La naissance de l'Oto-rhino-laryngologie en France

François LEGENT
Oto-rhino-laryngologiste
Université de Nantes
flegent@free.fr

avec la collaboration de
l'INJS
Institut national des
Jeunes sourds de Paris
la Société francaise
d'Oto-rhino-laryngologie
et de chirurgie de la
face et du cou

La naissance de l'Oto-rhino-laryngologie en France

L’Oto-rhino-laryngologie s’est constituée vers la fin des années 1860, lorsque des otologistes et des laryngologistes constatèrent qu’ils avaient recours aux mêmes moyens d’éclairage. Cette union s'est réalisée très tôt en France. En 1875 apparaissait la première revue d’ORL en France, les "Annales des Maladies de l'oreille et du Larynx, (otoscopie, laryngoscopie, rhinoscopie)". Une Société Française d’Otologie et de Laryngologie fut créée en 1882, une des toutes premières sinon la première des sociétés françaises de spécialité. C’est alors qu’apparurent en fait les véritables ORL polyvalents. Ainsi, l’Oto-Rhino-Laryngologie est probablement la seule discipline où la spécialité naquit avant les spécialistes .

La spécialité s'est d'abord développée en ville. À l'hôpital, il était de bon ton, à cette époque, de n'afficher une spécialité qu'après avoir acquis une titularisation hospitalière. Les commissions administratives des hôpitaux avaient tout pouvoir pour décider la création d'un service spécialisé. Elles hésitaient à créer un corps de spécialistes qui risquait de gêner une spécialisation tardive de médecins ou chirurgiens déjà titularisés. Aussi l'implantation hospitalière de cette nouvelle discipline s'est-elle réalisée de façon très variable selon les différentes villes, au gré du dynamisme des nouveaux spécialistes et des oppositions locales.

Otologie et surdi-mutité en France au XIXème siècle

L’histoire des traitements médicaux des sourds-muets en France et l’histoire de l’éclosion de l’otologie moderne se confondent, du moins durant les premières décennies du XIXe siècle. Alors que la laryngologie a littéralement explosé en quelques années au début de la deuxième moitié de ce siècle, avec l’utilisation du miroir laryngologie et de la lumière artificielle, l’otologie s’est bâtie en plusieurs siècles. Mais l’étude des maladies de l’oreille n’a pris une assise scientifique que lorsqu’elle a reposé sur un concept anatomo-clinique, dont le début a justement coïncidé avec la création en France des institutions pour sourds-muets, au lendemain de la Révolution.

L’Institution Nationale des sourds-Muets de la rue Saint-Jacques et ses médecins, avant tout J M G Itard et P. Menière, ont laissé une forte empreinte, tant dans l’histoire de la surdi-mutité que dans celle des débuts de l’otologie moderne. On ne peut comprendre l’une de ces histoires sans avoir quelques connaissances sur l’autre. Aussi ont-elles toutes deux leur place sur un site d’histoire de l’ORL.

La fructueuse collaboration de la BIU Santé de Paris V et de l’Institut National des Jeunes Sourds (INJS) de Paris, héritier de l’Institution Nationale des Sourds-Muets, a permis la mise en ligne de documents exceptionnels. On comprend que certains ouvrages aient autant d’intérêt pour l’étude de la surdi-mutité que pour celle de l’otologie. Ils ont été mis dans la partie "naissance de l’ORL". Les documents intéressant plus particulièrement la pédagogie ont été placés dans la partie "surdi-mutité et otologie".

Approche de la pédagogie institutionnelle des sourds-muets jusqu’en 1900

La pédagogie institutionnelle des sourds-muets a mis plus de deux siècles avant d’être officialisée à la fin du XVIIIe siècle. La France a joué un rôle crucial dans son histoire à deux moments-clés, avec la création de l’école de l’abbé de l’Épée à la fin du XVIIIe siècle et la préparation des congrès internationaux de la fin du XIXe siècle. Ces deux étapes fondamentales ont eu des répercussions dont les effets sont encore perceptibles. L’histoire politique institutionnelle des enfants sourds s’intrique avec celle des procédés pédagogiques. Elle montre que les soucis d’efficacité pédagogique pour améliorer le sort des enfants sourds s’effacent parfois devant les intérêts particuliers d’adultes entendants.

La communication des sourds entre eux et avec les entendants remonte à la nuit des temps, tandis que les intrigues politiques la concernant ne sont apparues que dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Elles eurent leur apogée à la fin du XIXe siècle. Avant cette guerre « langage oral – langage mimique », la pédagogie des sourds-muets a été marquée par quelques personnalités qui en ont infléchi le cours. Il importe de les connaître pour comprendre la situation lors du début des hostilités. L’histoire de la pédagogie institutionnelle des sourds-muets permet de mieux comprendre les comportements de la « communauté sourde ».

Revues et bulletins des Sociétés

Les revues spécialisées et la Société Française d’ORL ont joué un rôle majeur dans l’éclosion et le développement de la spécialité. Elles permettaient au petit nombre de spécialistes de parfaire leur formation en suppléant la carence d’un enseignement officiel, et de maintenir la cohésion des otologistes et des laryngologistes. La lecture des premiers volumes des deux principales revues d’ORL, les Annales des Maladies de l’oreille et du Larynx, créées en 1875 et la Revue mensuelle de Laryngologie, d'Otologie et de Rhinologie, en 1880, donnent un très bon éclairage sur cette spécialité naissante. Les Bulletins et mémoires des deux premières Sociétés d’ORL, la Société française et la Société de Paris, montrent les préoccupations des premières générations de praticiens ORL. Or, ces documents sont devenus difficiles à trouver, et souvent encore plus à consulter car leur état est parfois tel qu’on hésite à les ouvrir. Ils constituent pourtant le patrimoine de la spécialité. La mise en ligne de ces documents est donc une chance pour quiconque s’intéresse aux racines de l’Oto-Rhino-Laryngologie.

Cette mise en ligne impose des choix. La Revue mensuelle de Laryngologie, d'Otologie et de Rhinologie, bien que n’étant pas la plus ancienne, a été choisie pour la rareté des volumes des premières années, et parce qu’elle donne les comptes rendus des réunions de la Société Française, dès 1883. De même, des choix durent être effectués dans chacun des volumes de la Revue. Ils ont privilégié les nouveautés et la vie des autres sociétés et des congrès étrangers. Malgré ces amputations, les dix premières années de la Revue reflètent les actualités de la spécialité.

Présentations ORL

La naissance de l'Oto-Rhino-Larynogologie en France par François Legent
Les soins médicaux aux sourds-muets en France au XIXe siècle. L’éclosion de l’otologie moderne
par François Legent
Le parcours de Prosper Menière, créateur de la labyrinthologie par François Legent
Histoire de la fenestration par François Legent
Armand Trousseau, créateur de la laryngologie
par François Legent
Antony Chipault fils, pionnier de la chirurgie de la base du crâne en France au XIXe siècle
par François Legent
Une brève histoire de la stomatologie
par François Legent
Marie-Ernest Gellé, un savant oublié
par François Legent et André Chays

Présentations
concernant les sourds

Approche de la pédagogie institutionnelle des sourds-muets jusqu’en 1900 par François Legent
Quelques traits de la pédagogie curative de l’enfant sourd. Une approche des problématiques de l’Antiquité au début du XXe siècle par Yves Bernard
L’abbé de l’Épée et la langue des signes par François Legent

Documents numérisés

Ouvrages
Naissance de l'ORL
Surdi-mutité
Revues
Annales des maladies de l’oreille et du larynx (otoscopie, laryngoscopie, rhinoscopie)(1875-1884)
Revue mensuelle de laryngologie, d'otologie et de rhinologie (1880-1887)

Nous remercions la Bibliothèque de l'Académie nationale de médecine (Paris), qui nous a généreusement autorisé à numériser les volumes 5, 6 et 8 ainsi que plusieurs autres fascicules afin de compléter les lacunes de nos collections pour cette revue.

Bulletins et mémoires de la société de laryngologie , d'otologie et de rhinologie de Paris (1891-1914)
Bulletins et mémoires de la société française d'otologie, de laryngologie et de rhinologie (1886-1913)

Les Bulletins et mémoires de la Société ont paru jusqu'en janvier-février 1895. De 1895 à 1903, les Comptes rendus et mémoires de la Société ont paru dans les Archives internationales de laryngologie. Après 1903, la Société publie un bulletin annuel

Archives internationales de laryngologie, de rhinologie et d'otologie