La Migraine

Introduction par Esther Lardreau-Cotelle
Agrégée de Philosophie
Docteur en Philosophie de l'Université Paris I
Détachée à l'IHPST-UMR 8590 (CNRS/ENS/Paris 1)
13 rue du Four, 75006 Paris

esthercotelle@wanadoo.fr

Janvier 2008

 Liste des ouvrages numérisés

La Migraine. - Album comique de pathologie pittoresque,
Recueil de vingt caricatures médicales, Paris : A. Tardieu, 1823.

Remarques terminologiques

Des articles "céphalée" ou "cephalea", "céphalalgie", "migraine", "hémicrânie", "douleur de tête", "carébarie" (littéralement, "pesanteur de tête", "lourdeur de tête", figurent dans les grandes encyclopédies du dix-neuvième siècle numérisées sur Medic@. Mais selon l'époque, les entrées sont séparées, ou au contraire confondues, et certains articles peuvent manquer : par exemple, le Dictionnaire de médecine et de chirurgie pratiques (articles "céphalalgie" et "hémicrânie" ) comporte, en 1833, un article "hémicrânie", mais n'a pas d'entrée "migraine"; en revanche, en 1837, le Dictionnaire ou répertoire général des sciences médicales (articles "céphalée, céphalalgie" et "migraine" ) comporte une entrée "migraine", mais aucun article n'est consacré à l'hémicrânie. En 1876, le Nouveau dictionnaire de médecine et de chirurgie pratiques (articles "céphalalgie, céphalée" et "migraine ou hémicrânie" ) n'a pas d'entrée "hémicrânie", mais l'article "migraine" est intitulé : "migraine ou hémicrânie". Alors qu'une place était réservée, au début du siècle, à la "douleur de tête", comme on voit dans l'Encyclopédie méthodique (articles "céphalalgie" , "hémicrânie" , "migraine" ) et "douleur de tête", la rubrique disparaît des autres encyclopédies. Il en va ainsi de la notion de "carébarie" qui devient obsolète.

Migraine, hémicrânie, céphalée, céphalalgie, douleur de tête, maladie de tête, etc. : quantité de termes, entre lesquels il n'est pas évident de distinguer, renvoient à ce que la langue populaire désigne comme "mal de tête".

L'étymologie ne peut être, ici, de grand secours.

Migraine et hémicrânie sont des altérations du latin médiéval : par l'intermédiaire du latin tardif hemicrania, ou mieux, de hemicranium, dont l'emploi semble plus courant, hemigranea, hemigrania, migranea, migrana, empruntent au grec hêmicranion et hêmicrania, eux-mêmes composés de hêmisus (demi), et de cranion (crâne). Ces termes désignent à la fois la moitié de la tête comme siège de la migraine (l’hémicrâne) et la douleur dans cette moitié de la tête : la maladie coïncide avec sa localisation anatomique. Il est assez fréquent, dans l'Antiquité grecque ou latine, qu'une maladie soit nommée par le lieu atteint, de sorte qu'une analyse des noms suffit à donner une définition de la maladie.

Mais, si d'un point de vue étymologique, migraine et hémicrânie sont strictement synonymes, leur usage ne l'est pas. Comme il en va de tout doublet, tout couple de mots issus du même étymon, l'usage s'est spécialisé. De formation populaire, migraine, apparu au douzième siècle avec le sens non médical de «dépit, ennui» (sens qui perdure jusqu'à la fin du dix-neuvième siècle, à travers un verbe comme « migrainer » [1] : « donner la migraine, agacer fortement, lasser », attesté par exemple chez les Goncourt), suit une évolution phonétique normale, avec des modifications de sens assez considérables pendant deux siècles, tandis que hémicrânie, de formation savante, apparu vraisemblablement au seizième siècle (on en trouve occurrence chez Ambroise Paré), au moment de la relatinisation de la langue française, est emprunté directement au latin et au grec, avec des transformations mineures. Du fait de cette évolution phonétique, migraine est, d’une part, plus éloigné, par sa forme, de l’étymon, et présente, d’autre part, un écart plus important entre signifiant et signifié que ne présente hémicrânie.

On ne saurait donc considérer ces deux termes comme exactement synonymes. Entre le seizième et le vingtième siècles, hémicrânie ne désigne que la douleur de tête unilatérale, alors qu’au contraire, libéré de l’étymologie, migraine en vient, dès la fin du dix-huitième siècle (chez Tissot, par exemple), mais essentiellement au cours du dix-neuvième siècle, à désigner des formes extraordinairement éloignées les unes des autres, des formes avec douleur bilatérale à des formes où la douleur fait totalement défaut.

Lorsque le français dispose des deux termes concurrents, hémicrânie est systématiquement préféré à migraine jusqu'à une date historiquement situable, entre 1829 (Prosper Martin) et 1831 (Pierre-Adolphe Piorry) [2]. Après quoi, le choix du terme migraine s'impose : hémicrânie ne désigne plus, alors, qu'un symptôme. C'est que la migraine ne se réduit plus à sa définition anatomique, et qu'on tend, au contraire, à privilégier un ensemble de symptômes et de prodromes qui, jusque-là, avaient été, non pas négligés, mais considérés comme très secondaires par rapport à cette sensation matricielle qu'est la douleur.
 

Honoré Daumier. Le mal de tête
Lithographie parue dans Le Charivari, 23 avril 1833
© Brandeis University


Tout se passe comme si textes antiques et textes du dix-neuvième siècle parlaient bien des mêmes sensations, d'un même réel, non de la même maladie. De fait, la catégorie des « douleurs de tête » (dolores capitis) a disparu, alors qu’aux siècles précédents, figurant explicitement dans les nosographies, elle constituait un genre de maladie, dont la migraine était espèce. Etaient rangés parmi elles, migraine, vapeurs, folie, épilepsie, paralysie, catarrhe, mais encore, ophtalmie, otalgie, odontalgie, rhumatismes, selon les classements envisagés (voir, par exemple, Jean Fernel, La Pathologie, ou discours des maladies, en 1655 , ou Boissier de Sauvages, Nosologia methodica, en 1763 , - traduite en 1772 sous le titre de Nosologie méthodique -, ou Linné [3])

Les Vapeurs. - Album comique de pathologie pittoresque,
Recueil de vingt caricatures médicales, Paris : A. Tardieu, 1823.

Rejet du concept de douleur

Les textes ici numérisés concernent principalement le dix-neuvième siècle, que signale un grand nombre de publications académiques sur la maladie migraineuse (thèses d'étudiants en médecine, monographies, articles de dictionnaire, de périodique, chapitres de manuel ou de cours), mais aussi des romans [4], vaudevilles [5], opérettes [6], lithographies [7], etc.

Cette décision de numérisation n'est pas accidentelle. Certains textes, absents de la Bibliothèque Interuniversitaire de Médecine, ou pour lesquels existent toujours des ayant-droits, ne pouvaient faire l'objet d'une numérisation (aussi, certaines références importantes, pour l'histoire de la migraine, ne sont-elles pas consultables en ligne, bien qu'elles figurent dans les éléments bibliographiques).

Mais, par ailleurs, le corpus a été volontairement restreint, en partie, à la fin du dix-huitième siècle et au dix-neuvième siècle, dans la mesure où le concept de migraine se construit alors pleinement au cours de cette période. Ce serait un grossier anachronisme de penser que la "migraine" a existé "de tout temps" : un problème médical surgit à une époque déterminée, dans un lieu déterminé, en fonction d'un état de la médecine, et de celui des discours qu'elle rencontre (physiologie, pharmacologie, etc.), bien qu'il soit vraisemblable que les sensations migraineuses, le réel de la maladie, enveloppent quelque pérennité.

Les maladies sont saisies dans des complexes culturels. Tel siècle, telle région, élisent volontiers une maladie comme représentative de leur histoire. Chaque époque, chaque pays, a « ses » maladies : il était courant, au dix-huitième siècle, que les Français appellent la vérole le « mal napolitain » ; de leur côté, les Anglais parlaient du « mal français ». Les Anglais ont eu le spleen. La France du dix-neuvième siècle a la « migraine » : « on peut dire que la France est la patrie de la migraine » [8]. Pour le dix-neuvième siècle français, qui sort de la Révolution, et de la Terreur, la migraine est problématique, et renvoie une grimace des fractures, sociales ou sexuelles : maladie des beaux esprits, maladie de la femme mal mariée, maladie de la bourgeoisie.

Il serait cependant erroné de croire que les Anciens ignoraient quelque chose comme la "douleur de tête". Il serait également erroné de penser que le dix-neuvième siècle n'a rien voulu savoir des siècles antérieurs.

C'est, au contraire, un passage obligé dans les thèses médicales de ce siècle que de dresser un tableau des connaissances acquises au cours de l'Antiquité. Galien , le Pseudo-Galien , Arétée , Caelius Aurelianus , Alexandre de Tralles ne sont guère lus (les références sont souvent de seconde main), mais sont à l'envi répétés. Quant au corpus hippocratique, il n'est mentionné qu'à titre d'autorité, car si l'on y trouve des expressions comme "céphalagie", "douleur de tête", "douleurs autour de la tête", "pesanteur dans les tempes", "pesanteur de tête", rien ne ressemble à un tableau de maladie migraineuse – sauf un passage des Epidémies qui livre sans doute une description de migraine ophtalmique, non explicitement rapportée à la migraine.

Malgré cette tradition universitaire, malgré les choix de traduction que font Littré et Daremberg dans leurs entreprises pour rendre accessibles les Anciens, ce que l'Antiquité décrit sous les noms grecs d'hêmicrania, hétérocrania (Arétée), et sous les noms latins d'hemicrania, hemicranium, correspond-il à ce que le dix-neuvième siècle a appelé "migraine"? Cela n'est guère évident. Alors que l'Encyclopédie, que les premières encyclopédies du dix-neuvième siècle, conservent des définitions dans lesquelles le concept de douleur demeure central, la fin du premier quart du dix-neuvième siècle change radicalement de perspective.

Des traditions parallèles, art vétérinaire et astronomie, ont, au reste, mis en avant, depuis un certain nombre d'années, des phénomènes oculaires "étranges", - hémiopsie [9], phosphènes [10], etc. -, suivis de céphalalgie, que la tradition médicale, depuis Hippocrate, avait envisagés comme relevant d'une maladie à part (la scotodynie [11]). Il devient désormais impensable, à la médecine, que ces phénomènes soient séparables de la migraine.

Représentation d'une aura migraineuse avec symptômes ophtalmiques (hémianopsie ou perte de la vue dans une partie du champ visuel; scotome positif avec perception d'une tache noire - en bas, à droite ; amblyopie ou baisse de l'acuité visuelle), et osmophobie (hypersensibilité, intolérance aux odeurs). Aucun symptôme douloureux, ici.

Jean-Jacques Grandville, Sans titre,
Old Nick (Paul Emile Forgues),
Petites misères de la vie humaine - Joco Seria,
sans lieu, imprimerie de H. Fournier et Cie, s.d. (1842), p. 313.
© Collection privée, E. Lardreau

 

L'un des premiers textes médicaux à envisager l'aura ophtalmique, cet ensemble de symptômes ophtalmiques qui généralement arrivent au moment où commence le mal de tête migraineux, ou qui le précèdent immédiatement, est celui de Fothergill, passé inaperçu jusqu'à ce que Hubert Airy en 1870, puis Liveing , en 1873, le relisent.

Mais le mémoire fondateur, et par son impact, et par sa décision, est celui de Piorry, qui invente le concept de migraine ophtalmique [12] (voir aussi Jules Pelletan de Kinkelin ) : parmi les états de sensations dont un patient est susceptible de faire expérience, les symptômes ophtalmiques (et notamment, le scotome scintillant [13]), proches du vertige (Mémoire sur le vertige ; voir aussi l'article de Ménière ), ou les défaillances de la parole, ne sont pas moins décisives que la douleur qui assurément le point. En dehors du volume de Liveing et de l'article de Hubert Airy déjà cités, le travail de Piorry est continué par trois thèses de médecine d'importance, celle de Dianoux qui fait le point des connaissances en 1875, celle de Robiolis , en 1884, témoignage sur l'hypothèse de l'ophtalmologue Nicati (lequel avait envisagé des "migraines" pour chaque organe de la sensibilité spéciale (migraines ophtalmique, auditive, olfactive, gustative), celle de Fink , en 1891 qui dresse un tableau des connaissances sur la migraine hystérique; et par trois articles décisifs de Galezowski , de Féré , et de Babinski .

Représentation de scotomes. - Hubert Airy, 
"On a distinct form of transient hemiopsia",
Philosophical transactions of the Royal
Society of London
, février 1870, p. 247-264.


L'ancienne définition de la "migraine" apparaît dès lors mal formée : non seulement, l'histoire de la médecine a mis en avant des hémicrânies qui n'étaient pas des migraines, mais il semble qu'il puisse y avoir des migraines présentant d'autres types de symptômes que la douleur (Labarraque , par exemple). Quantité de symptômes ne sont, d'ailleurs, pas localisés au niveau du "crâne" : mains, bras, langue, peuvent être affectés de fourmillements.

Il s'agira, cependant, moins de remplacer l'ancienne définition par une autre, toute aussi nominale, que de lui substituer des descriptions cliniques.

Chez des médecins aussi différents que Trousseau ou Liveing, le départ ne se trouve plus dans une définition théorique, mais dans la pratique, que ce soit a) la pratique hospitalière ou b) la pratique de laboratoire (l'expérimentation).

a) Il est remarquable que nombre de cas, rapportés dans la littérature médicale, appartiennent à la population hospitalière ou asilaire [14]. Des rapprochements peuvent ainsi être effectués entre des patients qui ne relèvent pas des mêmes groupes nosographiques [15]. L'histoire familiale du patient (son hérédité), son histoire individuelle, l'efficacité d'une thérapeutique anti-migraineuse sont déterminantes pour le diagnostic : des phénomènes très hétérogènes à ceux que la migraine, d'habitude, présente ne sont pas a priori exclus, s'ils s'inscrivent dans une histoire migraineuse, et s'ils sont traités par des anti-migraineux. Il se pourrait, dès lors, qu'entre des maladies aussi éloignées en apparence, que la goutte et la migraine (Trousseau, Chaumier , Soula ), que l'épilepsie et la migraine (Liveing, tous les textes de Féré ici présentés, Gowers), ou que l'hystérie et la migraine (Babinski, Fink), une famille se dessine : transformations, ou similitudes. Place est faite à des formes marginales, irrégulières, formes minimales et atténuées de la maladie qui, sans les commémoratifs - l'histoire du patient et l'histoire familiale -, seraient méconnaissables : bâillement, crise de mutisme, démangeaisons, congestion de la face, éblouissement, formation d'images lumineuses sur la rétine, sont susceptibles d'un diagnostic de migraine.

b) Une autre modification décisive par rapport aux siècles précédents est le recours à l'expérimentation en laboratoire. Dès les travaux d'Auzias-Turenne, en 1846 [16] et 1849 , un modèle vasculaire mécaniste voit le jour, rejetant et la doctrine de la sympathie [17], et la conception finaliste de la causalité sur laquelle elle était fondée. A partir de la seconde moitié du dix-neuvième siècle, les théories "vasomotrices" proprement dites (Du Bois-Reymond , Möllendorff , Eulenburg , Jaccoud [18], Latham ) reposent sur le développement récent de la physiologie, et sur une découverte expérimentale majeure, qu’on attribue à la fois à Claude Bernard et à Brown-Séquard : des nerfs vasomoteurs régulent le flux sanguin des artères. La section, ou au contraire l'excitation du nerf sympathique sont réalisables en laboratoire, sur animal. Due à une excitation du sympathique, la vasoconstriction, ou diminution du calibre des vaisseaux par contraction de sa musculature, produit une anémie locale (pâleur, diminution de la température, etc.). Due à une paralysie du sympathique, la vasodilatation ou augmentation du calibre des vaisseaux par relâchement de sa musculature, provoque une hyperémie (rougeur, augmentation locale de la température, etc.). De là, pourraient exister :
  • soit deux modèles contradictoires de la migraine (Du Bois-Reymond, Möllendorff);
  • soit deux types de migraine, les migraines par vasoconstriction (dites populairement "migraines blanches", ou savamment "migraines sympathico-toniques"), et les migraines par vasodilatation ("migraines rouges", ou "migraines neuroparalytiques") (Eulenburg);
  • soit enfin, deux moments dans une crise de migraine, une phase initiale de vasoconstriction, suivie d'une phase de vasodilatation (Latham, Jaccoud).
Non seulement les différents symptômes doivent se constater empiriquement en faveur de l'un ou l'autre modèles, mais encore des appareils doivent pouvoir mesurer l'état de vascularisation d'une partie du corps humain : c'est ainsi qu'à la suite de Romain Vigouroux, en 1879, Eulenburg envisage la mesure de la résistance du corps migraineux au courant, et s'efforce de montrer que celle-ci augmente avec le défaut de vascularisation.

Ce changement de perspective n'empêche pas de reconnaître des formes de migraine où la douleur joue un rôle central. Une forme extrêmement rare est ainsi isolée : la migraine ophtalmoplégique [19] (autrement connue sous les noms de «maladie de Möbius », ou de «syndrome de Charcot-Möbius»), migraine avec paralysie de certains muscles de l’œil (du grec, ophtalmos : œil, et plêgê : coup). Si ce n’est pas Charcot qui la décrit pour la première fois (en 1860, Gubler donne une description d'une paralysie du tronc du nerf oculomoteur, précédée de migraines, mais il n'est pas évident de la considérer comme une véritable "migraine ophtalmoplégique"), c’est lui qui, en 1890, lui donne le nom sous lequel elle est, depuis lors, désignée.

Au terme du dix-neuvième siècle, il n'y a plus sens à parler de la migraine, comme si celle-ci représentait une unité nosologique. Elle ne constitue pas une maladie. C'est une entité plurielle, divisée en syndromes distincts : migraine vulgaire, migraine ophtalmique, migraine ophtalmoplégique. A bien des égards, cette classification constitue une condition de possibilité de la conception contemporaine de la migraine.

D'autres textes, publiés dans la première moitié du vingtième siècle notamment, sont également décisifs. L'hypothèse vasculaire est renouvelée par les travaux de Wolff et de ses collègues [20]. Quant à l'hypothèse neurologique [21], elle est considérablement enrichie par une série d'articles de Lashley [22], de Leão [23], et de Milner [24].

Thérapeutiques

On imagine volontiers que les thérapies antérieures à notre époque n'offrent aucune cohérence : mélange de procédures mal pensées, plus proches d'une vague pensée "magique" que de la pensée rationnelle.

Cette opinion résiste mal à la lecture. Les médications sont, en effet, homogènes aux théories qui leur sont contemporaines, bien que, ici ou là, quelque décalage puisse être empiriquement constaté.

On ne saurait résumer, en quelques lignes, la richesse des thérapies antérieures au dix-neuvième siècle, celles-ci variant selon les Ecoles, et selon le type de douleur de tête. Elles mettent généralement en œuvre, en traitement de fond [25], un régime, une hygiène : gymnastique, bains, promenades, voyages, jeux de l'esprit et du corps [26], doivent permettre d'éviter chagrins, ennuis, colères, soucis, d'une part, excès de sensations d'autre part. Le régime alimentaire doit faciliter la digestion, et éviter la pléthore, une des causes essentielles d'hémicrânie.

On peut ensuite reconnaître quelques types de médications reposant sur des principes différents. 1°) Les « céphaliques » (eau de verveine, ambre gris, camphre, eau d'orange, etc.), dont l’usage disparaîtra, sont spécifiques aux "maladies de tête", sans être propres à l'hémicrânie. Ce sont des remèdes qui agissent de manière occulte sur le cerveau, les nerfs, et leurs maladies, accroissant entendement et mémoire, guérissant épilepsie, manie, paralysie, douleurs, imbécillité, etc. 2°) Autres spécifiques, les « anodins » (fleurs de bouillon blanc, de sureau, coquelicot, tilleul, etc.) visent à anesthésier la douleur. 3°) Certaines thérapies ont pour fonction, au contraire, soit d’exciter une douleur nouvelle et plus forte en un autre lieu, soit de produire une stimulation d’un autre genre qui fasse diversion. C’est le cas du moxa, de l’ustion, des vésicatoires (excitant des vessies sur la peau) qui, créant un second point artificiel d'irritation, contrebalancent un point douloureux. Le cautère réveille la sensibilité. Ainsi de la technique des frictions, comme remarque Roselyne Rey [27]. 4°) Dans le cadre des théories humorales, purgations ou émétiques, saignées, artériotomies, ventouses ou sangsues, sternutatoires, ont pour fonction d'évacuer les humeurs. Certaines substances sont également employées dans les douleurs de tête pour leurs propriétés complémentaires : ainsi de l'ellébore, qui agit à la fois comme purgatif violent, et comme narcotique. 5°) On choisit parfois de faire mûrir ou suppurer le mal : c'est un des rôles des onguents et des emplâtres.

A partir du dix-huitième siècle, d'autres médications apparaissent, tandis que certaines n'ont plus lieu (comme l'ustion, l'artériotomie, la trépanation, les céphaliques) : le quinquina qui était employé dans les fièvres commence à être utilisé dans le traitement des hémicrânies intermittentes. On a recours, de plus en plus, à l'électricité, et au magnétisme animal : bain électrique, étincelles, commotions électriques par l'entremise de la bouteille de Leyde, aimant. On utilise massivement éther et opium.

Au dix-neuvième siècle, les spécifiques (céphaliques et anodins donc) ont disparu. La critique violente de la polypharmacie (pharmacie fondée sur la prescription massive de substances médicamenteuses) est à peu près contemporaine de la critique des concepts de "maladie de tête" et de "douleur de tête". Selon les modèles théoriques de la migraine, la thérapie diffère.

  • 1°) L'analogie avec l'épilepsie fait utiliser le bromure de potassium [28]. C'est en 1867 qu'un médecin militaire, Barudel [29] en fit, pour la première fois usage dans le traitement de la migraine, tandis qu'une dizaine d'années plus tôt, Charles Locock l'avait employé dans des cas d'hystéro-épilepsie; en 1858-1859, Wilks et Radcliffe l'avaient appliqué au domaine de l'épilepsie. Charcot systématise son emploi à la migraine : c'est un traitement empirique et analogique, dit-il, mais dont la pratique est heureuse.
  • 2°) Contre la migraine hystérique, le bromure est, en revanche, inefficace, et on lui substitue une thérapie par hypnose.
  • 3°) En tant que manifestation de la goutte ou des rhumatismes, on use des médications qui ont fait leur preuve contre ces maladies : colchique, bicarbonate de soude, cure thermale [30] [31], salicylés , pyrazolés .
  • 4°) Contre les formes vasculaires de migraine enfin, on emploie tantôt des vasoconstricteurs, tantôt des vasodilatateurs, selon le type de migraine; dans les formes angio-paralytiques, avec vasodilatation, on emploie l'ergot de seigle; dans les formes sympathico-toniques, avec vasoconstriction, le nitrite d'amyle ou le chloral (hydrate de chloral) sont préférés.
Au cours de la seconde moitié du dix-neuvième siècle se développe le traitement par les courants galvanique et faradique [voir illustrations], courants qui s'appliquent dans les deux formes de migraine, mais dont l'action est fort différente. Dans la méthode polarisée de Brenner, une des électrodes de la pile galvanique est placée au niveau de la partie cervicale du sympathique, une autre électrode est mise dans la main. Dans la migraine sympathico-tonique, c’est l’anode qui est appliquée sur le sympathique, et la chaîne de la pile, composée de 10 à 15 éléments, est brusquement fermée : l’anode, pôle positif, produit un effet sédatif. Dans la migraine angioparalytique, c’est la cathode qui est mise sur le sympathique, et la chaîne n’est pas fermée brusquement, mais au contraire, tour à tour ouverte et fermée; parfois, en inversant le sens du courant, l’excitation est plus violente. La cathode, pôle négatif, augmente l’excitabilité. La méthode monopolaire, dite du professeur Chauveau, est également pratiquée : on place la cathode ou électrode active (qui est l’électrode la plus petite) sur le sympathique, et l’électrode indifférente (dite ainsi, à cause de la faible intensité du courant à son niveau), plus large, se situe à la nuque. La durée de la séance quotidienne est très courte : 45 secondes environ, et la densité électrique faible.

Courant alternatif obtenu par induction, à l'aide d'un champ magnétique variable (bobines de Ruhmkorff ou de Clarke), le courant faradique, lui, produit des contractions musculaires rythmées discontinues (la fin d'une onde est séparée du début de la suivante par un intervalle important) qui augmentent la circulation sanguine, et diminuent l'inflammation du muscle.

Antérieurement à 1870, de petits appareils portatifs ont vu le jour, qui permettaient de transporter chez les malades une pile d'une puissance suffisante , et autorisaient le traitement de crise.
 
Faradisation      Galvanisation      Appareil mixte
   

Appareil électromagnétique,
pour faradisation.
Fabriqué par Ch. Chardin à Paris, 1872.
© Collection privée, ASPAD 

 

Appareil électromagnétique à courant continu,
pour galvanisation.
Fabriqué par Ch. Chardin à Paris, ca.1875.
© Collection privée, ASPAD

 

Appareil électromagnétique mixte
pour galvanisation et faradisation.
Fabriqué par Ch. Chardin à Paris, ca. 1890.
© Collection privée, ASPAD

Plus généralement, l'histoire de la pharmacie, à la fin du dix-neuvième siècle, connaît une seconde transformation : des conditionnements ont fait leur apparition qui impliquent un rapport nouveau des migraineux aux médecins et aux pharmaciens. Désormais, les médecins eux-mêmes conseillent aux malades de garder sur eux poudres et cachets, tout en constatant qu'ils délèguent ainsi une partie de leur pouvoir. Alors que jusqu'en 1867, la publicité médicale, en France, était interdite, par crainte du charlatanisme, la situation de quasi monopole de Bayer, l'arrivée de produits de synthèse issus de la recherche allemande (antipyrine, notamment), font que la migraine devient un objet commercial de dimension internationale.

Eléments bibliographiques

On ne trouvera ici que quelques indications.

Sources primaires

AIRY (Hubert). On a distinct form of transient hemiopsia, Philosophical transactions of the Royal Society of London, février 1870, p. 247-264
ARAGO (François). Œuvres complètes, Mémoires scientifiques (publiés sous la direction de J.-A. Barral), Paris, Gide, J. Baudry, 1858, t. X, vol. 1, appendice XXXVII « Sur des phénomènes de demi-cécité » [cote BIUM 59.376]
BARUDEL (M.). De l’hémicrânie causée par l’anémie; de son traitement par le bromure de potassium, Recueil de mémoires de médecine, de chirurgie et de pharmacie militaire, 1867, 35, XVIII, p. 371-390 [cote BIUM 90.149]
BASSER (L.S.). Benign paroxysmal vertigo of childhood (a variety of vestibular neuronitis), Brain, 1964, vol. 87, p. 141-152 [cote BIUM 91.082]
BICKERSTAFF (Edwin Robert). Basilar artery migraine, Lancet, 1961, vol. 1, p. 15-17
BICKERSTAFF (Edwin Robert). Impairment of consciousness in migraine, Lancet, 1961, vol. 2, p. 1057-1059 [cote BIUM 90.503]
BREWSTER (David). On hemiopsy, or half-vision, Philosophical magazine and Journal of science, janvier-juin 1865, vol. XXIV, quatrième série, p. 503-507
BUCHANAN (Arthur). The abdominal crises of migraine, Journal of nervous and mental disease, 1921, vol. LIV, p. 406-412 [cote BIUM 91.110]
BURG (Robert). Étude expérimentale, clinique et thérapeutique sur le pyramidon, thèse de médecine et de pharmacie n° 124, Lyon, imprimerie A. – H. Storck, 1897
HERSCHEL (John). Familiar lectures on scientific subjects, New York, G. Routledge and sons, London, A. Strahan and Co, 1871
KOVALESKY (Pavel Ivanovich). L’épilepsie et la migraine, Archives de neurologie, 1906, deuxième série, vol. XXI, p. 365-379
OVERLACH (Martin). « Migränin », Ein erprobtes Mittel bei den schwersten Fällen der Migräne, Deutsche Medizinische Wochenschrift, 28 novembre 1893, t. XIX, p. 1245-1246 [cote BIUM 90.667]
OVERLACH (Martin). Migränin, seine Wirkung und Bedeutung, Wiener Medizinische Blätter, 1894, t. XVII, p. 437-439
PARINAUD (Henri). Migraine ophtalmique au début d’une paralysie générale, Archives de neurologie, 1883, vol. V, p. 57-59
RACHFORD (Benjamin Knox). Relationship of migraine to epilepsy, American Journal of the Medical Sciences, 1898, n. s. t. CXV, p. 436-445 [cote BIUM 90.498]
SLATER (Robert). Benign recurrent vertigo, Journal of neurology, Neurosurgery, and Psychiatry, 1979, vol. 42, p. 363-367. [cote BIUM 92.838]
SNYDER (C. Harrison). Paroxysmal torticollis in infancy, a possible form of labyrinthis, American Journal of Diseases of Children, 1969, vol. 117, p. 458-460 [cote BIUM 111.573]
WOLLASTON (William Hyde). On semi-decussation of the optic nerves, Philosophical transactions of the Royal Society of London, London, Royal Society, février 1824, p. 222-231 [cote BIUM 90.491]

Sources secondaires

Headache Classification Subcommittee of the International Headache Society. The International Classification of Headache Disorders, 2nd edn. Cephalalgia 2004, vol. 24 (Suppl. 1) : p. 27–8.
BRUNE (Kay). The early history of non-opioid analgesics, Acute Pain, décembre 1997, vol. 1, n° 1, p. 33-40
CASS (Stephen P.), ANKERSTJERNE (Jennifer K. P.), YETISER (Sertac), FURMAN (Joseph M.), BALABAN (Carey), AYDOGAN (Barlas). Migraine-related vestibulopathy, Annals of Otology, Rhinology and Laryngology, 1997, vol. 106, p. 182-189 [cote BIUM 132.138]
GRANELLA (Franco), D’ANDREA (Giovanni). Hemicrania horologica (« Clock-like hemicrania »), Neurology, 2003, vol. 60, n° 10, p. 1722-1723 [cote BIUM 114.181]
HAUT (Sheryl). Differentiating migraine from epilepsy, Advanced studies in medicine, juin 2005, vol. 5 (6 E), S658-S665
ISLER (Hansruedi). Episodic cluster headache from a textbook of 1745 : van Swieten’s classic description, Cephalalgia, juin 1993, vol. 13, n° 3, p. 172-174 [cote BIUM 96.879]
KOEHLER (Peter J.). Brown-Séquard’s comment on Du-Bois-Reymonds’ "hemikrania sympathicotonica", Cephalalgia, octobre 1995, vol. 15, n° 5, p. 370-372 [cote BIUM 96.879]
KOEHLER (Peter J.), ISLER (Hansruedi). The early use of ergotamine in migraine. Edward Woakes’report of 1868, its theoretical and practical background and its international reception, Cephalalgia, octobre 2002, vol. 22, n° 8, p. 686-691 [cote BIUM 96.879]
LARDREAU (Esther). The difference between epileptic auras and migrainous auras in the 19th century, Cephalalgia, 2007, vol. 27, p. 1378-1385.
LI (Bu K.), MURRAY (Robert D.), HEITLINGER (Leo A.), ROBBINS (Jennifer L.), HAYES (John R.). Is cyclic vomiting related to migraine? The Journal of Pediatrics, 1999, vol. 134, n° 5, p. 567-572 [cote BIUM 112.819]
LUCAS (Christian), GÉRAUD (Gilles), VALADE (Dominique), CHAUTARD (Marie-Hélène), LANTERI-MINET (Michel). Recognition and therapeutic management of migraine in 2004, in France : results of FRAMIG3, a french nationwide population based survey, Headache, 2006, vol. 46, p. 715-725 [cote BIUM 115.521]
McINTYRE (Roger S.), ZONARSKI (Jakub Z.), WILKINS (Kathryn), BOUFFARD (Beverley), SOCZINSKA (Joanna K.), KENNEDY (Sidney H.). The prevalence and impact of migraine headache in bipolar disorder : results from the Canadian community health survey, Headache, 2006, vol. 46, p. 973-982 [cote BIUM 115.521]
NEUHAUSER (Hannelore), LEOPOLD (Michael), BREVERN (Michael von), ARNOLD (G.), LEMPERT (Thomas). The interrelations of migraine, vertigo and migrainous vertigo, Neurology, 2001, vol. 56, p. 436-441 [cote BIUM 114.181]
PEARCE (John M.). Latham and the vasomotor theory of migraine, Seminars in neurology, 2006, vol. 26, p. 271-276 [cote BIUM 115.874]
PODOLL (Klaus), NICOLA (Ubaldo). L’arte emicrania come strumento di studio dell’ispirazione artistica, Confinia cephalalgica, 2001, n° 10, p. 137-144
POST (Robert M.). Do the epilepsies, pain syndromes, and affective disorders share common kindling-like mechanisms? Epilepsy Research, 2002, vol. 50, p. 203-219 [cote BIUM 115.889]
POST (Robert M.), SILBERSTEIN (Stephen D.). Shared mechanisms in affective illness, epilepsy and migraine, Neurology, 1994, vol. 44, suppl. 7, S37-S47 [cote BIUM 114.181 suppl.]
REY (Roselyne). Histoire de la douleur (1993), Paris, La Découverte et Syros, 2000 [cote BIUM 351.542]
ROBINS (Lawrence), LUDMER (C.). Headache : the bipolar spectrum in migraine patients, Journal of Pain, 2000, vol. 10, p. 167-170
RUSSELL (Michael Bjørn), OLESEN (Jes). A nosographic analysis of the migraine aura in a general population, Brain, 1996, vol. 119, p. 355-361 [cote BIUM 91.082]
SACKS (Oliver). Migraine. Understanding a common disorder, University of California Press (1985), Paris, Seuil, traduction française de Christian Cler, 1996 [cote BIUM 183.539]
SYMON (David N.K.). Is cyclical vomiting an abdominal form of migraine in children? Digestive Diseases and Sciences, 1999, vol. 44, n° 8, p. 23 S (p. 23 S – p. 25 S) [cote BIUM 113.169 Sup.]
YOUNG (W.B.), SIOW (H.C.), SILBERSTEIN (Stephen). Anticonvulsivants in migraine, Current pain headache reports, 2004, vol. 8, n° 3, p. 244-250

Notes

1 La forme substantivée n'enveloppe plus guère cette nuance: "Tous sont des migrainés, comme ils disent, de profession" (Voir G. Sée, Du traitement des maux de tête (céphalées, migraines, névralgies faciales) par l’antipyrine, Bulletin de l’Académie de Médecine, 1887, deuxième série, t. XVIII, p. 267 ). Il en va de même de l'adjectif "migraineux", attesté, en 1864, chez Soudry (A. Soudry, Quelques remarques sur la migraine, thèse de médecine n° 26, Paris, imprimerie A. Parent, 1864, p. 15 ), ou du substantif "migraineux", attesté en 1866, chez Michellet (J. Michellet, Considérations pathologiques sur la migraine, thèse de médecine, Paris, imprimerie A. Parent, 1866, p. 20 ). En revanche, les adjectifs "migrainé" et "migrainant", courants à la fin du dix-neuvième siècle, peuvent être encore employés, dans la littérature, avec un tel sens d'"ennui" ("migrainé": E. Garrett Anderson, Sur la migraine, thèse de médecine de Paris n° 138, 1870, p. 4 ; A. Thomas, Contribution à l'étude de la migraine, thèse de médecine de Montpellier n° 63, 1889, p. 50 ). ; “migrainant”: E. Garrett Anderson, 1870, p. 18
2 L'article "hémicrânie", cité précédemment, du Dictionnaire de médecine et de chirurgie pratiques, en 1833, est sans doute une des dernières occurences académiques du terme.
3 K. Von Linné, Genera morborum, in auditorum usum, Leiden, Upsaliie, C. E. Steinert, 1763, p. 40.
4 Par exemple: H. de Balzac, L’œuvre de Balzac, Physiologie du mariage, Paris, Le Club français du livre, 1966, t. 12, p. 1226 (méditation XXVI, § 1); E. Zola, Œuvres complètes, Pot-Bouille, Paris, Fasquelle, 1967, t. 4.
5 A. Joltrois, É. Abraham, Madame a sa migraine, comédie-vaudeville en un acte, jouée à Paris aux Folies-dramatiques le 7 décembre 1858, Paris, Librairie théâtrale, 1858.
6 E. Audran, La mascotte (1880), opéra-comique, livret d’Alfred Duru et de Henri Chivot, Paris, Montgredien et Cie, [s.d.], acte III, air n° 20, p. 275 à 302.
7 Par exemple: H. Daumier, Le mal de tête, série « l’Imagination » n° 9, publié dans le Charivari du 23 avril 1833.
8 A. Haig, Influence of salicylic acid and its salts on the excretion of uric acid, Proceedings Royal Medical and Chirurgical Society of London, New Series, janvier-mars 1888, n°8, 18, II, p. 326. Remerciements à Gill Jackson et à la Royal Society of London.
9 Hémiopsie: du grec hêmi (moitié), et ôps (vue) : conservation de la vision normale dans une moitié du champ visuel. Seul le terme « hémiopie » demeure employé.
10 Phosphènes: du grec phôs (lumière), et phainein (apparaître) : sensations lumineuses non provoquées par la lumière.
11 Scotodynie: du grec skotos (ténèbres), et dinos (vertige): forme de vertige avec obscurcissement de la vue, tournoiement des objets, palpitations du coeur, tintements des oreilles. Synonyme de "scotomie", et de "vertige ténébreux".
12 Cette forme de migraine a historiquement porté plusieurs noms : « migraine irienne » (Piorry), « migraine ophtalmique » (Pelletan); « migraine de l’œil » (Allory, Tamin, Galezowski); « migraine classique », par opposition à « migraine commune ». Aujourd’hui, selon l’International Headache Society (The International Classification of Headache Disorders, seconde édition, Cephalalgia, 2004, vol. 24, Suppl. 1, p. 25), à l’expression de « migraine ophtalmique », inadéquate parce que trop restrictive, on préfère l’expression de « migraine avec aura », par opposition à « migraine sans aura ».
13 Scotome: du grec skotos (obscurité, ombre) : lacune dans une partie du champ visuel située au centre ou à la périphérie. Tantôt le patient perçoit une tache (scotome positif) ; tantôt il ne perçoit rien, se cogne aux objets, a la sensation que les choses disparaissent (scotome négatif). Scintillement: tache brillante mobile, généralement en zigzags, pouvant accompagner le scotome.
14 Les cas de migraineux hospitalisés sont assez rares au début du siècle. On en a cependant plusieurs dans les services dirigés par Chomel, en 1822, à la Charité, et en 1838, à l'Hôtel-Dieu. Pendant la seconde moitié du siècle en revanche, ils sont nombreux, surtout lorsqu'il s'agit de cas de migraine ophtalmique, a fortiori de cas de migraine ophtalmoplégique (voir plus loin).
15 En 1870, à la Salpêtrière, le bâtiment Sainte-Laure, qui relevait jusque-là du service de Delasiauve, était à ce point vétuste, que l’administration le fit évacuer. Y étaient hospitalisés, sans distinction, aliénés, épileptiques, et hystériques. On profita de l’évacuation pour séparer les aliénés des épileptiques non aliénés et des hystériques, présentant en même façon des crises convulsives, furent regroupés dans un service spécial, le « quartier des épileptiques simples », confié à Charcot. En 1879, on comptait, à la Salpêtrière, 137 épileptiques simples, hystériques compris (voir Ludger Jules Joseph Lunier, Etablissements d’aliénés. Des épileptiques : des moyens de traitement et d’assistance qui leur sont applicables, Annales médico-psychologiques, 1881, n° 5, p. 231, tableau II ). Ceci permit d'une part à Charcot de mettre en évidence ressemblances et différences existant entre les deux grandes névroses, et d’isoler l’hystérie; d'autre part de raisonner, comme avait fait Liveing, en termes d'équivalents névrotiques, de sorte qu'on puisse importer des méthodes de raisonnement et des thérapeutiques d'une maladie à une autre. S'il n'y avait aucun quartier réservé aux migraineux, on savait en revanche qu'il fallait les traiter comme les épileptiques, avec le bromure de potassium.
16 J.A. Auzias-Turenne, Théorie ou mécanisme de la migraine, Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des Sciences / Institut de France, Paris, Gauthier-Villars, juillet-décembre 1846, t. XXIII.
17 Sympathie: du grec (sun) avec, et pathos (affection) : on distingue deux sens médicaux ; 1°) physiologiquement, la sympathie est une interdépendance non mécanique, harmonie existant entre différents organes d’un corps vivant, telle que l’un participe à ce qui arrive à l’autre (l’expression « nerf sympathique » provient de ce premier sens) ; 2°) pathologiquement, elle désigne une relation existant entre différents organes de telle sorte qu’une maladie produise des effets perceptibles, non pas au lieu initialement affecté (siège propre de la maladie), mais en un autre sans rapport mécanique avec le premier
18 S. F. Jaccoud, Traité de pathologie interne, Paris, A. Delahaye, 1870, t. 1, II, livre III, chap. 1, « migraine – hémicrânie », p. 452-456.
19 La définition de la migraine ophtalmoplégique n’a guère évolué, mais sa classification comme migraine n’est plus retenue : elle est considérée comme une espèce de névralgie. L’International Headache Society (The International Classification of Headache Disorders, deuxième édition (ICHD-II), Cephalalgia, 2004, vol. 24, Suppl. 1, § 13.17 “Ophthalmoplegic "migraine"”, p. 131-132.), la définit comme une série d’attaques récurrentes de mal de tête à caractère migraineux, associés à une parésie d’un ou plusieurs nerfs crâniens oculaires, en l’absence de lésion intra-crânienne décelable.
20 H. G. Wolff, Personality features and reactions of subjects with migraine, Archives of neurology and psychiatry, 1937, vol. 37, p. 895-921; H. G. Wolff, J. R. Graham, Mechanism of migraine headache and action of ergotamine tartrate, Archives of Neurology and Psychiatry, Chicago, 1938, n° 39, p. 737-763; Wolff’s headache and other head pain, (1948), edited by Donald J. Dalessio, New York, Oxford, Oxford University Press, 1980 (fourth edition).
21 On la peut ainsi simplifier: l'ensemble des phénomènes neurologiques qui précèdent la céphalalgie dépendraient de l'apparition d'une onde corticale dite de dépression neuronale envahissante (spreading depression), qui correspond d'abord à une excitation cérébrale, suivie d'une dépression du potentiel membranaire, s'étendant de proche en proche à une vitesse de 3 mm/minute, via les neurones, sans respecter les territoires vasculaires.
22 K. S. Lashley, Patterns of cerebral integration indicated by scotomas of migraine, Archives of Neurology and Psychiatry, 1941, vol. 46, p. 331-339.
23 A. de A. P. Leão, Spreading depression of activity in the cerebral cortex, Journal of Neurophysiology, 1944, vol. 7, p. 359-390.
24 P. M. Milner, Note on a possible correspondence between the scotomas of migraine and spreading depression of Leão, Electroencephalography and Clinical Neurophysiology Supplement, 1958, vol. 10, n° 4, p 705.
25 L'opposition traitement de crise/traitement de fond, pour la migraine, n'est nullement contemporaine. On la trouve présente dès l'Antiquité. Elle fait l'objet, au dix-neuvième siècle, d'une réflexion systématique.
26 Voir, par exemple, le concept de laxatio animi, chez Caelius Aurelianus, comme répondant, pour la pensée, à la thérapie corporelle par relâchement.
27 R. Rey, Histoire de la douleur, Paris, Editions La Découverte et Syros, 2000, p. 153.
28 L. Fuchs, Du traitement de la migraine par le bromure de potassium, Paris, G. Steinheil, 1896.
29 M. Barudel, De l’hémicrânie causée par l’anémie ; de son traitement par le bromure de potassium, Recueil de mémoires de médecine, de chirurgie et de pharmacie militaires, 1867, 35, XVIII, p. 371-390.
30 J.M.A. Beni-Barde, Manuel médical d'hydrothérapie, Paris, Masson, 1883, p. 352-355.
31 L.-J.-D. Fleury, Traité thérapeutique et clinique d’hydrothérapie : de l’application de l’hydrothérapie au traitement des maladies chroniques dans les établissements publics et au domicile des malades ; études de philosophie médicale et de pathologie générale, Paris, P. Asselin, 1866.