Base biographique

Recherche d'une personne

Nom Entrez des mots ou débuts de mots. L'ordre est indifférent, de même que les caractères accentués ou non. Tous les termes sont tronqués implicitement.
Dates Choisissez l'année exacte, ou des intervalles (1750...1760 = entre 1750 et 1760), ou combinez les deux pour trouver les personnes ayant vécu telle année : année de naissance <1750 et année de décès >1750 donne toutes les personnes vivantes en 1750.

Consultez aussi

"Où trouver le dossier administratif d'un professeur ou d'un étudiant ?".

Contact

La base biographique est gérée par Jean-François Vincent.

Merci de nous signaler rapidement toute erreur ou omission.

Présentation de la base

Présentation de la Base biographique

En quelques mots

Les enregistrements contenus dans cette base peuvent concerner toute personne ayant contribué à l’histoire de la santé, de tous les lieux, de toutes les époques.

On y trouve particulièrement :

  1. des médecins
  2. des pharmaciens
  3. des dentistes
  4. des étudiants dans l’une de ces disciplines
  5. des paramédicaux ou les membres de professions qui leur correspondaient à une époque antérieure : barbiers, matrones...
  6. des savants dont l'activité a un rapport avec la santé
  7. toute personne dont l'œuvre ou l'activité ont été significativement en rapport avec la santé
  8. des patients, des personnages célèbres ayant fait l'objet d'une étude bio-pathologique

La base biographiques contient 50978 enregistrements.

Plus en détail

Typologie des informations contenues dans la Base biographique

La Base biographique permet de chercher des informations de différents types :

  • des informations en texte intégral. Certaines proviennent de répertoires biographiques intégrés à la base de données ; d’autres sont la transcription de sources d’archive.
  • des liens hypertextes qui conduisent à des informations en texte intégral. Un travail systématique est entrepris pour signaler dans la Base biographique les ressources qui sont numérisées dans la bibliothèque numérique Medic@ : articles de revues, articles de dictionnaires, « titres et travaux scientifiques », ouvrages biographiques… Des données en ligne sur Internet provenant d’autres sites sont également signalées.
  • des références bibliographiques, dont la quasi-totalité sont accessibles dans les collections de la bibliothèque (vous pouvez les consulter dans les salles de lecture, ou commander des reproductions à distance auprès du service de fourniture de documents de la bibliothèque).
  • des informations ponctuelles diverses : présence d’un portrait dans la Banque d’images et de portraits, appartenance de la personne à l’Académie de médecine, par exemple.

En outre, toute information de la Base biographique appartient à un « lot de sources », documenté ; cela permet aux usagers comme aux bibliothécaires de savoir quels dépouillements ont été effectués, et quelle est la source des informations qu’ils consultent.

Dans l’avenir, les informations contenues dans la vedette seront également sourcées : un indicateur signalera quelle est la source biographique qui a fourni le ou les noms de la personne, ses dates de naissance et de mort, etc.

Histoire de la Base biographique

L’origine de la Base biographique est un fichier entretenu par la bibliothèque au fil des décennies depuis une date inconnue du début du XXe siècle. On trouvait dans ce fichier :

  • des informations de base sur les personnes (nom, dates et lieux de naissance et de mort)
  • parfois quelques éléments biographiques sommaires
  • des références bibliographiques, qui renvoient à des documents de la colleciton de la bibliothèque et qui permettent de se documenter sur la personne.

Ce répertoire sur fiches a pris une assez grande extension, et il est devenu un outil très utile pour exploiter la collection.

Au début du XXIe siècle, les fiches ont été rétroconverties sous une forme informatique très simple, qui a permis leur diffusion sur Internet. Le dépouillement des nouvelles acquisitions de livres, ainsi que des articles de périodiques de nature biographique a été continué.

Mais la base ainsi constituée s’est également enrichie de très nombreuses informations nouvelles :

  • grâce à la coopération de l’Académie de médecine, elle a signalé les membres de l’Académie, ainsi que les dossiers biographiques présents à l’Académie
  • elle a été connectée à la Banque d’images et de portraits de la bibliothèque
  • elle a intégré la retranscription intégrale des fiches du « Fichier Laborde » (Ms 5503)
  • elle a intégré le dépouillement de dossiers d’étudiants en médecine effectué aux Archives nationales par Pierre Moulinier
  • des dépouillements systématiques ont été entrepris : données issues de la numérisation, mais aussi dépouillements de dictionnaires ou d’autres ressources qui ne se trouvent pas en ligne et peuvent être essentiels pour la recherche.
  • etc.

Ces enrichissements progressifs ont rendu la Base de plus en plus complexe et peu maniable pour les professionnels qui s’en chargeaient. Le dispositif avait par ailleurs plusieurs limitations techniques : une très faible visibilité extérieure (les moteurs de recherche n’avaient pas accès aux données) ; des données peu structurées, qui rendaient très difficile de fournir aux usagers des informations compréhensibles sur les sources dépouillées, et qui ne permettaient pas de connaître la source des informations de base ; l’impossibilité de connecter ces informations biographiques avec les « données d’autorité » utilisées dans le monde de la documentation.

Pour pouvoir poursuivre son enrichissement et la rendre plus adaptée aux nouvelles ressources documentaires, elle a été entièrement refondue entre 2015 et 2018. La version bêta de cette nouvelle Base biographique a été mise en ligne en mai 2018.

Nous espérons pouvoir poursuivre son évolution dans l’avenir, notamment en permettant sa connexion à d’autres ressources grâce à des identifiants normalisés.

Retour à l'accueil

Gall, Franz Joseph

Naissance 09/03/1758 à Tiefenbronn (Allemagne)
Décès 22/08/1828 à Montrouge

Autres noms

variante Gall, François Joseph

Données biographiques dans Medic@

Portraits

Répertoires ou dépouillements d'archives biographiques

J.-M. Mouthon. Un répertoire biographique des médecins de langue allemande à Paris au XIXe siècle

Médecin, (1758-1828), Gall est né le 09 Mars 1758 à Tiefenbronn, près de Karlsruhe (Baden-Wüttemberg). De 1777 à 1778, il fit ses etudes de médecine à Strasbourg, puis il les poursuivit à Vienne avec Stoll. En 1785, il soutint sa thèse de doctorat sur "Des régions spécifiques comme organes de forces psychologiques congénitales". Il ouvrit alors un cabinet à Vienne, grâce auquel il finança sa recherche personnelle. Il fit part de ses observations cliniques selon les idées reçues de Stoll et développa son enseignement sur le crâne et ses organes.

En 1791, il publia "les Recherches philosophiques et médicales sur la nature et l'art dans l'état pathologique ou sain de l'être humain". Il détecta ainsi vingt sept localisations cérébrales correspondant aux voussures du cerveau, d'où la fameuse "bosse des maths". En 1796,à l'hôpital général de Vienne (y compris le Service de Psychiatrie) il observa les maladies psychiques, localisées, selon lui, dans le cerveau. Il publia en 1798 dans le Nouveau Mercure Allemand sa doctrine sous le titre "Ecrits de F J Gall sur les fonctions de l'homme et des animaux". Par la suite, il enseigna et voyagea en Europe pour faire des conférences de 1805 à 1807, année où il se fixa définitivement à Paris, comme praticien et enseignant privé : d'où de nombreux avis critiques, mais aussi de multiples partisans, avec toutefois des reproches de matérialisme.

Il obtint la naturalisation française le 18 Juin 1819 (Archives Nationales BB/ 11/ 164).

Il fut aussi le précurseur de la théorie moderne de localisation motrice et sensitive dans le cerveau. Dès 1815, il employa le terme de Phrénologie, après entretiens avec l’anglais Thomas Forster. En 1823, Gall donnait un cours de phrénologie dans son vaste appartement de la rue de Grenelle-Saint Germain, n° 50, tous les soirs à 8 heures, devant un auditoire varié, voire hétéroclite. Il se peut que Balzac l'ait suivi et en tout cas s'en soit fortement inspiré, le citant dans Ursule Mirouet. Gall fit encore, quelques mois avant sa mort, un cours à l’Athénée sur la physiologie du cerveau. Son collaborateur, Johann Kaspar, l’aida dans ses travaux et perpétua ses idées jusqu'à la fin du XIXe siècle.

Il épousa vers 1825 une très jolie femme, qui l’accompagnait dans ses visites et l’attendait dans sa voiture. Poumies de la Siboutie, dans ses "Souvenirs d'un médecin de Paris" (Plon 1910), ajoute qu'ayant accompagné un de ses patients qui voulait absolument consulter Gall, il constata que ce dernier "aimait à toucher la tête et à émettre son opinion sur les personnes qui s'y prêtaient". Il ajouta cependant aussi "qu’il était peu recommandable, comme médecin praticien. Sa clientèle était cependant nombreuse, et il se faisait payer fort cher".

Stromeyer, dans ses "Erinnerungen eines deutschen Arztes", l’évoque durant son séjour à Paris du 3 Avril au 4 Juillet 1828 : il lui rendit visite, introduit par un français. Lui parlant de ce fait à la perfection en "français souabe", il fut très bavard et tenta de le convaincre d’étudier la phrénologie, sans succès, semble-t-il.

Peu de temps après, il mourut, le 22 Août 1828 à Montrouge, dans sa maison de campagne, dont il entretenait le jardin, car il était passionné par la culture des fleurs. On transporta son corps à son appartement de Paris, 4 rue Saint-Florentin. Sa tête fut moulée par Foyatier, qui fit un buste dont une réplique fut placée sur sa tombe au Père La Chaise. Il y fut enterré civilement, car accusé de matérialisme, ses livres avaient été condamnés par le Saint-Office.

Cet allemand, français depuis 1819, fut le médecin du duc Decazes et l'ami de Geoffroy Saint-Hilaire. Médecin à la mode, il était aussi thaumaturge, ayant même guéri ainsi par la prière la princesse Mathilde de Schwartzenberg.

Un des zélateurs de Gall, Fossati, médecin du théâtre royal italien, venu de Lombardie fixé en France depuis 1820 et autorisé à exercer en 1829, continua à répandre sa doctrine. Madame de Staël écrivit que "le Dr Gall, de quelque manière que son système soit jugé est respecté de tous les savants pour les études et les découvertes qu’il a faites…" (De l’Allemagne, Garnier frères, Paris, préface du 01 Octobre 1815).

Broussais, comme le rapporte la Revue Médicale Française et Etrangère à la rubrique Variétés (1836-2, 290-298, BIU Santé Médecine 90219), débuta un Cours de Phrénologie, interrompu brusquement après la deuxième leçon : il tenta de se faire philosophe, alors qu'il était jugé "tout à fait incapable d'aborder ces sujets".

Il a publié notamment :

- Discours d’ouverture lu par Mr le Dr. Gall à la première séance de son cours public sur la physiologie du cerveau le 15 Janvier 1808, Paris Firmin Didot, 1808

- Anatomie et physiologie du système nerveux en général, et du cerveau en particulier avec des observations sur la possibilité de reconnaître plusieurs dispositions intellectuelles et morales de l’homme et des animaux par la configuration de leur tête, 4 tomes, Paris 1810-1819

- Sur les fonctions du cerveau et sur celles de chacune de ses parties, 6 volumes, Paris 1822-1825.

En 1811, il devint correspondant étranger de la Société Médicale d'émulation de Paris (Acad de Méd 92366).

Dans le journal "La Mode" du 12 Juin 1830, H. de Balzac fit paraître "le Bois de Boulogne et le Luxembourg", dans lequel il écrivit : "Il y avait naguère un homme qui prétendait reconnaître, à l'expression de la figure, de quel quartier venaient les passants qu'il rencontrait. Ce collatéral du docteur Gall et de Lavater (1741-1801, auteur de l’Art de connaître les hommes par la physionomie) savait distinguer, aux nuances de la physionomie, l'ennui lourd et agreste du Jardin des Plantes de l'ennui plus civilisé des Tuileries, le bâillement apprêté du boulevard de Gand du bâillement méthodique de la Petite-Provence…".

Sources consultées : DBE, Acad. de Méd. et Fosseyeux M., Paris Médical en 1830

Nom Gall, Franz Joseph
Naissance 09/03/1758
Décès 22/08/1828

Références bibliographiques

Références bibliographiques entrées jusqu'en 2015

Franz Joseph Gall, Naturforscher und Anthropologe/Ausg. Texte, eingel, über. und Komment. Erna Lesky.- Bern, Stuttgart Wien, Hans Huber, 1979.- 217 p., portr. front., rel. toile, jaq. ill. (Hubers Klassiker der Medizin und der Naturwissenschaften 15) (Cote Médecine : 230794 (15))

Haymaker (W.)- The founders of neurology.- Springfield, 1970. p. 31, portr. (Cote Médecine : 170967)

Hollander (B.) - In commemoration of Francis Joseph Gall - London, 1928 - 16 p. fig. (Cote Médecine : 151794 (17))

Musées d'anatomie Delmas-Orfila-Rouvière. Biographies d'anatomistes

Musées d'anatomie Delmas-Orfila-Rouvière : collection de 5802 pièces recensées sous 1177 numéros, classée parmi les Monuments Historiques. Paris : Springer, 1995. p. S67 (Cote Médecine : HM Mag.Cat Expo / 156766/178-7)

Bynum. Dictionary of medical biography

BYNUM, William F. et BYNUM, Helen (dir.). Dictionary of medical biography. Westport : Greenwood Press, 2007, 5 vol. – Vol. 2, p. 536-538. ISBN 978-0-313-32877-0 (Cote Médecine : 270865 / Biographies générales 167 HM)

Paris Médical (1911- )

Paris médical. 1928. 70. pp. 388-95, ill. (Cote Médecine : 111502 partie paramédicale)

Le Progrès Médical

Progrès médical. 1942. p. 175 (Cote Médecine : 90170)

J. Guiart. L'Ecole Médicale Lyonnaise

Guiart (J.)- L'Ecole médicale lyonnaise : catalogue commenté de la Section régionale du Musée historique de la Faculté mixte de médecine et de pharmacie de Lyon.- Paris : Masson & cie, 1941. pp. 38-41 (Cote Médecine : 110403)

Informations diverses

Dossier à l'Académie de Médecine