ACCUEIL > INSTRUMENTS > DAVIERS

Instruments

Daviers

Rappelons ce que nous disions dans l’Introduction au sujet des instruments très anciens difficilement attribuables à l’art dentaire. À Athènes, Naples ou Pompei des sortes de pinces sont présumées être soit un davier, odontagra, soit une pince pour extraire les racines, rhyzagra. La très grande schématisation de ces instruments comme ceux représentés sur la stèle de Kom Ombo ne permet guère en effet de leur octroyer une utilisation spécifique. Selon Érasistrate (c. 320 – c. 250 av. J.-C.) aurait été exposée dans le temple d’Apollon à Delphes une pince en plomb (le Plumbeum odontagogon) dans le but de montrer qu’il ne faut extraire que des dents facilement détachables. Ces sortes de pinces sont incontestablement les instruments les plus anciens pour procéder tout aussi bien à saisir des esquilles d’os, une pointe de flèche cassée ou une dent.

Aux XIIIe et XIVe siècles selon un procédé fréquent dans le langage populaire, les noms d’outils étaient souvent formés d’anthroponymes. C’est ainsi que « daviet », diminutif de David, en vint à désigner un ancien outil de menuisier, sorte de pince à relier les tonneaux.

Les daviers ont au fil des siècles des appellations diverses, daviet, tire-racines, forceps, tenaille, tenaille dentelée, pincette, pinces droite ou courbe et de multiples noms d’oiseaux en précisent la forme des mors : becs de corbin, corbeau, vautour, grue, corneille, faucon, perroquet. Leurs utilisations sont diverses, parfois confuses : pour certains, le davier sert également à « rompre » la dent ; d’autres nomment « tenaille » l’instrument destiné à couper la dent, mais aussi à l’extraire. Le terme de pince subsiste très longtemps désignant le plus souvent un instrument destiné à l’extraction des monoradiculées mais non exclusivement.

Tant que les daviers sont proches de « pinces améliorées », presque tous les auteurs vont en dénoncer les dangers ou en limiter l’emploi et privilégier l’usage du pélican ou de la clef, le davier ne servant qu’à saisir la dent déjà ébranlée. Cependant, on relève chez certains le souci d’éviter que l’instrument ne glisse sur la dent en en « dentelant les mors ». Au début du XIXe siècle, le souci d’amélioration de l’instrument s’affine et dès lors, Américains et Anglais vont rivaliser d’ingéniosité pour « mieux adapter » les mors du davier à la dent à extraire.

1826 est l’année de la première photographie, mais c’est aussi celle des premiers daviers dits anatomiques par Cyrus Fay (1778-1839), Américain établi à Londres depuis 1822. Il écrit : « Ils sont faits de façon à s’ajuster uniquement au collet, n’exerçant jamais aucune pression sur l’émail ou la couronne de la dent, par conséquent, ils peuvent être employés sans risquer de casser une dent cariée en voulant l’extraire. Ils ne risquent jamais de glisser. Il n’est pas nécessaire de couper la gencive puisque les lames du davier s’appliquent directement au collet de la dent », « Improved forceps for the use of dentists », in Transaction of the Society of the Encouragements of Arts, Manufactures and Commerce, London, 1826, vol. XLIV, 1826 p.168-169.

À partir de cette date la révolution des daviers anatomiques croit parallèlement à l’évolution industrielle. Des milliers de daviers de formes diverses vont être fabriqués à la demande de praticiens et envahir les catalogues.

Nous sommes très reconnaissants à Malcolm Bishop, membre de la British Dental Association, pour les documents qu’il nous a procurés.

 

Rappelons la technique d’extraction et les mises en garde décrites par Celse au 1er siècle (syndesmotomie, luxation, extraction) qui reste encore d’actualité.

Portrait de Cornelius Celse
in De medicina libri octo, ed ; Amsterdam, Johannes Wolters, 1713
Technique d’extraction
« On doit râcler la dent tout autour pour en détacher la gencive, puis la secouer jusqu’à ce qu’elle soit devenue mobile : car l’avulsion d’une dent adhérente est très dangereuse, et détermine même parfois la luxation du maxillaire inférieur. Le péril est plus grand encore pour les dents d’en haut car les tempes et les yeux peuvent en être ébranlés. Alors si c’est possible, on extrait la dent avec les doigts ; si nécessaire, avec un davier ; si elle est creuse, on remplit auparavant le trou de charpie ou de plomb bien préparé, pour empêcher la dent d’être brisée par l’étreinte de l’instrument. Il faut retirer le davier verticalement de peur que par l’inclinaison des racines, la partie alvéolaire de l’os où la dent est implantée n’éclate en quelque point. [ …] S’écoule t-il plus de sang que de coutume ? on est tout de suite certain qu’il y a fracture de l’os, il faut alors avec un stylet rechercher l’esquille détachée et la retirer à l’aide d’une pince ; si elle ne vient pas, on incise la gencive jusqu’à ce que le fragment d’os mobile se laisse enlever ». Traité de médecine de A.C. Celse : traduction nouvelle par le Dr A. Vedrènes, Paris, Masson, 1876 (« Des dents qui remuent », Livre VII, chap. XII, p. 502)
Portrait de
Cornelius Celse

Abulqasis (936-1013), Chirurgia Libri tres, 1532

Page de titre : Chirurgia Libri tres, J. Schott, Strasbourg, 1532
(BIU Santé 00055)
La chirurgie d’Abulcasis, (trad. Lucien Leclerc) 1861

Page de titre : La chirurgie d’Abulcasis, traduction de Lucien Leclerc, Paris, J. -B. Baillière, 1861
(BIU Santé 30707)

ìl s’agit encore de « pinces » et la technique d’extraction est fidèle à celle de Celse.

Une pince
Abulqasis (936-1013), Chirurgia libri tres, 1532, p. 174-175
« Une fois que vous êtes bien certain de l’identité de la dent douloureuse, il faut inciser tout autour avec un bistouri d’une certaine force et écarter la gencive de tous les côtés. Vous agirez ensuite sur la dent avec le doigt ou avec des pinces légères, petit à petit jusqu’à ce qu’elle branle. Saisissez là avec de fortes pinces, après avoir placé la tête du malade entre vos genoux et l’avoir fixé, de manière qu’il ne puisse remuer. Tirez sur la dent dans le sens de sa longueur pour ne pas risquer de la rompre. […] Les pinces avec lesquelles vous commencerez par ébranler la dent seront longues : leurs extrémités courtes et les manches épais afin de ne pas ployer pendant l’opération ». La chirurgie d’Abulcasis, trad ; Lucien Leclerc, Paris, J.-B. Baillière, 1861, p. 98-100
Une pince
Abulqasis (936-1013), Chirurgia libri tres, 1532, p. 174-175
« Une fois que vous êtes bien certain de l’identité de la dent douloureuse, il faut inciser tout autour avec un bistouri d’une certaine force et écarter la gencive de tous les côtés. Vous agirez ensuite sur la dent avec le doigt ou avec des pinces légères, petit à petit jusqu’à ce qu’elle branle. Saisissez là avec de fortes pinces, après avoir placé la tête du malade entre vos genoux et l’avoir fixé, de manière qu’il ne puisse remuer. Tirez sur la dent dans le sens de sa longueur pour ne pas risquer de la rompre. […] Les pinces avec lesquelles vous commencerez par ébranler la dent seront longues : leurs extrémités courtes et les manches épais afin de ne pas ployer pendant l’opération ». La chirurgie d’Abulcasis, trad ; Lucien Leclerc, Paris, J.-B. Baillière, 1861, p. 98-100
Deux pinces

Elias S. Khalifah et Samie J. Haddad, « Dental cleanings from Arabian Medicine »

Page de titre : Berichte erstattet am IX. Internationalen Zahnärtztekongress der F. D. I., 1936. Urban & Schwarzenberg, Vienne et Berlin, 1937
(BIU Santé C1-9/1)



 
Quatre pinces d’un manuscrit d’Abulqasis dont les deux supérieures se rapprochent déjà plus de la forme de tenailles
Elias S. Khalifah et Samie J. Haddad, « Dental cleanings from Arabian Medicine », in Berichte erstattet am IX. Internationalen Zahnärtztekongress der F. D. I., 1936. Urban & Schwarzenberg, Vienne et Berlin, 1937, p. 253
Quatre pinces d’un manuscrit
d’Abulqasis dont les deux
supérieures se rapprochent déjà
plus de la forme de tenailles
Longs manches de la pince
Enluminure du XIVe siècle, Jacobus Anglicus, Omne Bonum (Opusculum), 1326-1347
(BL Ms Royal 6E VI (vol. II), Fo 503b, British Library, London)
Longs manches de la pince


 

Ryff, Walther Herman (?-1562), Die Gross Chirurgei, 1545

Page de titre : Walter Herman Ryff (?-1562), Die Gross Chirurgei der volkommene Wundtartzenei, Egenoff, Frankfurt/Main, 1559
(BIU Santé 8751)

 
Davier
Walter Herman Ryff (?-1562), Die Gross Chirurgei der volkommene Wundtartzenei, Egenoff, Frankfurt/Main, 1559, Fo XXXVIIIv (détail)
Davier
 
Bec de corbin
Walter Herman Ryff (?-1562), Die Gross Chirurgei der volkommene Wundtartzenei, Egenoff, Frankfurt/Main, 1559, Fo XXXVIII (détail)
Bec de corbin
 
Davier pour monoradiculées ou Tire-racines inférieures, XVIe s.
Davier finement travaillé, mors striés aux extrémités
LS_2005_1_90_ALB (Musée Le Secq des Tournelles, cliché Albatros)
Davier pour monoradiculées
ou Tire-racines inférieures, XVIe s.

Martinez de Castrillo, Francisco (c. 1525-1585), Coloquio breve y compendioso sobre la materia de la dentura y maravillosa obra de la boca, 1557

Page de titre : Francisco Martinez de Castrillo, (c. 1525-1585), Coloquio breve y compendioso sobre la materia de la dentadura y maravillosa obra de la boca, con muchos remedios y avisos necessarios. Y la orden de curar, y adreçar los dientes, Valladolid, Sebastian Martinez, 1557
(Bibliotheca en la Universidad Complutense de Madrid)


 
(Dialogue bref et concis sur la denture et ce chef d’œuvre qu’est la bouche, édition de Micheline Ruel-Kellermann, Gérard Morisse, Collection Pathographie, 5, Paris, De Boccard, 2010)
(BIU Santé 234001-5)


 
« Davier pour molaire non corrompue »
« Quand la molaire n’est pas corrompue ou peu et qu’elle peut subir une quelconque force sans se briser, il convient d’arracher avec le davier, car ainsi l’on arrache plus facilement et plus vite, et sans danger pour les dents qui restent », Francisco Martinez de Castrillo (c. 1525-1585), Coloquio breve y compendioso sobre la materia de la dentadura y maravillosa obra de la boca, Valladolid, Sebastian Martinez, 1557, Fo. 50r
« Davier pour molaire
non corrompue »
 
Davier pour dents inférieures, XVIe s.
Fer forgé, le manche inférieur se termine par un gland
(Museo de la Facultad de Odontología de la Universidad Complutense de Madrid)
Davier pour dents
inférieures, XVIe s.
 
« Deux instruments pour enlever un morceau de dent ou de racine qui bouge »
« Quand il y a un morceau de dent ou de racine qui bouge, il faut l’enlever avec l’un de ces deux instruments, ayant sur la partie utile des petites rainures et des crans comme ceci », Francisco Martinez de Castrillo (c. 1525-1585), Coloquio breve y compendioso sobre la materia de la dentadura y maravillosa obra de la boca, Valladolid, Sebastian Martinez, 1557, Fo. 50v
« Deux instruments pour enlever
un morceau de dent ou de racine
qui bouge »

Un arracheur de dents
Cette gravure aquarellée de 1582 présente deux instruments dans la main ou la besace de l’opérateur semblables à ceux de Martinez
Un arracheur de dents
Davier
Gravure aquarellée de 1582 : Un arracheur de dents, détail
Davier
Pince
Gravure aquarellée de 1582 : Un arracheur de dents, détail
Pince

Paré, Ambroise (1510-1590), Deux livres de chirurgie, 1573

Page de titre : Ambroise Paré, Deux livres de chirurgie, Paris, André Wechel, 1573
(BIU Santé 35181)
 
« Daviet »
« Aussy si on cognoit que la dent ne puisse être arrachée par le poussoir, on prendra un daviet (D), lequel est propre à rompre la dent qu’on veut rompre [deschapellement]  », Ambroise Paré (1510-1590), Deux livres de chirurgie, Paris, André Wechel, 1573, p. 353, détail
« Daviet »

Croce Giovanni Andrea dell (1514-1575), Cirurgia universale, 1583

Page de titre : Giovanni Andrea dell Croce (1514-1575), Cirurgia universale e perfetta di tutte le parti pertinenti all'ottimo chirurgo di nuovo posta in luce, Venetia, Giordano Ziletti, 1583
(BIU Santé 257)

« Quand les dents sont séparées des gencives, et un peu mobilisées, il faut bien accommoder les fers pour qu’ils ne glissent pas, et ne se brisent ; les opérateurs retrouvent ainsi des forceps de la forme de ceux qu’ils appellent cagnoli »

Deux cagnoli
« Forceps de Paul [d’Égine] » (gauche), « Forceps de Celse » (droit), Giovanni Andrea dell Croce (1514-1575), Cirurgia universale e perfetta di tutte le parti pertinenti all'ottimo chirurgo di nuovo posta in luce, Venetia, Giordano Ziletti, 1583, « Officina della cirugia, settimo et ultimo libro », p. 18, détail
Deux cagnoli

Guillemeau, Jacques (1549-1613), Les Œuvres de chirurgie, 1602

Page de titre : Jacques Guillemeau (1549-1613), Les Œuvres de chirurgie de Jacques Guillemeau, chirurgien ordinaire du Roy et Juré à Paris, divisées en treize livres. Avec les Portraicts & Figures Anatomiques de toutes les parties du corps humain. Et des instruments nécessaires au Chirurgien. Dernière édition. Paris, Nocilas Buon, 1602
(BIU Santé 251)

 
« Daviet »
Pl. p. 21, détail. SS « Daviet, en Latin Polycampus, en Grec Odontagra & Odontagogon. C’est instrument à plusieurs branches, lesquelles se mettent toutes à un manche au moyen d’une petite vis ». Jacques Guillemeau (1549-1613), Les Œuvres de chirurgie, 1602
« Le plus bas que faire se pourra, [la dent] sera empoignée avec le Davier, lequel il faut modérément serrer, craignant de l’esclatter & rompre, & la tirer un bien peu en courbant, par ce qu’en pliant & courbant par trop la racine, l’os de la machoüere où elle est fichée se peut rompre ou bien ladicte Dent en sa racine. Et faut noter qu’elle ne doit être tirée à coup, ny par grande violence : car tirant ferme, on pourroit par ce moyen disloquer la machoüere inférieure comme en la machoüere supérieure, faire un grand esbranlement ou aux temples ou aux yeux ». Jacques Guillemeau (1549-1613), Les Œuvres de chirurgie, Dernière édition. Paris, Nocilas Buon, 1602, p. 237
« Daviet »
 
Davier pour molaires inférieures, XVIIe s.
Acier poli, articulation à enfourchement
Particularité des manches : une des extrémités (le manche droit) se termine par une perforation en cœur et l’autre (manche courbe) par un étranglement (405a)
L (en cm) 14,5, m 125 gr
(Cliché ASPAD PS023)
Davier pour molaires
inférieures, XVIIe s.
« Tire-racine de dent »
Pl. p. 21, détail, XX, « Tire-racine de dent, en Grec Rixagra. C’est instrument est fort commode pour tirer quelque racine de dent qui sera demeurée, la dent estant rompue ou pourrie ». Jacques Guillemeau (1549-1613), Les Œuvres de chirurgie, Dernière édition. Paris, Nocilas Buon, 1602
« Tire-racine
de dent »

Lowe Peter (1550-1610), A discourse of the whole art of chyrurgerie, 1612

Page de titre : Peter Lowe (1550-1610), A discourse of the whole art of chyrurgerie, Londres, Thomas Purfoot, 1612
(BIU Santé 6541)
  

 
« Instruments to pull out teeth »
Pl. p. 193, détail, à gauche : « tire-racines », à droite, davier, les deux identiques à ceux de Guillemeau, Peter Lowe (1550-1610), A discourse of the whole art of chyrurgerie, Londres, Thomas Purfoot, 1612
[Ces instruments sont pratiquement tous identiques à ceux de Guillemeau, en plus ordinaires]
« Instruments
to pull out
teeth »
« Instruments to pull out teeth »
Pl. p. 193, détail, à gauche : « tire-racines », à droite, davier, les deux identiques à ceux de Guillemeau, Peter Lowe (1550-1610), A discourse of the whole art of chyrurgerie, Londres, Thomas Purfoot, 1612
[Ces instruments sont pratiquement tous identiques à ceux de Guillemeau, en plus ordinaires]
« Instruments
to pull out
teeth »

Woodall John (1570-1643), The surgions mate, 1617

Page de titre : John Woodall, (1570-1643), The surgions mate, London, Edward Griffin, 1617
  
Page de titre : John Woodall, (1570-1643), The surgions mate, a complete facsimile of the book published in 1617 ; introd. and appendix by John Kirkup, Bath, Kingsmead Press, 1978
(BIU Santé 179939)
  
Deux forceps
Pl. II, détail, chez ces deux forceps (10) le manche du côté du mors interne est recourbé vers l’extérieur, comme celui de David Téniers (ci-dessous), John Woodall, (1570-1643), The surgions mate, a complete facsimile of the book published in 1617, Bath, Kingsmead Press, 1978
Deux forceps
Deux forceps
Pl. II, détail, chez ces deux forceps (10) le manche du côté du mors interne est recourbé vers l’extérieur, comme celui de David Téniers (ci-dessous), John Woodall, (1570-1643), The surgions mate, a complete facsimile of the book published in 1617, Bath, Kingsmead Press, 1978
Deux forceps
L’arracheur de dents
David Téniers (1610-1689), L’arracheur de dents, Staatliche Kunstsammlungen, Cassel, © ACR
L’arracheur de dents
L’arracheur de dents (détail)
Le davier au centre chevauche un instrument à détartrer, à gauche un pied de biche bifide.
L’un de ses manches est également recourbé à l’extérieur comme les deux forceps précédents, David Téniers (1610-1689), L’arracheur de dents, Staatliche Kunstsammlungen, Cassel, © ACR
L’arracheur de dents (détail)
Bec de corbeau
Pl. II, détail, le 7 est dénommé bec-de-corbeau, John Woodall, (1570-1643), The surgions mate, a complete facsimile of the book published in 1617 ; introd. and appendix by John Kirkup, Bath, Kingsmead Press, 1978
Bec de corbeau

Ferrara, Gabriele (?), Chirurgia in tres libros, 1625

Page de titre : Gabriele Ferrara, Chirurgia in tres libros divisa in quorum I, de observationis chirurgicis, II, de medicamentis itidem ad chirurgiam pertinentibus, III, de medicamentis per distillationem etc. Francfort, J. de Zetter, 1625, Livre II
(BIU Santé 71075)


 
« Forceps pour les dents »
Fig. 34, Gabriele Ferrara, Chirurgia in tres libros, Francfort, J. de Zetter, 1625, Livre II, p. 263
« Forceps
pour les dents »
 
« Forceps pour extraire les fragments osseux »
Fig. 35, [Cet instrument est un bec de corbeau qui sert également pour beaucoup d’auteurs à extraire les dents. Remarquer la courbure de l’un des manches] , Gabriele Ferrara, Chirurgia in tres libros, Francfort, J. de Zetter, 1625, Livre II, p. 264
« Forceps pour
extraire les
fragments osseux »

Scultet, Johann (1595-1645), Armantarium chirurgicum, 1655

Page de titre : Scultet Johann (1595-1645), Armamentarium chirurgicum XLIII Tabulis æri elegantissime incisis nec ante hac visis, exornatum, Opus posthumum, Ulmæ Suevorum, B. Kuhnen, 1655
(BIU Santé 8762)

Scultet, Johann (1595-1645), L’arcenal de Chirurgie, 1712

Page de titre : Johann Scultet (1595-1645), L’arcenal de Chirurgie, de Jean Scultet, médecin et chirurgien de la république d’Ulmes. Nouvellement traduit en François par un célèbre Médecin, né à Lyon le 28 de septembre 1702. Enrichi de 50 Figures en taille-douce, où sont representez tous les Instrumens de Chirurgie anciens & modernes ; avec la manière de faire les Opérations, Lion, Leonard de la Roche, 1712
(BIU Santé 47787)

 
« Tenaille dentelée »
Table X, (détail), « La Fig. IV est une tenaille dentelée, appelée vulgairement Davier », Johann Scultet (1595-1645), L’arcenal de Chirurgie, Lion, Leonard de la Roche, 1712, p. 31
« Tenaille dentelée »
 
« Tenaille de la figure d’un bec de corbeau »
Table X, (détail), « La Fig. V est une autre tenaille de la figure d’un bec de corbeau qui sert à arracher les racines des dents. Celse la nomme pour cette raison Rizagran, qui veut dire arrache-racine et conseille de s’en servir quand après avoir arraché la dent, il y reste une racine ». Johann Scultet (1595-1645), L’arcenal de Chirurgie, Lion, Leonard de la Roche, 1712, p. 31
« Tenaille de la figure
d’un bec de corbeau »
« Technique d’arrachage »
Table XXXV, p. 208, (détail), « La Fig. VII montre comme on arrache commodément avec la tenaille appelée bec de Vautour ou de Corbin (Fig. II, table XII) une dent qui était sortie de la mâchoire contre l’ordre de la nature & qui blessait la bouche ». Johann Scultet (1595-1645), L’arcenal de Chirurgie, Lion, Leonard de la Roche, 1712, p. 211
« Technique
d’arrachage »
« Technique d’arrachage »
Table XXXV, p. 208, (détail), « La Fig. VII montre comme on arrache commodément avec la tenaille appelée bec de Vautour ou de Corbin (Fig. II, table XII) une dent qui était sortie de la mâchoire contre l’ordre de la nature & qui blessait la bouche ». Johann Scultet (1595-1645), L’arcenal de Chirurgie, Lion, Leonard de la Roche, 1712, p. 211
« Technique
d’arrachage »

Dionis, Pierre (1650-1718), Cours d’opérations de chirurgie, 1707

Page de titre : Pierre Dionis (1650-1718), Cours d’opérations de chirurgie démontrées au Jardin Royal, Paris, Laurent d’Houry, 1707
(BIU Santé 30622)
  
« Davier »
« Davier (2) (Fig. LX, détail), c’est une manière de tenaille dont le bout qui embrasse la dent est recourbé & fendu en fourchette pour la tenir avec plus de fermeté [ …] C’est un instrument des plus anciens de la Chirurgie dont on s’est servi de tous tems », Pierre Dionis (1650-1718), Cours d’opérations de chirurgie démontrées au Jardin Royal, Paris, Laurent d’Houry, 1707, p. 515
« Davier »
« Tire-racine de dent »
« Un tire-racine de dent (6) (Fig. LX, détail), décrit par Guillemeau, est une espèce de tenaille dont les bouts sont presque pointus pour entrer dans l’alvéole et pincer le reste d’une racine », Pierre Dionis (1650-1718), Cours d’opérations de chirurgie démontrées au Jardin Royal, Paris, Laurent d’Houry, 1707, p. 516
« Tire-racine de dent »
« Bec de corbeau »
« Une tenaille appelée bec de corbeau (7) (Fig. LX, détail), à cause de sa figure, elle sert pour extirper les chicots & en couper les extrémités », Pierre Dionis (1650-1718), Cours d’opérations de chirurgie démontrées au Jardin Royal, Paris, Laurent d’Houry, 1707, p. 516
« Bec de corbeau »

Heister, Lorenz (1683-1768), Chirurgie, in welcher alles, was zur Wund-Artzney gehöret, 1719

Page de titre : Lorenz Heister (1683-1768), Chirurgie, in welcher alles, was zur Wund-Artzney gehöret, Nuremberg, J. Hoffmann, 1719

Heister, Lorenz (1683-1768) / Paul, François (1731-1774), Institutions de chirurgie, 1770

Page de titre : Lorenz Heister (1683-1768) / Paul, François (1731-1774), Institutions de chirurgie, où l’on traite dans un ordre clair et nouveau de tout ce qui a rapport à cet art : ouvrage de près de quarante ans, orné d’un grand nombre de figures en taille douce, qui représentent les instruments le plus approuvés et le plus utiles, le manuel des opérations, les appareils et les bandages, Avignon, J. J. Niel, 5 vol., 1770
(BIU Santé 30668)

 
« Instrument nouvellement imaginé pour arracher les dents »
Pl. XX, détail, Fig. 23 : « La partie A peut très bien servir à arracher les racines, au lieu du pied-de-chèvre, & la partie B, aidée du crochet C, est très propre pour l’extraction des dents entières. On peut allonger plus ou moins ce crochet, suivant la grosseur de la dent, au moyen de la vis D. On peut aussi en le repliant en arrière, le cacher, pour plus grande commodité, dans la capsule ou couvercle E ». Lorenz Heister (1683-1768) / Paul, François (1731-1774), Institutions de chirurgie, Avignon, J. J. Niel, 5 vol., 1770, p. 93
[Préfiguration des pélicans et tiretoires à crochets réglables]
« Instrument nouvellement
imaginé pour arracher les dents »

Manget, Jean-Jacques (1652-1742), Bibliotheca chirurgica, 1721

Page de titre : Jean-Jacques Manget (1652-1742), Bibliotheca chirurgica, Sive Rerum ad Artem Machaonicam, Genève, Cramer Jean-Antoine, Perachon Philibert, Cramer Guillaume Philibert, 1721
(BIU santé 226)

 
« Forceps dentaria communis & forceps rostrum cervinum »
Table XI, détail, Fig. 4 « forceps dentaria communis, (appelé par les Italiens Cagnolo, parce qu’il imite la morsure d’un chien ». Fig. 5 : « forceps rostrum cervinum, (bec de corbeau pour extraire les racines et recommandé par Celse), Jean-Jacques Manget (1652-1742), Bibliotheca chirurgica, Genève, Cramer Jean-Antoine, Perachon Philibert, Cramer Guillaume Philibert, 1721, p. 510
« Forceps dentaria communis
& forceps rostrum cervinum
»

Tous les instruments et pas seulement les daviers sont totalement pris (la plupart du temps inversés) sur l’édition 1655 de l’Armamentarium chirurgicum de Scultet


Garengeot, René Jacques Croissant de (1688-1759), Nouveau traité des instruments de Chirurgie les plus utiles, 1723

Page de titre : René Jacques Croissant de Garengeot, (1688-1759), Nouveau traité des instruments de Chirurgie les plus utiles, et de plusieurs machines propres pour les maladies des os, Dans lequel on examine leurs parties, leurs dimensions, leurs usages, & on fait sentir la vraïe manière de s’en servir. Ouvrage très-nécessaire aux Chirurgiens, & très utile pour les Couteliers ; enrichi de Figures en taille douce, qui répondent à l’explication. Par René Jacques Croissant de Garengeot, chirurgien à Paris. La Haye, Henri Scheurleer, 1725
(BIU Santé 30818)

Contrairement à Fauchard, Garengeot consacre un chapitre spécial (Article VII) aux « Daviers qui conviennent pour arracher les dents »

« Davier ordinaire et autre espèce de davier très commode »
Fig. 1, « davier ordinaire », « les branches sont naturellement écartées l’une de l’autre par un simple ressort d’acier, […] , fixé & attaché par une rivûre perdue sur le milieu de la branche mâle. Ce ressort qui est dans l’intérieur de la branche, s’écarte et pousse la branche femelle »
Fig. 2, « autre espèce de davier très commode, le bec est autrement contourné que le précédent (absence d’un ressort). […] Il convient très fort pour les personnes qui ne peuvent pas ouvrir la bouche, & il convient toujours mieux quand on a auparavant ébranlé ou pour mieux dire déraciné la dent avec le Pélican », René Jacques Croissant de Garengeot, (1688-1759), Nouveau traité des instruments de Chirurgie les plus utiles, La Haye, Henri Scheurleer, 1725, T II, p. 81-82
« Davier ordinaire
et autre espèce de
davier très commode »

Colombani Carlo Giuseppe (1676-1735 ou 1736), Il tutto ristretto in poco ô sia il tesoro aperto…, 1724

Page de titre : Carlo Giuseppe Colombani (1676-1735 ou 1736), Il tutto ristretto in poco ô sia il tesoro aperto … diviso in tre libri, in Venezia, Presso il Millocco, 1724

 
« Tenaglia o cane » de Colombani
Fig. F, Pl. I, détail, « c’est celui qui est le plus utile, et le plus sûr, […] , la partie inférieure est plane, et la partie supérieure est en demi-lune, parce que ceux qui sont courbes, et fabriqués avec une demi-lune en dessous comme au-dessus, ceux-là fracturent facilement les dents […] mais le mien, parce qu’il est plat au-dessous ne coupe pas, ni ne rompt la dent , mais l’embrasse (lo abbraccia), & serrant légèrement la partie courbe prend la dent du côté interne, et en tournant le poignet […] la dent sort facilement de sa boîte [alvéole] » Carlo Giuseppe Colombani (1676-1735 ou 1736), Il tutto ristretto in poco ô sia il tesoro aperto … in Venezia, Presso il Millocco, 1724, Livre II, p. 49-50
« Tenaglia o cane »
de Colombani
Daviers pour dents inférieures, fin XVIIIe s.
En métal
G, un manche droit élargi au bout et l’autre courbe
L x l x e (en cm) 14 x 4,4 x 1,8
AP 2003 6.2.1.98 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
C, manches courbe, mors dentelés
L x l x e (en cm) 12,3 x 4 x 1,3
AP 2003 6.2.1.99 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
D, un manche droit et l’autre courbe
L x l x e (en cm) 12,8 x 4 x 1,3
AP 2003 6.2.1.100 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Daviers pour dents inférieures,
fin XVIIIe s.
Davier à racines
Fig. H, Pl. I, détail, Carlo Giuseppe Colombani (1676-1735 ou 1736), Il tutto ristretto in poco ô sia il tesoro aperto … in Venezia, Presso il Millocco, 1724, Livre II, p. 65
Davier à racines
Fig. M, Pl. II, détail, Carlo Giuseppe Colombani (1676-1735 ou 1736), Il tutto ristretto in poco ô sia il tesoro aperto … in Venezia, Presso il Millocco, 1724, Livre II
Charlatan
Charlatan signé et daté de 1754, censé représenter Colombani, Giandomenico Tiepolo (1727-1804), (Musée du Louvre) ©ACR
Charlatan
Daviers à racines

Fauchard, Pierre (1679-1761), Le Chirurgien Dentiste ou Traité des Dents, 1728

Page de titre : Pierre Fauchard (1679-1761), Le Chirurgien Dentiste ou Traité des Dents, où l’on enseigne les moyens de les entretenir propres & saines, de les embellir, d’en réparer la perte & de remédier à leurs maladies, à celles des Gencives & aux accidens qui peuvent survenir aux autres parties voisines des Dents. Avec des Observations & des Réflexions sur plusieurs cas singuliers. Ouvrage enrichi de quarante planches en taille douce. Par Pierre Fauchard, Chirurgien Dentiste à Paris. Paris, Jean Mariette, 1728
(BIU Santé 31332)

Tantôt pincette ou davier, Fauchard ne leur attribue pas une grande place parmi les « instruments à ôter les dents », privilégiant le pélican. « Les pincettes droites servent sur tout à ôter les incisives et les canines. Les pincettes en bec de gruë, ou de corbeau, servent pour ôter certaines racines profondes déjà ébranlées & qu’on ne peut ôter avec les autres instruments. [...] Je rejette les ressorts que l’on ajoute ordinairement à cet instrument pour faciliter l’ouverture des branches [...] il arrive que par sa vertu élastique, il diminue la force de la main », p. 138-139

Deux daviers
Pl. 19, Fig. I, « le davier vu de façon qu’on aperçoit les courbures de ses deux mâchoires & de ses deux branches », p. 144
Pl. 19, Fig. II, « un autre davier ou pincette dont les mâchoires sont recourbées de haut en bas, de droit à gauche & de gauche à droit, servant à ôter des dents dans des cas particuliers », Pierre Fauchard (1679-1761), Le Chirurgien Dentiste ou Traité des Dents, Tome 2, Paris, Jean Mariette, 1728.  p. 144-145.
Deux daviers
 
Davier pour dents inférieures, XVIIIe
En acier poli, articulation à enfourchement
L (en cm) 14,5, m 120gr
(Cliché ASPAD PS019)
Davier pour dents
inférieures, XVIIIe
Pincettes droite et en bec de corbeau
Pl. 20, Fig. I, « pincettes droites servant à ôter certaines dents vues latéralement ».
Pl. 20, Fig. II, « pincettes en bec de gruë, ou de corbeau, servant à ôter les racines des dents, ou chicots, vues latéralement », Pierre Fauchard (1679-1761), Le Chirurgien Dentiste ou Traité des Dents, Tome 2, Paris, Jean Mariette, 1728. p. 145-146.
Pincettes droite et
en bec de corbeau

Pfaff, Phillip, (1713-1766), Abhandlung von den Zähnen des menschlichen Körpers und deren Krankheiten, 1756

Page de titre : Phillip Pfaff (1713-1766), Abhandlung von den Zähnen des menschlichen Körpers und deren Krankheiten, Berlin, Bey Haude und Spener, 1756
(BIU Santé 72110)
  
Daviers-tiretoires montés et démontés
Phillip Pfaff (1713-1766), Abhandlung von den Zähnen des menschlichen Körpers und deren Krankheiten, Berlin, Bey Haude und Spener, 1756
Daviers-tiretoires montés et démontés
Phillip Pfaff (1713-1766), Abhandlung von den Zähnen des menschlichen Körpers und deren Krankheiten, Berlin, Bey Haude und Spener, 1756
Daviers-tiretoires montés et démontés
Phillip Pfaff (1713-1766), Abhandlung von den Zähnen des menschlichen Körpers und deren Krankheiten, Berlin, Bey Haude und Spener, 1756
Daviers-tiretoires montés et démontés

Tab. I, II, III. Très originaux, tous les daviers-tiretoires de Pfaff sont utilisés pour une extraction perpendiculaire, toute mobilisation latérale de la dent étant proscrite. À droite de la Tab. III, un pied de biche (Fig. IX)


Bourdet, Étienne (1722-1789), Recherches et observations sur toutes les parties de l’art du dentiste, 1757

Page de titre : Étienne Bourdet (1722-1789), Recherches et observations sur toutes les parties de l’art du dentiste, Paris, Jean Thomas Hérissant, 1757
(BIU Santé 31324)
 

 
« Pince droite qui sert à ôter certaines Dents »
Pl. X, détail, Fig. 1, le davier est un adjuvant pour terminer le travail du pélican pour « ménager l’alvéole & la gencive, […], lorsqu’on se sert du davier, il ne faut point trop serrer la Dent de crainte qu’elle ne se casse ; surtout si elle tient fortement & que le pélican n’ait pu trouver d’appui », Étienne Bourdet (1722-1789), Recherches et observations sur toutes les parties de l’art du dentiste, Paris, Jean Thomas Hérissant, 1757, T II, p. 153-155
« Pince droite
qui sert à ôter
certaines Dents »

Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers …, par une Société de gens de lettres ; mis en ordre et publié par M. Diderot et, quant à la partie mathématique par M. d’Alembert, Paris, Briasson, 1751-1780. Recueil de Planches sur les sciences, les arts libéraux et les arts méchaniques, 1763
 
Page de titre : Recueil de Planches sur les sciences, les arts libéraux et les arts méchaniques, avec leur explication, T. III, C-D, Paris, Briasson, David, Le Breton, Durand, 1763
(BIU Santé 1186)
« Deux daviers »
Fig. 10, Pl. XXV détail, davier à molaire inférieure
Fig. 11, Pl. XXV détail, davier à molaire supérieure
Recueil de Planches sur les sciences, les arts libéraux et les arts méchaniques, avec leur explication, T. III, C-D, Paris, Briasson, David, Le Breton, Durand, 1763
« Deux daviers »
Fig. 10, Pl. XXV détail, davier à molaire inférieure
Fig. 11, Pl. XXV détail, davier à molaire supérieure
Recueil de Planches sur les sciences, les arts libéraux et les arts méchaniques, avec leur explication, T. III, C-D, Paris, Briasson, David, Le Breton, Durand, 1763
  « Deux daviers »

Aitken John (1752-1777), Essays on several important subjects in surgery, 1771

Page de titre : Aitken John (1752-1777), Essays on several important subjects in surgery, London, Edinburgh, C. Dilly, A. Kincaid, W. Creech, J. Balfour, W. Drummond J. Bell, 1771
(BIU Santé 49187)
 
« Forceps en bec de corbeau »
Pl. VI, détail, Fig. 7 « La forme de ce forceps en bec de corbeau diffère de ceux couramment utilisés : il est recourbé selon un angle plus petit, et ses extrémités sont plus fines ; c’est le plus facile et le plus sûr [moyen] pour se saisir d’une dent ou d’un chicot même si on les suppose en dessous de la surface de la gencive », Aitken John (1752-1777), Essays on several important subjects in surgery, London, Edinburgh, C. Dilly, A. Kincaid, W. Creech, J. Balfour, W. Drummond J. Bell, 1771, p. 212, 213
« Forceps en bec de corbeau »

Perret, Jean-Jacques (1730-1784), L’art du coutelier, 1772

Page de titre : Jean-Jacques Perret (1730-1789), L’art du coutelier, expert en instruments de chirurgie, Seconde partie, Première section, Paris, L. F. Delatour, 1772
(BIU Santé 354)
 


 
Un Davier
Pl. 88, détail, Fig. 1, « c’est le plus ancien des instruments pour arracher les dents […] . Son défaut est de casser les dents creuses », Jean-Jacques Perret (1730-1789), L’art du coutelier, expert en instruments de chirurgie, Seconde partie, Première section, Paris, L. F. Delatour, 1772, p. 291
Un Davier


 
Davier pour molaires inférieures, fin XVIIIe s.
En métal, mors dentelés
L x l x e (en cm) 13 x 1,5 x 1,5
AP 2003 6.2.1.96 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour
molaires
inférieures,
fin XVIIIe s.
Davier à l’ancienne
Pl. 88, détail, Fig. 2, « représentation des mâchoires telles qu’on les faisait anciennement ; l’œil X est trop évasé ; les deux échancrures A n’embrassent que très peu la dent & la pressent tellement que souvent elles la font casser […] . On a tenté [en vain] de corriger ce défaut par le moyen d’une vis », Jean-Jacques Perret (1730-1789), L’art du coutelier, expert en instruments de chirurgie, Seconde partie, Première section, Paris, L. F. Delatour, 1772, p. 291
Davier à
l’ancienne

 
« Un Davier avec un point d’appui »
Pl. 88, détail, Fig. 24, un Davier avec un point d’appui ; c’est à dire que la mâchoire supérieure F, est celle du Davier, & la mâchoire inférieure B, est faite en point d’appui du pélican ; c’est avec lui que l’on fait le point d’appui sur les gencives, tandis que le crochet fait coucher la dent. […] . Cet instrument (dont je suis l’Auteur) a l’avantage de servir aux incisives, aux canines, & aux deux premières molaires », Jean-Jacques Perret (1730-1789), L’art du coutelier, expert en instruments de chirurgie, Seconde partie, Première section, Paris, L. F. Delatour, 1772, p. 292
« Un Davier
avec un point
d’appui »
 
« Deux Pinces incisives »
Pl. 88, détail, Fig. 8, « Pince incisive. De plusieurs épaisseurs, les plus minces servent à arracher les petits chicots à la mâchoire supérieure »
Pl. 88, détail, Fig. 9, « Pince incisive de M. Foucou », Jean-Jacques Perret (1730-1789), L’art du coutelier, expert en instruments de chirurgie, Seconde partie, Première section, Paris, L. F. Delatour, 1772, p. 292
« Deux Pinces
incisives »
 
Davier pour molaires supérieures, XVIIIe s.
En acier, fin XVIIIe s.
L x l x e (en cm) 14,5 x 3 x 1
AP 2003 6.2.1.83 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour molaires
supérieures, XVIIIe s.
 
« Pince en bec-de-corbin »
Pl. 88, détail, Fig. 10, « Pince en bec-de-corbin, dont la forme est très convenable pour arracher les chicots, sur-tout à la mâchoire inférieure. […] La Pince est pliée sur le plat en équerre », Jean-Jacques Perret (1730-1789), L’art du coutelier, expert en instruments de chirurgie, Seconde partie, Première section, Paris, L. F. Delatour, 1772, p. 292
« Pince en
bec-de-corbin »
 
« Nouvel instrument imaginé par M. Charpentier »
Pl. 92, « Nouvel instrument imaginé par M. Charpentier (graveur), pour arracher les dents. Idée prise sur le Davier. […] On peut dire qu’il fait bien son effet, & qu’il est facile de s’en servir, mais on ne peut se refuser à avouer qu’il est extrêmement compliqué & volumineux. J’ai entrepris de le corriger », Jean-Jacques Perret (1730-1789), L’art du coutelier, expert en instruments de chirurgie, Seconde partie, Première section, Paris, L. F. Delatour, 1772, p. 300-301
« Nouvel instrument
imaginé par
M. Charpentier »
Davier à Levier (simplification du précédent)
Pl. 93, détail, Fig. 1 & 2, « le Levier s’applique au Davier par une seule vis », L’art du coutelier, expert en instruments de chirurgie, Seconde partie, Première section, Paris, L. F. Delatour, 1772, p. 302-303
Davier à Levier
(simplification
du précédent)

Brambilla, Giovanni Alessandro (1728-1800), Instrumentarium chirurgicum militare austriacum, 1780-1782

Page de titre : Giovanni Alessandro Brambilla (1728-1800), Instrumentarium chirurgicum militare austriacum , Vienne, Litteris Schmidtianis, 1780-1782
(BIU Santé 639)
 
 
« Forceps chalybea »
Pl. XVIII, détail, Fig. 3, Forceps d’acier pour extraire des molaires pas trop adhérentes, Giovanni Alessandro Brambilla (1728-1800), Instrumentarium chirurgicum militare austriacum , Vienne, Litteris Schmidtianis, 1780-1782, p. 88
« Forceps
chalybea
»
« Forceps dentibus infantum »
Pl. XVIII, détail, Fig. 4, Forceps pour enfant ou pour les incisives d’adulte. Giovanni Alessandro Brambilla (1728-1800), Instrumentarium chirurgicum militare austriacum, Vienne, Litteris Schmidtianis, 1780-1782, p. 88
« Forceps dentibus
infantum
»
« Pelicanus vulgaris »
Pl. XIX, détail, Fig. 2, ce « pélican » peut être considéré comme une ébauche de davier, Giovanni Alessandro Brambilla (1728-1800), Instrumentarium chirurgicum militare austriacum, Vienne, Litteris Schmidtianis, 1780-1782, p. 89
« Pelicanus
vulgaris
»
Davier pour molaires inférieures, XVIIIe s.
En acier doré au mercure (?), manches droits
(Museo de la Facultad de Odontología de la Universidad Complutense de Madrid)
Davier pour molaires
inférieures, XVIIIe s.
« Pelicanus cum cochlea »
Pl. XIX, détail, Fig. 5, ce « pélican » dont on peut régler l’amplitude en fonction de la pression pour éviter les fractures de la dent s’apparente lui aussi à un davier. Giovanni Alessandro Brambilla (1728-1800), Instrumentarium chirurgicum militare austriacum, Vienne, Litteris Schmidtianis, 1780-1782, p. 89
« Pelicanus
cum cochlea
»
Davier pour molaires inférieures, fin XVIIIe s.
En métal, davier à serrage contrôlé par vis d’arrêt
L x l x e (en cm) 12 x 6,5 x 1,8
AP 2003 6.2.1.108 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour molaires inférieures,
fin XVIIIe s.

Bücking, Johann Jacob (1749-1838) Vollständige Anweisung zum Zahnausziehen für angehende Wundärzte, 1782

Page de titre : Johann Jacob Bücking (1749-1838), Vollständige Anweisung zum Zahnausziehen für angehende Wundärzte, Stendal, Franzen und Grosse, 1782
(BIU Santé 71476)
  
Quatre daviers
Pl. I, Fig. 1, un davier. Fig. 2, davier bilatéral. Fig. 3, bec de corbeau, Fig. 4, celui-ci se démarque des précédents. Johann Jacob Bücking (1749-1838), Vollständige Anweisung zum Zahnausziehen für angehende Wundärzte, Stendal, Franzen und Grosse, 1782
Quatre daviers

Campani, Antonio (1738-1806), Odontologia ossia trattato sopra i denti opera, 1786

Page de titre : Antonio Campani (1738-1806), Odontologia ossia trattato sopra i denti opera, Florence, Gaetano Cambiagi, 1786
(BIU Santé 49201)
 
Deux pinzette
Tav. III, deux pinzette pour extraire les fragments des incisives et des canines, Antonio Campani (1738-1806), Odontologia ossia trattato sopra i denti opera, Florence, Gaetano Cambiagi, 1786, p. 232
Deux pinzette
Deux tanaglia
Tav. IV détail, Fig. 2, tanaglia, tenaille à bec de grue, pour extraire une dent aussi bien supérieure qu’inférieure chez un jeune.
Fig. 3, tanaglia pour extraire une dent isolée aussi bien supérieure qu’inférieure, Antonio Campani (1738-1806), Odontologia ossia trattato sopra i denti opera, Florence, Gaetano Cambiagi, 1786, p. 232
Deux tanaglia
Deux pinzette
Tav. XIV, deux pinzette [plus ou moins en baïonnette] pour finir d’extraire des restes dentaires après le travail du pélican, Antonio Campani (1738-1806), Odontologia ossia trattato sopra i denti opera, Florence, Gaetano Cambiagi, 1786, p. 239
Deux pinzette
Davier pour dents inférieures, XVIIIe s.
En acier, un ressort fixé sur l’un des manches
(Coll. priv. Turin)
Davier pour dents inférieures, XVIIIe s.
Deux cani
Tav. XIII, deux cani (daviers) ou tenailles, l’un pour les molaires branlantes ou pour achever le travail du pélican, l’autre, petite tenaille pour les molaires temporaires, Antonio Campani (1738-1806), Odontologia ossia trattato sopra i denti opera, Florence, Gaetano Cambiagi, 1786, p. 238
Deux cani

Petit, Jean-Louis, (1674-1750), Traité des maladies chirurgicales et des opérations qui leur conviennent, 1790

Page de titre : Jean-Louis Petit, (1674-1750), Traité des maladies chirurgicales et des opérations qui leur conviennent. Ouvrage posthume mis au jour par M. Lesne, T. III, Paris, Méquignon l’aîné, 1790
(Francis A. Countway library of Medecine)


 
Quatre daviers
Pl. 81, Fig. 1, « davier droit pour arracher les dents incisives »
Fig. 2, 3, 4, « daviers de différentes grandeurs pour arracher les dents molaires », Jean-Louis Petit, (1674-1750), Traité des maladies chirurgicales et des opérations qui leur conviennent. Ouvrage posthume mis au jour par M. Lesne, T. III, Paris, Méquignon l’aîné, 1790, p. 284
Quatre daviers

 
Davier pour dents supérieures, fin XVIIIe s.
En métal,
L x l x e (en cm) 14,5 x 1,8 x 1,5
AP 2003 6.2.1.97 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour dents
 supérieures,
fin XVIIIe s.

Encyclopédie méthodique, chirurgie, par M. de La Roche et M. Petit-Radel, T II, Paris, Panckoucke, 1792

Page de titre : Encyclopédie méthodique, chirurgie, par M. de La Roche (1743-1812) et M. Petit-Radel (1749-1815), T II, Paris, Panckoucke, 1792
(BIU Santé 7410)

Recueil des planches du dictionnaire de chirurgie, An VII, 1799

Page de titre : Recueil des planches du Dictionnaire de chirurgie, Paris, H. Agasse, An VII, 1799
(BIU Santé 7410)
 
Trois pinces droites
Pl. XXXXIV, détail, Fig. 1, 2 & 3, « Pinces droites pour extraire les dents », Recueil des planches du Dictionnaire de chirurgie, Paris, H. Agasse, An VII, 1799
Trois pinces droites
    
« Trois pinces courbes ou daviers »
Pl. XXXXIV, détail, Fig. 4, 5, & 6, « Pinces courbes ou daviers », Recueil des planches du Dictionnaire de chirurgie, Paris, H. Agasse, An VII, 1799
« Trois pinces courbes ou daviers »
Pl. XXXXIV, détail, Fig. 4, 5, & 6, « Pinces courbes ou daviers », Recueil des planches du Dictionnaire de chirurgie, Paris, H. Agasse, An VII, 1799
« Trois pinces courbes ou daviers »

« Les pinces droites servent ordinairement pour extraire les incisives & les canines ; on tire les molaires avec le davier, la clef de Garengeot ou le pélican. Le davier est rejeté par quelques-uns, non sans raison, parce que souvent la dent serrée par cet instrument se casse à son collet, surtout si la carie en est proche, & que la racine résiste à l’effort que l’on fait pour l’attirer », Encyclopédie méthodique, chirurgie, par M. de La Roche (1743-1812) et M. Petit-Radel (1749-1815), T II, Paris, Panckoucke, 1792, p. 55-56


Knaur Thomas, Selectus instrumentorum chirurgicorum, Vienne 1796

Page de titre : Thomas Knaur, Selectus instrumentorum chirurgicorum, Vienne, apud viduam
Alberti, 1796
(BIU Santé 455)
   
Trois daviers
Tab. XVI, Fig. 2, « Forceps, dentagra germanique ou pélican vulgaire. La vis est amovible », Thomas Knaur, Selectus instrumentorum chirurgicorum, Vienne, Albert, 1796, p. 26
Tab. XVI, Fig. 3, « Forceps droit pour dents d’enfants, pourvu d’un ressort entre les branches du davier », Thomas Knaur, Selectus instrumentorum chirurgicorum, Vienne, Albert, 1796, p. 26
Tab. XVI, Fig. 4, « Forceps courbe avec un ressort. a, la courbure vue de profil. Pour dents d’enfants, racines résiduelles, ou grosse molaires ébranlées », Thomas Knaur, Selectus instrumentorum chirurgicorum, Vienne, Albert, 1796, p. 26
Trois daviers

Bell, Benjamin (1749-1806), Cours complet de chirurgie théorique et pratique, 1796

Page de titre : Benjamin Bell (1749-1806), Cours complet de chirurgie théorique et pratique, (trad. Boquillon), Th. Barrois, Paris, 1796
(BIU Santé 30598)
 
« Différents daviers »
Pl. LXI, détail, Fig. 1, 3 et 4 « Différents daviers pour arracher les dents. Celui de la Fig. 3 est peut-être le plus utile de tous », Benjamin Bell (1749-1806), Cours complet de chirurgie théorique et pratique, (trad. Boquillon), Th. Barrois, Paris, 1796, p. 248
« On ne doit jamais tirer la dent directement en haut, mais la faire tourner alternativement de droite à gauche, jusqu’à ce qu’elle ne tienne presque plus, car alors on l’enlève sans peine », Benjamin Bell (1749-1806), Cours complet de chirurgie théorique et pratique, (trad. Boquillon), Th. Barrois, Paris, 1796, p. 171
« Différents daviers »
« Davier à crochets mobiles »
Pl. LXII, détail, Fig. 1, davier à crochets mobiles et Fig. 2, point d’appui dont on se sert avec ces crochets.
« Publié pour la première fois dans le British Magazine en 1762. […] . On peut arracher avec cet instrument les dents qui tiennent peu, en les tirant dans une direction presque droite et l’on prétend que cela peut se pratiquer même sur celles qui tiennent fortement, pourvu que leurs racines ne soient pas trop divergentes et qu’il n’y ait pas d’adhérences osseuses entre elles et les alvéoles. […] Mais l’auteur anonyme conseille, au lieu de tenter de tirer directement en haut les dents fort adhérentes, de les contourner un peu en dehors, ce qui les ébranle suffisamment pour les enlever avec beaucoup de facilité dans une direction presque perpendiculaire », Benjamin Bell (1749-1806), Cours complet de chirurgie théorique et pratique, (trad. Boquillon), Th. Barrois, Paris, 1796, p. 172
« Davier à crochets mobiles »

Pérez Arroyo, Félix, (1755-1809) Tratado de las operaciones en la dentadura, 1799

Page de titre : Félix, Pérez Arroyo, (1755-1809), Tratado de las operaciones que deben practicarse en la dentadura y método para conservarla en buen estado. Recopilado de los mejos autores, y adornado con láminas que manifiestan la diferencia, forma y figura de los instrumentos necesarios para dichas operaciones, Madrid, Franganillo, 1799. Ediciòn facsímil, Salamanca Real Academia Nacional de Medicina, 2012
 
Quatre gatillos ou pincetas
Pl. 3, Fig. 5 gatillo
Fig. 6 pincetas rectas
Fig. 7 gatillo pico de grulla
Fig. 8 dentuza particular para extraerlos dientes que salen fuera de la linea de los demas (dents en dehors de l’arcade), Félix, Pérez Arroyo, (1755-1809), Tratado de las operaciones en las dentadura, Madrid, Franganillo, 1799. Ediciòn facsímil, Salamanca Real Academia Nacional de Medicina, 2012
Quatre gatillos ou pincetas

Blake Robert, An essay on the structure and formation of the teeth in man and various animals, 1801

Page de titre : Robert Blake, An essay on the structure and formation of the teeth in man and various animals, Dublin, William Porter, 1801
(BIU Santé 20821)
 
 
« Un forceps pour dents temporaires »
Pl. 7, détail, « les mors sont dentelés pour éviter que l’instrument glisse sur la dent », instrument présenté par Robert Blake, inventé par le Dr Hudson (1743-1821) comme « le mieux adapté » à cette opération, et datant de la fin du XVIIIe siècle, Robert Blake, An essay on the structure and formation of the teeth in man and various animals, Dublin, William Porter, 1801, p. 77
« Un forceps pour
dents temporaires »

Laforgue, Louis, (?-1816), L’Art du dentiste, 1802

Les « pinces » servent à achever le travail des clefs ou du pélican ou « à tirer les dents branlantes »

Page de titre : Louis Laforgue (?-1816), L’Art du dentiste, ou manuel des opérations de chirurgie qui se pratiquent sur les dents, et de tout ce que les dentistes font en dents artificielles, obturateurs et palais artificiels, Paris, Crouillebois, Barois jeune, Méquignon, Gabon et Comp., 1802
(BIU Santé 31409)
   
 
« Pince droite »
Pl. 9, détail, n° 33, « lorsque les dents sont branlantes, il faut à la mâchoire supérieure, les tirer avec cette pince droite », Louis Laforgue (?-1816), L’Art du dentiste, Paris, Crouillebois, Barois jeune, Méquignon, Gabon et Comp., 1802, p. 178
« Pince
droite »
« Davier »
Pl. 10, n° 35, « lorsque les dents sont branlantes, il faut les tirer à la mâchoire inférieure avec ce davier », Louis Laforgue (?-1816), L’Art du dentiste, Paris, Crouillebois, Barois jeune, Méquignon, Gabon et Comp., 1802, p. 178
« Davier »
 
« Pince courbe »
Pl. 9, détail, n° 34, « Les grosses molaires branlantes aux deux mâchoires doivent être tirées avec cette pince courbe », Louis Laforgue (?-1816), L’Art du dentiste, Paris, Crouillebois, Barois jeune, Méquignon, Gabon et Comp., 1802, p. 177
« Pince
courbe »

Mortet, Toussaint, Dissertation sur l’extraction des dents, à l’aide d’un instrument nouvellement inventé, 1802

Page de titre : Toussaint Mortet, Dissertation sur l’extraction des dents, à l’aide d’un instrument nouvellement inventé, Thèse de médecine, Paris 1802, n. 156 et Paris, Méquignon, an 11, 1802
(BIU Santé 90973)

Invention d’un instrument mixte « pour extraire les dents qui réunisse en lui les modes utiles du davier et de la clef anglaise, et qui en même tems soit exempt de ceux qui rendent cet instrument défectueux. [...] . Un des inconveniens attaché à la clef anglaise est […] d’exiger pour être fixée sur la dent qu’il s’agit d’extraire, un tâtonnement aussi pénible pour celui qui exécute cette opération, que cruel pour celui qui la souffre. [...]  L’instrument qui, au contraire s’y applique avec le plus de facilité, est évidemment le davier »

L’instrument de Mortet
Présenté sous deux formes, l’un avec un manche de type pince comme le davier traditionnel, et l’autre avec un manche se rapprochant d’une paire de ciseaux.
Toussaint Mortet, Dissertation sur l’extraction des dents, à l’aide d’un instrument nouvellement inventé, Thèse de médecine, Paris 1802 n. 156 et Paris, Méquignon, an 11, 1802
L’instrument de Mortet

Serre, Johan Jakob Joseph (1759-1830), Praktische Darstellung aller Operationen der Zahnarztneikunst, 1804

Page de titre : Johan Jakob Joseph Serre (1759-1830), Praktische Darstellung aller Operationen der Zahnarztneikunst, Berlin, Th. La Garde, 1804
(Coll. part.)

Tout en préférant le pélican pour luxer la dent et n’utiliser le davier que si nécessaire, Serre présente des daviers qui pouvaient se suffire à eux-mêmes. Ceux des Tab. XI et XV témoignent en particulier d’une très nette amélioration vers une recherche anatomique

Davier avec ses deux branches interchangeables
Tab. XIV, n° 9, « instrument introduit par le célèbre dentiste de la cour de Vienne, M. Lavran pour extraire des grosses molaires et des prémolaires » selon les branches à griffes employées a, d, e. « C’est un instrument que j’appellerai un instrument à casser les dents », Johan Jakob Joseph, Serre (1759-1830), Praktische Darstellung aller Operationen der Zahnarztneikunst, Berlin, Th. La Garde, 1804, p. 261
Davier avec ses
deux branches
interchangeables
Trois daviers
Tab. II, n° 1, « pour incisives et canines de lait », p. 69
Tab. II, n° 2, « pour incisives et canines de lait plus grosses », p. 74
Tab. II, n° 3, « Pour les molaires de lait », p. 75
Johan Jakob Joseph, Serre (1759-1830), Praktische Darstellung aller Operationen der Zahnarztneikunst, Berlin, Th. La Garde, 1804
Trois
daviers
 
« Un grand davier »
Tab. III, détail, n° 4, « pour incisives de lait ou canine un peu mobile », Johan Jakob Joseph, Serre (1759-1830), Praktische Darstellung aller Operationen der Zahnarztneikunst, Berlin, Th. La Garde, 1804, p. 77
« Un grand
davier »
 
« Deux daviers »
Tab. VIII, détail, n° 13, « un davier très pointu pour racines », p. 223
Tab. VIII, détail, n° 14, « un davier bec de corbeau pour racines de dents inférieures », p. 223
Johan Jakob Joseph, Serre (1759-1830), Praktische Darstellung aller Operationen der Zahnarztneikunst, Berlin, Th. La Garde, 1804
« Deux
daviers »
 
« Trois daviers »
Tab. XIII, n° 6, « proche du n° 3 (Tab. II), s’en distingue par ses mors découpés en 6 petites dents [3 de chaque côté] , pour une molaire de lait ou une molaire mobile »
Tab. XIII, n° 7, « peu utilisé, ses mors peu coupants sont largement évidés à l’intérieur »
Tab. XIII, n° 8, « bec de corbeau très effilé pour extraire une racine au fond de l’alvéole, après l’avoir mobilisée »
Johan Jakob Joseph, Serre (1759-1830), Praktische Darstellung aller Operationen der Zahnarztneikunst, Berlin, Th. La Garde, 1804, p. 259
« Trois daviers »

 
Davier pour molaires inférieures
Tab. XI, détail, n° 2, « proche du davier de Garengeot, puis de celui de Fauchard », [il s’en distingue par une nette recherche d’adaptation des mors au collet] . « Peut convenir pour une molaire ou une dent de sagesse [inférieures]  », Johan Jakob Joseph, Serre (1759-1830), Praktische Darstellung aller Operationen der Zahnarztneikunst, Berlin, Th. La Garde, 1804, p. 250
Davier pour
molaires
inférieures
Deux daviers pour molaires supérieures
Tab. XV, « n° 10 pour le côté droit, n° 11, pour le gauche. Les mors de ces deux daviers sont orientés vers le haut. Les poignées courbes permettent de dégager la joue et leurs extrémités permettent une bonne visibilité sur la dent à extraire. Peut ainsi convenir pour des dents de sagesse supérieures », Johan Jakob Joseph, Serre (1759-1830), Praktische Darstellung aller Operationen der Zahnarztneikunst, Berlin, Th. La Garde, 1804, p. 264
Deux daviers pour
molaires supérieures
 

Gariot, Jean-Baptiste (1761-1835), Traité des maladies de la bouche, 1805

Page de titre : Jean-Baptiste Gariot (1761-1835), Traité des maladies de la bouche, d’après l’état actuel des connaissances en médecine et en chirurgie qui comprend la structure et les fonctions de la bouche, l’histoire de ses maladies, les moyens d’en conserver la Santé et la beauté, et les opérations particulières à l’art du dentiste, Paris, Duprat-Duverger, 1805
(BIU Santé 72007)
 
Pince droite et davier
Pl. 9, Fig. 1, « la pince droite est sans contredit le meilleur instrument pour enlever les incisives, les angulaires et les surdents de la mâchoire supérieure. […] L’on saisit la dent le plus près possible de la gencive sans endommager celle-ci, et l’on serre assez pour que l’instrument ne glisse pas sur la dent, mais aussi pas trop fortement dans la crainte de la briser ; ensuite on fait quelques mouvements de rotation afin de l’ébranler, et de la détacher de l’alvéole en la tirant perpendiculairement »
Pl. 9, Fig. 2, « le davier n’est pas un instrument très-commode, ni très-sûr pour extraire les dents. Cependant il peut servir pour dégager une dent luxée ou sortie de son alvéole et qui se trouve tellement engagée entre les dents voisines qu’on ne peut l’enlever avec les doigts. Il peut encore servir pour enlever quelques chicots faciles à détacher ; mais hors ces cas, je ne conseille pas l’usage de cet instrument », Jean-Baptiste Gariot (1761-1835), Traité des maladies de la bouche, Paris, Duprat-Duverger, 1805, p. 284-285
Pince droite et davier

Henry, Précis descriptif sur les instrumens de chirurgie anciens et modernes, 1825

Page de titre :Henry, Précis descriptif sur les instrumens de chirurgie anciens et modernes contenant la description de chaque instrument, le nom de ceux qui y ont apporté des modifications, ceux préférés aujourd’hui par nos meilleurs praticiens et l’indication des qualités que l’on doit rechercher dans chaque instrument. Avec Planches par Henry, Coutelier de la Chambre des Pairs, Paris, Baillière, 1825
(BnF 8-TE129-11)

« Il y a des daviers dont la partie supérieure de la pince est courbe sur le côté comme le bec de corbin, et l’autre droite. Cet instrument doit être très-fort ; on l’emploie pour extraire les dents canines, incisives et petites molaires » p. 87

« Davier courbe sur le plat »
Pl. II, détail, Fig. 1, Henry, Précis descriptif sur les instrumens de chirurgie anciens et modernes, Paris, Baillière, 1825, p. 94
« Davier
courbe
sur le
plat »
Pince droite
Pl. II, détail, Fig. 2, Henry, Précis descriptif sur les instrumens de chirurgie anciens et modernes, Paris, Baillière, 1825, p. 94
Pince
droite

 

Fay Cyrus (1778-1839), « Improved forceps for the use of dentists », 1826

Page de titre : Cyrus Fay (1778-1839), « Improved forceps for the use of dentists », Transaction of the Society of the Encouragements of Arts, Manufactures and Commerce, London, 1826, vol. XLIV, p. 167-181
https://www.thersa.org/about-us/archive-and-history/

« Ayant, [...] , constaté les grands inconvénients des instruments imparfaits dont on se servait couramment pour l’extraction des dents, je fus amené à en fabriquer d’autres plus exactement adaptés à la conformation de la dent. Je fus bientôt convaincu que le collet de la dent était le seul endroit où la force nécessaire pouvait être appliquée avec le plus de sécurité et d’avantage. [...] . J’ai inventé une série d’instrument soigneusement appropriés suivant les exigences anatomiques de ces différentes classes de dents », Fay Cyrus, (1778-1839), « Improved forceps for the use of dentists », in Transaction of the Society of the Encouragements of Arts, Manufactures and Commerce, London, 1826, vol. XLIV, 1826 p. 167-168

Maurice Fay, « De la véritable origine du davier », Bulletin de la Société d’histoire de la médecine, 1903, n° 02, p. 174-175,

Forceps droits
Pl. VII, détail, p. 182, Fig. 1, 2, et 3 : « Vue de l’extrémité et vue latérale d’un petit forceps droit pour l’extraction de n’importe quelle dent monoradiculée de la mâchoire supérieure, qu’elle soit temporaire ou permanente »
Fig. 4 et 5, « Vues similaires d’un forceps de la même fonction, d’une plus grande taille », Cyrus Fay (1778-1839), « Improved forceps for the use of dentists », p. 178
Forceps droits
Forceps courbe
Pl. VII, détail, p. 182, Fig. 6, 7 et 8 : « Vue de l’extrémité, vue de face et vue latérale d’un forceps courbe pour l’extraction d’une dent monoradiculée de la mâchoire inférieure »
Fig. 9 : « Vue intérieure d’un des mors de ce forceps, pour montrer la profondeur de la gorge qui se saisit de la dent ; cet artifice conçu pour tous les forceps pour extraire est destiné à prévenir la fracture de la dent par la pression de l’instrument, accident qui doit arriver sûrement si une surface aigüe se met en opposition à la dent », Cyrus Fay (1778-1839), « Improved forceps for the use of dentists », p. 178-179
Forceps courbe
Forceps courbe
Pl. VII, détail, p. 182, Fig. 10 et 11 : « Vue de face et vue latérale d’un forceps de la même forme et d’une plus grande taille, qui peut être utilisé pour l’extraction d’une même dent mais pour un adulte, ou d’une molaire de n’importe quelle mâchoire, si la dent à extraire n’est pas cariée en dessous du collet », Cyrus Fay (1778-1839), « Improved forceps for the use of dentists », p. 179
Forceps courbe
Forceps à angle droit
Pl. VII, détail, p. 182, Fig. 12, 13 et 14 : « Vue de face, vue latérale et vue de l’extrémité d’un forceps à angle droit et avec des pointes pour l’extraction des deux molaires antérieures gauches de la mâchoire supérieure », Cyrus Fay (1778-1839), « Improved forceps for the use of dentists », p. 179
Forceps à angle droit
Extrémités de forceps
Pl. VII, détail, p. 182, Fig. 15 : « Vue de l’extrémité d’un forceps de gauche pour l’extraction des mêmes dents du côté droit avec une seule pointe (voir Fig. 9 et 10 de la planche VIII) »
Fig. 16 : « Vue de face d’un forceps à double pointes pour l’extraction des deux molaires antérieures des deux côtés de la mâchoire inférieure. La façon dont cet instrument enserre le collet de la partie supérieure des racines des dents mentionnées est montrée sur la Fig. 8 de la planche VIII. Cet instrument est destiné plus particulièrement à l’extraction de ces dents quand elles sont plus ou moins cariées au-dessous du niveau du collet, entre les racines de la dent », Cyrus Fay (1778-1839), « Improved forceps for the use of dentists », p. 179
Extrémités de forceps
Forceps à bec de faucon
Pl. VII, détail, p. 182, Fig. 17, 18 et 19 : « Vue de face, vue latérale et vue de l’extrémité d’un forceps à bec de faucon, pour l’extraction de la troisième molaire ou dent de sagesse des deux mâchoires », Cyrus Fay (1778-1839), « Improved forceps for the use of dentists », p. 179-180
Forceps à bec de faucon
Dents enserrées par le davier
Pl. VIII, détail, Fig. 8, 9 et 10 : [ces figures] « montrent la manière dont les molaires sont prises par le forceps à une pointe, vue dans la Fig. 15 et Fig. 16 de Pl. VII. La pointe entre les deux racines extérieures pendant que le mors plein enserre l’unique racine interne », Cyrus Fay (1778-1839), « Improved forceps for the use of dentists », p. 179-180
Dents enserrées par le davier

Maury, J.-C. F. (1786-1840), Traité complet de l’art du dentiste d’après l’état actuel des connaissances 1828

Page de titre : J.-C. F., MauryTraité complet de l’art du dentiste d’après l’état actuel des connaissances par F. Maury, avec 40 Planches, Paris, Gabon 1828
(APHPF00111)

Maury, J.-C. F. (1786-1840), Traité complet de l’art du dentiste d’après l’état actuel des connaissances. Planches (couleurs), 1828

Page de titre : J.-C. F. Maury, Traité complet de l’art du dentiste d’après l’état actuel des connaissances, Planches (couleurs). Paris, Gabon, 1828
(APHPF 210)


 
« Pince droite »
Pl. 18, détail, Fig. 2, « … on exécute des mouvements de demi-rotation et en ébranlant la dent on la dirige vers le bord externe de l’alvéole, tout en tirant l’instrument vers soi », J.-C. F., Maury, Traité complet de l’art du dentiste d’après l’état actuel des connaissances par F. Maury, avec 40 Planches, Paris, Gabon 1828, p. 243
« Pince
droite »
 
« Petite pince droite »
Pl. 19, détail, Fig. 3, « dans certains cas et particulièrement chez les enfans, on se sert avec plus de succès d’une pince beaucoup plus petite », J.-C. F., Maury, Traité complet de l’art du dentiste d’après l’état actuel des connaissances par F. Maury, avec 40 Planches, Paris, Gabon 1828, p. 243
« Petite
pince
droite »
« Pince courbe »
Pl. 18, détail, Fig. 1, « pince courbe ne différant de la pince droite que par deux légères courbures, placées en sens opposés»
« Cet instrument n’est ordinairement employé que pour aller saisir au fond de la bouche des dents à moitié extraites et qui offrent peu de résistance », J.-C. F., Maury, Traité complet de l’art du dentiste d’après l’état actuel des connaissances par F. Maury, avec 40 Planches, Paris, Gabon 1828, p. 244
« Pince
courbe »
 
« Petite pince courbe »
Pl. 19, détail, Fig. 1, « pour extraire certaines dents aux enfants », J.-C. F., Maury, Traité complet de l’art du dentiste d’après l’état actuel des connaissances par F. Maury, avec 40 Planches, Paris, Gabon 1828, p. 244
« Petite pince
courbe »
 
« Davier courbe »
Pl. 19, détail, Fig. 2, « le davier sert ordinairement pour faire l’extraction des dents incisives, canines et petites molaires de la mâchoire inférieure. […] . Quoiqu’il en soit, le davier n’est pas un instrument très sûr pour le dentiste qui n’a pas l’habitude de s’en servir, car il peut casser les dents, surtout lorsqu’elles sont fortement implantées. […] On se sert encore du davier pour extraire les dents des enfans et les dents chancelantes des adultes, surtout celles qui se trouvent ébranlées par suite de luxation ou de maladie de la membrane alvéolaire », J.-C. F., Maury, Traité complet de l’art du dentiste d’après l’état actuel des connaissances par F. Maury, avec 40 Planches, Paris, Gabon 1828, p. 245-246
« Davier
courbe »
 
Davier pour molaires temporaires inférieures, fin XVIIIe s.
L (en cm) 13, m 70gr
(Cliché ASPAD C023b)
Davier pour molaires temporaires
inférieures, fin XVIIIe s.
 
« Davier droit »
Pl. 19, détail, Fig. 4, « ce davier dont le modèle nous a été donné à Londres par M. Narsmith, s’emploie pour extraire les dents antérieures des deux mâchoires. On se sert de cet instrument comme des pinces droites ; seulement on a soin de placer le mors le plus long du côté où on veut luxer la dent pour l’extraire » J.-C. F., Maury, Traité complet de l’art du dentiste d’après l’état actuel des connaissances par F. Maury, avec 40 Planches, Paris, Gabon 1828, p. 246
« Davier
droit »
 

Au chapitre des « Pinces coupantes droites ou courbes, employées pour faire l’excision des dents », Maury rend compte en note de bas de la page 250 de ses visites à Londres chez M. Fay : « Nous avons vu aussi chez lui des pinces qu’il emploie pour extraire perpendiculairement les dents ; elles ressemblent beaucoup à celles qui servent à faire leur excision, mais leurs mors ne sont pas tranchans ; elles sont construites de manière à pouvoir embrasser le collet des dents avec la plus grande exactitude », J.-C. F., Maury, Traité complet de l’art du dentiste d’après l’état actuel des connaissances par F. Maury, avec 40 Planches, Paris, Gabon 1828


Snell James, A practical guide to operations on the teeth, 1831

Page de titre : James Snell, A practical guide to operations on the teeth, London, John Wilson, 1831
Document en ligne

 
Deux forceps pour molaires gauche et droite
« Pour les molaires du haut, il faut une paire de forceps solides, suffisamment courbes pour tenir les manches suffisamment éloignés des molaires du bas. […] La gorge du mors interne doit être large en rapport avec la dent. […] Le mors externe doit avoir deux gorges avec une pointe fine au centre, laquelle pointe doit être introduite avec soin aussi près que possible entre les deux racines externes ».
[Un des deux manches est « recourbé pour y placer le petit doigt » pour une prise plus ferme. Pour les molaires du bas, les deux mors ont chacun deux gorges et une pointe centrale pour s’introduire entre les racines] , James Snell, A practical guide to operations on the teeth, London, John Wilson, 1831, p. 83, 87
Deux forceps pour molaires
gauche et droite

Jobson David Wemys, Outlines of the Anatomy and Physiology of the Teeth, 1834

Page de titre : David Wemys Jobson, Outlines of the Anatomy anf Physiology of the Teeth, etc, their deseases and treatement whith practical observations on Artificial Teeth, London, Dublin 1834
Document en ligne
 
Série de daviers
Pl. II, Fig. 1 : « Grand forceps pour l’extraction des molaires supérieures et des dents de sagesse de la mandibule »
Fig. 2 : « Vue latérale du même instrument »
Fig. 3 : « Forceps courbe pour extraire les molaires mandibulaires »
Fig. 4 : « Forceps en bec de corneille pour extraire les incisives, canines, et les bicuspidées mandibulaires »
Fig. 5 : « Forceps droit pour extraire les incisives, canines, et les bicuspidées supérieures »
Fig. 6 : « Forceps en bec de faucon pour extraire les molaires mandibulaires »
Fig. 7 : « Petit forceps pour extraire les dents temporaires »
David Wemys Jobson, Outlines of the Anatomy anf Physiology of the Teeth, etc, their deseases and treatement whith practical observations on Artificial Teeth, London, Dublin 1834, p. 268
Série de daviers

Bell Thomas (1792-1880), The anatomy, physiology and diseases of the teeth, 1835

Page de titre : Thomas Bell (1792-1880), The anatomy, physiology and diseases of the teeth, London, S. Highley, 1835
(BIU Santé 20/278)

« Les forceps doivent être de forme et de dimension variées selon la catégorie de dents à laquelle ils sont destinés », Thomas Bell (1792-1880), The anatomy, physiology and diseases of the teeth, London, S. Highley, 1835, p. 292

Forceps
Pl. XI, (détail), Fig. 1, « Forceps adapté à l’extraction des molaires supérieures avec attenant aux poignées un « rack-work » [ressort à crémaillère] pour éviter que l’instrument glisse sur la dent »
Pl. XI, (détail), Fig. 2, « Vue latérale de la lame du forceps Fig. 1 »
Pl. XI, (détail), Fig. 3, « Forceps à bec-de-faucon pour l’extraction des molaires inférieures », Thomas Bell (1792-1880), The anatomy, physiology and diseases of the teeth, London, S. Highley, 1835
Forceps

Flagg Josiah Foster (1789-1853), « Improved Set of Forceps for Extracting Teeth », 1835

Page de titre : Josiah Foster Flagg (1789-1853), « Improved Set of Forceps for Extracting Teeth. Remarks on the use of an Improved Set of Forceps for Extracting Teeth », The Medical Magazine, Boston, W.D. Ticknor, 1835
(BIU Santé 132935)

«Divers instruments combinant la forme et les propriétés de la clef et du forceps, avec une double griffe, et calculés pour se maintenir sur les dents […] ont été fabriqués dans le but d’extraire les dents perpendiculairement. Mais ceux-là ont eu leurs jours d’essais et ont été condamnés comme inutiles ou malfaisants […] comme beaucoup d’autres instruments qui ont été présentés par des imposteurs ignorants qui ont raisonné […] sans avoir aucune connaissance sur la forme et la structure des dents […] Des forceps d’une forme ou d’une autre ont toujours été utilisés pour extraire les monoradiculées […] Un sentiment pénible de ce fait m’a induit en 1820 de tenter une certaine amélioration des forceps dentaires - tous ceux qui ont jusqu’à présent été importés dans ce pays des meilleurs fabricants de France et d’Angleterre et tous ceux de fabrication locale offerts à la vente qui avaient un « bec » d’une forme telle que l’échec était la plupart du temps inévitable », Josiah Foster Flagg (1789-1853), « Improved Set of Forceps for Extracting Teeth. Remarks on the use of an Improved Set of Forceps for Extracting Teeth », The Medical Magazine, Boston, W.D. Ticknor, 1835, p. 153-154

Forceps
Pl. complète, p. 139 : « Les figures A, B, C sont des dessins de dents cariées qui ont été cassées au-delà d’une prise possible par la clé et qui ont été extraites par ces forceps avec beaucoup de facilité comme si elles avaient été entières », Josiah Foster Flagg (1789-1853), « Improved Set of Forceps for Extracting Teeth. Remarks on the use of an Improved Set of Forceps for Extracting Teeth », The Medical Magazine, Boston, W.D. Ticknor, 1835
Forceps

 
« Forceps pour molaires supérieures »
Fig. 1, « Vue oblique du forceps pour les molaires du haut, ayant un mors avec un bec pointu [pour s’insérer] entre les deux racines externes, et l’autre mors de la même forme que celui de la figure 7, pour enserrer la racine interne »
Fig. R. et L., « Vues transversales du même forceps, montrant les mors tournés latéralement pour mieux les voir, un de droite et l’autre de gauche »,
Josiah Foster Flagg (1789-1853), « Improved Set of Forceps for Extracting Teeth. Remarks on the use of an Improved Set of Forceps for Extracting Teeth », The Medical Magazine, Boston, W.D. Ticknor, 1835, p. 139
« Forceps pour
molaires
supérieures »
« Forceps pour molaires inférieures »
Fig. 2, « Forceps pour les molaires du bas, avec les deux mors pointus aménagés aux racines des dents de telle façon que si l’on voit les mors transversalement ils apparaissent enserrer les dents comme dans la figure 3. Ces forceps sont faits aussi bien pour les dents de droite que celles de gauche en mobilisant les mors dans la direction opposée latéralement, comme dans les figures 1, R et L »,
Josiah Foster Flagg (1789-1853), « Improved Set of Forceps for Extracting Teeth. Remarks on the use of an Improved Set of Forceps for Extracting Teeth », The Medical Magazine, Boston, W.D. Ticknor, 1835, p. 139
« Forceps pour
molaires inférieures »
 
« Forceps courbe pour molaires »
Fig. 3, « Forceps courbes pour molaires de n’importe quel côté, avec deux mors pointus pour s’insérer entre les racines. Ce sont les forceps qui conviennent le plus pour les dents du côté gauche, quand l’opérateur ne peut pas utiliser sa main gauche avec dextérité, ce qui est requis dans l’utilisation avec la main gauche du forceps de la Fig. 2 »,
Josiah Foster Flagg (1789-1853), « Improved Set of Forceps for Extracting Teeth. Remarks on the use of an Improved Set of Forceps for Extracting Teeth », The Medical Magazine, Boston, W.D. Ticknor, 1835, p. 139
« Forceps courbe
pour molaires »
 
« Forceps étroit courbe »
Fig. 4 : « Forceps étroit courbe pour monocuspidées inférieures. Faits pour la droite et la gauche, cette variante n’apparaît pas nécessaire. […] . Leur application va des incisives aux dents cuspidées »,
Josiah Foster Flagg (1789-1853), « Improved Set of Forceps for Extracting Teeth. Remarks on the use of an Improved Set of Forceps for Extracting Teeth », The Medical Magazine, Boston, W.D. Ticknor, 1835, p. 139
« Forceps droit »
Fig. 5 : « Forceps droit pour les monocuspidées supérieures », Josiah Foster Flagg (1789-1853), « Improved Set of Forceps for Extracting Teeth. Remarks on the use of an Improved Set of Forceps for Extracting Teeth », The Medical Magazine, Boston, W.D. Ticknor, 1835, p. 139
« Large forceps courbe pour dents de sagesse »
Fig. 6 : « Large forceps courbe pour les dents de sagesse de n’importe quelle mâchoire, avec des mors dont la forme des extrémités est comme ceux de la figure 7, mais plus larges. […] Les couronnes des dents de sagesse sont souvent presque sphéroïdes et leurs racines convergentes »,
Josiah Foster Flagg (1789-1853), « Improved Set of Forceps for Extracting Teeth. Remarks on the use of an Improved Set of Forceps for Extracting Teeth », The Medical Magazine, Boston, W.D. Ticknor, 1835, p. 139
« Forceps d’utilisation courante »
Fig. 7 : « on voit sur ce forceps d’utilisation courante la surface interne des mors, lisse et creuse, […] à l’endroit où ils enserrent la couronne […] moins creuse et tranchante près de l’extrémité [là où les mors saisissent] le collet de la dent »,
Josiah Foster Flagg (1789-1853), « Improved Set of Forceps for Extracting Teeth. Remarks on the use of an Improved Set of Forceps for Extracting Teeth », The Medical Magazine, Boston, W.D. Ticknor, 1835, p. 139
« Forceps d’utilisation courante »
Fig. 8 : « les mors ont une surface interne plate, dentelée ou en dents de scie, de telle façon que dans tous les cas ils soient capables de couper la couronne [délabrée] de la dent (Fig. D, ligne en pointillé) »,
Josiah Foster Flagg (1789-1853), « Improved Set of Forceps for Extracting Teeth. Remarks on the use of an Improved Set of Forceps for Extracting Teeth », The Medical Magazine, Boston, W.D. Ticknor, 1835, p. 139
« Forceps étroit
courbe »
« Forceps
droit »
« Large forceps courbe
pour dents de sagesse »
« Forceps d’utilisation courante »
 

Tomes John (1815-1895), « Applications of forceps for extracting teeth », 1841

Page de titre : The London Medical Gazette, New Series, London, 1841, Vol. II
(BIU Santé 90620)

D’après une observation minutieuse de la morphologie des dents, Tomes déduit et décrit la forme anatomique à donner à chaque davier pour chaque type de dents de droite et de gauche.

« Comme les dents ont des formes différentes, il est nécessaire d’avoir des forceps de formes différentes. [...] . Tous les daviers utilisés pour extraire une dent devraient l’enserrer à son collet. [...]  Les instruments peuvent être vus chez Mr. Evrard de la rue Charles, hôpital Middlesex, qui a pris tant de peine pour la fabrication et accorder une bonne maîtrise dans la fabrication des daviers pour extraire les dents», John Tomes (1815-1895), « Applications of forceps for extracting teeth », The London Medical Gazette, New Series, London, 1841, Vol. II, p. 424-430

« Forceps pour l’extraction des molaires du maxillaire supérieur côté droit »
Fig. 1 : « a, la gorge antérieure et b, la gorge postérieure, pour recevoir les convexités de la surface externe du collet de la dent. c, la gorge pour la réception de la base de la racine interne »
Fig. 2 : « le même forceps, avec la coupe au collet d’une molaire du maxillaire supérieur côté droit »,
John Tomes (1815-1895), « Applications of forceps for extracting teeth », The London Medical Gazette, New Series, London, 1841, Vol. II, p. 424-430
« Forceps pour l’extraction des molaires du maxillaire inférieur côté droit »
Fig. 3 : « a et b, gorge antérieure et postérieure pour recevoir les convexités de la surface interne du collet de la dent »
Fig. 4 : « le même instrument que celui de la figure 3, mais avec la coupe au collet d’une molaire du maxillaire inférieur côté droit »
John Tomes (1815-1895), « Applications of forceps for extracting teeth », The London Medical Gazette, New Series, London, 1841, Vol. II, p. 424-430
« Forceps pour l’extraction
des molaires du maxillaire
supérieur côté droit »

Lefoulon, Pierre-Joachim (?-1841), Nouveau traité théorique et pratique de l’art du dentiste, 1841

Page de titre : Pierre-Joachim Lefoulon (?-1841), Nouveau traité théorique et pratique de l’art du dentiste, Paris, Fortin, Masson, 1841
(APHPF 221)
  

 
Davier droit
« Le davier droit s’emploie pour extraire les incisives, les canines et les petites molaires. […] . La face interne des mors, au lieu d’être dentelée, comme elle l’est ordinairement, doit être creusée et très-évidée dans sa longueur. […] Il serait à désirer qu’on trouvât des daviers dont les mors fussent presque parallèles, afin qu’en embrassant la dent, ils la serrassent par tous les points de sa couronne, ce qui est une garantie contre la brisure de l’organe dont on veut opérer l’extraction » Pierre-Joachim Lefoulon (?-1841), Nouveau traité théorique et pratique de l’art du dentiste, Paris, Fortin, Masson, 1841, p. 293
Davier droit
 
 
« Davier courbe et davier à bec de perroquet »
« Le davier courbe est plié à l’endroit où les branches s’articulent ensemble. Il s’emploie spécialement pour enlever les grosses molaires au fond de la bouche, mais toujours après avoir été préalablement luxées par un instrument dont l’action est plus énergique. […] Pour les très grosses molaires, il ne serait pas mal non plus d’en avoir dont les mors fussent en rapport avec le volume de la dent à extraire »,
« Le davier à bec de perroquet a beaucoup de ressemblance avec le davier droit ; il présente deux mors cintrés dans le sens de leur articulation ; ils ont cela de particulier que le supérieur a plus de longueur que l’inférieur ; […] ce qui leur donne tout à fait la forme d’un bec de perroquet » Pierre-Joachim Lefoulon (?-1841), Nouveau traité théorique et pratique de l’art du dentiste, Paris, Fortin, Masson, 1841, p. 294-295
« Davier courbe
et davier à bec
de perroquet »

« Néanmoins, de l’aveu même des auteurs qui en préconisent l’usage, le davier n’est pas un instrument très-sûr pour le dentiste, qui, sans le vouloir, est exposé à briser la dent au collet, l’instrument dont il se sert tendant à faire l’office de pince coupante », Pierre-Joachim Lefoulon (?-1841), Nouveau traité théorique et pratique de l’art du dentiste, Paris, Fortin, Masson, 1841, p. 295


Clendon Chitty J. (?), Observations on the extractions of teeth, 1844

Page de titre : Chitty J. Clendon, Observations on the extractions of teeth. A practical inquiry into the advantages and safety attending the employment of properly constructed forceps, and an exposition of the dangers to which the use of the key is liable, London, Samuel Highley, 1844
Document en ligne
 

« Mr. Clendon se propose de montrer obligeamment ses forceps améliorés à tout membre de la profession qui fera appel à lui. Ils ont été réalisés par Mr. Evrard » p. 157

Forceps droit pour dents antéro-supérieures
Pl. III, détail, Fig. 1 : Chitty J. Clendon, Observations on the extractions of teeth. A practical inquiry into the advantages and safety attending the employment of properly constructed forceps, and an exposition of the dangers to which the use of the key is liable, London, Samuel Highley, 1844
Forceps
droit pour
dents antéro-
supérieures
Forceps courbe pour molaires inférieures
Pl. III, détail, Fig. 2, Chitty J. Clendon, Observations on the extractions of teeth. A practical inquiry into the advantages and safety attending the employment of properly constructed forceps, and an exposition of the dangers to which the use of the key is liable, London, Samuel Highley, 1844
Forceps
courbe pour
molaires
inférieures
Forceps pour extraire les racines de dent
Pl. III, détail, Fig. 3, Chitty J. Clendon, Observations on the extractions of teeth. A practical inquiry into the advantages and safety attending the employment of properly constructed forceps, and an exposition of the dangers to which the use of the key is liable, London, Samuel Highley, 1844
Forceps pour
extraire les
racines de
dent
Forceps améliorés avec la section des dents supérieures pour modèle
Pl. IV, détail, Fig. 1, pour incisives latérales et bicuspidées
Pl. IV, détail, Fig. 2, pour incisives centrales et canines
Pl. IV, détail, Fig. 3, pour molaires droites
Pl. IV, détail, Fig. 4, pour molaires gauches
Chitty J. Clendon, Observations on the extractions of teeth. A practical inquiry into the advantages and safety attending the employment of properly constructed forceps, and an exposition of the dangers to which the use of the key is liable, London, Samuel Highley, 1844
Forceps améliorés avec la section
des dents supérieures pour modèle

 
Forceps améliorés avec la section des dents inférieures pour modèle
Pl. IV, détail, Fig. 5, pour incisives et canines inférieures
Pl. IV, détail, Fig.6, pour bicuspidées inférieures
Pl. IV, détail, Fig. 7, pour molaires droites et gauches inférieures
Pl. IV, détail, Fig. 8, pour dents de sagesse supérieures et inférieures
Pl. IV, détail, Fig. 10, pour racines de dents supérieures et inférieures
Chitty J. Clendon, Observations on the extractions of teeth. A practical inquiry into the advantages and safety attending the employment of properly constructed forceps, and an exposition of the dangers to which the use of the key is liable, London, Samuel Highley, 1844
Forceps améliorés avec la section
des dents inférieures pour modèle

 
 
Rotondo Antonio (1808-1879), Tratado completo de la estraccion de los dientes, muelas, y raigones y modo de limpiar la dentadura, 1846
 
 
Page de titre : Antonio Rotondo (1808-1879), Tratado completo de la estraccion de los dientes, muelas, y raigones y modo de limpiar la dentadura, Madrid, Perez, 1846
(Fac simile, AACHE Ediciones 1516)
Gatillo
Lam. 3, Fig. 7, Davier « pour la mâchoire inférieure », Antonio Rotondo (1808-1879), Tratado completo de la estraccion de los dientes, muelas, y raigones y modo de limpiar la dentadura, Madrid, Perez, 1846, p. 46
 
Dentuza
Lam. 4, Fig. 8, « « sorte de tenaza, (tenaille, pince), creuse en son centre pour que la dent soit bien enserrée au collet sans toucher aucune autre partie », Antonio Rotondo (1808-1879), Tratado completo de la estraccion de los dientes, muelas, y raigones y modo de limpiar la dentadura, Madrid, Perez, 1846, p. 48
 
Dentuza curva
Lam. 4, Fig. 10, « plus particulièrement pour la dent de sagesse supérieure », Antonio Rotondo (1808-1879), Tratado completo de la estraccion de los dientes, muelas, y raigones y modo de limpiar la dentadura, Madrid, Perez, 1846, p. 57
 
  Gatillo
 
Dentuza
 
Dentuza
curva
 
Bruck Jonas (1813-1883), Lehrbuch der Zahn-Heilkunde, 1856
Page de titre : Jonas Bruck (1813-1883), Lehrbuch der Zahn-Heilkunde, Berlin, A. Förstner, 1856
(BIU Santé 44258)


 
« Série de tête de daviers et un avec ses manches »
Taf. VI,
Fig. 1 et 2 : « deux daviers pour molaires supérieures, gauche et droite »
Fig. 3, « davier à racines »
Fig. 4, « davier pour incisives »
Fig. 5, « davier en bec de perroquet pour molaires de la mâchoire inférieure »
Fig. 6 et 7, « davier pour prémolaires de la mâchoire inférieure »
Fig. 8, « davier pour prémolaires supérieures »,
Jonas Bruck (1813-1883), Lehrbuch der Zahn-Heilkunde, Berlin, A. Förstner, 1856
« Série de tête de daviers et
un avec ses manches »
 
« Série de tête de daviers et un davier-levier complet avec ses manches »
Taf. VII, détail
Fig. 2, « pour extraire perpendiculairement des prémolaires inférieures après rotation »
Fig. 3, « pour les dents de lait qui se trouvent derrière la dent permanente »
Fig. 4, « pour l’extraction de grosses molaires, de préférence lors d’un gonflement »
Fig. 5 et 6, « pour l’extraction de racines de dents de la mâchoire inférieure »
Fig. 7, « davier-levier en forme de crochet »
Jonas Bruck (1813-1883), Lehrbuch der Zahn-Heilkunde, Berlin, A. Förstner, 1856
« Série de tête de daviers et
un davier-levier complet avec
ses manches »

Tomes John, F.R.S. (1815-1895), A systeme of Dental Surgery, 1859

Page de titre : John Tomes (1815-1895), A systeme of Dental Surgery, Philadelphia, Lindsay and Blakiston, 1859
(BIU Santé 15/4)

« Pour être bien sûr de l’adaptation complète de chaque instrument au but qu’il doit remplir, on peut choisir et donner au fabricant des dents de volume moyen en lui recommandant de construire les mors de façon à ce qu’ils enserrent exactement le collet et divergent en laissant un espace simplement suffisant pour garantir la couronne contre la pression », John Tomes (1815-1895), A systeme of Dental Surgery, Philadelphia, Lindsay and Blakiston, 1859, p. 629-630

Daviers pour incisives
Fig. 182, davier pour incisives supérieures
Fig. 183, davier pour incisives inférieures,
John Tomes (1815-1895), A systeme of Dental Surgery, Philadelphia, Lindsay and Blakiston, 1859, p. 635
Daviers pour
incisives
 
Davier pour bicuspides inférieures
Fig. 184, davier de M. Evrard, John Tomes (1815-1895), A systeme of Dental Surgery, Philadelphia, Lindsay and Blakiston, 1859, p. 637
Davier pour
bicuspides
inférieures
Daviers pour molaires supérieures droites
Fig. 185, davier pour molaires supérieures droites
Fig. 186, le davier enserrant la dent,
John Tomes (1815-1895), A systeme of Dental Surgery, Philadelphia, Lindsay and Blakiston, 1859, p. 640
Daviers pour molaires
supérieures droites
 
Daviers pour molaires inférieures
Fig. 187, davier pour molaires inférieures
Fig. 188, davier aux mors à angle droit
Fig. 189, davier pour deuxièmes ou troisièmes molaires droites, les mors à angle droit et en un plan transversal par rapport au manche,
John Tomes (1815-1895), A systeme of Dental Surgery, Philadelphia, Lindsay and Blakiston, 1859, p. 644
Daviers pour
molaires inférieures
 
Davier à racines
Fig. 190, davier pour extraire des racines recourbées situées à la mâchoire supérieure, John Tomes (1815-1895), A systeme of Dental Surgery, Philadelphia, Lindsay and Blakiston, 1859, p.
647
Davier à racines

 
Daviers à racines
Fig. 191, davier pour des racines isolées de molaires ou bicuspides supérieures
Fig. 192, davier pour des racines isolées de molaires ou bicuspides inférieures,
John Tomes (1815-1895), A systeme of Dental Surgery, Philadelphia, Lindsay and Blakiston, 1859, p. 649
Daviers à racines

 
Divers daviers
Fig. 193, davier pour chicots de la mâchoire inférieure
Fig. 194, davier à lames très fines pour aller chercher loin un fragment de racine
Fig. 195, davier pour racines présentant une surface conique avec une cale réglable (A et B) de M. Cattlin
John Tomes (1815-1895), A systeme of Dental Surgery, Philadelphia, Lindsay and Blakiston, 1859, p. 650
Divers daviers

 
Daviers pour molaires supérieures dont la couronne est brisée
Fig. 196, davier enserrant la dent
Fig. 197, davier pour molaires supérieures,
John Tomes (1815-1895), A systeme of Dental Surgery, Philadelphia, Lindsay and Blakiston, 1859, p. 652
Daviers pour molaires
supérieures dont la
couronne est brisée
Davier pour molaires inférieures dont la couronne est brisée
Fig. 198, les mors du davier enserrent les racines de la dent, John Tomes (1815-1895), A systeme of Dental Surgery, Philadelphia, Lindsay and Blakiston, 1859, p. 655
Davier pour molaires
inférieures dont la
couronne est brisée

Bygrave M., Quelques considérations sur l’extraction des dents, les inconvénients de la clef de Garengeot et la supériorité des daviers anglais, 1859

Page de titre : M. Bygrave, Quelques considérations sur l’extraction des dents, les inconvénients de la clef de Garengeot et la supériorité des daviers anglais, Paris, l‘auteur, 1859 (extrait de la Gazette des Hôpitaux)
(BIU Santé 46774 (5)

« L’introduction de l’instrument que l’on a désigné sous le nom de davier anglais a produit en odontotechnie une véritable révolution, il offre sur les anciens des avantages immenses et incontestables, et n’expose les patients à aucune des nombreuses chances d’insuccès et d’accidents qu’ils avaient si fréquemment à courir. [...] Ce qui nous a étonné, c’est de voir que les instruments dont nous nous servions étaient presqu’inconnus de la plupart des praticiens », M. Bygrave, Quelques considérations sur l’extraction des dents, les inconvénients de la clef de Garengeot et la supériorité des daviers anglais, Paris, l‘auteur, 1859, p. 7-9

Sept principaux daviers
Pl., p. 10, sept principaux daviers avec le profil des mors
« Les artistes qui fabriquent ces daviers sont MM. Ash et fils de Londres ; un dépôt de leurs instruments existe à Paris chez M. Stera, 10 rue des Billettes », M. Bygrave, Quelques considérations sur l’extraction des dents, les inconvénients de la clef de Garengeot et la supériorité des daviers anglais, Paris, l‘auteur, 1859, p. 9-10
Sept principaux daviers

Robertson Abraham, A manual on extracting teeth, 1863

Page de titre : Abraham Robertson, A manual on extracting teeth, Philadephia, Lindsay & Blakiston, 1863
(Coll. part.)

« Pour être complètement préparé à tous les cas d’urgence nécessitant l’extraction de dents, [...] , il est nécessaire d’avoir une variété d’instruments, mais s’ils sont bons, bien faits, correctement fabriqués et bien adaptés aux dents auxquelles ils sont destinés, un plus petit nombre peut être plus efficace et utile qu’un grand nombre de mauvaise qualité, mal configurés et mal adaptés. Pour les dents permanentes et les dents temporaires […] il faut au moins quinze paires de forceps », Abraham Robertson, A manual on extracting teeth, Philadephia, Lindsay & Blakiston, 1863, p. 105

Forceps pour racines supérieures
N° 1, pour racines d’incisives centrale et latérale, marque H. G. Kern Phila., « La première paire de forceps droits doit être assez petite […] [les mors] en forme de gouge avec les bords coupants pour être prêts à être poussés facilement sous la gencive, faisant ainsi leur propre chemin […]. La forme générale des mors devrait être une sorte de segment de cylindre conique […] il faut observer que la partie la plus superficielle des racines étant plus large que la partie la plus profonde […] pour que le forceps soit le mieux adapté à la racine, un des mors du forceps doit être plus large que l’autre », Abraham Robertson, A manual on extracting teeth, Philadephia, Lindsay & Blakiston, 1863, p. 107-110
Forceps pour racines supérieures
Forceps pour monoradiculées
N° 2 et 3, marque H. G. Kern Phila., « La paire suivante devrait être de forme et de construction similaire à la précédente mais plus large, plus lourde et plus forte, et doit être utilisée pour l’extraction des monocuspidées et une partie des incisives centrales parmi les plus larges et les plus fermes », Abraham Robertson, A manual on extracting teeth, Philadephia, Lindsay & Blakiston, 1863, p. 110
Forceps pour monoradiculées
Forceps semi-coupants
« Cette paire doit être assez lourde et forte […] sorte de forceps semi-coupants, destinés spécialement à l’extraction des racines des incisives, des monocuspidées et bicuspidées, quand quelqu’un a eu le malheur de fracturer une de ces dents en tentant de l’extraire […] Les mors de ces forceps ont une forme de « trépan » de charpentier […] de façon que lorsqu’ils sont appliqués […] ils peuvent complètement couper à travers l’os alvéolaire sur chaque face sans couper la racine de la dent. Avant d’appliquer cet instrument, la gencive doit être incisée le long de la racine […] en serrant fort le forceps, l’os alvéolaire est coupé sur les deux faces et au même moment la racine enserrée fermement […] est facilement enlevée », Abraham Robertson, A manual on extracting teeth, Philadephia, Lindsay & Blakiston, 1863, p. 110-112
Forceps semi-coupants
Forceps pour bicuspidées supérieures
« Le même soin doit être apporté à la fabrication de ces forceps pour bicuspidées, supérieures en particulier dans leur raccord au collet des dents […] sans toucher à leurs couronnes […] pour qu’ils agissent comme des pinces coupantes. Leurs mors, comme les forceps droits, doivent être cylindriques […] le mors du côté lingual doit être un peu plus petit que l’autre. Les extrémités de ces forceps aussi doivent être pointues pour pouvoir passer sous la gencive en coupant sur leur chemin »,
Abraham Robertson, A manual on extracting teeth, Philadephia, Lindsay & Blakiston, 1863, p. 112-113
Forceps pour bicuspidées supérieures
Forceps pour molaires supérieures
N° 11, marque H. G. Kern Phila., un pour les molaires droites et un pour les molaires gauches. « Si un des manches est courbé autour du petit doigt, la prise est plus ferme et sûre que si les deux manches sont droits […] Comme les molaires du haut ont […] trois racines, deux externes et une interne, pour s’adapter avec précision à la dent […] . Le mors interne doit avoir une seule concavité […] , le mors externe […] doit avoir une double concavité, avec une pointe entre elles pour s’adapter à la furcation. […] La première et la deuxième molaires supérieures étant très proches anatomiquement, l’instrument est bien adapté pour les deux », Abraham Robertson, A manual on extracting teeth, Philadephia, Lindsay & Blakiston, 1863, p. 114-117
Forceps pour molaires supérieures
Forceps pour molaires
Abraham Robertson, A manual on extracting teeth, Philadephia, Lindsay & Blakiston, 1863, p. 117-118
Forceps pour molaires
Forceps pour racines inférieures
« Les mors doivent être semi coupants pour l’os alvéolaire comme décrits précédemment », Abraham Robertson, A manual on extracting teeth, Philadephia, Lindsay & Blakiston, 1863, p. 118
Forceps pour racines inférieures
Forceps pour bicuspidées inférieures
« La forme générale de mes forceps habituels pour les bicuspidées du bas […] les mors sont ceux déjà décrits pour couper l’os alvéolaire », Abraham Robertson, A manual on extracting teeth, Philadephia, Lindsay & Blakiston, 1863, p. 119
Forceps pour molaires inférieures
« Les forceps pour molaires du bas qui sont généralement en vente, contrairement à ceux pour les molaires du haut qui sont généralement trop courbés, […] sont trop droits. Leurs mors devraient être recourbés vers le bas, un mors au-dessus de l’autre, avec un angle de quarante-cinq degrés minimum avec la ligne des manches » , Abraham Robertson, A manual on extracting teeth, Philadephia, Lindsay & Blakiston, 1863, p. 119-122
Forceps pour bicuspidées inférieures
« La forme générale de mes forceps habituels pour les bicuspidées du bas […] les mors sont ceux déjà décrits pour couper l’os alvéolaire », Abraham Robertson, A manual on extracting teeth, Philadephia, Lindsay & Blakiston, 1863, p. 119
Forceps pour bicuspidées inférieures Forceps pour molaires inférieures

Préterre, Pierre Apolloni (1820-1893), Les dents, structure et développement, conservation, maladies et prothèses, 1866

Page de titre : Pierre Apolloni Préterre (1820-1893), Les dents, structure et développement, conservation, maladies et prothèses, Paris, P. Asselin successeur de Béchet jeune et au Bureau de l’art dentaire, 1866
(APHPF367)

Préterre, Pierre Apolloni (1820-1893), Les Dents. Traité pratique des maladies de ces organes, après 1872

Page de titre : Pierre Apolloni Préterre (1820-1893), Les Dents. Traité pratique des maladies de ces organes, 12e édition, Paris, chez l ‘auteur (après 1872)
(APHPF368)

« Ce n’est qu‘au moyen de daviers qu’on peut extraire les dents sans danger. Leur forme varie suivant celle des dents à extraire. [...] . On trouvera dans notre journal l’Art dentaire [...] des articles très détaillés sur les daviers américains. Nous croyons être le premier en France qui les ait fait connaître d’une façon aussi complète », p. 116-117

« Davier américain pour l’extraction des dents molaires du bas »
Fig. 90, p. 140, [la dent figurée est une première molaire supérieure !] , Pierre Apolloni Préterre (1820-1893), Les Dents. Traité pratique des maladies de ces organes, 12e édition, Paris, chez l ‘auteur, (après 1872)
« Davier américain pour l’extraction
des dents molaires du bas »
« Davier–Préterre pour l’extraction des molaires du haut »
Fig. 92, p. 141, Pierre Apolloni Préterre (1820-1893), Les Dents. Traité pratique des maladies de ces organes, 12e édition, Paris, chez l ‘auteur, (après 1872)
« Davier–Préterre pour l’extraction
des molaires du haut »
« Daviers-Préterre pour l’extraction des petites molaires, canines et incisives »
Fig. 95, 96 et 97, p. 142, Pierre Apolloni Préterre (1820-1893), Les Dents. Traité pratique des maladies de ces organes, 12e édition, Paris, chez l ‘auteur, (après 1872),
« Daviers-Préterre pour l’extraction
des petites molaires, canines et incisives »

L. Mathieu, Fabrique d’instruments de chirurgie, Maison à la Haye, 1867

Page de titre : L. Mathieu, Fabrique d’instruments de chirurgie, Maison à la Haye, 1867
Francis A. Countway Library of Medicine
« Série de daviers dits Américains »
« Je présente ici les figures les plus usuelles de cette nombreuse série d’instruments dont les formes variées et appropriées spécialement à la conformation des dents en rendent l’extraction très-facile. Prix du davier : 10 fr. », L. Mathieu, Fabrique d’instruments de chirurgie, Maison à la Haye, 1867, p. 144
  « Série de daviers dits Américains »

Bouchut E., Després A., Dictionnaire de thérapeutique médicale et chirurgicale, 1867

Page de titre : Bouchut E., Després A., Dictionnaire de thérapeutique médicale et chirurgicale, Paris, Germer Baillière, 1867
(BIU Santé 27518)


 
« Daviers pour les petites molaires et les grosses molaires inférieures »
Fig. 1 et 2, daviers, marque Daran, Bouchut E., Després A., Dictionnaire de thérapeutique médicale et chirurgicale, Paris, Germer Baillière, 1867, p. 383
« Daviers pour les petites
molaires et les grosses
molaires inférieures »
« Daviers pour les grosses molaires supérieures »
Fig. 3 et 4, daviers, marque Daran, Bouchut E., Després A., Dictionnaire de thérapeutique médicale et chirurgicale, Paris, Germer Baillière, 1867, p. 383
« Daviers pour les grosses
molaires supérieures »
 

White Samuel S., Catalogue of Dental Materials. Furniture, instruments, etc, 1867

Page de titre : Samuel S. White, Catalogue of Dental Materials. Furniture, instruments, etc., Philadelphia, 1867
https://archive.org/details/catalogueofdenta00sswh
Les trois dépôts
Philadelphie, Boston, Chicago, Samuel S. White, Catalogue of Dental Materials. Furniture, instruments, etc., Philadelphia, 1867
Les trois dépôts
Philadelphie, Boston, Chicago, Samuel S. White, Catalogue of Dental Materials. Furniture, instruments, etc., Philadelphia, 1867
Les trois dépôts
Philadelphie, Boston, Chicago, Samuel S. White, Catalogue of Dental Materials. Furniture, instruments, etc., Philadelphia, 1867
 
Samuel S. White, Catalogue of Dental Materials. Furniture, instruments, etc., Philadelphia, 1867, p. 29 à 45
CONSULTER LE CATALOGUE >>>

 
Les trois dépôts
 
CATALOGUE
(17 pages)

Jaccoud, Sigismond François (Dir.), Nouveau dictionnaire de médecine et de chirurgie pratiques, 1869

Page de titre : Sigismond François Jaccoud, (Dir), Nouveau dictionnaire de médecine et de chirurgie pratiques, Paris, J. B. Baillière et fils, T X, 1869
(BIU Santé 33923X11)

« Les daviers destinés à agir avec force, doivent être solides, en acier trempé. [...] . Quant à la forme des mors, ils doivent, par leur extrémité, s’adapter exactement au collet de la dent que l’on veut extraire. Cette extrémité doit être moulée en quelque sorte sur les faces linguales et labiales du collet », Sigismond François Jaccoud, (Dir), Nouveau dictionnaire de médecine et de chirurgie pratiques, Paris, J. B. Baillière et fils, T X, 1869, p. 730- 731

Daviers de forme anglaise et américaine
Marque Gueride à Paris, « Les dentistes et les fabricants d’instruments de chirurgie ont fait varier la forme et la direction des branches des daviers. Les figures 105 et 106 représentent des daviers de formes dites anglaises, et les figures 107 et 108 reproduisent les formes américaines », Sigismond François Jaccoud, (Dir), Nouveau dictionnaire de médecine et de chirurgie pratiques, Paris, J. B. Baillière et fils, T X, 1869, p. 730-731
Daviers de forme anglaise
et américaine
« Daviers pour dents du haut »
Fig. 109, pour canines, Fig. 110, pour petites molaires, Fig. 111, pour grosses molaires gauches, Fig. 112, pour grosses molaires droites, Sigismond François Jaccoud, (Dir), Nouveau dictionnaire de médecine et de chirurgie pratiques, Paris, J. B. Baillière et fils, T X, 1869, p. 731
« Daviers pour dents du haut »
 
« Daviers pour les dents du bas »
Fig. 113, pour incisives et canines, Fig. 114, pour petites molaires, Fig. 115 pour grosses molaires droites et gauches, Fig. 116, pour dents de sagesse, Sigismond François Jaccoud, (Dir), Nouveau dictionnaire de médecine et de chirurgie pratiques, Paris, J. B. Baillière et fils, T X, 1869, p. 732
« Daviers pour les dents du bas »
 
« Daviers pour les racines »
Fig. 117, pour grosse molaire du bas, Fig. 118, pour grosse molaire haut droite, Fig. 119 pour grosse molaire haut gauche, Fig. 120-121, pour grosses molaires sans application spéciale, Fig. 122, pour extraction de parties de racine, Sigismond François Jaccoud, (Dir), Nouveau dictionnaire de médecine et de chirurgie pratiques, Paris, J. B. Baillière et fils, T X, 1869, p. 732
« Daviers pour les racines »
 

Harris, Chapin Aaron (1806-1860), Austen, Philippe Hiss (1822-1878), Traité théorique et pratique de l’art du dentiste, 1874

Page de titre : Chapin, A Harris et Ph. H., Austen, Traité théorique et pratique de l’art du dentiste : comprenant l’anatomie, la physiologie, la pathologie, la thérapeutique, la chirurgie, et la prothèse dentaire. Tr. de l’anglais sur la 10e éd., annoté et considérablement augmenté par E. Andrieu, Paris, Baillière, 1874 (The principles and practice of dental surgery, Philadephia, Lindsay & Blakiston, 1850)
(APHPF266/344)

« Les daviers n’avaient jamais été employés d’une manière générale, excepté cependant pour l’extraction des dents antérieures avant l’année 1830 ; mais les améliorations apportées dans leur construction depuis cette époque sont si grandes que leur emploi parmi les dentistes a presque entièrement remplacé celui de la clef. [...] L’auteur s’est exclusivement servi de daviers depuis 1834, et il n’hésite pas à affirmer qu’on peut extraire toute dent que l‘on peut extraire avec la clef, et cela, dans la majorité des cas avec plus de facilité pour l’opérateur et moins de douleur pour l’opéré», Chapin, A Harris et Ph. H., Austen, Traité théorique et pratique de l’art du dentiste : comprenant l’an atomie, la physiologie, la pathologie, la thérapeutique, la chirurgie, et la prothèse dentaire. Tr. de l’anglais sur la 10e éd., annoté et considérablement augmenté par E. Andrieu, Paris, Baillière, 1874, p. 431-432

« Daviers pour l’extraction des grosses molaires supérieures »
Fig. 149, marque S. S. White, « deux daviers de M. Snell pour les molaires supérieures, un pour chaque côté, courbé juste au-dessous de l’articulation, […] , juste assez pour que les dents inférieures ne soient pas heurtées durant l’opération. […] C’est dans le crochet de la branche du manche recourbé qu’est logé le petit de l’opérateur, de telle sorte que la main ne peut pas glisser.», Chapin, A Harris et Ph. H., Austen, Traité théorique et pratique de l’art du dentiste : comprenant l’anatomie, la physiologie, la pathologie, la thérapeutique, la chirurgie, et la prothèse dentaire. Tr. de l’anglais sur la 10e éd., annoté et considérablement augmenté par E. Andrieu, Paris, Baillière, 1874, p. 432
« Daviers pour l’extraction des
grosses molaires supérieures »
 
« Daviers pour l’extraction des grosses molaires supérieures »
Fig. 150, marque S. S. White, « une autre forme de daviers pour les molaires supérieures », Chapin, A Harris et Ph. H., Austen, Traité théorique et pratique de l’art du dentiste : comprenant l’anatomie, la physiologie, la pathologie, la thérapeutique, la chirurgie, et la prothèse dentaire. Tr. de l’anglais sur la 10e éd., annoté et considérablement augmenté par E. Andrieu, Paris, Baillière, 1874, p. 433
« Daviers pour l’extraction des
grosses molaires supérieures »
 ,
« Davier de Harris pour l’extraction des grosses molaires inférieures »
Fig. 151, marque S. S. White, « amélioré par l’auteur, il est maintenant entre les mains de centaines d’opérateurs, qui le préfèrent à tout autre instrument employé dans ce même but », Chapin, A Harris et Ph. H., Austen, Traité théorique et pratique de l’art du dentiste : comprenant l’anatomie, la physiologie, la pathologie, la thérapeutique, la chirurgie, et la prothèse dentaire. Tr. de l’anglais sur la 10e éd., annoté et considérablement augmenté par E. Andrieu, Paris, Baillière, 1874, p. 434
« Davier de Harris pour l’extraction
des grosses molaires inférieures »
 
« Davier de Wolverton pour l’extraction des grosses molaires inférieures de l’un ou l’autre côté »
Fig. 152, marque S. S. White, « ses pointes sont plus longues que celles du davier précédent », Chapin, A Harris et Ph. H., Austen, Traité théorique et pratique de l’art du dentiste : comprenant l’anatomie, la physiologie, la pathologie, la thérapeutique, la chirurgie, et la prothèse dentaire. Tr. de l’anglais sur la 10e éd., annoté et considérablement augmenté par E. Andrieu, Paris, Baillière, 1874, p. 434
« Davier de Wolverton pour
l’extraction des grosses molaires
inférieures de l’un ou l’autre côté »
« Daviers pour l’extraction des grosses molaires inférieures, droites et gauches »
Fig. 153, marque S. S. White, Chapin, A Harris et Ph. H., Austen, Traité théorique et pratique de l’art du dentiste : comprenant l’anatomie, la physiologie, la pathologie, la thérapeutique, la chirurgie, et la prothèse dentaire. Tr. de l’anglais sur la 10e éd., annoté et considérablement augmenté par E. Andrieu, Paris, Baillière, 1874, p. 435
« Daviers pour l’extraction des
grosses molaires inférieures,
droites et gauches »
« Davier pour l’extraction des grosses molaires inférieures »
Fig. 154, marque S. S. White, « à mors simples, il sert pour les deux côtés », Chapin, A Harris et Ph. H., Austen, Traité théorique et pratique de l’art du dentiste : comprenant l’anatomie, la physiologie, la pathologie, la thérapeutique, la chirurgie, et la prothèse dentaire. Tr. de l’anglais sur la 10e éd., annoté et considérablement augmenté par E. Andrieu, Paris, Baillière, 1874, p. 435
« Davier pour l’extraction des
grosses molaires inférieures »
 
« Davier pour l’extraction des incisives et canines supérieures »
Fig. 155, marque S. S. White, « un bec en gouttière terminé par une extrémité en forme de croissant », Chapin, A Harris et Ph. H., Austen, Traité théorique et pratique de l’art du dentiste : comprenant l’anatomie, la physiologie, la pathologie, la thérapeutique, la chirurgie, et la prothèse dentaire. Tr. de l’anglais sur la 10e éd., annoté et considérablement augmenté par E. Andrieu, Paris, Baillière, 1874, p. 435
« Davier pour l’extraction des
incisives et canines supérieures »
 
« Davier du docteur Andrieu pour incisives et canines supérieures »
Fig. 156, marque Collin « La branche mâle qui porte le crochet C pour le petit doigt est munie un peu au dessous de l’articulation, d’une petite aile A destinée à donner un point d’appui au pouce de l’opérateur. La branche femelle qui est placée directement dans la paume de la main a aussi une aile B […] sur laquelle vient porter la première phalange de l’index lorsque l’opérateur veut faire pénétrer les mors sous les gencives ou entre les alvéoles ou les racines. Ces deux ailes ont pour but d’empêcher la main de glisser dans les cas où on est obligé de déployer une certaine force. […] Nous en avons une série complète qui a été fabriquée sur nos indications par M. Collin », Chapin, A Harris et Ph. H., Austen, Traité théorique et pratique de l’art du dentiste : comprenant l’anatomie, la physiologie, la pathologie, la thérapeutique, la chirurgie, et la prothèse dentaire. Tr. de l’anglais sur la 10e éd., annoté et considérablement augmenté par E. Andrieu, Paris, Baillière, 1874, p. 436-437
« Davier du docteur
Andrieu pour incisives
et canines supérieures »
« Davier pour l’extraction des incisives inférieures »
Fig. 157, marque S. S. White, « très précieux aussi pour l’extraction des racines des dents », Chapin, A Harris et Ph. H., Austen, Traité théorique et pratique de l’art du dentiste : comprenant l’anatomie, la physiologie, la pathologie, la thérapeutique, la chirurgie, et la prothèse dentaire. Tr. de l’anglais sur la 10e éd., annoté et considérablement augmenté par E. Andrieu, Paris, Baillière, 1874, p. 436-437
« Davier pour
l’extraction
des incisives
inférieures »
« Davier pour l’extraction des incisives inférieures et des racines »
Fig. 158, marque S. S. White, « un de ceux qu’on peut appliquer le plus universellement », Chapin, A Harris et Ph. H., Austen, Traité théorique et pratique de l’art du dentiste : comprenant l’anatomie, la physiologie, la pathologie, la thérapeutique, la chirurgie, et la prothèse dentaire. Tr. de l’anglais sur la 10e éd., annoté et considérablement augmenté par E. Andrieu, Paris, Baillière, 1874, p. 437
« Davier pour l’extraction des incisives
inférieures et des racines »

 
« Davier pour l’extraction des incisives et des canines inférieures »
Fig. 159, marque S. S. White, « davier à bec de faucon », Chapin, A Harris et Ph. H., Austen, Traité théorique et pratique de l’art du dentiste : comprenant l’anatomie, la physiologie, la pathologie, la thérapeutique, la chirurgie, et la prothèse dentaire. Tr. de l’anglais sur la 10e éd., annoté et considérablement augmenté par E. Andrieu, Paris, Baillière, 1874, p. 437
« Davier pour l’extraction des
incisives et des canines inférieures »

 
« Davier pour l’extraction des petites molaires supérieures »
Fig. 160, marque S. S. White, « ils doivent avoir leurs becs recourbés […] étroits et qu’ils aient un sillon plus profond que celui des daviers à incisives ou canines supérieures. […] Un seul peut suffire pour les petites molaires droites ou gauches de la mâchoire supérieure », Chapin, A Harris et Ph. H., Austen, Traité théorique et pratique de l’art du dentiste : comprenant l’anatomie, la physiologie, la pathologie, la thérapeutique, la chirurgie, et la prothèse dentaire. Tr. de l’anglais sur la 10e éd., annoté et considérablement augmenté par E. Andrieu, Paris, Baillière, 1874, p. 438
« Davier pour l’extraction des petites
molaires supérieures »

 
« Davier pour l’extraction des petites molaires inférieures »
Fig. 161, marque S. S. White, « mieux approprié à l’extraction de ces dents que le « davier à bec de faucon » (Fig. 159) et peut être appliqué plus convenablement. C’est pourquoi l’extraction des canines inférieures n’exigent pas d’instrument particulier », Chapin, A Harris et Ph. H., Austen, Traité théorique et pratique de l’art du dentiste : comprenant l’anatomie, la physiologie, la pathologie, la thérapeutique, la chirurgie, et la prothèse dentaire. Tr. de l’anglais sur la 10e éd., annoté et considérablement augmenté par E. Andrieu, Paris, Baillière, 1874, p. 439
« Davier pour l’extraction des petites
molaires inférieures »
 
« Davier du docteur Church pour l’extraction pour l’extraction des dents de sagesse supérieures »
Fig. 162, marque S. S. White, « autre espèce de davier plus commodément employée […] . Leur bec est recourbé au dessus de l’articulation suivant deux angles droits. L’auteur croit que ces daviers furent inventés par le docteur Edward P. Church vers l’année 1830 (mort à 26 ans en 1832 du choléra asiatique », Chapin, A Harris et Ph. H., Austen, Traité théorique et pratique de l’art du dentiste : comprenant l’anatomie, la physiologie, la pathologie, la thérapeutique, la chirurgie, et la prothèse dentaire. Tr. de l’anglais sur la 10e éd., annoté et considérablement augmenté par E. Andrieu, Paris, Baillière, 1874, p. 439-440
« Davier du docteur Church pour
l’extraction pour l’extraction des
dents de sagesse supérieures »
« Davier du docteur Physick pour l’extraction des dents de sagesse »
Fig. 163, marque S. S. White, « pour dents de sagesse des deux côtés et dont on se sert comme d’un davier élévateur », Chapin, A Harris et Ph. H., Austen, Traité théorique et pratique de l’art du dentiste : comprenant l’anatomie, la physiologie, la pathologie, la thérapeutique, la chirurgie, et la prothèse dentaire. Tr. de l’anglais sur la 10e éd., annoté et considérablement augmenté par E. Andrieu, Paris, Baillière, 1874,
p. 440
« Davier du docteur Physick pour
l’extraction des dents de sagesse »
 
« Davier pour l’extraction des racines »
Fig. 164, marque Jones & White, et 165, marque S. S. White, Chapin, A Harris et Ph. H., Austen, Traité théorique et pratique de l’art du dentiste : comprenant l’anatomie, la physiologie, la pathologie, la thérapeutique, la chirurgie, et la prothèse dentaire. Tr. de l’anglais sur la 10e éd., annoté et considérablement augmenté par E. Andrieu, Paris, Baillière, 1874, p. 441
« Davier pour l’extraction des racines »
Fig. 164, marque Jones & White, et 165, marque S. S. White, Chapin, A Harris et Ph. H., Austen, Traité théorique et pratique de l’art du dentiste : comprenant l’anatomie, la physiologie, la pathologie, la thérapeutique, la chirurgie, et la prothèse dentaire. Tr. de l’anglais sur la 10e éd., annoté et considérablement augmenté par E. Andrieu, Paris, Baillière, 1874, p. 441
« Daviers pour l’extraction des racines »
« Davier alvéolaire de Parmley »
Fig. 166, marque S. S. White, 167, marque Jones & White, 168, marque S. S. White, 169, marque S. S. White, 170, marque S. S. White, « pour parvenir à travers les alvéoles jusqu’aux racines des dents », Chapin, A Harris et Ph. H., Austen, Traité théorique et pratique de l’art du dentiste : comprenant l’anatomie, la physiologie, la pathologie, la thérapeutique, la chirurgie, et la prothèse dentaire. Tr. de l’anglais sur la 10e éd., annoté et considérablement augmenté par E. Andrieu, Paris, Baillière, 1874,
p. 441
« Davier alvéolaire de Parmley »
Fig. 166, marque S. S. White, 167, marque Jones & White, 168, marque S. S. White, 169, marque S. S. White, 170, marque S. S. White, « pour parvenir à travers les alvéoles jusqu’aux racines des dents », Chapin, A Harris et Ph. H., Austen, Traité théorique et pratique de l’art du dentiste : comprenant l’anatomie, la physiologie, la pathologie, la thérapeutique, la chirurgie, et la prothèse dentaire. Tr. de l’anglais sur la 10e éd., annoté et considérablement augmenté par E. Andrieu, Paris, Baillière, 1874,
p. 441
« Daviers alvéolaires de Parmley »
Fig. 166, marque S. S. White, 167, marque Jones & White, 168, marque S. S. White, 169, marque S. S. White, 170, marque S. S. White, « pour parvenir à travers les alvéoles jusqu’aux racines des dents », Chapin, A Harris et Ph. H., Austen, Traité théorique et pratique de l’art du dentiste : comprenant l’anatomie, la physiologie, la pathologie, la thérapeutique, la chirurgie, et la prothèse dentaire. Tr. de l’anglais sur la 10e éd., annoté et considérablement augmenté par E. Andrieu, Paris, Baillière, 1874,
p. 441
« Davier alvéolaire de Parmley »
Fig. 166, marque S. S. White, 167, marque Jones & White, 168, marque S. S. White, 169, marque S. S. White, 170, marque S. S. White, « pour parvenir à travers les alvéoles jusqu’aux racines des dents », Chapin, A Harris et Ph. H., Austen, Traité théorique et pratique de l’art du dentiste : comprenant l’anatomie, la physiologie, la pathologie, la thérapeutique, la chirurgie, et la prothèse dentaire. Tr. de l’anglais sur la 10e éd., annoté et considérablement augmenté par E. Andrieu, Paris, Baillière, 1874,
p. 441
« Davier alvéolaire de Parmley »
Fig. 166, marque S. S. White, 167, marque Jones & White, 168, marque S. S. White, 169, marque S. S. White, 170, marque S. S. White, « pour parvenir à travers les alvéoles jusqu’aux racines des dents », Chapin, A Harris et Ph. H., Austen, Traité théorique et pratique de l’art du dentiste : comprenant l’anatomie, la physiologie, la pathologie, la thérapeutique, la chirurgie, et la prothèse dentaire. Tr. de l’anglais sur la 10e éd., annoté et considérablement augmenté par E. Andrieu, Paris, Baillière, 1874,
p. 441
« Daviers alvéolaires de Parmley »
« Daviers du docteur Maynard pour l’extraction des racines des molaires supérieures »
Fig. 178, marque S. S. White, « le bec externe de chaque instrument (droit et gauche) a une pointe aiguë, destinée à perforer l’alvéole entre les racines buccales et à donner solidement prise sur elles, tandis que le bec interne doit rester sur le bord de l’alvéole et embrasser la racine palatine », », Chapin, A Harris et Ph. H., Austen, Traité théorique et pratique de l’art du dentiste : comprenant l’anatomie, la physiologie, la pathologie, la thérapeutique, la chirurgie, et la prothèse dentaire. Tr. de l’anglais sur la 10e éd., annoté et considérablement augmenté par E. Andrieu, Paris, Baillière, 1874, p. 449
« Daviers du docteur Maynard
pour l’extraction des racines
 des molaires supérieures »

« C’est à peine s’il existe dans l’art dentaire un autre instrument qui plus que le davier ait éveillé l’attention ou mis en jeu l’ingéniosité des praticiens. Presque chaque praticien a quelque modèle qui lui est particulier avec lequel il fait ce que nul autre ne peut faire. Sans doute beaucoup de ces instruments sont excellents ; mais il arrive souvent qu’un inventeur apprend à force de pratique à faire avec quelque davier favori de son invention ce qu’il pourrait faire aussi facilement avec un plus simple déjà en usage. L’auteur ne veut cependant pas dire par là que les daviers actuellement en usage ne peuvent pas être modifiés. Ce qu’il soutient, c’est qu’il vaut mieux se servir avec habileté de peu d’instruments que d’encombrer sa trousse d’instruments, la plupart du temps inutiles », Chapin, A Harris et Ph. H., Austen, Traité théorique et pratique de l’art du dentiste : comprenant l’anatomie, la physiologie, la pathologie, la thérapeutique, la chirurgie, et la prothèse dentaire. Tr. de l’anglais sur la 10e éd., annoté et considérablement augmenté par E. Andrieu, Paris, Baillière, 1874, p. 441-442


Claudius Ash & Sons, A catalogue artificial teeth, dental materials, instruments, tools, furniture, etc., 1875

Page de titre : Claudius Ash & Sons, A catalogue artificial teeth, dental materials, instruments, tools, furniture, etc., London, 1875
https://archive.org/details/b21452313

 
Manufacture de Kentish
Claudius Ash & Sons, A catalogue artificial teeth, dental materials, instruments, tools, furniture, etc., London, 1875
Manufacture
de Kentish
 
Claudius Ash & Sons, A catalogue artificial teeth, dental materials, instruments, tools, furniture, etc., London, 1875, p. 64 à 91
CONSULTER LE CATALOGUE >>>
CATALOGUE
(28 pages)

White Samuel S., Catalogue of Dental Materials, 1876

Page de titre : Samuel S. White, Catalogue of Dental Materials. Furniture, instruments, etc., Philadelphia, Chestnut St., Corner of Twelfth, 1876
(BIU Santé 34/118)
 

 
Manufacture dentaire et dépôt  à Philadelphie
Samuel S. White, Catalogue of Dental Materials. Furniture, instruments, etc., Philadelphia, Chestnut St., Corner of Twelfth, 1876
Manufacture dentaire
et dépôt  à
Philadelphie
 
Samuel S. White, Catalogue of Dental Materials. Furniture, instruments, etc., Philadelphia, Chestnut St., Corner of Twelfth, 1876, p. 45 à 58
CONSULTER LE CATALOGUE >>>
CATALOGUE
(15 pages)
 

Baume Robert (1848-1907), Lehrbuch der Zahn-Heilkunde, 1877

Page de titre : Robert Baume (1848-1907), Lehrbuch der Zahn-Heilkunde, Leipzig, Arthur Felix, 1877
(BIU Santé 21/93)





 
« Davier pour incisives, canines et prémolaires »
Fig. 108, Robert Baume (1848-1907), Lehrbuch der Zahn-Heilkunde, Leipzig, Arthur Felix, 1877, p. 493
« Davier pour
incisives,
canines et
prémolaires »

 
« Davier pour une molaire supérieure droite et une molaire supérieure gauche enserrée dans le davier »
Fig. 109, davier pour molaire supérieure droite, marque Evrard. Fig. 110, molaire supérieure gauche enserrée dans le davier, marque Evrard, Robert Baume (1848-1907), Lehrbuch der Zahn-Heilkunde, Leipzig, Arthur Felix, 1877, p. 494
« Davier pour une
molaire supérieure
droite et une molaire
supérieure gauche
enserrée dans
le davier »
« Daviers pour molaires très défectueuses »
Fig. 111 et 112, daviers pour molaires très détériorées, marque Evrard, Robert Baume (1848-1907), Lehrbuch der Zahn-Heilkunde, Leipzig, Arthur Felix, 1877, p. 495
« Daviers pour
molaires très
défectueuses »


 
« Davier pour incisives inférieures »
Fig. 113, davier pour incisives inférieures, marque Evrard, Robert Baume (1848-1907), Lehrbuch der Zahn-Heilkunde, Leipzig, Arthur Felix, 1877, p. 496
« Davier
pour
incisives
inférieures »

 
« Davier pour molaires inférieures droites »
Fig. 114, davier pour molaires inférieures droites, Robert Baume (1848-1907), Lehrbuch der Zahn-Heilkunde, Leipzig, Arthur Felix, 1877, p. 496
« Davier
pour molaires
inférieures
droites »

 
« Davier pour racines de la mâchoire supérieure »
Fig. 115, davier pour racine de la mâchoire supérieure , marque Evrard, Robert Baume (1848-1907), Lehrbuch der Zahn-Heilkunde, Leipzig, Arthur Felix, 1877, p. 498
« Davier
pour racines
de la mâchoire
supérieure »

 

Adler, Herman et Marcus, Traité dentaire, 1879

Page de titre : Marcus, Herman, Adler, Traité dentaire, Paris, chez les auteurs, 4, rue Meyerbeer, 1879
(APHPF375)
« Daviers pour l’extraction des racines »
Marcus, Herman, Adler, Traité dentaire, Paris, chez les auteurs, 4, rue Meyerbeer, 1879, p. 58
« Daviers pour l’extraction des petites molaires et dents incisives »
Marcus, Herman, Adler, Traité dentaire, Paris, chez les auteurs, 4, rue Meyerbeer, 1879, p. 59
« Daviers servant à l’extraction des grosses molaires »
Marcus, Herman, Adler, Traité dentaire, Paris, chez les auteurs, 4, rue Meyerbeer, 1879, p. 60
« Daviers servant à l’extraction des grosses molaires »
Marcus, Herman, Adler, Traité dentaire, Paris, chez les auteurs, 4, rue Meyerbeer, 1879, p. 61


 
« Daviers pour
l’extraction
des racines »
« Daviers pour l’extraction
des petites molaires
et dents incisives »
« Daviers servant à l’extraction des grosses molaires »

 
 

« Avec le davier, les accidents [dus à la clef) ne sont pas à craindre : la dent est saisie entre les branches du davier, de manière que les mors descendent très-près de l’alvéole », Marcus, Herman, Adler, Traité dentaire, Paris, chez les auteurs, 4, rue Meyerbeer, 1879, p. 57

Coleman Alfred (1828-1902), Manual of dental surgery & pathology, 1881

Page de titre : Alfred Coleman, Manual of dental surgery & pathology, London, Smith, Elder & Co, 1881
(BIU Santé 18/1A)

Coleman Alfred (1828-1902), Manuel de chirurgie et de pathologie dentaires, 1885

Page de titre : Alfred Coleman (1828-1902), Manuel de chirurgie et de pathologie dentaires, traduit par le Dr Darin, Tours, Bousrez, 1885
(BIU Santé 18/1)

« Le davier doit être d’excellent acier et les mors doivent être trempés de façon à se courber légèrement plutôt que de se rompre en présence de toute résistance », Alfred Coleman, Manuel de chirurgie et de pathologie dentaires, traduit par le Dr Darin, Tours, Bousrez, 1885, p. 190

« Davier pour l’extraction des incisives et des canines supérieures »
Fig. 156, Alfred Coleman (1828-1902), Manuel de chirurgie et de pathologie dentaires, traduit par le Dr Darin, Tours, Bousrez, 1885, p. 190
« Davier pour l’extraction des
incisives et des canines
supérieures »
 
« Davier pour l’extraction des incisives supérieures »
Fig. 162, Alfred Coleman (1828-1902), Manuel de chirurgie et de pathologie dentaires, traduit par le Dr Darin, Tours, Bousrez, 1885, p. 195
« Davier pour l’extraction des
incisives supérieures »

 
« Davier pour l’extraction des bicuspides supérieures »
Fig. 165, Alfred Coleman (1828-1902), Manuel de chirurgie et de pathologie dentaires, traduit par le Dr Darin, Tours, Bousrez, 1885, p. 196
« Davier pour l’extraction des
bicuspides supérieures »

 
« Davier pour l’extraction de la première et la deuxième molaire de la mâchoire supérieure de chaque côté »
Fig. 168, Alfred Coleman (1828-1902), Manuel de chirurgie et de pathologie dentaires, traduit par le Dr Darin, Tours, Bousrez, 1885, p. 198
« Davier pour l’extraction de la
première et la deuxième molaire
de la mâchoire supérieure de
chaque côté »
« Davier pour l’avulsion des troisièmes molaires de la mâchoire supérieure »
Fig. 170, « l’angle formé par les mors et la poignée n’est pas assez aigu », Alfred Coleman (1828-1902), Manuel de chirurgie et de pathologie dentaires, traduit par le Dr Darin, Tours, Bousrez, 1885, p. 199
« Davier pour l’avulsion des
troisièmes molaires de la
mâchoire supérieure »
« Davier pour l’extraction des incisives et des canines inférieures »
Fig. 171, Alfred Coleman (1828-1902), Manuel de chirurgie et de pathologie dentaires, traduit par le Dr Darin, Tours, Bousrez, 1885, p. 200
« Davier pour l’extraction des
incisives et des canines inférieures »
 
« Davier pour l’extraction des bicuspides inférieures »
Fig. 177, Alfred Coleman (1828-1902), Manuel de chirurgie et de pathologie dentaires, traduit par le Dr Darin, Tours, Bousrez, 1885, p. 202
« Davier pour l’extraction des
bicuspides inférieures »
 
« Davier pour extraire les bicuspides inférieures »
Fig. 178, Alfred Coleman (1828-1902), Manuel de chirurgie et de pathologie dentaires, traduit par le Dr Darin, Tours, Bousrez, 1885, p. 202
« Davier pour extraire les
bicuspides inférieures »
 
« Davier pour l’extraction des bicuspides inférieures »
Fig. 179, Alfred Coleman (1828-1902), Manuel de chirurgie et de pathologie dentaires, traduit par le Dr Darin, Tours, Bousrez, 1885, p. 203
« Davier pour l’extraction des
bicuspides inférieures »
 
« Davier pour l’extraction des molaires inférieures »
Fig. 180, Alfred Coleman (1828-1902), Manuel de chirurgie et de pathologie dentaires, traduit par le Dr Darin, Tours, Bousrez, 1885, p. 204
« Davier pour l’extraction des
molaires inférieures »
 
« Davier pour l’extraction des molaires inférieures »
Fig. 181, Alfred Coleman (1828-1902), Manuel de chirurgie et de pathologie dentaires, traduit par le Dr Darin, Tours, Bousrez, 1885, p. 204
« Davier pour l’extraction des
molaires inférieures »
 
« Davier pour l’extraction de la deuxième et la troisième molaire, un pour chaque côté »
Fig. 182, Alfred Coleman (1828-1902), Manuel de chirurgie et de pathologie dentaires, traduit par le Dr Darin, Tours, Bousrez, 1885, p. 205
« Davier pour l’extraction de la
deuxième et la troisième molaire,
un pour chaque côté »
« Davier pour l’extraction des troisièmes molaires inférieures»
Fig. 185, Alfred Coleman (1828-1902), Manuel de chirurgie et de pathologie dentaires, traduit par le Dr Darin, Tours, Bousrez, 1885, p. 207
« Davier pour l’extraction des
troisièmes molaires inférieures»
 
« Pince pour l’extraction des racines des incisives et des canines supérieures »
Fig. 187, Alfred Coleman (1828-1902), Manuel de chirurgie et de pathologie dentaires, traduit par le Dr Darin, Tours, Bousrez, 1885, p. 209
« Pince pour l’extraction
des racines des incisives
et des canines supérieures »
« Pince pour l’extraction des racines des incisives supérieures »
Fig. 188, Alfred Coleman (1828-1902), Manuel de chirurgie et de pathologie dentaires, traduit par le Dr Darin, Tours, Bousrez, 1885, p. 209
« Pince pour l’extraction des racines
des incisives supérieures »
 
« Pince pour l’extraction des racines des bicuspides supérieures »
Fig. 190, Alfred Coleman (1828-1902), Manuel de chirurgie et de pathologie dentaires, traduit par le Dr Darin, Tours, Bousrez, 1885, p. 210
« Pince pour l’extraction des racines
des bicuspides supérieures »
 
« Pince pour l’extraction des racines des bicuspides supérieures séparées»
Fig. 191, Alfred Coleman (1828-1902), Manuel de chirurgie et de pathologie dentaires, traduit par le Dr Darin, Tours, Bousrez, 1885, p. 210
« Pince pour l’extraction des racines
des bicuspides supérieures séparées»

 
« Pince imaginée par nous pour l’avulsion des racines des premières et deuxièmes molaires supérieures non séparées de la couronne »
Fig. 193, Alfred Coleman (1828-1902), Manuel de chirurgie et de pathologie dentaires, traduit par le Dr Darin, Tours, Bousrez, 1885, p. 212
« Pince imaginée par nous pour
l’avulsion des racines des premières
et deuxièmes molaires supérieures
non séparées de la couronne »
« La même pince embrassant l’organe »
Fig. 194, pince, marque Evrard, Alfred Coleman (1828-1902), Manuel de chirurgie et de pathologie dentaires, traduit par le Dr Darin, Tours, Bousrez, 1885, p. 212
« La même pince embrassant
l’organe »

 
« Davier de Stevens pour extraire les racines des molaires supérieures »
Fig. 196, davier, marque C Ash & Sons London, Alfred Coleman (1828-1902), Manuel de chirurgie et de pathologie dentaires, traduit par le Dr Darin, Tours, Bousrez, 1885, p. 213
« Davier de Stevens pour extraire
les racines des molaires supérieures »

 
« Davier de Baly »
Fig. 197, davier, marque C Ash & Sons London, Alfred Coleman (1828-1902), Manuel de chirurgie et de pathologie dentaires, traduit par le Dr Darin, Tours, Bousrez, 1885, p. 214
« Davier de Baly »

 
« Pinces destinées à l’extraction des racines des molaires supérieures désunies »
Fig. 198, Alfred Coleman (1828-1902), Manuel de chirurgie et de pathologie dentaires, traduit par le Dr Darin, Tours, Bousrez, 1885, p. 214
« Pinces destinées à l’extraction
des racines des molaires
supérieures désunies »
« Pince de notre invention pour extraire les racines des troisièmes molaires supérieures »
Fig. 199, Alfred Coleman (1828-1902), Manuel de chirurgie et de pathologie dentaires, traduit par le Dr Darin, Tours, Bousrez, 1885, p. 215
« Pince de notre invention pour
extraire les racines des troisièmes
molaires supérieures »
« Davier pour l’extraction des racines des incisives, des canines et des bicuspides inférieures »
Fig. 200, Alfred Coleman (1828-1902), Manuel de chirurgie et de pathologie dentaires, traduit par le Dr Darin, Tours, Bousrez, 1885, p. 215
« Davier pour l’extraction des racines
des incisives, des canines et des
bicuspides inférieures »
« Davier pour extraire les racines du bas en général »
Fig. 201, Alfred Coleman (1828-1902), Manuel de chirurgie et de pathologie dentaires, traduit par le Dr Darin, Tours, Bousrez, 1885, p. 215
« Davier pour extraire les racines
du bas en général »
 
« Davier pour extraire les racines isolées des molaires inférieures »
Fig. 203, Alfred Coleman (1828-1902), Manuel de chirurgie et de pathologie dentaires, traduit par le Dr Darin, Tours, Bousrez, 1885, p. 216
« Davier pour extraire les racines
isolées des molaires inférieures »
 
« Davier pour extraire les racines des deuxièmes et troisièmes molaires inférieures »
Fig. 204, Alfred Coleman (1828-1902), Manuel de chirurgie et de pathologie dentaires, traduit par le Dr Darin, Tours, Bousrez, 1885, p. 216
« Davier pour extraire les racines
des deuxièmes et troisièmes
molaires inférieures »
« Davier pour extraire les incisives et canines temporaires du haut »
Fig. 212, Alfred Coleman (1828-1902), Manuel de chirurgie et de pathologie dentaires, traduit par le Dr Darin, Tours, Bousrez, 1885, p. 222
« Davier pour extraire les incisives
et canines temporaires du haut »
 
« Davier pour extraire les incisives et canines temporaires du bas »
Fig. 213, Alfred Coleman (1828-1902), Manuel de chirurgie et de pathologie dentaires, traduit par le Dr Darin, Tours, Bousrez, 1885, p. 223
« Davier pour extraire les incisives et
canines temporaires du bas »
« Davier pour extraire les molaires temporaires supérieures »
Fig. 214, Alfred Coleman (1828-1902), Manuel de chirurgie et de pathologie dentaires, traduit par le Dr Darin, Tours, Bousrez, 1885, p. 223
« Davier pour extraire les molaires
temporaires supérieures »
« Davier pour extraire les molaires temporaires inférieures »
Fig. 215, Alfred Coleman (1828-1902), Manuel de chirurgie et de pathologie dentaires, traduit par le Dr Darin, Tours, Bousrez, 1885, p. 224
« Davier pour extraire les molaires
temporaires inférieures »

Dictionnaire encyclopédique des Sciences Médicales (dir. Dechambre), 1882

Page de titre : Dictionnaire encyclopédique des Sciences Médicales (dir. Dechambre), Paris, G. Masson, F. Asselin, T 27, 1882
(BIU Santé 47118)


 
« Daviers droits pour les incisives et canines supérieures (modèle Ash) »
Fig. 53, Dictionnaire encyclopédique des Sciences Médicales (dir. Dechambre), Paris, G. Masson, F. Asselin, T 27, 1882, p. 357
« Daviers droits pour les incisives
et canines supérieures (modèle Ash) »
 
Davier pour incisives et canines inférieures
Fig. 54, « davier dont les mors sont à angle droit avec la tige », Dictionnaire encyclopédique des Sciences Médicales (dir. Dechambre), Paris, G. Masson, F. Asselin, T 27, 1882, p. 357
Davier pour incisives et
canines inférieures
 
Daviers pour l’extraction des premières et deuxièmes molaires supérieures
Fig. 55, davier pour les molaires supérieures gauches, Fig. 56, pour les molaires supérieures droites, Dictionnaire encyclopédique des Sciences Médicales (dir. Dechambre), Paris, G. Masson, F. Asselin, T 27, 1882, p. 358
Daviers pour l’extraction des
premières et deuxièmes molaires
supérieures
Davier pour l’extraction des molaires inférieures
Fig. 57, Dictionnaire encyclopédique des Sciences Médicales (dir. Dechambre), Paris, G. Masson, F. Asselin, T 27, 1882, p. 358
Davier pour l’extraction
des molaires inférieures
« Davier à racines supérieures »
Fig. 58, Dictionnaire encyclopédique des Sciences Médicales (dir. Dechambre), Paris, G. Masson, F. Asselin, T 27, 1882, p. 359
« Davier à racines
supérieures »
« Davier pour l’extraction des racines inférieures »
Fig. 59, Dictionnaire encyclopédique des Sciences Médicales (dir. Dechambre), Paris, G. Masson, F. Asselin, T 27, 1882, p. 359
« Davier pour l’extraction
des racines inférieures »

Galante Henry & fils, Catalogue illustré des instruments de chirurgie, appareils de prothèse, orthopédie, bandages, etc., 1885

Page de titre : Galante Henry & fils, Catalogue illustré des instruments de chirurgie, appareils de prothèse, orthopédie, bandages, etc., Paris, 1885
(BIU Santé 21033)
 
Davier anglais
Fig. 133, « daviers anglais variés de forme » marque Galante et fils, (la pièce : 10), Galante Henry & fils, Catalogue illustré des instruments de chirurgie, appareils de prothèse, orthopédie, bandages, etc., Paris, 1885, p. 56
Davier anglais
Davier américain
Fig. 134, « daviers américains de forme », » marque Galante et fils, (la pièce : 10), Galante Henry & fils, Catalogue illustré des instruments de chirurgie, appareils de prothèse, orthopédie, bandages, etc., Paris, 1885, p. 56
Davier américain

Andrieu, Edmond (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, 1889

Page de titre : Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889
(BIU Santé 20385)

« Les seuls instruments qui permettent à l’opérateur de varier à son gré le sens et l’énergie de l’action, qui peuvent être modifiés, suivant la forme, la direction, la résistance et l’état plus ou moins altéré des dents, sont les seuls convenables pour l’extraction de ces organes. Or, les daviers dont la forme est appropriée à celle de chaque espèce de dents sont actuellement les seuls instruments qui répondent à ce principe. [...] Ayant essayé tous les Daviers Américains, Anglais, Belges, Français, nous avons nous-même fait notre choix et ne pouvons qu’indiquer ceux qui nous ont rendu le plus de service », Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 514-517

« Forme générale du manche des daviers anglais (A. et F) »
Fig. 312, marque A. et F., Ash & Sons London, Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 523
« Forme générale du manche des
daviers anglais (A. et F) »
« Davier anglais pour incisives et bicuspidées supérieures (A. et F) »
Fig. 311, marque C Ash & Sons London, « pour ne pas broyer la couronne plus ou moins détériorée, il faut appuyer sur la paume de la main l’extrémité de ces manches ce qui est fort incommode, parfois douloureux pour l’opérateur et lui ôte la précision de ses mouvements », Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 523
« Davier anglais pour incisives
et bicuspidées supérieures (A. et F) »
« Davier à ailettes Andrieu »
Fig. 314, marque Collin et Cie, « grâce aux ailettes dont l’une repose sur la face pulpaire du pouce, et l’autre sur la première phalange de l’index, on peut introduire les mors dans les tissus, lentement avec précision, aussi profondément qu’on le désire et avec toute la force que l’on croit utile de développer », Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 524
« Davier à ailettes Andrieu »
 
« Davier américain pour incisives et bicuspidées supérieures (S. S. W.) »
Fig. 313, marque S. S. W., Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 524
« Davier américain pour incisives et
bicuspidées supérieures (S. S. W.) »
« Davier pour incisives latérales supérieures. Modèle anglais (A. et F) »
Fig. 315, marque C Ash & Sons London, à noter les mors plus étroits, Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 525
« Davier pour incisives latérales
supérieures. Modèle anglais (A. et F) »
 
« Davier pour incisives latérales supérieures. Modèle américain (S. S. W.) »
Fig. 316, marque S. S. W., Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 526
« Davier pour incisives latérales
 supérieures. Modèle américain
(S. S. W.) »
« Davier pour bicuspidées supérieures. Modèle anglais (A. et F) »
Fig. 317, marque C Ash & Sons London, « légèrement courbé sur le plat », Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 526
« Davier pour bicuspidées supérieures.
 Modèle anglais (A. et F) »
 
« Davier pour bicuspidées supérieures. Modèle américain (S. S. W.) »
Fig. 318, marque S. S. W., « courbé sur côté et en S », Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 526
« Davier pour bicuspidées supérieures.
 Modèle américain (S. S. W.) »
 
« Davier pour bicuspidées supérieures. Modèle à ailettes Andrieu »
Fig. 319, marque Collin et Cie, « peut servir également pour les cuspidées supérieures », Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 527
« Davier pour bicuspidées supérieures.
 Modèle à ailettes Andrieu »

 
« Daviers pour multicuspidées supérieures première et deuxième. Côté droit et côté gauche. Modèle anglais (A. et F) »
Fig. 320, marque C Ash & Sons London, « le bec buccal doit embrasser à la fois les deux racines buccales et sa pointe pénétrer entre les deux », Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 527
« Daviers pour multicuspidées
supérieures  première et deuxième.
Côté droit et côté  gauche.
Modèle anglais (A. et F) »
« Daviers pour multicuspidées supérieures première et deuxième. Côté droit et côté gauche. Modèle américain (S. S. W.) »
Fig. 321, marque S. S. W., « courbés sur le côté et moins préférables aux daviers anglais courbés sur le plat », Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 528
« Daviers pour multicuspidées
supérieures première et deuxième.
Côté droit et côté  gauche.
Modèle américain (S. S. W.) »
« Davier pour dents de sagesse supérieures des deux côtés. Modèle anglais (A. et F) »
Fig. 322, marque C Ash & Sons London, Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 529
« Davier pour dents de sagesse
 supérieures des deux côtés.
Modèle  anglais (A. et F) »
 
« Daviers pour dents de sagesse supérieures des deux côtés. Modèle américain (S. S. W.) »
Fig. 323 et 324, marque S. S. W., « en baïonnette », Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 529
« Daviers pour dents de sagesse
supérieures des deux côtés.
Modèle américain (S. S. W.) »
 
« Davier pour incisives et cuspidées inférieures. Modèle anglais (A. et F) »
Fig. 325, marque C Ash & Sons London, Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 530
« Davier pour incisives et
cuspidées inférieures.
Modèle anglais (A. et F) »
 
« Davier pour incisives et cuspidées inférieures. Modèle américain (S. S. W.) »
Fig. 326, marque S. S. W., Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 531
« Davier pour incisives et
cuspidées inférieures.
Modèle américain (S. S. W.) »
 
« Daviers pour bicuspidées et multicuspidées inférieures courbés sur le plat (A. et F) »
Fig. 327 et 328, marque C Ash & Sons London, « lorsqu’ils sont en position sur la dent à extraire, ils cachent à la vue, non seulement cette dent mais celles qui précèdent. De plus, ils sont incommodes à tenir », Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 531-532
« Daviers pour bicuspidées et
multicuspidées inférieures courbés
sur le plat (A. et F) »
 

« Les trois daviers suivants courbés en bec de faucon, n’ont pas les inconvénients des daviers précédents (Fig. 327 et 328). [...] Et ils permettent à l’opérateur de déployer, en la contrôlant toute la force dont il peut avoir besoin »

« (N° 1) Davier pour bicuspidées inférieures courbé sur le côté. Modèle anglais (A. et F) »
Fig. 329, marque C Ash & Sons London, « le plus usité » quand l’ouverture des mâchoires le permet, Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 532
« (N° 1) Davier pour bicuspidées
inférieures courbé sur le côté.
Modèle anglais (A. et F) »
 
« (N° 2) Davier pour bicuspidées inférieures courbé sur le côté, à articulation basse. Modèle anglais (A. et F) »
Fig. 330, marque C Ash & Sons London, Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 533
« (N° 2) Davier pour bicuspidées
inférieures courbé sur le côté, à
 articulation basse.
Modèle anglais (A. et F) »
« (N° 3) Davier pour bicuspidées inférieures courbé sur le côté, à becs sous-alvéolaires. Modèle anglais (A. et F) »
Fig. 331, marque C Ash & Sons London, Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 533
« (N° 3) Davier pour bicuspidées
inférieures courbé sur le côté,
à becs sous-alvéolaires.
Modèle anglais (A. et F) »
« Davier pour bicuspidées inférieures. Modèle américains (S. S. W.) »
Fig. 332, marque S. S. W., « abandonné pour les anglais », Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 534
« Davier pour bicuspidées
inférieures. Modèle américains
(S. S. W.) »
 
« Daviers pour multicuspidées inférieures. Modèle américain (S. S. W.) »
Fig. 333 et 334, marque S. S. W., Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 535
« Daviers pour multicuspidées
inférieures. Modèle américain
(S. S. W.) »
« Davier à pointe pour les multicuspidées inférieures (S. S. W.) »
Fig. 335, marque S. S. W., Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 536
« Davier à pointe pour les
multicuspidées inférieures
(S. S. W.) »

« Aucun des daviers américains (Fig. 333, 334, 335) pour multicuspidées inférieures n’est aussi commode que les daviers à bec de faucon (Fig. 336 et 337) »

« Daviers pour multicuspidées inférieures. Modèles anglais (A. et F) »
Fig. 336 er 337, daviers à bec de faucon, marque C Ash & Sons London, Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 537
« Daviers pour multicuspidées
inférieures. Modèles anglais (A. et F) »
 
« Davier pour dents de sagesse inférieures (A. et F) »
Fig. 338, marque C Ash & Sons London, « peut être utilisé à la rigueur, mais il vaut mieux avoir recours à la langue de carpe ou à un davier-levier », Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 538
« Davier pour dents de sagesse
inférieures (A. et F) »
 
« Davier-levier de Physick (S. S. W.)»
Fig. 339, marque S. S. W., « la dent de sagesse est luxée de bas en haut, dans le sens de son axe » sans risque d’échappée comme avec la langue de carpe, Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 538-539
« Davier-levier de Physick
(S. S. W.)»
 
« Davier pour incisives et cuspidées temporaires supérieures (A. et F) »
Fig. 340, marque C Ash & Sons London, Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 540
« Davier pour incisives et
cuspidées temporaires supérieures
(A. et F) »
« Davier pour incisives et cuspidées temporaires inférieures temporaires (A. et F) »
Fig. 341, marque C Ash & Sons London, Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 540
« Davier pour incisives et cuspidées
temporaires inférieures temporaires
(A. et F) »
« Davier pour multicuspidées supérieures temporaires (A. et F) »
Fig. 342, marque C Ash & Sons London, Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 541
« Davier pour multicuspidées
supérieures temporaires
(A. et F) »
« Davier pour multicuspidées inférieures temporaires (A. et F) »
Fig. 343, marque C Ash & Sons London, Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 541
« Davier pour multicuspidées
inférieures temporaires (A. et F) »
 
« Daviers à racines (A. et F) »
Fig. 344 et 345, marque C Ash & Sons London, « pour des racines présentant une prise suffisante », Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 542
« Daviers à racines (A. et F) »

 
« Daviers à racines (A. et F) »
Fig. 346 et 347, marque C Ash & Sons London, « pour des racines présentant une prise suffisante », Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 542
« Daviers à racines (A. et F) »

 
« Daviers alvéolaires de Parmly (S. S. W.) »
Fig. 348, 349 et 350, marque S. S. W., pour toutes racines détériorées « avec un davier à becs coupants sur leurs bords longitudinaux, on glisse les mors sous la gencive, presqu’au niveau de l’apex de la racine, on embrasse à la fois les parois alvéolaires, linguale et buccale, et la racine », Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 543
« Daviers alvéolaires de Parmly
(S. S. W.) »
 
« Davier à bec de faucon pour racines inférieures »
Fig. 354, marque C Ash & Sons London, Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 546
« Davier à bec de faucon pour
racines inférieures »
 
« Davier de Stevens pour multicuspidées supérieures découronnées (A. et F)»
Fig. 355, marque C Ash & Sons London, Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 546
« Davier de Stevens pour
multicuspidées supérieures
découronnées (A. et F)»
« Davier de Baly pour multicuspidées supérieures découronnées (A. et F) »
Fig. 356, marque C Ash & Sons London, Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 547
« Davier de Baly pour
multicuspidées supérieures
découronnées (A. et F) »
« Daviers de Wood pour multicuspidées supérieures découronnées (A. et F) »
Fig. 357, marque C Ash & Sons London, Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 547
« Daviers de Wood pour
multicuspidées supérieures
découronnées (A. et F) »
« Davier pour multicuspidées inférieures découronnées (A. et F) »
Fig. 359, marque C Ash & Sons London, Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 548
« Davier pour multicuspidées
inférieures découronnées
(A. et F) »
« Daviers à mors inégaux pour surdentss (A. et F.) »
Fig. 362, « daviers à mors inégaux pour surdents de la mâchoire supérieure »,
Fig. 363 et 364, « daviers à mors inégaux pour surdents de la mâchoire inférieure », marque C Ash & Sons London, Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 552
« Daviers à mors inégaux
pour surdents
(A. et F.) »
« Davier courbe à ailettes (Andrieu) »
Fig. 365, davier courbe à ailettes, marque Collin et Cie, « particulièrement adapté pour l’extraction d’une surdent bicuspidée inférieure », Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 553
« Davier courbe à ailettes (Andrieu) »
 
« Daviers à racines (A. et F) »
Fig. 370 et 371, « daviers à racines pour bicuspidées supérieures », marque C Ash & Sons London, Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 558
« Daviers à racines (A. et F) »
 
« Daviers à racines. Modèles américains (S. S. W.) »
Fig. 372 et 373, daviers à racines pour bicuspidées supérieures, marque S. S. W., Edmond Andrieu (1833-1889), Traité de dentisterie opératoire, Paris, Doin, 1889, p. 559
« Daviers à racines.
Modèles américains (S. S. W.) »

Abonyi Yozsef (1858-1914), Compendium der Zahn-Heilkunde, 1889

Page de titre : Yozsef Abonyi (1858-1914), Compendium der Zahn-Heilkunde, Vienne, Wilhlelm Braumüller, 1889
(BIU Santé Br. 432)



 
« Davier pour incisives et canines supérieures »
Fig. 26, Yozsef Abonyi (1858-1914), Compendium der Zahn-Heilkunde, Vienne, Wilhlelm Braumüller, 1889, p. 88
« Davier pour
incisives et
canines
supérieures »
« Davier à racines du haut »
Fig. 27, davier à racines du haut et éloignées dans l’alvéole, Yozsef Abonyi (1858-1914), Compendium der Zahn-Heilkunde, Vienne, Wilhlelm Braumüller, 1889, p. 88
« Davier
à racines
du haut »
 
« Davier de Gregson »
Fig. 28, davier de Gregson particulier par la minceur de ses mors aussi bien adaptés pour l’extraction des prémolaires que de leurs racines, Yozsef Abonyi (1858-1914), Compendium der Zahn-Heilkunde, Vienne, Wilhlelm Braumüller, 1889, p. 88
« Davier de
Gregson »

 
« Deux daviers pour molaires supérieures »
Fig. 29, « davier pour molaire supérieure droite »
Fig. 30, « davier pour molaire supérieure gauche », Yozsef Abonyi (1858-1914), Compendium der Zahn-Heilkunde, Vienne, Wilhlelm Braumüller, 1889, p. 90
« Deux daviers pour
molaires supérieures »

 
 
« Davier pour racines supérieures postérieures »
Fig. 31, davier en baïonnette pour racines de dent de sagesse supérieure, Yozsef Abonyi (1858-1914), Compendium der Zahn-Heilkunde, Vienne, Wilhlelm Braumüller, 1889, p. 90
« Davier pour
racines
supérieures
postérieures »
 
« Davier pour dents de sagesse supérieures »
Fig. 32, Yozsef Abonyi (1858-1914), Compendium der Zahn-Heilkunde, Vienne, Wilhlelm Braumüller, 1889, p. 92
« Davier
pour
dents de
sagesse
supérieures »
Trois daviers
Fig. 33, « davier pour incisives, canines et tout aussi bien pour racines »
Fig. 34, « davier pour prémolaires inférieures »
Fig. 35, « davier pour molaires inférieures des deux côtés », Yozsef Abonyi (1858-1914), Compendium der Zahn-Heilkunde, Vienne, Wilhlelm Braumüller, 1889, p. 92
Trois daviers



 
« Daviers d’Iszlaï »
Fig. 36, « davier d’Iszlaï pour molaires inférieures droites »
Fig. 37, « davier d’Iszlaï pour molaires inférieures gauches », Yozsef Abonyi (1858-1914), Compendium der Zahn-Heilkunde, Vienne, Wilhlelm Braumüller, 1889, p. 94
« Daviers d’Iszlaï »



 
« Daviers d’Iszlaï pour racines»
Fig. 38, « davier d’Iszlaï pour racines de molaires inférieures droites »
Fig. 39, « davier d’Iszlaï pour racines de molaires inférieures gauches », Yozsef Abonyi (1858-1914), Compendium der Zahn-Heilkunde, Vienne, Wilhlelm Braumüller, 1889, p. 95
« Daviers d’Iszlaï pour racines»



 

Henry Sewill (1843 ?-1920), Dental surgery, 1890

Page de titre : Henry Sewill (1843 ?-1920), Dental surgery : including special anatomy and pathology : a manual for students and practitioners, Londres, Baillière, Tindall & Cox, 1890
(BIU Santé 18/270)
« Modèle des différents maintiens du davier et de leur application à la dent »
Fig. 180, p. 356. Fig. 181, p. 356. Fig. 184, p. 359. Fig. 187, p. 361. Fig. 189, p. 366, tous ces daviers portent la marque Dental MFG C° L°
Henry Sewill (1843 ?-1920), Dental surgery : including special anatomy and pathology : a manual for students and practitioners, Londres, Baillière, Tindall & Cox, 1890,
« Modèle des différents maintiens du davier et de leur application à la dent »
Fig. 180, p. 356. Fig. 181, p. 356. Fig. 184, p. 359. Fig. 187, p. 361. Fig. 189, p. 366, tous ces daviers portent la marque Dental MFG C° L°
Henry Sewill (1843 ?-1920), Dental surgery : including special anatomy and pathology : a manual for students and practitioners, Londres, Baillière, Tindall & Cox, 1890,
« Modèle des différents maintiens du davier et de leur application à la dent »
Fig. 180, p. 356. Fig. 181, p. 356. Fig. 184, p. 359. Fig. 187, p. 361. Fig. 189, p. 366, tous ces daviers portent la marque Dental MFG C° L°
Henry Sewill (1843 ?-1920), Dental surgery : including special anatomy and pathology : a manual for students and practitioners, Londres, Baillière, Tindall & Cox, 1890,
« Modèle des différents maintiens du davier et de leur application à la dent »
Fig. 180, p. 356. Fig. 181, p. 356. Fig. 184, p. 359. Fig. 187, p. 361. Fig. 189, p. 366, tous ces daviers portent la marque Dental MFG C° L°
Henry Sewill (1843 ?-1920), Dental surgery : including special anatomy and pathology : a manual for students and practitioners, Londres, Baillière, Tindall & Cox, 1890,
« Modèle des différents maintiens du davier et de leur application à la dent »
Fig. 180, p. 356. Fig. 181, p. 356. Fig. 184, p. 359. Fig. 187, p. 361. Fig. 189, p. 366, tous ces daviers portent la marque Dental MFG C° L°
Henry Sewill (1843 ?-1920), Dental surgery : including special anatomy and pathology : a manual for students and practitioners, Londres, Baillière, Tindall & Cox, 1890,
  « Modèles des différents maintiens du davier et de leur application à la dent »
Daviers pour molaires supérieures
Fig. 182, davier pour molaire supérieure droite
Fig. 183, davier pour molaire supérieure gauche,
Henry Sewill (1843 ?-1920), Dental surgery : including special anatomy and pathology : a manual for students and practitioners, Londres, Baillière, Tindall & Cox, 1890,
Davier pour dents de sagesse
Fig. 185, davier à dents de sagesse supérieure, marque C. Ash & Sons, London
Fig. 190, davier à dents de sagesse inférieure, marque C. Ash & Sons, London
Henry Sewill (1843 ?-1920), Dental surgery : including special anatomy and pathology : a manual for students and practitioners, Londres, Baillière, Tindall & Cox, 1890, p. 357 et 362
Davier pour dents de sagesse
Fig. 185, davier à dents de sagesse supérieure, marque C. Ash & Sons, London
Fig. 190, davier à dents de sagesse inférieure, marque C. Ash & Sons, London
Henry Sewill (1843 ?-1920), Dental surgery : including special anatomy and pathology : a manual for students and practitioners, Londres, Baillière, Tindall & Cox, 1890, p. 357 et 362
Davier pour racines
Fig. 186, davier pour racines d’incisives inférieures
Fig. 191, davier pour racines de molaires supérieures
Fig. 192, davier pour racines d’incisives supérieures
Henry Sewill (1843 ?-1920), Dental surgery : including special anatomy and pathology : a manual for students and practitioners, Londres, Baillière, Tindall & Cox, 1890, p. 358, 363, 364
Davier pour racines
Fig. 186, davier pour racines d’incisives inférieures
Fig. 191, davier pour racines de molaires supérieures
Fig. 192, davier pour racines d’incisives supérieures
Henry Sewill (1843 ?-1920), Dental surgery : including special anatomy and pathology : a manual for students and practitioners, Londres, Baillière, Tindall & Cox, 1890, p. 358, 363, 364
Davier pour racines
Fig. 186, davier pour racines d’incisives inférieures
Fig. 191, davier pour racines de molaires supérieures
Fig. 192, davier pour racines d’incisives supérieures
Henry Sewill (1843 ?-1920), Dental surgery : including special anatomy and pathology : a manual for students and practitioners, Londres, Baillière, Tindall & Cox, 1890, p. 358, 363, 364
Davier pour molaires inférieures
Fig. 188, davier pour molaires
Fig. 194, davier enserrant les racines de la molaire
Henry Sewill,(1843 ?-1920), Dental surgery : including special anatomy and pathology : a manual for students and practitioners, Londres, Baillière, Tindall & Cox, 1890, p. 360, 367
Davier pour molaires inférieures
Fig. 188, davier pour molaires
Fig. 194, davier enserrant les racines de la molaire
Henry Sewill,(1843 ?-1920), Dental surgery : including special anatomy and pathology : a manual for students and practitioners, Londres, Baillière, Tindall & Cox, 1890, p. 360, 367
Daviers pour molaires supérieures
 
Daviers pour
dents de sagesse
 
Daviers pour racines

 n
Daviers pour
molaires
inférieures

Poulson Geo, Zahnzangen, 1891

Page de titre : Geo, Poulson, Preis-Liste N°3, Hamburg, octobre1891
(Coll. Part.)
 
 
Geo, Poulson, Preis-Liste N°3, Hamburg, octobre1891, p. 1 à 99 et 1 à 3 (appendice)
CONSULTER LE CATALOGUE >>>

 
CATALOGUE
(94 pages)

Metnitz Joseph Riter von (1861-1905), Lehrbuch der Zahnheilkunde für praktische Ärzte and Studierende, 1891

Page de titre : Metnitz Joseph Riter von (1861-1905), Lehrbuch der Zahnheilkunde für praktische Ärzte and Studierende, Wien, Leipzig, Urban & Schwarzenberg, 1891
(BIU Santé 21465)
Deux daviers
Fig. 191, « davier pour incisives supérieures »
Fig. 192, « davier pour bicuspidées et racines de la mâchoire supérieure »
Metnitz Joseph Riter von (1861-1905), Lehrbuch der Zahnheilkunde für praktische Ärzte and Studierende, Wien, Leipzig, Urban & Schwarzenberg, 1891, p. 297, 298
Deux daviers
Fig. 191, « davier pour incisives supérieures »
Fig. 192, « davier pour bicuspidées et racines de la mâchoire supérieure »
Metnitz Joseph Riter von (1861-1905), Lehrbuch der Zahnheilkunde für praktische Ärzte and Studierende, Wien, Leipzig, Urban & Schwarzenberg, 1891, p. 297, 298
Daviers pour molaires supérieures
Fig. 193, « daviers pour molaires de la mâchoire supérieure, A pour les gauches, B pour les droites »
Fig. 194, « davier pour dents de sagesse supérieures »
Fig. 199, « davier en baïonnette pour racines supérieures, en particulier de dents de sagesse
Metnitz Joseph Riter von (1861-1905), Lehrbuch der Zahnheilkunde für praktische Ärzte and Studierende, Wien, Leipzig, Urban & Schwarzenberg, 1891, p. 299
Daviers pour molaires supérieures
Fig. 193, « daviers pour molaires de la mâchoire supérieure, A pour les gauches, B pour les droites »
Fig. 194, « davier pour dents de sagesse supérieures »
Fig. 199, « davier en baïonnette pour racines supérieures, en particulier de dents de sagesse
Metnitz Joseph Riter von (1861-1905), Lehrbuch der Zahnheilkunde für praktische Ärzte and Studierende, Wien, Leipzig, Urban & Schwarzenberg, 1891, p. 299
Daviers pour molaires supérieures
Fig. 193, « daviers pour molaires de la mâchoire supérieure, A pour les gauches, B pour les droites »
Fig. 194, « davier pour dents de sagesse supérieures »
Fig. 199, « davier en baïonnette pour racines supérieures, en particulier de dents de sagesse
Metnitz Joseph Riter von (1861-1905), Lehrbuch der Zahnheilkunde für praktische Ärzte and Studierende, Wien, Leipzig, Urban & Schwarzenberg, 1891, p. 299
  Deux daviers Daviers pour molaires supérieures
Daviers pour incisives et racines inférieures
Fig.195, « davier pour incisive »
Fig. 196, deux daviers pour incisives et racines inférieures
Metnitz Joseph Riter von (1861-1905), Lehrbuch der Zahnheilkunde für praktische Ärzte and Studierende, Wien, Leipzig, Urban & Schwarzenberg, 1891, p. 300
Daviers pour incisives et racines inférieures
Fig.195, « davier pour incisive »
Fig. 196, deux daviers pour incisives et racines inférieures
Metnitz Joseph Riter von (1861-1905), Lehrbuch der Zahnheilkunde für praktische Ärzte and Studierende, Wien, Leipzig, Urban & Schwarzenberg, 1891, p. 300
Daviers pour incisives et racines inférieures
Daviers pour molaires inférieures
Fig. 197, « davier pour molaires inférieures utilisable pour les deux côtés »
Fig. 198, « daviers pour molaires inférieures. A : vue de côté et B : vue d’en haut du davier pour les molaires droites. C et D vue d’en haut et de côté du davier pour les molaires gauches »
Fig. 200, « davier pour racines inférieures avec des mors en forme de petits ciseaux tranchants »
Fig. 201, « davier pour racines de molaires ou pour une molaire inférieure très délabrée d’après Metnitz. A : vue sur le côté ; B davier pour la droite ; C davier pour la gauche »
Metnitz Joseph Riter von (1861-1905), Lehrbuch der Zahnheilkunde für praktische Ärzte and Studierende, Wien, Leipzig, Urban & Schwarzenberg, 1891, p. 301, 303, 304
Daviers pour molaires inférieures
Fig. 197, « davier pour molaires inférieures utilisable pour les deux côtés »
Fig. 198, « daviers pour molaires inférieures. A : vue de côté et B : vue d’en haut du davier pour les molaires droites. C et D vue d’en haut et de côté du davier pour les molaires gauches »
Fig. 200, « davier pour racines inférieures avec des mors en forme de petits ciseaux tranchants »
Fig. 201, « davier pour racines de molaires ou pour une molaire inférieure très délabrée d’après Metnitz. A : vue sur le côté ; B davier pour la droite ; C davier pour la gauche »
Metnitz Joseph Riter von (1861-1905), Lehrbuch der Zahnheilkunde für praktische Ärzte and Studierende, Wien, Leipzig, Urban & Schwarzenberg, 1891, p. 301, 303, 304
Daviers pour molaires inférieures
Fig. 197, « davier pour molaires inférieures utilisable pour les deux côtés »
Fig. 198, « daviers pour molaires inférieures. A : vue de côté et B : vue d’en haut du davier pour les molaires droites. C et D vue d’en haut et de côté du davier pour les molaires gauches »
Fig. 200, « davier pour racines inférieures avec des mors en forme de petits ciseaux tranchants »
Fig. 201, « davier pour racines de molaires ou pour une molaire inférieure très délabrée d’après Metnitz. A : vue sur le côté ; B davier pour la droite ; C davier pour la gauche »
Metnitz Joseph Riter von (1861-1905), Lehrbuch der Zahnheilkunde für praktische Ärzte and Studierende, Wien, Leipzig, Urban & Schwarzenberg, 1891, p. 301, 303, 304
Daviers pour molaires inférieures
Fig. 197, « davier pour molaires inférieures utilisable pour les deux côtés »
Fig. 198, « daviers pour molaires inférieures. A : vue de côté et B : vue d’en haut du davier pour les molaires droites. C et D vue d’en haut et de côté du davier pour les molaires gauches »
Fig. 200, « davier pour racines inférieures avec des mors en forme de petits ciseaux tranchants »
Fig. 201, « davier pour racines de molaires ou pour une molaire inférieure très délabrée d’après Metnitz. A : vue sur le côté ; B davier pour la droite ; C davier pour la gauche »
Metnitz Joseph Riter von (1861-1905), Lehrbuch der Zahnheilkunde für praktische Ärzte and Studierende, Wien, Leipzig, Urban & Schwarzenberg, 1891, p. 301, 303, 304
Daviers pour molaires inférieures

Ash, Claudius & Sons, Appendix to 1886 Dental Catalogue, 1892

Page de titre, Claudius Ash & Sons, Appendix to 1886 Dental Catalogue, Londres, 1892
(BIU Santé 57637)

 
Claudius Ash & Sons, Appendix to 1886 Dental Catalogue, Londres, 1892, p. 71 à 99, p.
CONSULTER LE CATALOGUE >>>
CATALOGUE
(29 pages)

Colyer, James Frank, (1866-1954), Extraction of the teeth, 1896

Page de titre : James Frank Colyer, Extraction of the teeth, London, Claudius Ash & Sons, 1896
(BIU Santé18/253)
Davier pour incisives supérieures
Fig. 4, James Frank Colyer, Extraction of the teeth, London, Claudius Ash & Sons, 1896 , p. 5
Davier pour racines de dents supérieures
Fig. 5, marque C. Ash & Sons, James Frank Colyer, Extraction of the teeth, London, Claudius Ash & Sons, 1896, p. 5
Davier pour incisives inférieures
Fig. 6, marque C. Ash & Sons, James Frank Colyer, Extraction of the teeth, London, Claudius Ash & Sons, 1896, p. 6
Davier pour molaires inférieures
Fig. 7, marque C. Ash & Sons London, James Frank Colyer, Extraction of the teeth, London, Claudius Ash & Sons, 1896, p. 6
Davier pour canines supérieures ou des racines non délabrées
Fig. 17, marque C. Ash & Sons London, James Frank Colyer, Extraction of the teeth, London, Claudius Ash & Sons, 1896, p. 21
Davier à prémolaires
Fig. 18, marque C. Ash & Sons London, James Frank Colyer, Extraction of the teeth, London, Claudius Ash & Sons, 1896, p. 23
Daviers pour molaires supérieures
Fig. 19, davier pour molaires supérieures, marque C. Ash & Sons London, James Frank Colyer, Extraction of the teeth, London, Claudius Ash & Sons, 1896, p. 24
Fig. 20, davier pour plus petites molaires supérieures, marque C. Ash & Sons London, James Frank Colyer, Extraction of the teeth, London, Claudius Ash & Sons, 1896, p. 25
Daviers pour molaires supérieures
Fig. 19, davier pour molaires supérieures, marque C. Ash & Sons London, James Frank Colyer, Extraction of the teeth, London, Claudius Ash & Sons, 1896, p. 24
Fig. 20, davier pour plus petites molaires supérieures, marque C. Ash & Sons London, James Frank Colyer, Extraction of the teeth, London, Claudius Ash & Sons, 1896, p. 25




 
Davier
pour
incisives
supérieures
 
Davier
pour
racines
de dents
supérieures
Davier
pour
incisives
inférieures
 
Davier
pour
molaires
inférieures
 
Davier pour
canines
supérieures
 ou des racines
non délabrées
Davier à
prémolaires


 
Daviers pour molaires
supérieures


 
Daviers à racines
Fig. 22 et 23, davier à racines supérieures, marque C. Ash & Sons London, James Frank Colyer, Extraction of the teeth, London, Claudius Ash & Sons, 1896, p. 28
Fig. 27, davier à incisives ou racines inférieures, marque C. Ash & Sons London, James Frank Colyer, Extraction of the teeth, London, Claudius Ash & Sons, 1896, p. 33
Daviers à racines
Fig. 22 et 23, davier à racines supérieures, marque C. Ash & Sons London, James Frank Colyer, Extraction of the teeth, London, Claudius Ash & Sons, 1896, p. 28
Fig. 27, davier à incisives ou racines inférieures, marque C. Ash & Sons London, James Frank Colyer, Extraction of the teeth, London, Claudius Ash & Sons, 1896, p. 33
Daviers pour molaires inférieures
Fig. 29, davier pour molaires inférieures moins pratique que celui de la Fig. 30 qui nécessite une moins grande ouverture de bouche et donne une meilleure visibilité, marque C. Ash & Sons London, James Frank Colyer, Extraction of the teeth, London, Claudius Ash & Sons, 1896, p. 36
Daviers pour dents temporaires
Fig. 34, davier pour incisives et canines supérieres temporaires
Fig. 35, davier pour molaires supérieures temporaires
marque C. Ash & Sons London, James Frank Colyer, Extraction of the teeth, London, Claudius Ash & Sons, 1896, p. 44
Daviers pour dents en malposition
Fig. 38, davier pour incisives et canines supérieures ectopiques, marque C. Ash & Sons London, James Frank Colyer, Extraction of the teeth, London, Claudius Ash & Sons, 1896, p. 47
Fig. 45 et 46, daviers pour incisives et canines inférieures, marque C. Ash & Sons London, James Frank Colyer, Extraction of the teeth, London, Claudius Ash & Sons, 1896, p. 52
Daviers pour dents en malposition
Fig. 38, davier pour incisives et canines supérieures ectopiques, marque C. Ash & Sons London, James Frank Colyer, Extraction of the teeth, London, Claudius Ash & Sons, 1896, p. 47
Fig. 45 et 46, daviers pour incisives et canines inférieures, marque C. Ash & Sons London, James Frank Colyer, Extraction of the teeth, London, Claudius Ash & Sons, 1896, p. 52
Daviers à racines
 
Daviers pour
molaires inférieures
Daviers pour
dents temporaires
Daviers pour dents en malposition
 

Lépine Ph, Fabrique d’instruments pour toutes opérations chirurgicales, 1899

Page de titre : Ph. Lépine, Fabrique d’instruments pour toutes opérations chirurgicales, Lyon, s.n., 1899
(Coll. Part.)

 
Daviers anglais pour dents supérieures
Fig. 224 à 228, marque Lépine à Lyon, Ph. Lépine, Fabrique d’instruments pour toutes opérations chirurgicales, Lyon, s. n., 1899, p. 61, détail
Daviers anglais pour
dents supérieures
Daviers anglais pour dents inférieures
Fig. 229 à 233, marque Lépine à Lyon, Ph. Lépine, Fabrique d’instruments pour toutes opérations chirurgicales, Lyon, s. n., 1899, p. 62, détail
Daviers anglais pour
dents inférieures

Lemaire L. sucr. Heymen Billard, Catalogue illustré de dents minérales, métaux, instruments, etc., ca 1900

Page de titre : Lemaire L. sucr. Heymen Billard, Catalogue illustré de dents minérales, métaux, instruments, meubles, et toutes fournitures pour MM les dentistes ca 1900
(BIU santé 25669)

 
La fabrique du passage Choiseul à Paris
Lemaire L. sucr. Heymen Billard, Catalogue illustré de dents minérales, métaux, instruments, meubles, et toutes fournitures pour MM les dentistes ca 1900
La fabrique du passage
Choiseul à Paris
La Maison du passage Choiseul à Paris
Lemaire L. sucr. Heymen Billard, Catalogue illustré de dents minérales, métaux, instruments, meubles, et toutes fournitures pour MM les dentistes ca 1900
La Maison du passage
Choiseul à Paris
 
Lemaire L. sucr. Heymen Billard, Catalogue illustré de dents minérales, métaux, instruments, meubles, et toutes fournitures pour MM les dentistes ca 1900, p. 50 à 79
CONSULTER LE CATALOGUE >>>
CATALOGUE
(30 pages)

Joliot Alfred, Outils, Instruments, Fournitures dentaires, Paris, 1903

Page de couverture, Alfred Joliot, Prix-courant illustré, Outils, Instruments, Fournitures dentaires, 103, rue Saint-Martin, Paris, 1903
(BIU Santé 156766-436-14)
  
 
Page de titre : Alfred Joliot, Prix-courant illustré, Outils, Instruments, Fournitures dentaires, 103, rue Saint-Martin, Paris, 1903
  
 
 
Alfred Joliot, Prix-courant illustré, Outils, Instruments, Fournitures dentaires, 103, rue Saint-Martin, Paris, 1903, p. 45 à 54
CONSULTER LE CATALOGUE >>>
CATALOGUE
(10 pages)

Maison Mathieu, Bon & Schaerer, successeurs, Fabrique d’instruments de chirurgie, ca. 1905

Page de titre : Maison Mathieu, Bon & Schaerer, successeurs, Fabrique d’instruments de chirurgie, Paris, ca. 1905
(BIU Santé 187848)
« Daviers de formes anglaises soit avec articulation à vis, soit avec l’articulation aseptique à double doigt de Collin »
Maison Mathieu, Bon & Schaerer, successeurs, Fabrique d’instruments de chirurgie, Paris, ca. 1905, p. 267-269
« Daviers de formes anglaises soit avec articulation à vis, soit avec l’articulation aseptique à double doigt de Collin »
Maison Mathieu, Bon & Schaerer, successeurs, Fabrique d’instruments de chirurgie, Paris, ca. 1905, p. 267-269
« Daviers de formes anglaises soit avec articulation à vis, soit avec l’articulation aseptique à double doigt de Collin »
Maison Mathieu, Bon & Schaerer, successeurs, Fabrique d’instruments de chirurgie, Paris, ca. 1905, p. 267-269

 
« Daviers de formes anglaises soit avec articulation à vis,
soit avec l’articulation aseptique à double doigt de Collin »
« Daviers de formes américaines »
Maison Mathieu, Bon & Schaerer, successeurs, Fabrique d’instruments de chirurgie, Paris, ca. 1905, p. 270-271
« Daviers de formes américaines »
Maison Mathieu, Bon & Schaerer, successeurs, Fabrique d’instruments de chirurgie, Paris, ca. 1905, p. 270-271
« Davier universel de Rauhe et daviers de formes françaises »
Fig. 36005, « davier universel de Rauhe »
Fig. 36010-36012, « daviers de formes françaises, marque Mathieu, A molaires supérieures, B molaires inférieures, C bec de faucon », Maison Mathieu, Bon & Schaerer, successeurs, Fabrique d’instruments de chirurgie, Paris, ca. 1905, p. 272
« Daviers de formes américaines »
 
« Davier universel de Rauhe et
daviers de formes françaises »

Doyen Eugène (1859-1916), Traité de Thérapeutique Chirurgicale et de Technique Opératoire, T II, Opérations sur la tête, 1909

Page de titre : Eugène Doyen (1859-1916), Traité de Thérapeutique Chirurgicale et de Technique Opératoire, T II, Opérations sur la tête, Paris, Maloine, 1909
(BIU Santé 23949)

« Les leviers ou élévateurs, pied de biche ou langue de carpe sont des instruments dont l’emploi n’était indiqué, pour l’extraction des racines ou des dents de sagesse, qu’à l’époque de la clé de Garengeot. L’usage de ces leviers expose toujours à des lésions de voisinage qui ne peuvent se produire lorsqu’on se sert d’un davier approprié », Traité de Thérapeutique Chirurgicale et de Technique Opératoire, T II, Opérations sur la tête, Paris, Maloine, 1909, p. 359-360

Davier pour molaires supérieures droites
Fig. 484, « Davier à articulation de Collin, pour molaires supérieures droites (n° 3) », Traité de Thérapeutique Chirurgicale et de Technique Opératoire, T II, Opérations sur la tête, Paris, Maloine, 1909, p. 352
Différents daviers
Fig. 489 à 495, Traité de Thérapeutique Chirurgicale et de Technique Opératoire, T II, Opérations sur la tête, Paris, Maloine, 1909, p. 354
Démonstrations des différentes prises de la dent par le davier
Fig. 497 à 500, Traité de Thérapeutique Chirurgicale et de Technique Opératoire, T II, Opérations sur la tête, Paris, Maloine, 1909, p. 356
Démonstrations des différentes prises de la dent par le davier
Fig. 502, 503, Traité de Thérapeutique Chirurgicale et de Technique Opératoire, T II, Opérations sur la tête, Paris, Maloine, 1909, p. 357
Davier pour molaires
supérieures droites
Différents daviers
 
Démonstrations des différentes
prises de la dent par le davier
Démonstrations de deux prises de molaires
Fig. 504 et 505, Traité de Thérapeutique Chirurgicale et de Technique Opératoire, T II, Opérations sur la tête, Paris, Maloine, 1909, p. 359
Démonstrations de deux prises de molaires
Fig. 504 et 505, Traité de Thérapeutique Chirurgicale et de Technique Opératoire, T II, Opérations sur la tête, Paris, Maloine, 1909, p. 359
Démonstrations de deux prises de molaires

Dutar H., Instruments et appareils. Chirurgie et médecine, 1909

Page de titre : H. Dutar, Instruments et appareils. Chirurgie et médecine, Paris, 1909
(BIU Santé 24718)


 
Daviers anglais de Tomes
H. Dutar, Instruments et appareils. Chirurgie et médecine, Paris, 1909, p. 37
Daviers anglais de Tomes

 
Daviers de Tomes simples ou avec articulation de Collin
H. Dutar, Instruments et appareils. Chirurgie et médecine, Paris, 1909, p. 38
Daviers de Tomes
simples ou avec articulation
de Collin
Daviers anglais universels
Fig. 10699 : davier anglais universel de Cohen
Fig. 10700 : davier anglais universel de Rauhe
Fig. 10702 : davier anglais universel d’Evrard
H. Dutar, Instruments et appareils. Chirurgie et médecine, Paris, 1909, p. 39
Daviers anglais universels

 

Edward C. Kirk, Manuel de dentisterie opératoire, 1910

Page de titre : Edward C. Kirk, Manuel de dentisterie opératoire, adaptation française par Raymond Lemière, Paris, Masson, 1910
(APHPF 415)

« Les jointures des instruments d’extraction doivent être faites de telle sorte que les manches puissent être démontés par un mécanisme simple. […] À part le joint facile à nettoyer représenté par les Fig. 475 et 474, la réunion des deux manches du davier peut se faire de deux manières : ou bien l’un des manches entaillé à moitié passe dans une mortaise pratiquée dans l’autre manche et les deux sont fixés par un pivot (Fig. 476), ou bien on emploie le joint dit à charnière (Fig. 475), dans lequel chaque manche est réduit à moitié et les deux sont assemblés par un écrou à vis. Cet assemblage est plus propre, il ne donne pas lieu aux objections que l’on fait aux autres formes », Edward C. Kirk, Manuel de dentisterie opératoire, adaptation française par Raymond Lemière, Paris, Masson, 1910, p. 529, 530

Daviers aseptiques pour molaires inférieures
Fig. 473, 474, Edward C. Kirk, Manuel de dentisterie opératoire, adaptation française par Raymond Lemière, Paris, Masson, 1910, p. 530
Daviers aseptiques pour molaires inférieures
Fig. 473, 474, Edward C. Kirk, Manuel de dentisterie opératoire, adaptation française par Raymond Lemière, Paris, Masson, 1910, p. 530
Daviers pour incisives et racines
Fig. 475, « davier pour racines »
Fig. 476, « davier universel pour incisives et racines supérieures »
Fig. 477, « davier universel pour incisives et racines inférieures »
Edward C. Kirk, Manuel de dentisterie opératoire, adaptation française par Raymond Lemière, Paris, Masson, 1910, p. 531, 532
Daviers pour incisives et racines
Fig. 475, « davier pour racines »
Fig. 476, « davier universel pour incisives et racines supérieures »
Fig. 477, « davier universel pour incisives et racines inférieures »
Edward C. Kirk, Manuel de dentisterie opératoire, adaptation française par Raymond Lemière, Paris, Masson, 1910, p. 531, 532
Daviers pour incisives et racines
Fig. 475, « davier pour racines »
Fig. 476, « davier universel pour incisives et racines supérieures »
Fig. 477, « davier universel pour incisives et racines inférieures »
Edward C. Kirk, Manuel de dentisterie opératoire, adaptation française par Raymond Lemière, Paris, Masson, 1910, p. 531, 532
Daviers pour dents supérieures antérieures
Fig. 478, « davier pour les dix dents supérieures antérieures »
Fig. 479, « davier étroit pour racines supérieures de devant »
Edward C. Kirk, Manuel de dentisterie opératoire, adaptation française par Raymond Lemière, Paris, Masson, 1910, p. 533
Daviers pour dents supérieures antérieures
Fig. 478, « davier pour les dix dents supérieures antérieures »
Fig. 479, « davier étroit pour racines supérieures de devant »
Edward C. Kirk, Manuel de dentisterie opératoire, adaptation française par Raymond Lemière, Paris, Masson, 1910, p. 533
Daviers aseptiques pour
molaires inférieures
Daviers pour
incisives et racines
Daviers pour dents
supérieures antérieures
Daviers pour molaires supérieures
Fig. 480, « davier pour molaire supérieure de droite »
Fig. 481, « davier pour molaire supérieure de gauche »
Edward C. Kirk, Manuel de dentisterie opératoire, adaptation française par Raymond Lemière, Paris, Masson, 1910, p. 534, 535
Daviers pour molaires supérieures
Fig. 480, « davier pour molaire supérieure de droite »
Fig. 481, « davier pour molaire supérieure de gauche »
Edward C. Kirk, Manuel de dentisterie opératoire, adaptation française par Raymond Lemière, Paris, Masson, 1910, p. 534, 535
Daviers pour troisièmes molaires supérieures
Fig. 483, « Davier universel pour troisième molaire supérieure »
Fig ; 484, « davier de Dorr pour racine supérieure »
Edward C. Kirk, Manuel de dentisterie opératoire, adaptation française par Raymond Lemière, Paris, Masson, 1910, p. 536
Daviers pour troisièmes molaires supérieures
Fig. 483, « Davier universel pour troisième molaire supérieure »
Fig ; 484, « davier de Dorr pour racine supérieure »
Edward C. Kirk, Manuel de dentisterie opératoire, adaptation française par Raymond Lemière, Paris, Masson, 1910, p. 536
Daviers pour dents inférieures
Fig. 485, « davier pour canines et bicuspides inférieures »
Fig. 486, « davier pour molaires inférieures dessiné par Chapin A. Harris »
Edward C. Kirk, Manuel de dentisterie opératoire, adaptation française par Raymond Lemière, Paris, Masson, 1910, p. 537
Daviers pour dents inférieures
Fig. 485, « davier pour canines et bicuspides inférieures »
Fig. 486, « davier pour molaires inférieures dessiné par Chapin A. Harris »
Edward C. Kirk, Manuel de dentisterie opératoire, adaptation française par Raymond Lemière, Paris, Masson, 1910, p. 537
Daviers pour racines inférieures
Fig. 482, « davier à bec de faucon, pour dents antérieures de la mâchoire inférieure »
Fig. 487, « davier demi-courbé pour racines inférieures »
Edward C. Kirk, Manuel de dentisterie opératoire, adaptation française par Raymond Lemière, Paris, Masson, 1910, p. 535, 538
Daviers pour racines inférieures
Fig. 482, « davier à bec de faucon, pour dents antérieures de la mâchoire inférieure »
Fig. 487, « davier demi-courbé pour racines inférieures »
Edward C. Kirk, Manuel de dentisterie opératoire, adaptation française par Raymond Lemière, Paris, Masson, 1910, p. 535, 538
« Davier alvéolaire »
Fig. 567, « un davier alvéolaire suffit pour toutes les racines des molaires ou des bicuspides supérieures et inférieures des deux côtés », Edward C. Kirk, Manuel de dentisterie opératoire, adaptation française par Raymond Lemière, Paris, Masson, 1910, p. 602, 603
Daviers pour molaires
supérieures
Daviers pour troisièmes
molaires supérieures
Daviers pour
dents inférieures
Daviers pour racines
inférieures
« Davier
alvéolaire »

Fabrique d’instruments de chirurgie, ancienne maison Mathieu, 1912
 
Page de titre : Fabrique d’instruments de chirurgie : mobilier aseptique pour hôpitaux ; stérilisation ; anthropologie, physiologie, orthopédie, prothèse, bandage : catalogue Ancienne Maison Mathieu, Paris, 1912. Et la couverture
(BIU Santé 188518)
Page de titre : Fabrique d’instruments de chirurgie : mobilier aseptique pour hôpitaux ; stérilisation ; anthropologie, physiologie, orthopédie, prothèse, bandage : catalogue Ancienne Maison Mathieu, Paris, 1912. Et la couverture
(BIU Santé 188518)
« Daviers ordinaires »
Fig. 751, « davier français droit », marque Mathieu
Fig. 752, « davier français courbe », marque Mathieu
Fig. 753, « davier français en bec de faucon », marque Mathieu
Fabrique d’instruments de chirurgie : mobilier aseptique pour hôpitaux ; stérilisation ; anthropologie, physiologie, orthopédie, prothèse, bandage : catalogue Ancienne Maison Mathieu, p. 63
Divers daviers anglais
Fig. 756 à 768, Fabrique d’instruments de chirurgie : mobilier aseptique pour hôpitaux ; stérilisation ; anthropologie, physiologie, orthopédie, prothèse, bandage : catalogue Ancienne Maison Mathieu, p. 63, 64
Divers daviers anglais
Fig. 756 à 768, Fabrique d’instruments de chirurgie : mobilier aseptique pour hôpitaux ; stérilisation ; anthropologie, physiologie, orthopédie, prothèse, bandage : catalogue Ancienne Maison Mathieu, p. 63, 64
    « Daviers ordinaires » Divers daviers anglais
« Davier avec articulation aseptique, à doigt »
Fabrique d’instruments de chirurgie : mobilier aseptique pour hôpitaux ; stérilisation ; anthropologie, physiologie, orthopédie, prothèse, bandage : catalogue Ancienne Maison Mathieu, p. 64
« Davier avec articulation
aseptique, à doigt »
« Davier universel à branches passées, nickelé »
Fig. 786, marque Esculape, Fabrique d’instruments de chirurgie : mobilier aseptique pour hôpitaux ; stérilisation ; anthropologie, physiologie, orthopédie, prothèse, bandage : catalogue Ancienne Maison Mathieu, p. 65
« Davier universel à branches
passées, nickelé »

Michel Bruneau & Cie, Catalogue illustré d’instruments de chirurgie, 1913

Page de titre : Michel Bruneau & Cie, Catalogue illustré d’instruments de chirurgie, Paris, Ploton & Chave, 1913
(Musée AP-HP)
  
Daviers de forme anglaise
Tous portent la marque Bruneau, Michel Bruneau & Cie, Catalogue illustré d’instruments de chirurgie, Paris, Ploton & Chave, 1913, p. 92
Daviers de forme anglaise

Guyot, Fabrique d’instruments de chirurgie, 1914-1915

Page de titre : Guyot, Fabrique d’instruments de chirurgie, mobilier chirurgical, appareils de stérilisation, orthopédie et bandages, ceintures et corsets, Paris, 1914-1915
(Biu Santé 27816)

 
Quatre daviers anglais et un américain
Fig. 701 à 704, daviers anglais,
Fig. 705, davier américain universel de Rauhe, Guyot, Fabrique d’instruments de chirurgie, mobilier chirurgical, appareils de stérilisation, orthopédie et bandages, ceintures et corsets, Paris, 1914-1915, p. 41
Quatre daviers anglais
et un américain
Divers daviers
Guyot, Fabrique d’instruments de chirurgie, mobilier chirurgical, appareils de stérilisation, orthopédie et bandages, ceintures et corsets, Paris, 1914-1915, p. 42
Divers daviers
 
« Davier américain dit « universel »
Fig. 716, Guyot, Fabrique d’instruments de chirurgie, mobilier chirurgical, appareils de stérilisation, orthopédie et bandages, ceintures et corsets, Paris, 1914-1915, p. 42
« Davier américain dit « universel »
 

Créange A., Catalogue général de fournitures dentaires, ca 1920

Page de titre : A. Créange, Catalogue général de fournitures dentaires, Paris, c. 1920
(Coll. Part.)

 
 
A. Créange, Catalogue général de fournitures dentaires, Paris, c. 1920, p. 64 à 83
CONSULTER LE CATALOGUE >>>
CATALOGUE
(20 pages)

Ash, Claudius, Sons and Co., Ltd, Catalogue d’instruments dentaires, 1921

Page de titre : Ash Claudius, Sons and Co., Ltd, Catalogue d’instruments dentaires, Londres, 1920 (édition française)
(BIU Santé 66781 édition anglaise)
 
 
Page de titre du fascicule, Daviers et Élévateurs, 1920 dans Ash Claudius, Sons and Co., Ltd, Catalogue d’instruments dentaires, Londres, 1920 (édition française)
 
 
Maison et usine à Londres
Ash Claudius, Sons and Co., Ltd, Catalogue d’instruments dentaires, Londres, 1920 (édition française)
Maison et usine à Londres
 
 
Ash Claudius, Sons and Co., Ltd, Catalogue d’instruments dentaires, Londres, 1920 (édition française), p. 2 à 40
CONSULTER LE CATALOGUE >>>
CATALOGUE
(39 pages)

Collin & Cie, Maison Charrière, Fabrique d’instruments de chirurgie, 1925

Page de titre : Collin & Cie, Maison Charrière, Fabrique d’instruments de chirurgie, Paris, chez Collin, 1925
(BIU Santé 27951)
 
« Daviers avec articulation Collin »
Fig. 303 à 317, marque Collin, Collin & Cie, Maison Charrière, Fabrique d’instruments de chirurgie, Paris, chez Collin, 1925, p. 47, 48
« Daviers avec articulation Collin »
« Daviers avec articulation Collin »
Fig. 303 à 317, marque Collin, Collin & Cie, Maison Charrière, Fabrique d’instruments de chirurgie, Paris, chez Collin, 1925, p. 47, 48
« Daviers avec articulation Collin »
« Daviers anglais nickelés »
Fig. 318, à 325, marque Collin, Collin & Cie, Maison Charrière, Fabrique d’instruments de chirurgie, Paris, chez Collin, 1925, p. 48
« Daviers anglais nickelés »

Guyot E., Fabrique d’instruments de chirurgie, mobilier chirurgical, stérilisation, ca 1930

Page de titre : E. Guyot, Fabrique d’instruments de chirurgie, mobilier chirurgical, stérilisation. Catalogue général. Paris : Crété, ca 1930. Et la couverture
(Musée AP-HP)
Page de titre : E. Guyot, Fabrique d’instruments de chirurgie, mobilier chirurgical, stérilisation. Catalogue général. Paris : Crété, ca 1930. Et la couverture
(Musée AP-HP)
Divers daviers
Fig. 798 à 807, marque E. Guyot
E. Guyot, Fabrique d’instruments de chirurgie, mobilier chirurgical, stérilisation. Catalogue général. Paris : Crété, ca 1930, p. 46, 47
Divers daviers
Fig. 798 à 807, marque E. Guyot
E. Guyot, Fabrique d’instruments de chirurgie, mobilier chirurgical, stérilisation. Catalogue général. Paris : Crété, ca 1930, p. 46, 47
Divers daviers
Fig. 808 à 816, marque E. Guyot
E. Guyot, Fabrique d’instruments de chirurgie, mobilier chirurgical, stérilisation. Catalogue général. Paris : Crété, ca 1930, p. 47-48
Divers daviers
Fig. 808 à 816, marque E. Guyot
E. Guyot, Fabrique d’instruments de chirurgie, mobilier chirurgical, stérilisation. Catalogue général. Paris : Crété, ca 1930, p. 47-48
Divers daviers
« Davier universel de Rauhe »
Fig. 802, marque E. Guyot
E. Guyot, Fabrique d’instruments de chirurgie, mobilier chirurgical, stérilisation. Catalogue général. Paris : Crété, ca 1930, p. 46
« Davier universel de Rauhe »
« Davier universel, modèle américain »
Fig. 817, marque E. Guyot
E. Guyot, Fabrique d’instruments de chirurgie, mobilier chirurgical, stérilisation. Catalogue général. Paris : Crété, ca 1930, p. 48
« Davier universel, modèle américain »

Guillot Fernand, Catalogue illustré d’instruments de chirurgie, d’appareils de médecine et d’orthopédie, 1933

Appareils et instruments pour la médecine, la chirurgie, l’orthopédie, 1934

Page de titre : Fernand Guillot, Catalogue illustré d’instruments de chirurgie, d’appareils de médecine et d’orthopédie, Paris, 1933, (64e année). Et la couverture
(Musée AP-HP)
 
Page de titre : Fernand Guillot, Catalogue illustré d’instruments de chirurgie, d’appareils de médecine et d’orthopédie, Paris, 1933, (64e année). Et la couverture
(Musée AP-HP)
 
Daviers anglais en acier chromé
Catalogue illustré d’instruments de chirurgie, d’appareils de médecine et d’orthopédie, Paris, 1933, (64e année), p. 177
Daviers anglais en acier chromé

Duffaud & Cie, Fabrique d’instruments de chirurgie. Catalogue général illustré, 1934

Page de titre : Duffaud & Cie, Fabrique d’instruments de chirurgie. Catalogue général illustré, Paris, 1934
(BIU Santé 268343)
 
Daviers formes anglaises
Tous portent la marque Duffaud, Duffaud & Cie, Fabrique d’instruments de chirurgie. Catalogue général illustré, Paris, 1934, p. 31
Daviers formes anglaises

Brodard H., Catalogue illustré n°10, 1934

Page de titre : Brodard H., Catalogue illustré n°10, 1934
(BIU Santé 140553)
 
Divers daviers pour dents supérieures
p. 321, détail, marque Brodard, Brodard H., Catalogue illustré n°10, 1934
Divers daviers pour dents supérieures
Divers daviers et un davier universel
p. 322, détail, marque Brodard, Brodard H., Catalogue illustré n°10, 1934
Divers daviers et un davier universel

The Amalgamated Dental Company, Catalogue of Forceps, Elevators, Lancets, Scissors and Instrument Cases, London, 1936

Page de titre : The Amalgamated Dental Company, Catalogue of Forceps, Elevators, Lancets, Scissors and Instrument Cases, London, England, (List « D », 1936)
(BIU Santé 156766-436-13)
 
 
 
Tous les instruments sont de la marque Ash et présentés avec une grande précision
The Amalgamated Dental Company, Catalogue of Forceps, Elevators, Lancets, Scissors and Instrument Cases, London, England, (List « D », 1936) p. 2 à 22
CONSULTER LE CATALOGUE >>>
CATALOGUE
(19 pages)

Jetter & Scheerer, Nouveau catalogue général, section D, Instruments et appareils dentaires, ca 1936

Page de titre : Jetter & Scheerer, Nouveau catalogue général, section D, Instruments et appareils dentaires. Instruments Esculape pour l’art dentaire, Tuttlingen, ca 1936
(Musée AP-HP)
 
 
Instruments Esculape
Jetter & Scheerer, Nouveau catalogue général, section D, Instruments et appareils dentaires. Instruments Esculape pour l’art dentaire, Tuttlingen, ca 1936, p. 1 à 55
CONSULTER LE CATALOGUE >>>
CATALOGUE
(56 pages)

S. S. White catalogue, Catalogue général, de fournitures dentaires, 1937

Page de titre : S. S. White, Catalogue général, de fournitures dentaires, Paris, Ets S. S. White, 1937
(BIU Santé 192916)

 
Couverture du catalogue S. S. White
Couverture du catalogue
S. S. White
Vues de la manufacture S. S. White à Philadelphie
Vues de la manufacture
S. S. White à Philadelphie
 
S. S. White, Catalogue général, de fournitures dentaires, Paris, Ets S. S. White, 1937, p. 96 à 109
CONSULTER LE CATALOGUE >>>
CATALOGUE
(10 pages)

 

Exposition

Tiretoires-daviers

Le tiretoire-davier est un davier dont l’un des mors est une plaque

Tiretoire-davier à crochets interchangeables, XIXe s.
Ajustable avec quatre pièces différentes
(Cliché ASPAD, CD71/013/013/015/016)
Tiretoire-davier à crochets
interchangeables, XIXe s.
Tiretoires-daviers XIXe s.
G : Les "bras" de la poignée (branches) de ce spécimen sont droits. Plaque très marquée, au niveau inférieur
L x l x e (en cm) 16 x 2.5 x1.3
C : Un des bras de la poignée se termine en anneau, l'autre est en forme de boucle. Plaque au niveau inférieur
L x l x e (en cm) 14.5 x 7 x 0.8
D : Un des bras de la poignée se termine en anneau, l'autre est en forme de boucle. Plaque au niveau supérieur
L x l x e (en cm) 15 x 7.8 x 0.8
AP 2003 6.2.2.1, 2 et 3 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Tiretoires-daviers XIXe s.
 
Tiretoires-daviers XIXe s.
G : Un des bras de la poignée se termine en anneau, l'autre est en forme de boucle. Plaque au niveau
L x l x e (en cm) 15.5 x 7 x 0.8
C : Un des bras de la poignée se termine en anneau, l'autre décrit un V. Plaque au niveau inférieur. L'articulation se trouve au niveau du mors
L x l x e (en cm) 15.5 x 7 x 1
D : Les bras de la poignée (branches) sont droits. Plaque au niveau inférieur. Démontable en deux parties.
L x l x e (en cm) 15 x 3 x 1.4
AP 2003 6.2.2.4, 5 et 6 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Tiretoires-daviers XIXe s.
 
Tiretoires-daviers XIXe s.
G : Les bras de la poignée (branches) sont droits. Plaque au niveau inférieur. Démontable en deux parties. Il y a deux crochets supplémentaires de remplacement.
L x l x e (en cm) 15 x 3,5 x 1,2
C : Les bras de la poignée (branches) sont droits, striés. Le mors opposé à la plaque est à angle droit, en forme de crochet, comme une clé de Garengeot.
L x l x e (en cm) 22 x 2,5 x 3,5
D : L'appui inférieur est perforé pour attacher un cuir destiné à protéger la gencive.
L x l x e (en cm) 17 x 2,4 x 1,3
AP 2003 6.2.2.7, 8 et 9 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Tiretoires-daviers XIXe s.
 
Tiretoires-daviers XIXe s.
G : Tiretoire de petite taille, probablement pour dent temporaire L x l x e (en cm) 14 x 2,5 x 1,5
D : Tiretoire : les bras de la poignée (branches) sont droits. Plaque au niveau inférieur. Démontable en deux parties. Samson à Paris
L x l x e (en cm) 18 x 4 x 1,4
AP 2003 6.2.2.10 et 11 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Tiretoires-daviers,
XIXe s.
Tiretoire-davier, XIXe s.
Pince avec deux mors
L x l x e (en cm) 17 x 3,5 x 1,4
AP 2003 6.2.1.2 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Tiretoire-davier,
XIXe s.
Tiretoire-davier, XIXe s.
En acier, un mors courbe et pointu et l’autre avec un plateau retourné
L x l x e (en cm) 17 x 3,5 x 1,4
AP 2003 X Y Z (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Tiretoire-davier,
XIXe s.


Daviers XVIe s.
 

« Pince avec deux mors, XVIe probable »
« Cet instrument difficile à dater s’apparente plus aux odontagra antiques qu’aux daviers des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles où la forme des mors tend à rejoindre les becs d’oiseau. On peut trouver ce type de daviers au XVIe siècle »
L x l x e (en cm) 13,8 x 2 x 1,2
AP 2003 6.2.1.4 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
« Pince avec deux
mors, XVIe
probable »
Davier de Blondeau pour monoradiculées supérieures
En fer forgé
L (en cm) 13, m 75gr
(Cliché ASPAD PS093)
Davier de Blondeau pour
monoradiculées supérieures
 
Davier pour dents supérieures, fin XVIe s, début XVIIe s.
En fer forgé, manches droits
(Cliché ASPAD PS080)
Davier pour dents supérieures,
fin XVIe s, début XVIIe s.
Davier pour monoradiculées ou Tire-racines inférieures
Davier finement travaillé, mors striés aux extrémités
LS_2005_1_90_ALB (Musée Le Secq des Tournelles, cliché Albatros)
Davier pour monoradiculées
ou Tire-racines inférieures
Davier pour dents inférieures
Fer forgé, le manche inférieur se termine par un gland
(Museo de la Facultad de Odontología de la Universidad Complutense de Madrid)
Davier pour dents inférieures
 


Daviers XVIIe s. pour dents inférieures
 

Davier pour dents inférieures, début XVIIe s.
En métal, bec de corbeau
L x l x e (en cm) 12 x 2,8 x 1,3
AP 2003 6.2.1.106 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour dents inférieures,
début XVIIe s.
Davier pour dents inférieures, fin XVIIe s.
Proche d’un davier par un de ses mors plat. En métal, bec de perroquet, un des manches terminé par un gland
L x l x e (en cm) 13,5 x 5 x 1,7
AP 2003 6.2.1.107 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour dents inférieures,
fin XVIIe s.
Davier pour molaires inférieures
En fer forgé, articulation à enfourchement
L (en cm) 13, m 90gr
(Cliché ASPAD PS013)
Davier pour molaires inférieures
 
Davier pour molaires inférieures
Acier poli, articulation à enfourchement
L (en cm) 14,8, m 110 gr
(Cliché ASPAD PS022)
Davier pour molaires inférieures
 
Davier pour molaires inférieures
Acier poli, articulation à enfourchement
Particularité des manches : une des extrémités (le manche droit) se termine par une perforation en cœur et l’autre (manche courbe) par un étranglement (405a)
L (en cm) 14,5, m 125 gr
(Cliché ASPAD PS023)
Davier pour molaires
inférieures
Face supérieure du manche droit du davier 405
(Cliché ASPAD PS023bis)
Face supérieure du manche
droit du davier
Davier courbes pour dents inférieures
Fer forgé, articulation à enfourchement
L (en cm) 13, m 80 gr
(Cliché ASPAD PS097)
Davier courbes pour
dents inférieures


Daviers XVIIe s. pour dents supérieures
 

Davier pour monoradiculées supérieures
En fer forgé
(Cliché ASPAD PS015)
Davier pour
monoradiculées
supérieures
Davier pour dents supérieures
Acier et glands des extrémités des manches en laiton. Décor gravé en pointillé sur l’articulation à enfourchement
(Cliché ASPAD PS017a)
Davier pour
dents supérieures
 
Davier pour dents supérieures
Acier et glands des extrémités des manches en laiton. Décor gravé en pointillé sur l’articulation à enfourchement
(Cliché ASPAD PS017b)
Davier pour
dents supérieures
 
Davier pour dents supérieures
Fer forgé.
(Cliché ASPAD PS018)
Davier pour
dents supérieures
 
Davier pour monoradiculées supérieures et grossissement de la partie articulée
En acier, manches en arc de cercle, manque le ressort de fermeture, articulation travaillée
(Coll. priv. Turin)
Davier pour monoradiculées
supérieures et grossissement
de la partie articulée
Davier pour monoradiculées supérieures et grossissement de la partie articulée
En acier, manches en arc de cercle, manque le ressort de fermeture, articulation travaillée
(Coll. priv. Turin)
Davier pour monoradiculées
supérieures et grossissement
de la partie articulée
Davier pour monoradiculées supérieures
Fer forgé, les deux manches sont recourbés dans deux plans différents
(Museo de la Facultad de Odontología de la Universidad Complutense de Madrid)
Davier pour monoradiculées
supérieures
 


Daviers XVIIIe s. pour dents inférieures
 

Davier pour dents inférieures, fin XVIIIe s.
En métal
G, L x l x e (en cm) 13,4 x 4 x 1,5
AP 2003 6.2.1.86 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
C, L x l x e (en cm) 14 x 2,5 x 1,5
AP 2003 6.2.1.87 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
D, L x l x e (en cm) 13,5 x 2,5 x 1,5
AP 2003 6.2.1.88 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour dents inférieures,
fin XVIIIe s.

 
Daviers pour dents inférieures, fin XVIIIe s.
En métal
G, bec de perroquet
L x l x e (en cm) 16 x 4 x 1,3
AP 2003 6.2.1.89 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
C, bec de perroquet
L x l x e (en cm) 14,3 x 3,5 x 1,4
AP 2003 6.2.1.90 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
D, L x l x e (en cm) 12,5 x 3,3 x 1,4
AP 2003 6.2.1.91 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Daviers pour dents inférieures,
fin XVIIIe s.

 
Daviers pour dents inférieures, fin XVIIIe s.
En métal
G, mors dentelés
L x l x e (en cm) 14,2 x 2,5 x 1,8
AP 2003 6.2.1.92 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
C, L x l x e (en cm) 15,5 x 3,3 x 1,7
AP 2003 6.2.1.93 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
D, L x l x e (en cm) 14 x 3,5 x 2
AP 2003 6.2.1.94 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Daviers pour dents inférieures,
fin XVIIIe s.

 
Davier pour molaires inférieures, fin XVIIIe s.
En métal, mors dentelés
L x l x e (en cm) 13 x 1,5 x 1,5
AP 2003 6.2.1.96 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour
molaires
inférieures,
fin XVIIIe s.
Daviers pour dents inférieures, fin XVIIIe s.
En métal
G, un manche droit élargi au bout et l’autre courbe
L x l x e (en cm) 14 x 4,4 x 1,8
AP 2003 6.2.1.98 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
C, manches courbe, mors dentelés
L x l x e (en cm) 12,3 x 4 x 1,3
AP 2003 6.2.1.99 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
D, un manche droit et l’autre courbe
L x l x e (en cm) 12,8 x 4 x 1,3
AP 2003 6.2.1.100 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Daviers pour dents
inférieures, fin XVIIIe s.
Davier pour dents inférieures, fin XVIIIe s.
En métal, bec de perroquet
L x l x e (en cm) 14,7 x 3,2 x 1,3
AP 2003 6.2.1.101 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour dents
inférieures, fin XVIIIe s.
Davier pour molaires inférieures, fin XVIIIe s.
En métal, davier à serrage contrôlé par vis d’arrêt
L x l x e (en cm) 12 x 6,5 x 1,8
AP 2003 6.2.1.108 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour molaires
inférieures, fin XVIIIe s.
Davier pour molaires inférieures
L (en cm) 15, m 110gr
(Cliché ASPAD C023a)
Davier pour molaires
inférieures
Davier pour molaires temporaires inférieures, fin XVIIIe s.
L (en cm) 13, m 70gr
(Cliché ASPAD C023b)
Davier pour molaires temporaires
inférieures, fin XVIIIe s.
Davier pour molaires inférieures
L (en cm) 13,5, m 95gr
(Cliché ASPAD C023d)
Davier pour molaires inférieures
 
Davier pour dents inférieures
En acier poli, articulation à enfourchement
L (en cm) 14,5, m 120gr
(Cliché ASPAD PS019)
Davier pour dents inférieures
 
Davier pour dents inférieures
En acier poli, articulation à enfourchement, mors crantés
L (en cm) 13,5, m 100gr
(Cliché ASPAD PS020)
Davier pour dents inférieures
 
Davier de Kraft pour dents inférieures
En acier, articulation à enfourchement, mors crantés. Un manche droit et un courbe. Vis de limitation à l’écrasement.
L (en cm) 13, m 100gr
(Cliché ASPAD PS098)
Davier de Kraft pour
dents inférieures
Davier pour molaires inférieures, fin XVIIIe s.
En acier
(Cliché ASPAD PS078)
Davier pour molaires inférieures,
fin XVIIIe s.
Davier pour dents inférieures, fin XVIIIe s.
En acier
(Musée dentaire de Lyon, cliché I. de Carvalho)
Davier pour dents inférieures,
fin XVIIIe s.
Davier pour dents inférieures, fin XVIIIe s.
En acier
(Musée dentaire de Lyon, cliché I. de Carvalho)
Davier pour dents inférieures,
fin XVIIIe s.
Davier pour dents inférieures, fin XVIIIe s.
En acier
(Musée dentaire de Lyon, cliché I. de Carvalho)
Davier pour dents inférieures,
fin XVIIIe s.
Davier pour dents inférieures, fin XVIIIe s.
En acier
(Musée dentaire de Lyon, cliché I. de Carvalho)
Davier pour dents inférieures,
fin XVIIIe s.
Davier pour dents inférieures, fin XVIIIe s.
En acier, mors crantés
(Musée dentaire de Lyon, cliché I. de Carvalho)
Davier pour dents inférieures,
fin XVIIIe s.
Davier pour molaires inférieures, fin XVIIIe s.
En acier, mors crantés
(Musée dentaire de Lyon, cliché I. de Carvalho)
Davier pour molaires inférieures,
fin XVIIIe s.
Davier pour molaires inférieures, fin XVIIIe s.
En acier, mors crantés
(Musée dentaire de Lyon, cliché I. de Carvalho)
Davier pour molaires inférieures,
fin XVIIIe s.
Davier pour molaires inférieures, fin XVIIIe s.
En acier, un ressort fixé sur l’un des manches
(Coll. priv. Turin)
Davier pour molaires inférieures,
fin XVIIIe s.
Davier pour dents inférieures
En acier, un ressort fixé sur l’un des manches
(Coll. priv. Turin)
Davier pour dents inférieures
 
Davier pour molaires inférieures, fin XVIIIe, début XIXe s.
En acier, mors crantés avec dans leur partie postérieure une gorge (quelle utilité ?)
(Coll. priv. Turin)
Davier pour molaires inférieures,
fin XVIIIe, début XIXe s.
Davier pour molaires inférieures
En acier, mors crantés
(Coll. priv. Turin)
Davier pour molaires inférieures
 
Davier pour molaires inférieures, fin XVIIIe s.
En acier doré au mercure (?), manches droits
(Museo de la Facultad de Odontología de la Universidad Complutense de Madrid)
Davier pour molaires inférieures,
fin XVIIIe s.


Daviers XVIIIe s. pour dents supérieures
 

Davier pour molaires supérieures
En acier, fin XVIIIe s.
L x l x e (en cm) 14,5 x 3 x 1
AP 2003 6.2.1.83 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour molaires
supérieures
 
Davier pour molaires supérieures
En métal
L x l x e (en cm) 15,5 x 3,8 x 1,7
AP 2003 6.2.1.85 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour molaires
supérieures
 
Davier pour dents supérieures, fin XVIIIe s.
En métal,
L x l x e (en cm) 14,5 x 1,8 x 1,5
AP 2003 6.2.1.97 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour dents
supérieures,
fin XVIIIe s.
Davier pour molaires supérieures
L (en cm) 12,5, m 80gr
(Cliché ASPAD C023c)
Davier pour molaires supérieures
 
Davier pour dents supérieures
Fer forgé, mors crantés
(Cliché ASPAD PS016)
Davier pour dents supérieures
 
Davier pour racines
En acier, un manche droit, l’autre courbe
L x l x e (en cm) 14 x 4 x 1
AP 2003 6.2.1.84 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour racines
 
Davier pour dents inférieures, fin XVIIIe, début XIXe s.
Métal
(Coll. part.)
Davier pour dents inférieures,
fin XVIIIe, début XIXe s.


Daviers XIXe s. pour dents inférieures
 

Davier pour dents inférieures, 1ere moitié du XIXe s.
En acier, marque Samson
L x l x e (en cm) 16,5 x 2,8 x 1,5
AP 2003 6.2.1.3 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour dents
inférieures, 1ere
moitié du XIXe s.
Daviers pour molaires inférieures
G, en acier, marqué London
L x l x e (en cm) 14,5 x 2,5 x 1,5
AP 2003 6.2.1.29 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
D, en acier, marqué 23
L x l x e (en cm) 15 x 4 x 1,7
AP 2003 6.2.1.30 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Daviers pour molaires
inférieures
 
Davier pour molaires inférieures
En acier, marqué 24
L x l x e (en cm) 15 x 4 x 1,7
AP 2003 6.2.1.31 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour molaires
inférieures
 
Davier pour prémolaires inférieures
En acier, marque Gray & Son, Sheffield
L x l x e (en cm) 15,5 x 2,5 x 1,8
AP 2003 6.2.1.32 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour prémolaires
inférieures
 
Davier pour molaires inférieures, milieu XIX e s.
Acier, marqué London, sigle (?)
L x l x e (en cm) 17 x 3,5 x 1,8
AP 2003 6.2.1.39 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour
molaires inférieures,
milieu XIX e s.
Davier pour dents inférieures, milieu XIX e s.
En acier, marqué London, sigle (?)
L x l x e (en cm) 18,5 x 3,5 x 1,8
AP 2003 6.2.1.40 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour dents
inférieures,
milieu XIX e s.
Davier pour dents inférieures, milieu XIX e s.
En acier, marque Évrard, London
L x l x e (en cm) 15,5 x 2,3 x 1,5
AP 2003 6.2.1.69 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour dents
inférieures,
milieu XIX e s.
Daviers pour dents inférieures
G, en acier, marque Blanc, bec de perroquet
L x l x e (en cm) 15,5 x 2,8 x 1,5
AP 2003 6.2.1.80 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
C, en acier, bec de perroquet
L x l x e (en cm) 16,5 x 3,3 x 1,5
AP 2003 6.2.1.81 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
D, en acier, début XIXe s.
L x l x e (en cm) 14,5 x 4 x 1
AP 2003 6.2.1.82 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Daviers pour
dents inférieures
 
Davier pour molaires inférieures, début XIXe s.
En métal, marque Gafter W., manches guillochés
L x l x e (en cm) 14 x 3,2 x 1,6
AP 2003 6.2.1.95 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour
molaires inférieures,
début XIXe s.
 
En métal, marque Évrard, London
L x l x e (en cm) 14,5 x 3,2 x 2,3
AP 2003 6.2.1.111 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour dents inférieures,
milieu XIXe s.
 
Davier pour dents inférieures
En acier, marque Lüer à Paris, mors finement strié et manches finement guillochés
997_1_7D_ALB (Musée Flaubert, cliché Albatros)
Davier pour dents inférieures
 
 
Davier pour molaires inférieures, 1850
En acier poli, marque J. D. Chevalier, New-York. Articulation américaine
L (cm) 17,5, m 180 gr.
(Cliché ASPAD C064f)
Davier pour molaires inférieures,
 1850
 
Davier pour molaires inférieures, 1850
En acier poli, marque J. D. Chevalier, New-York. Articulation à enfourchement
L (cm) 15, m 80 gr.
(Cliché ASPAD C064g)
Davier pour molaires inférieures,
1850
Davier pour molaires inférieures, 1850
En acier poli, marque J. D. Chevalier (?) 360 Broadway. Articulation à enfourchement
L (cm) 16, m 110 gr.
(Cliché ASPAD C064h)
Davier pour molaires inférieures,
1850
Davier pour molaires inférieures, 1850
En acier poli, marque J. D. Chevalier, New-York. Articulation américaine
L (cm) 17,5, m 150 gr.
(Cliché ASPAD C064j)
Davier pour molaires inférieures,
1850
Davier pour molaires inférieures, 1850
En acier poli, marque J. D. Chevalier, New-York. Articulation américaine
L (cm) 18,5, m 180 gr.
(Cliché ASPAD C064k)
Davier pour molaires inférieures,
1850
Davier pour molaires inférieures, c. 1850
En acier poli, marque *V. S* London. Articulation américaine
L (cm) 20, m 220 gr.
(Cliché ASPAD C064l)
Davier pour molaires inférieures,
c. 1850
Davier pour molaires inférieures, c. 1805
En acier poli, marque GRANGERET H (couronné). Articulation à enfourchement et mors crantés
L (cm) 13,8, m 70 gr.
(Cliché ASPAD C090f)
Davier pour molaires inférieures,
c. 1805
Davier pour molaires inférieures
En acier poli, marque LÜER A PARIS. Articulation à enfourchement
L (cm) 16,5, m 115 gr.
(Cliché ASPAD PS111b)
Davier pour molaires inférieures
 
Davier pour molaires inférieures, c. 1890
En acier nickelé, marque C. ASH & SONS LONDON. Fabriqué par J. Green pour Ash. Sur le haut d’un manche gravé ; A. WITZEL
L (cm) 15,5, m 150 gr.
(Cliché ASPAD PS124)
Davier pour molaires inférieures,
c. 1890
Davier pour molaires inférieures, c. 1890
En acier nickelé, marque C. ASH & SONS LONDON. Fabriqué par J. Green pour Ash. Sur le haut d’un manche gravé ; A. WITZEL
L (cm) 15,5, m 150 gr.
(Cliché ASPAD PS124)
Davier pour molaires inférieures,
c. 1890
Davier pour molaires inférieures
En acier, mors secondaire sur le mors inférieur
(Coll. priv. Turin)
Davier pour molaires inférieures
 
Davier pour molaires inférieures
En acier
(Coll. priv. Turin)
Davier pour molaires inférieures
 
Davier pour prémolaires inférieures, milieu XIXe s.
Métal, marque Collin
(Coll. part.)
Davier pour prémolaires inférieures,
milieu XIXe s.


Daviers XIXe s. pour dents supérieures
 

Davier pour dents de sagesse supérieures, 1ere moitié du XIXe s.
« Davier avec un angle de 90° sur une longueur de 6 cm pour atteindre les dents de sagesse supérieures », en acier, marque Samson à Paris
L x l x e (en cm) 18 x 3 x 1,5
AP 2003 6.2.1.9 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour dents
de sagesse supérieures,
1ere moitié du XIXe s.
 
Davier forme baïonnette pour dents de sagesse supérieures
« Davier acier et forme baïonnette », en acier, marque Blanc à Paris
L x l x e (en cm) 16 x 3,5 x 1,5
AP 2003 6.2.1.25 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier forme baïonnette
pour dents de sagesse
supérieures
 
Daviers de forme américaine pour molaires supérieures
G, marque Ash & Son, London
L x l x e (en cm) 17,5 x 3 x 1,5
AP 2003 6.2.1.41 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
D, marque Chevalier J. B., New-York
L x l x e (en cm) 17,5 x 4 x 1,5
AP 2003 6.2.1.42 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Daviers de forme américaine
pour molaires supérieures
 
 
Daviers de forme américaine pour dents supérieures, dits à pinces de homard, 2e moitié du XIX e s.
En acier, mors pointus.
L x l x e (en cm) 18 x 6,5 x 1,8
AP 2003 6.2.1.43, 44, 45 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Daviers de forme américaine
pour dents supérieures,
dits à pinces de homard,
2e moitié du XIX e s.
Daviers pour molaires supérieures, 1ere moitié du XIX e s.
En acier
G, marque Warszawte, un manche avec un grand retour en boucle
L x l x e (en cm) 16 x 6 x 1,2
AP 2003 6.2.1.47 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
D, L x l x e (en cm) 13,5 x 1,5 x 1,5
AP 2003 6.2.1.48 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Daviers pour molaires supérieures,
1ere moitié du XIX e s.
 
Daviers pour molaires supérieures, 1ere moitié du XIX e s.
En acier
G, L x l x e (en cm) 15,5 x 3 x 1,5
AP 2003 6.2.1.49 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
D, L x l x e (en cm) 16,5 x 4 x 1,5
AP 2003 6.2.1.50 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Daviers pour molaires supérieures,
1ere moitié du XIX e s.
 
Daviers pour dents de sagesse supérieures
En acier, en baïonnette.
Davier gauche, marqué 151 L
Davier droit, marqué 150 R
L x l x e (en cm) 17 x 3,5 x 5
AP 2003 6.2.1.52 et 53 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Daviers pour dents de sagesse
supérieures
 
Davier pour prémolaires supérieures de forme américaine
En acier
L x l x e (en cm) 18 x 4 x 2
AP 2003 6.2.1.54 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour prémolaires
supérieures de
forme américaine
Daviers pour molaires supérieures de forme américaine
G, décrit par Préterre, 1878, marque Charrière Paris
L x l x e (en cm) 18 x 4 x 2
AP 2003 6.2.1.55 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
C G, marque Clev-dent, 5, 18, 15
L x l x e (en cm) 18 x 4 x 2
AP 2003 6.2.1.56 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
C D, en baïonnette pour dents de sagesse supérieure, marque Clev-dent, 6, 18, 10
L x l x e (en cm) 19 x 4 x 2
AP 2003 6.2.1.57 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
D, en baïonnette pour dents de sagesse supérieure, marque C D, 10
L x l x e (en cm) 19 x 4 x 2
AP 2003 6.2.1.58 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Daviers pour molaires supérieures
de forme américaine

 
Daviers pour molaires supérieures de forme américaine
En acier
G, marque S. S. White, 18 L
L x l x e (en cm) 16,5 x 3,5 x 1,8
AP 2003 6.2.1.62 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
D, marque S. S. White, 18 R
L x l x e (en cm) 16,5 x 3,5 x 1,8
AP 2003 6.2.1.63 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Daviers pour molaires supérieures
de forme américaine

 
Davier en forme de bec-de-perroquet pour dent de sagesses supérieures
En acier
L x l x e (en cm) 16 x 3,3 x 1,5
AP 2003 6.2.1.64 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier en forme
de bec-de-perroquet
pour dent de sagesses
supérieures
Daviers pour molaires supérieures, milieu XIX e s.
En acier, marque Évrard, London
G, forme américaine
L x l x e (en cm) 17,7 x 3 x 1,8
AP 2003 6.2.1.71 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
C, L x l x e (en cm) 16,8 x 2,5 x 1,5
AP 2003 6.2.1.72 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
D, L x l x e (en cm) 16,8 x 2,5 x 1,5
AP 2003 6.2.1.73 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Daviers pour molaires supérieures,
milieu XIX e s.

 
Davier pour molaires supérieures, milieu XIX e s.
En acier, marque Évrard, London
L x l x e (en cm) 15,5 x 2 x 1,5
AP 2003 6.2.1.74 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour molaires
supérieures,
milieu XIX e s.
Davier pour molaires supérieures, milieu XIX e s.
En acier, marque Galante
L x l x e (en cm) 16,5 x 3,3 x 1,5
AP 2003 6.2.1.76 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour molaires
supérieures,
milieu XIX e s.
Daviers pour molaires supérieures
G, davier doré au mercure, forme américaine, marque Weber, deuxième moitié XIXe s.
L x l x e (en cm) 15,5 x 5,5 x 1,8
AP 2003 6.2.1.77 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
C, en acier, marque Lüer, deuxième moitié XIXe s.
L x l x e (en cm) 15 x 3,3 x 1,5
AP 2003 6.2.1.78 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
D, en acier, marque Charrière, milieu XIX e s.
L x l x e (en cm) 16,5 x 3,5 x 1,5
AP 2003 6.2.1.79 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Daviers pour molaires
supérieures
 
Davier pour dents supérieures
En métal, marque S. S. W., davier à crochet articulé, (crochet manquant), manches guillochés
marqué : PAT’D APRIL 15 18 D. R. G. N.
L x l x e (en cm) 17 x 3,5 x 1,7
AP 2003 6.2.1.102 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour dents
supérieures
 
Davier pour dents supérieures, début XIXe s.
En métal, davier à serrage contrôlé par un dispositif à crémaillère
L x l x e (en cm) 16 x 4 x 1,2
AP 2003 6.2.1.110 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour dents supérieures,
début XIXe s.
Davier pour dents supérieures
En métal doré, davier droit (pince)
L x l x e (en cm) 16 x 3,8 x 1,5
AP 2003 6.2.1.113 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour dents
supérieures
Davier pour dents supérieures
En métal, davier droit (pince)
L x l x e (en cm) 16,5 x 4 x 1,7
AP 2003 6.2.1.114 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour dents
supérieures
Davier pour molaires supérieures
En acier
L x l x e (en cm) 17 x 4 x 1,7
AP 2003 6.2.1.116 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour molaires
supérieures
Davier pour monoradiculées supérieures
En acier, marque Lüer à Paris, mors finement strié et manches finement guillochés
997_1_11D_ALB (Musée Flaubert, cliché Albatros)
Davier pour monoradiculées
supérieures
Davier pour monoradiculées, supérieures 1850
En acier poli, marque J. D. Chevalier, New-York
L (cm) 17, m 160 gr.
(Cliché ASPAD C064e)
Davier pour monoradiculées
 supérieures, 1850
Davier pour dents de sagesse supérieures, 1850
En acier poli, marque J. D. Chevalier (?) 300 Broadway. Articulation à enfourchement
(Cliché ASPAD C064n)
Davier pour dents de sagesse
supérieures, 1850
Davier pour monoradiculées supérieures, 1850
En acier poli, marque J. D. Chevalier, New-York. Articulation à enfourchement
L (cm) 15, 5, m 95 gr.
(Cliché ASPAD C064i)
Davier pour monoradiculées
supérieures, 1850
Davier pour molaires supérieures, c. 1850
En acier poli, marque *JG*. London, [J. Green] . Articulation américaine
L (cm) 14, m 105 gr.
(Cliché ASPAD C064m)
Davier pour molaires
supérieures, c. 1850
Davier pour monoradiculées supérieures, c. 1820
En acier poli, marque HENRY A PARIS. Articulation à enfourchement et mors crantés
L (cm) 14, m 70 gr.
(Cliché ASPAD C071d)
Davier pour monoradiculées
supérieures, c. 1820
Davier pour molaires supérieures droites, c. 1880
En acier poli,
L (cm) 18,5, m 220 gr.
(Cliché ASPAD PS127)
Davier pour molaires
supérieures droites, c. 1880
Davier pour molaires supérieures droites, c. 1890
En acier nickelé, marque L. BILLARD Paris. gravure à l’intérieur du manche : Collège de Philadephie
(Cliché ASPAD PS150)
Davier pour molaires
supérieures droites, c. 1890


Daviers XIXe s. pour racines
 

Davier pour racines, en baïonnette pour dents de sagesse supérieures
« Davier, marqué K & C, Star works, Special quality, Sheffield »
L x l x e (en cm) 17,8 x 3 x 1,5
AP 2003 6.2.1.27 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour racines,
en baïonnette pour
dents de sagesse
supérieures
Pince pour racines supérieures
En acier, marque Ch. Dubois
L x l x e (en cm) 16,5 x 3,5 x 1,5
AP 2003 6.2.1.28 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Pince pour racines
supérieures

 
Daviers à mors fins pour racines inférieures
G, acier, marque Mathieu
L x l x e (en cm) 15 x 3,5 x 2
AP 2003 6.2.1.37 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
D, acier, marque S. S. White
L x l x e (en cm) 16 x 3 x 2
AP 2003 6.2.1.38 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Daviers à mors fins
pour racines inférieures

 
Pince pour racines supérieures, 1ere moitié du XIX e s.
En acier, marque Galante
L x l x e (en cm) 16 x 3,2 x 1,5
AP 2003 6.2.1.46 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Pince pour racines
supérieures,
1ere moitié du XIX e s.
 
Pince pour racines supérieures, 1ere moitié du XIX e s.
En acier
L x l x e (en cm) 16 x 3,3 x 1,5
AP 2003 6.2.1.51 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Pince pour racines
supérieures,
1ere moitié
du XIX e s.
Pinces pour racines
En acier doré au mercure
G, marque Charrière à Paris
L x l x e (en cm) 17,5 x 3 x 1,5
AP 2003 6.2.1.59 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
C, L x l x e (en cm) 15 x 3,3 x 1
AP 2003 6.2.1.60 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
D, marque Samson
L x l x e (en cm) 13,5 x 2,2 x 1,2
AP 2003 6.2.1.61 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Pinces pour racines


 
Davier pour racines inférieures, milieu XIX e s.
En acier, marque Évrard, London
L x l x e (en cm) 15 x 1,8 x 1,8
AP 2003 6.2.1.68 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour racines
inférieures,
milieu XIX e s.
 
Davier pour racines supérieures, milieu XIX e s.
En acier, marque Évrard, London
marqué : ESCHARLEST/WILL HOSPL
L x l x e (en cm) 15,5 x 2,3 x 1,5
AP 2003 6.2.1.70 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour racines
supérieures,
milieu XIX e s.
 
Daviers pour racines, c. 1850
En acier doré à l’or fin, marque Blanc à Paris
Davier du haut pour racines inférieures
Davier du milieu pour monoradiculées supérieures
Davier du bas pour racines supérieures
(Cliché ASPAD C004 xyz)
Daviers pour racines, c. 1850
Davier pour racines inférieures
En acier poli, marque LÜER A PARIS. Articulation à enfourchement
L (cm) 16,3, m 70 gr.
(Cliché ASPAD PS 111a)
Davier pour racines inférieures
Davier pour racines supérieures
En acier poli, marque LÜER A PARIS. Articulation à enfourchement
L (cm) 15,7, m 70 gr.
(Cliché ASPAD PS111c)
Davier pour racines supérieures


Daviers XIXe s. pour dents temporaires
 

Davier pour enfant, marque Charrière à Paris (avec un sigle)
L x l x e (en cm) 12,5 x 2,8 x 1
AP 2003 6.2.1.1 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour enfant,
marque Charrière
à Paris
(avec un sigle)
Davier pour dents supérieures temporaires
En acier, marqué Setcie V. London
pour la marque Gray & Son, Sheffield
L x l x e (en cm) 7,5 x 2,5 x 1,8
AP 2003 6.2.1.33 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour dents
supérieures
temporaires
 
Davier en acier pour dents supérieures et inférieures temporaires
G, marque London, sigle (?)
L x l x e (en cm) 7,5 x 2,5 x 1,8
AP 2003 6.2.1.34 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
C, marque E. D. P., Sheffield (?)
L x l x e (en cm) 7,5 x 2,5 x 1,8
AP 2003 6.2.1.35 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
D, marque E. Combe
L x l x e (en cm) 7,5 x 2,5 x 1,8
AP 2003 6.2.1.36 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier en acier pour dents
supérieures et inférieures
temporaires
 
Davier pour molaires temporaires inférieures, milieu XIX e s.
En acier
L x l x e (en cm) 13 x 2,5 x 1,8
AP 2003 6.2.1.65 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour molaires
temporaires inférieures,
milieu XIX e s.
 
Davier pour molaires temporaires inférieures
En acier
L x l x e (en cm) 13 x 2,5 x 1
AP 2003 6.2.1.67 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour molaires
temporaires
inférieures
 
Davier pour dents supérieures temporaires, milieu XIX e s.
En acier, marque Évrard, London
L x l x e (en cm) 13 x 2, x 1,2
AP 2003 6.2.1.75 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour dents
supérieures
temporaires,
milieu XIX e s.


Daviers XXe s.
 

Davier combinable pour monoradiculées ou racines inférieures, c. 1930
En acier chromé, marque Baldinelli, Milano
(Cliché ASPAD C019bis)
Davier combinable pour
monoradiculées ou racines
inférieures, c. 1930
Davier polyvalent à cornes, c. 1900
En acier poli, marque L. Billard Paris. Articulation à enfourchement américain
(Cliché ASPAD PS117)
Davier polyvalent à cornes,
c. 1900
 
Davier pour molaires supérieures gauches, c. 1900
En acier poli, marque FAVRE A PARIS. Articulation à enfourchement américain
L (cm) 17,5, m 160 gr.
(Cliché ASPAD PS122)
Davier pour molaires
supérieures gauches,
c. 1900
Davier pour dents inférieures, début XIXe s.
En acier poli, mors crantés
(Musée dentaire de Lyon, cliché I. de Carvalho)
Davier pour dents inférieures,
début XIXe s.
 


Daviers spéciaux
 

« Davier perfectionné, marque Frassoud, XIXe s. »
Métal et bois. « La pression du bec du davier sur la dent à extraire s’opère très progressivement et très régulièrement par un système de vis actionné à clef. Celle-ci, lorsqu’on la tourne vers la droite, fait coulisser une manière d’étau qui en remontant le long du bras gauche du davier resserre le bec. Le davier est également doté d’un appui articulé. L’extraction se fait verticalement »
L x l x e (en cm) 19,5 x 8,5 x 2
AP 2003 6.2.1.6 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
« Davier perfectionné,
marque Frassoud, XIXe s. »

 
G, Davier, fin XIXe s.
« Davier avec une plaque supplémentaire découpée pour laisser passer les mors. Cette plaque sert d’appui. Le davier a une double articulation dans le but d’extraire la dent verticalement »
L x l x e (en cm) 14,5 x 3,5 x 1,5
AP 2003 6.2.1.7 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
D, Davier fin XIXe s.
« Davier avec une plaque supplémentaire. Cette plaque sert d’appui. Le davier a une double articulation dans le but d’extraire la dent verticalement »
L x l x e (en cm) 19 x 6,5 x 1,5
AP 2003 6.2.1.8 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Daviers, fin XIXe s.

 
 
G, Davier pour dents supérieures, marque Guyot, début XXe s.
Acier chromé. « Davier avec un manche amovible et mors interchangeables » (Un des deux mors est mal placé)
L x l x e (en cm) 19,5 x 3,5 x 1,5
AP 2003 6.2.1.10 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
C, Davier, marque Bernard, breveté SGDG, fin XIXe, début XXe s.
« Davier à deux articulations »
L x l x e (en cm) 18 x 4 x 2
AP 2003 6.2.1.11 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
D, Davier, marque Bernard, breveté SGDG, fin XIXe, début XXe s.
« Davier pour incisives du haut ou dent temporaire comme le témoigne la finesse des mors ». Deux articulations
L x l x e (en cm) 20 x 3,5 x 1,8
AP 2003 6.2.1.12 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
G, Davier pour dents supérieures,
marque Guyot, début XXe s.
C et D, Daviers, marque Bernard,
breveté SGDG, fin XIXe, début XXe s.
G, Davier, marque Bernard, breveté SGDG, fin XIXe, début XXe s.
« Davier, acier chromé à double articulation pour dents inférieures, avec la pince décalée
à 90° de 3 cm «
L x l x e (en cm) 18,5 x 4 x 3
AP 2003 6.2.1.13 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
C, Davier, marque Bernard, breveté SGDG, fin XIXe, début XXe s.
« Davier, acier chromé à double articulation pour dents inférieures, avec la pince décalée
à 90° de 3 cm »
L x l x e (en cm) 18,5 x 4 x 3
AP 2003 6.2.1.14 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
D, Davier, marque Bernard, breveté SGDG, fin XIXe, début XXe s.
« Davier, acier chromé à double articulation pour dents inférieures »
L x l x e (en cm) 18,5 x 4 x 1,5
AP 2003 6.2.1.15 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Daviers, marque Bernard,
breveté SGDG,
fin XIXe, début XXe s.
 
G, Davier, marque Bernard, breveté SGDG, fin XIXe, début XXe s.
« Davier, acier chromé à double articulation pour dents inférieures, manche amovible »
L x l x e (en cm) 19,5 x 4 x 1,5
AP 2003 6.2.1.16 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
C, Davier, marque V. Bernard, fin XIXe, début XXe s.
« Davier, acier chromé à double articulation pour dents inférieures, manche amovible »
L x l x e (en cm) 18,5 x 4 x 1,5
AP 2003 6.2.1.17 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
D, « Davier apparenté au modèle de Bernard », fin XIXe, début XXe s.
« Davier, acier chromé à double articulation pour incisives inférieures, manche amovible »
L x l x e (en cm) 17,5 x 3,8 x 1,5
AP 2003 6.2.1.18 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
G, Davier, marque Bernard, breveté
SGDG, fin XIXe, début XXe s.
C, Davier, marque V. Bernard,
fin XIXe, début XXe s.
D, « Davier apparenté au modèle de
Bernard », fin XIXe, début XXe s.

 
G, Davier, marque Bernard, breveté SGDG, fin XIXe, début XXe s.
« Davier, acier chromé à double articulation pour dents inférieures »
L x l x e (en cm) 19,5 x 4,5 x 1,8
AP 2003 6.2.1.19 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
C, « Davier apparenté au modèle de Bernard », fin XIXe, début XXe s.
« Davier, acier chromé à double articulation et avec une lame faisant ressort pour garder la pince ouverte »
L x l x e (en cm) 15,5 x 6,5 x 1,5
AP 2003 6.2.1.20 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
D, « Davier apparenté au modèle de Bernard », fin XIXe, début XXe s.
« Davier en acier à double articulation. Système amovible. Pince déportée.
L x l x e (en cm) 18,5 x 3,8 x 1,5
AP 2003 6.2.1.21 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
G, Davier, marque Bernard, breveté
SGDG, fin XIXe, début XXe s.
C, « Davier apparenté au modèle de
Bernard », fin XIXe, début XXe s.
D, « Davier apparenté au modèle de
Bernard », fin XIXe, début XXe s.

 
G, « Davier apparenté au modèle de Bernard, marque Guyot », fin XIXe, début XXe s.
« Davier en acier à double articulation. Système amovible. Pince déportée »
L x l x e (en cm) 19,5 x 4 x 1,5
AP 2003 6.2.1.22 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
C, « Davier apparenté au modèle de Bernard, marque Guyot », fin XIXe, début XXe s.
« Davier en acier chromé à double articulation. Système amovible. Pince déportée »
L x l x e (en cm) 18 x 3,5 x 1,3
AP 2003 6.2.1.23 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
D, « Davier apparenté au modèle de Bernard », fin XIXe, début XXe s.
« Davier en acier chromé à double articulation. Pince courbée à 90° »
L x l x e (en cm) 18, 5 x 4,5 x 2
AP 2003 6.2.1.24 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
G, « Davier apparenté au modèle de
Bernard,  marque Guyot »,
fin XIXe, début XXe s.
C, « Davier apparenté au modèle de
Bernard, marque Guyot »,
fin XIXe, début XXe s.
D, « Davier apparenté au modèle de
Bernard », fin XIXe, début XXe s.
« Davier à mors interchangeable, marque Zeuch, XIXe s. »
« Davier acier comprenant une plaque circulaire et un mors orientables »
L x l x e (en cm) 23 x 3 x 2,5
AP 2003 6.2.1.26 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
« Davier à mors
interchangeable,
marque Zeuch,
XIXe s. »

 

 
Davier pour dents inférieures, fin XVIIIe s.
En métal, davier de charpentier à élévation perpendiculaire
L x l x e (en cm) 16,5 x 5,8 x 3
AP 2003 6.2.1.109 (Musée AP-HP, cliché F. Marin)
Davier pour dents inférieures,
fin XVIIIe s.
Davier rare (?) avec des mors en forme de plateau
LS_2011_0_205_ALB (Musée Le Secq des Tournelles, cliché Albatros)
Davier rare (?) avec des mors en
forme de plateau


Casse-pignes
 

Selon Gérard Braye (ASPAD), ces instruments sont « classiquement catalogués par les spécialistes (Bennion, Colyer) comme daviers [...] Cependant ces belles pinces à têtes animalières sont bien connues en Italie comme casse-pignes ».
Ils évoquent les belles pinces de forgerons qui ont servi entre autres de daviers aux divers opérateurs. Ici il s’agit de pinces pour ouvrir les fruits à coque, noix, noisettes, amandes. Certains casse-pignes ne servent qu’aux petits fruits alors que d’autres servent à tous.

Fin XVIe-XVIIe siècle

Casse-pignes

Manches à extrémités retournées, plaque de cuivre à l’endroit de l’articulation
997_1_27D_ALB (Musée Flaubert, cliché Albatros)
Casse-pignes
Manches droits se terminant par un gland, incrustations de cuivre. Très travaillé
997_1_29D_ALB (Musée Flaubert, cliché Albatros)
Casse-pignes
Manches droits se terminant par un gland, incrustations de cuivre, mors pointus
997_1_30D_ALB (Musée Flaubert, cliché Albatros)
Casse-pignes
Manches droits très ouvragés, mors arrondis et larges
997_1_31D_ALB (Musée Flaubert, cliché Albatros)
       

Casse-pignes

Manches droits terminés par un bouton et mors striés
997_1_26D_ALB (Musée Flaubert, cliché Albatros)
Casse-pignes
Manches droits terminés par un bouton en cuivre, mors arrondis,
997_1_28D_ALB (Musée Flaubert, cliché Albatros)
Casse-pignes
Manches droits terminés par un bouton, mors arrondis, fer forgé
(Coll. privée Turin)
Casse-pignes
Manches droits terminés par un bouton, mors arrondis, fer forgé
(Coll. privée Turin)
       

Casse-pignes

Manches droits terminés par un bouton, mors arrondis, fer forgé
(Coll. privée Turin)
Casse-pignes
Manches droits terminés par un seul bouton, l’autre manquant, mors arrondis, usage pour coques petites et grandes, incrustation de cuivre, fer forgé
(Coll. privée Turin)
Casse-pignes
Manches droits terminés par un bouton en cuivre, mors arrondis, usage pour coques petites et grandes, fer forgé, vis en cuivre
(Coll. privée Turin)
Casse-pignes
Manches droits terminés par un bouton, mors arrondis, fer forgé travaillé sur les manches et les mors, vis en cuivre
(Coll. privée Turin)
       
Casse-pignes
Manches droits terminés par un bouton, mors arrondis, usage pour coques petites et grandes, fer forgé,
(Coll. privée Turin)
Casse-pignes
Manches droits terminés par un bouton, mors arrondis, fer forgé,
(Coll. privée Turin)
Casse-pignes
Manches droits terminés par un bouton en cuivre, mors arrondis, usage pour coques petites et grandes, fer forgé,
(Coll. privée Turin)
Casse-pignes
Manches droits terminés par un bouton, mors arrondis, fer forgé,
(Coll. privée Turin)
       

Casse-pignes

Manches droits ornementés de bagues en cuivre et terminés par un bouton en cuivre, mors arrondis, fer forgé
(Coll. privée Turin)
Casse-pignes
Manches droits terminés par un bouton, mors arrondis, fer forgé,
(Coll. privée Turin)
Casse-pignes
Manches droits, mors arrondis en forme de tête animale et gravée, usage pour coques petites et grandes, fer forgé,
(Coll. privée Turin)
Casse-pignes
Manches droits terminés par un bouton, mors arrondis et striés, en forme de tête animale, usage pour coques petites et grandes, fer forgé,
(Coll. privée Turin)
       

Casse-pignes

Manches droits, mors arrondis, fer forgé, incrustations de cuivre rouge sur les manches et jaune au niveau de l’articulation
(Coll. privée Turin)
Casse-pignes
Manches droits terminés par une bague surmontée d’un bouton, le tout en cuivre, mors arrondis, usage pour coques petites et grandes, fer forgé, incrustations de cuivre jaune au niveau des grands mors et au niveau de l’articulation.
(Coll. privée Turin)
Casse-pignes
Manches droits à pans, terminés par un bouton, mors arrondis, usage pour coques petites et grandes, fer forgé, le tout travaillé
(Coll. privée Turin)
Casse-pignes
Manches droits terminés par une bague surmontée d’un bouton en cuivre, mors droits en forme de tête animale, fer forgé
(Coll. privée Turin)
       

XVIIIe siècle
 

Casse-pignes

Manches à courbure externe se terminant par une volute, mors arrondis striés, acier travaillé
(Coll. privée Turin)
Casse-pignes
Manches droits terminés par une bague surmontée d’un bouton, mors droits dentelés en forme de tête animale, acier poli orné de feuillage gravé
(Coll. privée Turin)