Biographies

Recherche d'un nom

Entrez les caractéristiques
de la personne recherchée

Le catalogue des biographies
de la BIU Santé est géré par
Jean-François Vincent.
Merci de nous signaler rapidement
toute erreur ou omission.

Retour

LATREMOLIERE (Jacques)

Naissance 23/07/1918 - Moulins Décès 02/09/1991 - Cahors
Electroradiologiste puis gastro-entérologue à Rodez puis à Figeac.
Croix de guerre 1939-1940.
Fait partie, en France, des praticiens à avoir utilisé en nombre les électrochocs, comme en témoigne le titre de sa thèse "Accidents et incidents observés au cours de 1200 électrochocs" soutenue en 1944 à Toulouse. Il mit en œuvre cette nouvelle thérapie (elle ne commença à être utilisée dans notre pays qu’à partir de 1940) en tant qu’interne, à l’hôpital psychiatrique de Rodez (Aveyron) à partir de juin 1942.
Adjoint du Dr Gaston Ferdière, médecin-directeur de l’hôpital, Jacques Latrémolière doit surtout sa renommée d’avoir été chargé par son patron et sous son contrôle d’administrer, entre le 20 juin 1943 et le 24 janvier 1945, en tout (le plus vraisemblable) ou en partie, les 58 électrochocs que reçut Antonin Artaud à l’hôpital psychiatrique de Rodez (il sera facile au lecteur de la thèse de trouver l’observation concernant Antonin Artaud). En effet, le nom de Jacques Latrémolière figure dans la plupart des ouvrages sur Antonin Artaud (lequel, dans sa pratique épistolaire importante à Rodez à partir de février 1943, lui envoya huit lettres recensées, publiées in extenso dans certains desdits ouvrages).
Par ailleurs, Jacques Latrémolière écrivit un long article, « J’ai parlé de Dieu avec Antonin Artaud » publié dans le numéro 61 de La Tour de feu, avril 1961 (pp. 10-31). Signalons aussi qu’il accorda plusieurs entretiens, repris dans différents ouvrages, et interviewa la sœur d’Antonin Artaud, Mme Marie-Ange Malausséna, alors présente à Rodez pour la remise du prix de poésie Antonin Artaud à Rodez, le week-end de Pentecôte de 1973 ; l’interview fut réalisée dans le jardin public non loin de l’ancien hôpital psychiatrique (devenu à cette époque un lycée), le dimanche 10 juin, « après la séance du matin » (source : tapuscrit inédit de Jacques Latrémolière, 1985).
Jacques Latrémolière quitta l’hôpital de Rodez en 1947 pour celui de Figeac (Lot), en tant que radiologue, avant de terminer sa carrière comme gastro-entérologue dans une clinique privée du même lieu. Alors en retraite, il écrivit en 1985 un livre, resté inédit, sur son célèbre patient, un texte qui reprend notamment la plupart des articles et entretiens publiés par ailleurs.
Notice rédigée par Patrick Pognant (enseignant-chercheur à l’Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité) avec l’aide d’Olivier et Tristan Latrémolière (fils et petit-fils de Jacques).
Sept. 2011.


Références bibliographiques

-