1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20

Les champs de l�odontologie de Pierre Fauchard

Rem�dier aux maladies des Gencives

Pierre Fauchard aborde ensuite les maladies parodontales : Ceux qui n�ont les dents que m�diocrement �branl�es ou mal affermies dans leurs alv�oles, & dont les gencives sont molles, livides, bouffies, ou gonfl�es, prolong�es & sujettes � saigner ais�ment, etc.

Concernant l��tiologie de ces maladies, Pierre Fauchard, ignorant les facteurs microbiens, applique � la plupart de ces manifestations la th�orie hippocratico-gal�nique des humeurs. Ainsi � propos du gonflement des gencives, caus� par l�infiltration de quelques humeurs h�t�rog�nes [...] Cette maladie est une de celles qui affligent le plus souvent les gencives. Nous la nommerons excroissance.

Mais Pierre Fauchard, en excellent clinicien observe finalement que la cause la plus ordinaire de cette maladie est le tartre qui s�accumule autour des dents, & s�insinue entre elles & la gencive. C�est � lui que l�on doit une approche de la description de la maladie parodontale, au point de lui avoir attribu� le nom de maladie �ponyme. Ce qu�il d�crit comme une esp�ce de scorbut [...] qui, sans int�resser les autres parties du corps, attaque les gencives, les alv�oles et les dents. [...] On la reconna�t par un pus assez blanc & un peu gluant, que l�on fait sortir des gencives, en appuyant le doigt un peu fortement [...].

 
Page de titre Jean-Baptiste Verduc ( ?), Les op�rations de la chirurgie
Avec une pathologie dans laquelle on explique toutes les maladies externes du Corps humain & leurs rem�des, selon les principes de la physique moderne, Paris, Laurent d�Houry, 1693 (BIU Sant� 30980)

Jean-Baptiste Verduc
( ?), Les op�rations de la chirurgie

Le scorbut

Le mal scorbutique bien connu d�s le XVIe si�cle sera attribu� jusqu�au XVIIIe si�cle � un trouble humoral. Entit� aux limites impr�cises, le scorbut pouvait �tre end�mique ou constitutionnelle. Aux manifestations buccales pathognomoniques s�associaient une grande lassitude, de la d�pression psychique, un �d�me, puis des ulc�res aux membres inf�rieurs, des t�ches sur tout le corps, une forte fi�vre, des douleurs avec gonflement des articulations.

Jean Fernel : "Les gencives s�enflent & croissent quelquefois d�mesur�ment, en sorte que les dents en sont presque toutes couvertes : ce qui arrive principalement � ceux qui les ont molles & spongieuses & � ceux qui demeurent dans les milieux aquatiques & humides, comme sont les Mariniers" (La pathologie ou discours des maladies, 1655).

Jean-Baptiste Verduc : "Les dents sont le plus souvent noires et branlantes & m�me elles tombent quelquefois par morceaux ; elles font beaucoup de douleur. Les gencives sont d�abord enfl�es & jaun�tres [...], il en sort un sang serreux qui sent tr�s mauvais" (Les op�rations de la chirurgie, 1693).

Pierre Fauchard : Les accidents que le scorbut occasionne aux gencives, sont des enflures consid�rables, la lividit�, la couleur jaun�tre, la d�mangeaison importune & insupportable, des ulc�res sordides, la sortie d�un sang s�reux & tr�s puant [...] des h�morragies parfois consid�rables, enfin la gangr�ne [...] Ce mal cruel �branle les dents, les d�racine, les rend chancelantes [...] elles sont en danger de se d�fendre totalement.