ACCUEIL > PRESENTATION GENERALE

Présentation générale

 

Pourquoi un musée virtuel ?

Rappelons brièvement qu’un musée dentaire est déjà en gestation lors de la constitution du « Cercle des dentistes de Paris » le 30 mai 1879. Créé officiellement en 1880 à l’École dentaire de Paris, il s’enrichit rapidement par de nombreux dons. Il prend le nom de musée Pierre Fauchard en 1937. Dans les années 70, la Société de l’École dentaire de Paris, reconnue d’utilité publique, prend en main le musée Fauchard qu’elle dépose, en 1986, dans les locaux de l’Ordre national des Chirurgiens-Dentistes (ONCD). En 1998, lors de sa liquidation, la Société, fait une donation au musée de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris de tout le musée y compris sa bibliothèque. Le fonds de celle-ci est déposé à la Bibliothèque interuniversitaire de Santé (BIU Santé) qui le conserve et le met à la disposition du public (cote APHPF). En 2012, l’Hôtel Miramion qui abrite le musée de l’AP-HP, est vendu, ce qui entraîne le stockage des pièces, pour certaines uniques au monde, dans des cartons à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre. Ces pièces sont en attente de l’aboutissement du projet d’un grand musée d’histoire de la médecine.

Naissance et objectif du MVAD

C’est sur une idée de Guy Robert en collaboration avec les membres de la Société française d’histoire de l’art dentaire (SFHAD) qu’est né ce musée virtuel afin de sauvegarder un accès visuel à ce patrimoine et faire revivre l’histoire de la chirurgie dentaire.

Création de l’Association du Musée virtuel de l’art dentaire

2013, est créée officiellement l’Association du Musée Virtuel de l’Art Dentaire (MVAD).

Ses fondateurs sont l’Ordre national des Chirurgiens-dentistes (ONCD), l’Académie nationale de Chirurgie dentaire (ANCD), la Société française d’Histoire de l’art dentaire (SFHAD), l’Association Dentaire Française (ADF), la Confédération nationale des syndicats dentaires (CNSD) et l’Union des chirurgiens-dentistes retraités (UCDR). Ceux-ci ainsi que des donateurs soutiennent financièrement cette structure. Les partenaires sont la Bibliothèque interuniversitaire de Santé de Paris (BIU Santé), le Musée de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), l’Association de sauvegarde du patrimoine de l’art dentaire (ASPAD), le Musée dentaire de Lyon (MDL), le Conseil de l’Ordre des chirurgiens-dentistes du Val-de-Marne (CDOCD94), les musées de Rouen (musée Flaubert d’histoire de la médecine et musée Le Secq des Tournelles ), de la faculté d’Odontologie de l’Université Complutense de Madrid et de la Dental School de Turin, et avec encore bien d’autres musées et collectionneurs privés

  • Président Guy Robert (UCDR)
  • Vice-présidents : Paul Samakh (ONCD), Luc Lecerf (ADF)
  • Secrétaire général : Pierre Baron (SFHAD)
  • Secrétaire général adjoint : Micheline Ruel-Kellermann (SFHAD)
  • Trésorier : Rémi Marchand (CNSD)
  • Trésorier adjoint : Robert Baldensperger (ANCD)

Pour des informations plus précises, écrivez à : mvad2014@gmail.com

Conception

Très rapidement il est apparu pertinent de faire l’histoire de chaque instrument dans leur ordre chronologique d’apparition d’après ses représentations dans les ouvrages et en recueillant les commentaires des auteurs concernant les avantages et/ou dangers de leur utilisation. Les catalogues de vente sont également pris en compte car ils témoignent de la longévité des instruments. Concernant les objets muséaux présents chez nos partenaires un choix est fait et ils sont photographiés en haute définition. Certains de ceux-ci sont, en cas de similitude, juxtaposés en regard des instruments des ouvrages présentés dans l’historique. Mais tous sont, à la fin de cet historique, présentés et classés selon leurs types sous forme d’une exposition. Sans exclure un regard possible sur les époques précédentes et l’Antiquité, il est apparu raisonnable de centrer les recherches, sur une période allant de la fin du XVe siècle jusqu’à la veille de la deuxième Guerre mondiale.

C’est donc non seulement une histoire des instruments qui se trouve exposée, mais aussi celle de tous les hommes ingénieux, inventifs et audacieux qui, pendant des siècles ont essayé, en dépit d’une précarité instrumentale quasiment existante jusqu’au XIXe siècle, de soulager la douleur dentaire. Enfin, c’est aussi l’histoire de tous ceux qui n’ont pu que subir avec effroi la plupart des interventions.