, et qu'on a coudé légèrement au milieu. Cette courbure empêche de voir le jour d'un bout à l'autre de l'aqueduc. La plupart des pierres du pont sont d'un calcaire coquillier.