PrésentationMode d’emploiServices associésRéutilisations

Liste des pages

Catalogue des ouvrages en relation avec celui-ci
Liste des chapitres de ce livre | Littérature médicale en français de 1500 à 1600 Cliquez ici pour telecharger tout ou partie de ce document au format Adobe PDF (Acrobat) PDF

Fioravanti, Leonardo. Les caprices de M. Leonard Fioravanti, trad. C. Rocard apothicaire de Troyes
Paris, P. Cavellat, 1586.

Les pages sont affichées 100 par 100.
Cliquez sur les flèches pour passer au lot suivant.
Cliquez sur un numéro de page pour
commencer votre lecture à partir de cette page
 

Nombre de pages : 160            1-100 page précédente
[sans numérotation] [Page de titre]
[page blanche]
[sans numérotation] A Monsieur M. Francois Vatepin Chanoine de l'Eglise de Troyes
[sans numérotation]
[sans numérotation]
[sans numérotation] Au Lecteur. Sonnet
[sans numérotation] A. M. C. Rocard. Sonnet
[sans numérotation] Au Lecteur. S
[sans numérotation]
[sans numérotation]
[sans numérotation]
[sans numérotation]
[sans numérotation]
[sans numérotation] Le proeme
[sans numérotation]
[sans numérotation]
1 Le moyen et ordre qu'on doit observer en la dispensation & application de toute sorte de medicamens, tant interieurs que exterieurs, pour proffiter aux corps humains, auec plusieurs aduis qu'on doit auoir en telle pratique. Chapitre I
2
3 Pour faire la pierre philosophale, utile à toutes les maladies, qui aduiennent, tant aux hommes, & femmes, que à toutes autres sortes de bestes terrestres. Chapitre II
4
5
6
7 La maniere de faire nostre quinte essence vegetable, laquelle est si vertueuse, qu'elle resuscite ceux qui sont proches de la mort, & quasi demy morts. Chapitre III
8
9 De qui fut trouué le baulme artificiel auec la maniere de la faire & à quoy il sert. Chapitre IIII
10
11
12
13
14 Comme il faut faire l'elixir de vie, & quoy il sert, & le moyen de le pratiquer en toutes choses. Chapitre V
15
16
17
18
19
20 Que és compositions des medecines on ne doit point mettre une chose pour autre (que l'on dit ordinairement qui pro quo) & la raison pourquoy. Chapitre VI
21
22 L'Aromaticum de Leonard lequel est profitable à toutes maladies de quelque qualitè qu'elles soient. Chapitre VII
23 La maniere de faire l'electuaire angelique & de le pratiquer & en quelles maladies il sert. Chapitre VIII
24
25 Le moyen de faire nostre pierre vegetable qui transmue les corps d'une complexion en une autre, les entretenans en bonne santé toute la vie. Chapitre IX
26
27 Pour faire l'eau Royale de nostre inuention laquelle est fort utile & rare en plusieurs cas qui aduiennent. Chapitre X
28
29 Pour faire une medecine composée de mercuriale, de tres grande vertu. Chapitre XI
30
31 Pour faire le syrop laxatif de nostre inuention & la maniere de le practiquer en plusieurs maladies. Chapitre XII
32
33
34 Syrop magistral de Leonard lequel est un singulier remede seruant à plusieurs maladies. Chapitre XIII
35 Syrop contre l'humeur melancolique & signamment ou il y auroit ventosité d'estomac. Chapitre XIIII
36
37 Le bruuage di sainct bois miraculeux pour dissouldre les humeurs cruds & malings, auec le moyen de le practiquer à la maladie venerienne, & autres semblables indispositions. Chapitre XV
38
39
40 Un singulier remede pour rompre soudainement la squinance, & deliurer le malade de la mort. Chapitre XVI
41
42
43
44 Le vray remede pour user à ceux qui ne peuuent retenir l'urine pour auoir les conduits trop ouuerts. Chapitre XVII
45 La medecine de l'hellebore simple, ce qu'elle fait & comme elle se peut user sans aucun danger. Chapitre XVIII
46
47 Eau merueilleuse & rare pour faire uriner la grauelle, & nettoyer les reins de telle maladie. Chapitre XIX
48
49 Une medecine de la patience petite laquelle est merueilleuse à querir de toute sorte de catherre. Chapitre XX
50 Une nouuelle façon de faire l'eau ou decoction de gaiac fort excellente pour le mal de Naples. Chapitre XXI
51
52
53
54 La maniere de faire une decoction de vigne auec le miel, laquelle est fort utile à beaucoup de choses. Chapitre XXII
55
56 Pour rendre l'or potable de grande vertu, auec peu de trauail, peu de despence, & en peu de temps. Chapitre XXIII
57
58
59
60 Eau qui entretient la ieunesse & retarde de la vieillesse auec certaines belles questions. Chapitre XXIIII
61
62
63
64
65
66 Quelle chose est le miel & comme il s'en faict une eau tressaluataire à plusieurs choses. Chapitre XXV
67
68
69
70 Comme le laict est medecine & nourriture necessaire, tant aux hommes comme aux bestes. Chapitre XXVI
71 Discours dessus l'huile commun par lequel il se prenne comme il est le plus necessaire & noble liqueur qui se trouue au monde. Chapitre XXVII
72 Du vin & des remedes, qu'on en tire en plusieurs manieres par le moyen de diuerses façons. Chapitre XXVIII
73
74 Une distillation pour les hectiques de merueilleuse vertu, & qui n'a point de comparaison: auec le moyen de la faire & practiquer. Chapitre XXIX
75 Eau pectorale qui est utile à plusieurs choses pour estre de grand effect & vertu. Chapitre XXX
76 Syrop magistral lequel sert beaucoup aux femmes suiettes au mal de matrice. Chapitre XXXI
77
78 Le syrop vegetal de Leonard lequel est miraculeux & diuin. Chapitre XXXII
79 Sauonnée merueilleuse qui ayde fort à ceux qui crachent auec grande difficulté pour quelque cause que ce soit. Chapitre XXXIII
80
81 Electuaire qui guerit de la toux miraculeusement, facilement & en bref. Chap. XXXIIII
82 Electuaire benit de Leonard lequel purge le corps sans trauail aucun & est miraculeux en ses operations. Chapitre XXXV
83
84 Electuaire merueilleux pour la mauuaise disposition du foye & de la poitrine. Chapitre XXXVI
Nombre de pages : 160            1-100 page précédente