Histoire de l'aménagement opératoire du cabinet dentaire

Les cabinets de Louis-Maurice Champagne et Louis Cheurlin. L’antiseptie, le mobilier et l’éclairage électrique

Le cabinet de Louis Maurice Champagne

C'est en parcourant les allées du marché Jules Vallès à Saint-Ouen en 1986 que nous avons découvert un sous-verre encadré contenant trois photos d'un cabinet dentaire. Il s'agit d'un document publicitaire du dentiste Louis Maurice Champagne.

Qui est le Dr Champagne?

Le document est personnalisé par les légendes suivantes :

  • au centre "cabinet du Dr L. Champagne, 3, place de la Madeleine Paris"

  • à gauche "bureau dans le cabinet de M.L. Champagne "

  • à droite "Lavabo mural, système L. Champagne créé en 1897"

C'est au cours d'entrevues avec le Dr Jacques Champagne, son fils, médecin ORL âgé de 83 ans et le Dr Claude Champagne, son petit fils, que nous avons obtenu de précieux renseignements sur ce praticien.

Louis Maurice Champagne naît dans le Piémont près de Turin en 1872 de père français né à Montevideo et de mère italienne.

Il émigre en France en 1888 à l'âge de 16 ans. Orphelin et sans ressources, il s'engage comme apprenti mécanicien- dentiste avant de rentrer à l'École dentaire de France de la rue de l'Abbaye en 1892.

Il obtient son diplôme de chirurgien-dentiste en 1895 et crée aussitôt un cabinet dentaire au 13 boulevard Voltaire.

Il s'installe ensuite place de la Madeleine où il bénéficie de la riche patientèle de l'Ambassade d'Angleterre voisine du cabinet comme le Prince de Galles et certains Maharadjahs.

En 1926, il rachète l'École Dentaire Française du boulevard St Martin au Dr Louis Jules Rousseau (ancienne Ecole Dentaire Pratique fondée en 1892 par Richard Chauvin, destinée concurrencer l'École dentaire de Paris). Il assure la direction de l’école et participe à l’enseignement jusqu'à son décès qui survient en 1936.

Certaines de ces données sont confirmées par :

  • l'annuaire dentaire "La France dentaire" de 1914.

  • l'annuaire "Médicus" de 1924, Annonces des étudiants et des praticiens .

A cette époque il précise qu' "il reçoit de 1h à 6h, place de la Madeleine n°3 et de 9h à 12h le mardi et le samedi au 7, boulevard de Sébastopol".

  • Le cabinet des Estampes de la Bibliothèque Nationale qui détient un livret publicitaire de Louis Maurice Champagne intitulé :

"L’art dentaire ou moyen de conserver la plus belle dentition", par Louis Champagne, Chirurgien-dentiste, Diplômé de la Faculté de médecine de Paris, Premier prix de l'École dentaire de France etc.

Le cabinet du 13 Boulevard Voltaire

Sur la photo du cabinet du Boulevard Voltaire, Louis Maurice Champagne à vingt cinq ans. Il est assis à son bureau dominé par son diplôme de chirurgien-dentiste.

Il apparaît avec une grande élégance avec son smoking noir très ajusté, son noeud papillon et sa chemise blanche à col cassé.

Sur le plateau du bureau reposent plusieurs publications, quelques modèles en plâtre et un vulcanisateur. D’après son fils il confectionne lui-même sa prothèse pendant la nuit.

Le cabinet dentaire du 3 Place de la Madeleine

L'appartement du Dr. Champagne place de la Madeleine (croix)

Au début des années 1900, Louis Maurice Champagne occupe un appartement du deuxième étage de l’immeuble du 3 Place de la Madeleine où se trouve son cabinet à l’angle des deux façades, le salon d’attente, et les deux cabinets de ses collaborateurs.

la partie opératoire du cabinet
place de la Madeleine

Il possède aussi l’appartement du troisième étage destiné au laboratoire où travaillent six prothésistes. Le reste de l’appartement est utilisé à titre privatif.

Un escalier intérieur permet d’accéder à l’étage supérieur.

Quelques années plus tard, il acquiert un cabinet secondaire à St Denis.

Peut-on dater les documents photographiques du cabinet de la Place de la Madeleine ?

Le calendrier situé près du bureau au niveau de la porte-fenêtre affiche la date du lundi 12 janvier, sans mentionner l’année.

Cette date ne peut s'inscrire que dans les années 1903, 1914, 1920, 1925...

Nous pensons que l’année devrait correspondre à 1903 compte tenue de la similitude du matériel de ce cabinet avec celui du catalogue d’Ash de 1903 et du témoignage du Dr Jacques Champagne.

L'aménagement opératoire du cabinet

Le fauteuil opératoire

Il est traditionnellement positionné face à une fenêtre. Il s'agit d'un modèle hydraulique à pompe de Mamelzer. Il a la particularité d'avoir un socle ovale plus ergonomique que l'habituelle base circulaire.

Un crachoir en verre d'une nouvelle génération à jets d'eau tangentiels de Weber est attenant au fauteuil.

Le siège d'opérateur situé près du meuble de rangement permet de supposer que le praticien travaille au moins partiellement assis. De sa place, le dentiste peut facilement accéder au réflecteur, à la tablette porte instruments et au moteur électrique, mais plus difficilement au tableau de distribution électrique.

Le réflecteur électrique de Telschow

Ce réflecteur destiné à l'éclairage buccal est solidaire d'un bras pivotant sur un panneau en bois situé à gauche de la fenêtre.

Le moteur électrique Columbia de Ritter

Dans l'encoignure de la pièce on distingue une potence murale munie de deux poulies qui assurent le soutien du cordon d'alimentation électrique à l’extrémité duquel se trouve le moteur Columbia de Ritter. En dessous, le flexible transmet les rotations à la pièce à main. L’équilibrage et le positionnement de cet appareillage s'effectue à l'aide d'un contre poids situé au voisinage du rideau et du réflecteur.

Le générateur de courant galvanique

Sur le meuble bas situé au pied de la porte-fenêtre, on peut distinguer à la loupe un porte électrode fixé sur un manche avec son cordon d'alimentation.

Ce qui fait supposer l'existence d'une batterie alimentant un générateur distribuant un courant galvanique régi par un régulateur et un galvanomètre.

Il est vraisemblable que cet appareillage était destiné à l'insensibilisation de la dentine et de la pulpe dentaire par cataphorèse; procédé d’anesthésie électrique associé à l'application locale de cocaïne encore très utilisé à cette époque. Le catalogue d’Ash de 1903 décrit et reproduit sur quatre pages l'appareil de cataphorèse de la firme anglaise.

La distribution de produits antiseptiques

Dans l'axe du flexible du moteur, on découvre un panneau mural sur lequel est fixé un appareillage de distribution de liquides antiseptiques composé de deux bocaux en verre, de conduits avec robinets d’arrêt et d'une cuve métallique munie d'un manomètre d’où émerge un tuyau souple qui aboutit à une pièce à main.

La présence d'un manomètre implique une alimentation d’air comprimé réalisée ici d’une façon rudimentaire à l’aide de deux poires à valves en caoutchouc situées à la base du panneau mural.

Ce dispositif est similaire à celui qui équipe l’injecteur à air chaud de Paulme décrit et reproduit dans le catalogue d’Ash de 1903.

La tablette en bois d'Holmes

Elle repose sur un bras articulé fixé sur le panneau en bois du réflecteur. En façade la tablette est dotée de quatre petits tiroirs.

Sur le plateau une poire en caoutchouc avoisine trois verres en forme de tulipe dans lesquels des instruments sont en partie immergés dans un liquide antiseptique.

A droite, on distingue le porte-fraise qui est ouvert. Un porte-coton est fixé à la base du compartiment de gauche.

Le meuble de rangement N° 10 A, d’Ash

coll. part.

Ce meuble, situé entre les deux porte-fenêtres est apparenté au modèle d’Archer de 1876 qui connu un très grand succès commercial. Le compartiment à pharmacie supérieur révèle la présence d'un nombre étonnant de flacons en tous genres. La tablette- tirette est aussi encombrée d’objets divers: bouteilles, poires en caoutchouc, daviers etc. De nombreux tiroirs sont entr’ouverts.

Le fronton est dissimulé par une pléiade de bouteilles et une grande variété de flacons.

Les autres modèles commercialisés au cours de cette décennie sont le plus souvent en acajou ou en chêne cérusé et dotés d’un aménagement très développé.

Le modèle N° 56 de l’ "American Cabinet Co" est composé de tiroirs aménagés d’une façon spécifique à chaque type d’instrumentation: tiroirs porte-fraises, plateaux à supports cannelés pour la petite instrumentation, compartiments avec crochets pour daviers et porte-empreintes etc.

Le modèle N° 40 de "Ransom and Randolph Co" est caractérisé par un grand nombre de plateaux rotatifs qui, une fois fermés, ont l’apparence de tiroirs traditionnels.

 

En position ouverte, ils sont entièrement découverts en assurant une meilleure accessibilité.

le meuble de Clark : son originalité réside dans le mouvement rotatif de l’ensemble de meuble qui est à section octogonale. C’est l’ancêtre de la table "Girator"de Martin

les meubles dit "antiseptiques" : Dans le catalogue de la Société Créange des années 1905, on relève la présentation de modèles en bois dit "antiseptiques" où ce concept ne s'applique qu'à l'opaline des tiroirs qui remplace le revêtement en feutrine et aux étagères en verre substituées aux panneaux en bois.

 

extrait du catalogue Créange (ca. 1905)

Ils se différencient aussi par le style "Art nouveau" avec ses entrelacs de feuillage et ses vitraux richement colorés.

Le lavabo mural

"Antisepsie rigoureuse" !

Tel est le slogan qui apparaît en premier lieu dans le fascicule publicitaire de Louis Maurice Champagne.

Rappelons que c'est Joseph Lister (1827-1912) chirurgien anglais qui vulgarisa la méthode antiseptique en utilisant le phénol pour le lavage des plaies des instruments.

Il reprend de cette façon les idées de Jules Lemaire qui remarqua les effets bénéfiques du phénol contre l'infection post-opératoire.

Cette devise s'avère tout à fait justifiée à la vue du nombre étonnant de flacons contenus dans le meuble de rangement et des verres de liquide antiseptique de la tablette.

C’est cependant le lavabo qui illustre le mieux l’application rigoureuse des principes de l’antisepsie de ce praticien.

Situé face à la fenêtre de gauche, cet imposant lavabo a été conçu par Louis Champagne en 1897. Quatre pédales à levier activent le débit des liquides antiseptiques contenus dans quatre bocaux qui aboutissent aux quatre robinets du lavabo. Cet appareillage est fixé sur un grand marbre dont la texture rappelle celui du tableau électrique.

Le tableau de distribution électrique

C'est sans aucun doute l'élément le plus spectaculaire de l'installation. Il est composé d'un important marbre mural sur lequel est fixé un appareillage électrique très complexe.

On découvre de haut en bas :

  • deux grands cadrans renfermant un voltmètre et un ampèremètre

  • deux rhéostats dont l'un à plot et l'autre à curseur alimentent en courant à basse tension la lampe à bouche, le cautère et la poire à air chaud

  • une série de six interrupteurs qui correspondent aux six prises de courant de 110 volts destinées à l’alimentation des appareils électriques

L'imposant cadre en bois est surmonté d'un fronton muni d'une pendule qui affiche 5h20. Le grand meuble sous-jacent est recouvert d'un marbre sur lequel sont posés un grand nombre d'objets. On peut distinguer à la loupe un plateau en verre avec trois gobelets dont l’un contient une brosse à dents, une bouillotte électrique, une série de modèles en plâtre et à l’arrière plan des fascicules sur les mérites de l’eau dentifrice de Louis Champagne.

A gauche de ce mobilier, on remarque un tour à pédale doté d’un bras articulé et d’une pièce à main Doriot.

Le coin bureau du cabinet de Louis Champagne

Le praticien est assis à son bureau au voisinage de la seconde porte-fenêtre et face au fauteuil opératoire. Il porte, comme dans son cabinet du boulevard Voltaire, un costume foncé qui constitue toujours la tenue opératoire des dentistes de cette époque analogue à celle du Dr J. Léon Williams photographié dans son cabinet londonien en 1898.

le cabinet de la place de la Madeleine, côté bureau

Certains praticiens londoniens travaillaient encore en jacket dans les années 1940.

Curieusement, la cheminée équipée d’une salamandre est dominée par une fenêtre masquée par un store en toile ; situation que l’on rencontre fréquemment en ce début de siècle.

Un très grand nombre de modèles en plâtre apparaissent dans l’armoire-vitrine de gauche.

On remarque encore la présence d’un second tour à pédale derrière le porte-documents ; l’existence de ces deux tours de cabinet situés en dehors de l’aire opératoire peut s’expliquer par une utilisation récente du moteur électrique.

Un cabinet de "La Sécurité dentaire" de Louis Cheurlin

Au début du XXème siècle la plupart des dentistes ont recours à la publicité pour se faire connaître comme celle du cabinet dentaire du 31 Boulevard Bonne Nouvelle.

Louis Champagne fait éditer un livret qui, à priori, à vocation d’éduquer les patients comme l’évoque aussi le "Guide dentaire" de J. Dugos Fils.

En fait, il s’agit surtout de mettre en valeur les mérites supposés des praticiens comme le calendrier porte-bonheur parfumé offert par Georges Villiers et surtout de faire "la réclame" de leurs produits, Elixir odontalgique de J. Dugos Fils et Eau dentifrice de Louis Champagne etc.

Quant à Louis Cheurlin, il choisit d’éditer des cartes postales comme le Dr Thadet de Béziers ("médecin dentiste" diplômé en 1892 et exerçant 39 place St Félix à Béziers, selon l'annuaire "médicus"de 1925) à des fins essentiellement publicitaires pour faire connaître les différentes succursales de la " Sécurité dentaire".

Louis Cheurlin et " la Sécurité dentaire"

D’après les cartes postales que nous connaissons, Louis Cheurlin gère deux cabinets de la "Sécurité dentaire" : un place Pinel et un second place d’Italie dans le XIIIème arrondissement.

D’après l’annuaire "La France dentaire " de 1914 nous apprenons que Louis Cheurlin a été diplômé en 1903 et qu’il exerce 20 place d’Italie ; les inscriptions de l’immeuble de la place d’Italie précisent que Louis Cheurlin est " chirurgien-dentiste diplômé".

Dans le contexte de cette époque, on comprend que Louis Cheurlin veuille mettre en valeur son statut de praticien "diplômé" pour se différencier des dentistes " patentés " auxquels on n’exigeait aucune connaissance professionnelle.

Le cabinet dentaire de la place Pinel

Quatre cartes postales se rapportent au cabinet de Louis Cheurlin de la place Pinel. Deux photos sont consacrées au salon d’attente et deux autres à l’installation du cabinet que l’on peut dater vers 1908.

Le fauteuil opératoire

Il s’agit ici d’un fauteuil Ritter "New Columbia" du type hydraulique à pompe à cylindres télescopiques.

Le crachoir

Il se différencie du modèle de Louis Champagne par son piétement indépendant du fauteuil et par un modèle à double cuvettes de Clark. Un porte-déchet est fixé sous la vasque.

Dans les années 1900, les anciens crachoirs en métal sans alimentation d’eau et sans évacuation laissent la place à une nouvelle génération de modèles improprement appelés " fontaine " :

  • le "SS White spiral flush spitoon" bénéficie d’un nouveau concept de nettoyage; le jet d’eau est ici projeté contre la paroi latérale de la cuvette qui génère une série de spirales en conduisant les débris vers l’orifice central d’évacuation.

  • le "Weber porcelaine spitoon" de Louis Maurice Champagne est conçue sur le même principe. Distribué par Lee S.Smith de Pittsburgh en décembre 1899, il s’en différencie par la direction du jet qui est projeté sous le niveau d’eau de la gorge circulaire de la cuvette. Il en résulte un fonctionnement plus silencieux.

  • le crachoir fontaine de Sybley se distingue des modèles précédents par la présence de deux cuvettes superposées entre lesquelles deux bras rotatifs projettent deux jets d’eau sur le rebord de la vasque supérieure en repoussant les débris vers l’orifice central de vidange.

  • le "Clark double bowl spitoon" de Louis Cheurlin innove à son tour en améliorant encore l’efficacité du nettoyage.

Ce modèle comprend deux cuvettes superposées en verre. La vasque supérieure est construite de façon à pouvoir pivoter sur son axe ; la force motrice du jet d’eau génère un mouvement de rotation de la vasque supérieure.

L’eau circule de la sorte sur toute la surface de la cuvette en facilitant l’élimination des impuretés vers le centre de la cuvette.

La tablette porte instruments

On retrouve, comme dans le cabinet de Louis Champagne, et une tablette à quatre tiroirs avec bras articulés fixés sur un des panneaux situés à gauche de la fenêtre.

Mais un examen minutieux de la tablette révèle qu’il s’agit ici d’un modèle métallique assemblé aux angles par quatre colonnes. Il est surmonté d’un plateau en opaline avec un rebord cannelé sur la partie centrale.

Le réflecteur

Les deux cabinets sont équipés du réflecteurs électriques de Telschow qui remplacent avantageusement les modèles à pétrole et à gaz comme le modèle "boule d'eau". Plusieurs réflecteurs de ce type sont commercialisés à cette époque comme le modèle d'Ash de 1909.

modèle à pétrole

modèles à gaz et à boule d'eau

La lampe Nerst dont ils sont munis donne un foyer lumineux plus focalisé sur la bouche du patient.

Des modèles de conceptions différentes sont aussi vulgarisés à cette époque comme :

  • le photophore du Dr Helot , ancêtre du miroir frontal, et le modèle apparenté du Dr M.L. Rhein.

    modèle du Dr Helot

    modèle du Dr Rhein

  • l' "electric mouth illuminator" proposé par S.S. White et adopté par le Dr M.L. Rhein, est composé d’un petit réflecteur solidaire d’un bras articulé fixé sous la têtière du fauteuil.

     

    Le cabinet du Dr Rhein
    avec son réflecteur

  • Le réflecteur intra-buccal de Julius Weiss, qui inclut aussi un modèle de pompe à salive.

Les instruments rotatifs

Il comprennent:

  • un moteur électrique Columbia de Ritter équilibré par un contre poids semblable à celui du cabinet de Louis Champagne.

  • Un tour à pédale qui est ici situé à droite et à proximité du fauteuil. Le bras du flexible est en position opérationnelle. Cette situation semble évoquer une utilisation journalière réservée aux soins opératoires nécessitant une vitesse de rotation plus réduite que celle autorisée par le moteur Columbia que varie de 1000 à 3600 tours-minute.

     

Le tableau électrique

Il s’agit d’un modèle de série, situé à droite du fauteuil et donc beaucoup plus accessible que celui de Louis Champagne.

On remarque une alimentation électrique qui alimente une seringue à air chaud

Les meubles de rangement

L’installation se réduit à un meuble de rangement surmonté d’une vitrine à gauche du bureau et de quatre étagères situées à droite et sous le tableau électrique.

A gauche du fauteuil on remarque la présence d’une table et d’une vitrine murale contenant des modèles en plâtre.

Le lavabo

Une grande vasque en verre fixée sur une potence à piétement circulaire sert de point d’eau. Une serviette est suspendue à proximité de la cuvette.

Il est probable qu’un lavabo avec alimentation d’eau doit se trouver dans une zone située en dehors du champ de la photographie.

Le bureau

Il est situé au regard de la 2ème fenêtre et à proximité de la cheminée. il est posé sur une carpette. Le reste du sol est recouvert de parquet à lattes parallèles.

Conclusion

Si les équipements des cabinets de Louis Maurice Champagne et Louis Cheurlin ne peuvent pas, comme le cabinet Grüber du Dr Barthélémy, être considéré comme des installations d’avant-garde, on peut cependant les ranger parmi les installations modernes des années 1900.

Il faut pourtant relever trois points de détail qui différencient d’une façon significative les deux installations.

Dans le cabinet de Louis Cheurlin :

  • les rideaux sont supprimés et remplacés par une fenêtre dotée de verre cathédrale
  • le grand tapis d’Orient a fait place à un parquet en lattes de bois
  • la tablette en bois d’Holmes a été remplacée par un modèle métallique apparenté aux tablettes aseptiques représentées dans le catalogue de Reymond à Genève de 1908.

Les caractéristiques du cabinet de Louis Cheurlin témoignent qu’à la fin de la première décennie du XXème siècle le concept d’asepsie commence à pénétrer les milieux professionnels de l’Odontologie.

Elles confirment par ailleurs la datation proposée pour le cabinet de Louis Cheurlin.

Rendons aussi hommage à Louis Maurice Champagne, cet autodidacte qui, malgré la perte très jeune de ses parents et son arrivé en France sans ressource, a réussi à vaincre l’adversité en gravitant tous les échelons de la réussite professionnelle.

Quant aux photographies exceptionnelles de son installation de la Place de la Madeleine, elles constituent, à ce jour, les premiers documents photographiques d’un cabinet dentaire français.

Ces photos d’excellente qualité ont le mérite d’avoir été prises sur le vif avec le praticien dans l’exercice de ses fonctions. Elles mettent aussi en valeur un adepte scrupuleux de la pratique de l’antisepsie en restituant de façon très vivante les conditions d’exercice d'un chirurgiens-dentiste des années 1900.

Louis Maurice Champagne et L’Ecole Dentaire Française
aspects législatif et clinique

La promulgation de l’Edit royal de 1699 par Louis XIV met en place une nouvelle catégorie de praticiens: les "Experts pour les dents". Cet événement majeur pour     l’Histoire de l’art Dentaire assure l’entrée de la dentisterie dans le monde de la Chirurgie tout en reconnaissant son identité.

Cette promotion est malheureusement anéantie par le décret du 17 mars 1791 qui déclare le libre exercice de toutes les professions manuelles et libérales.

A l’aube de l’avant dernière décennie du XIXe siècle, la France, toujours vouée à l’empirisme, ne possède ni législation ni école dentaire, alors que les Etats-Unis créent la première école dentaire à Baltimore en 1839 et que la Grande- Bretagne installe à Londres son premier Centre d’Enseignement dentaire en 1859.

Certes il existe quelques Centres à Paris où l’on dispense des cours sur l’Odontologie comme :

  • le "Cours de Chirurgie Dentaire du Parvis Notre-Dame".(1)
  • les "Conférences sur l’Anatomie et la Chirurgie Dentaires" données par le Dr Delestre Chirurgien-Dentiste des hôpitaux, à l’Hôpital de la Charité rue Jacob (2)
  • le "Cours théorique et pratique - Ecole Dentaire, 38 rue du Mont-Thabor, Paris" des Drs Bing et Collignon.(3)

 

Malgré le titre pompeux d’Ecole donné par ces derniers à leur enseignement, ces centres ne correspondent pas à la nécessité de mettre en place un enseignement structuré de qualité et couvrant toutes les disciplines de l’Odontotostomatologie.

Par ailleurs les dentistes américains sont de plus en plus nombreux à venir s’installer en France en constituant une menace pour les praticiens français.

Cette situation préoccupante et les efforts d’Appolonie Préterre qui prône depuis de nombreuses années dans sa revue " l’Art Dentaire"la nécessité de créer un enseignement dentaire en France, sont à l’origine de la fondation des deux premières écoles dentaires parisiennes dignes de ce nom :

  • L’Ecole et l’Hôpital Dentaires de Paris créé rue Richer en 1880 par Charles Godon.
  • L’Ecole Dentaire de France constituée en 1884 par le Dr Edmond Andrieu au sein de L’Institut Odontotechnique de France rue de l’Abbaye.

L’Ecole Dentaire Française ne sera créée qu’en 1896. Louis-Maurice Champagne en assurera la direction à partir de 1926.

Les écoles dentaires et le nouveau cadre juridique de la loi de 1892

Le rapport sur l’organisation de la profession de dentiste des professeurs Le Fort et Gavarret, tous deux anciens doyens de la Faculté de Médecine, a joué un rôle déterminant dans le choix et la création du diplôme de chirurgien-dentiste.

Les solutions proposées par les différents courants de l’odontostomatologie constitués par:

  • les partisans de la liberté de l’exercice de l’Art Dentaire,
  • les docteurs en médecine et les officiers de santé, adeptes de la médicalisation de l’Art Dentaire,
  • les défenseurs d’une réglementation de la profession de dentiste destinée à lutter contre le charlatanisme,

suscitèrent des débats passionnés dans les diverses commission de la Chambre et du Sénat.

Le rapport du projet de loi présenté au Sénat le 22 mai 1891 par le Professeur Cornil, doyen de la Faculté de Médecine, réussit à établir un consensus entre les différentes groupes apparemment inconciliables.

Après avoir subi plusieurs modifications, la loi Brouardel pour l’Art dentaire fut votée et promulguée le 30 novembre 1892.(4)

C’est alors que l’Ecole Dentaire de Paris et l’Ecole Dentaire de France, qui avaient déjà acquis une notoriété pour le sérieux de leur enseignement, furent désignées par l’Université pour dispenser les connaissances aux étudiants en chirurgie dentaire, le diplôme d’Etat étant délivré par la Faculté de Médecine de Paris après succès aux examens probatoires.

Pour l’obtention du diplôme d’Etat de chirurgien-dentiste, la loi de 1892 fut complétée par le décret du 25 juillet 1893 qui réglait les détails des examens passés dans les Facultés de Médecine en déterminant la durée des études à trois ans

Dès la création de la Chambre syndicale de l’Art dentaire en 1879, une profonde disparité conceptuelle se manifeste entre la Dr Edmond Andrieu et Emmanuel Lecaudey soutenu par Charles Godon.

Pour le Dr Andrieu la mise en place d’une législation constitue le projet prioritaire de la réforme alors que la création d’une école dentaire n’est envisagée qu’en second lieu. Elle dépendra de la Faculté de Médecine et sera gérée et financée par l’Etat.

Le Dr. Andrieu

En opposition totale avec ces principes Charles Godon déclare que l’objectif essentiel de leur mouvement réside uniquement dans l’établissement d’une école professionnelle libre où la tutelle de l’Etat est totalement exclue. En contradiction, par ailleurs avec ces doctrines, il n’hésitera pas à postuler plus tard le titre de Docteur en médecine qui lui sera décerné en 1901. (5)

Le Dr. Charles Godon

Lors de l’élaboration de la loi Brouardel, une scission va s’opérer an sein des instances dirigeantes de l’Ecole dentaire de Paris.

La minorité conduite par Charles Godon, qui s’oppose toujours à toutes formes de réglementation de la profession dentaire, se sépare de son groupe en fondant une nouvelle publication: "La Revue internationale d’odontologie", et va même jusqu’a créer une nouvelle école concurrente: l’Ecole Dentaire Pratique dirigée par Richard-Chauvin et située 11 rue Réaumur à Paris

Contre toute attente, Charles Godon se rallie en 1896 à la majorité du Conseil de Direction de l’Ecole Dentaire de Paris. Il cède alors l’École de la rue Réaumur au Dr Louis-Jules Rousseau, qui transfère l’Institution au 25 Boulevard St Martin sous le nom d’Ecole Dentaire Nationale Française.

On remarque que dès 1911, le terme de "Nationale" disparaît de l'intitulé de l'Ecole.

Les élèves et le corps enseignant de l'Ecole Dentaire Française en 1911

L’Ecole Dentaire Française

En 1926, Louis-Maurice Champagne succède au Dr Rousseau à la direction de l’École qui prend, dès 1911, le nom d’Ecole Dentaire Française .

L’Ecole Dentaire Française, reconnue officiellement par décision ministérielle en date du 25 novembre 1896, donne à son tour un enseignement dentaire théorique et pratique, stage et scolarité; elle relève aussi de la Faculté de Médecine dont elle est l’auxiliaire.

Depuis le décret ministériel, en date du 11 janvier 1909, les années d’études sont passées de trois à cinq ans soit deux années de stage et trois années de scolarité.

Les candidats au diplôme d’Etat de Chirurgien-Dentiste, sont maintenant astreints d’être titulaire du Brevet d’Enseignement Primaire Supérieur ou à défaut du Brevet agricole. L’accession aux écoles dentaires par les sections agricoles et ménagères sont supprimées en 1930. (6) Suivant le conseil de l’Académie de Médecine, la possession du Baccalauréat est exigée à partir du début de l’année scolaire 1935-1936. (7)

Le corps enseignant de l’Ecole Dentaire Française est constitué de Docteurs ès Sciences et de Docteurs en Médecine pour les cours de sciences fondamentales et de chirurgiens-dentistes pour assurer les cours théoriques et les travaux pratiques relevant de l’Odontologie.

Louis-Maurice Champagne, nommé professeur, donne les cours théoriques et pratiques de

chirurgie dentaire, de dentisterie opératoire avec un cours spécial sur les aurifications, de prothèse dentaire et d’orthopédie dento-faciale.

Une école de prothèse est aussi mis en place pour former des mécanicien-dentistes.

Des récompenses, médailles, prix en instruments sont accordés en fin d’année aux meilleurs élèves.

Après la mort du Professeur Champagne qui survient en 1936, la Direction est assurée par Robert Champagne, son fils aîné. Enfin, l’ecole est reprise en 1939 par le dentiste Even. Cette Institution devient dès lors un centre de perfectionnement pour chirurgiens-dentistes diplômés.

Une section de prothèse dentaire est créée préparant au certificat d’aptitude professionnelle de mécanicien-dentiste.
L’école ferme définitivement en 1972 avec le création des Ecoles Nationales de Chirurgie Dentaire.

L’aménagement opératoire des salles de clinique

La clinique du Directeur

En succédant au Dr Louis-Jules Rousseau, Louis-Maurice Champagne remplace l’ancienne installation par un aménagement opératoire plus moderne comme l’atteste les documents photographiques de la plaquette de l’Ecole Dentaire Française de 1930.

Vingt sept ans se sont écoulés depuis la photographie du 3 janvier 1903 du cabinet de la Place de la Madeleine. On constate qu’en 1930, à la vue de la "clinique de Louis M. Champagne" l’aménagement opératoire du cabinet dentaire a été profondément remanié.

La salle de clinique du Directeur

A partir de 1910, le principe de l’asepsie a progressivement remplacé la pratique de l’antisepsie chère à Louis- Maurice Champagne lors de ses premières années d’exercice professionnel.

Cette profonde mutation résulte des travaux d’Octave Terrillon, (1844-1895)- Docteur en médecine en 1873, Chirurgien des Hôpitaux en 1875 et Professeur agrégé en 1878 - Il présente sa technique en 1892 dans son livre "Asepsie et antisepsie chirurgicales" écrit en collaboration avec Victor Chaput.

Ce bouleversement se manifeste concrètement par la présence de:

  • l’armoire métallique avec tablettes en verre qui remplace le meuble en bois avec ses innombrables flacons . .
  • la tablette en opaline substituée à celle en bois.
  • l’équipement de Ritter, qui matérialise le principe de l’ "Unit", rassemble sur un même appareil le crachoir "fontaine" avec le porte-verre et la pompe à salive, la tablette porte-instruments, le tour électrique et l’appareillage composé de la seringue à air chaud, du porte instruments électriques à basse tension, de la lampe buccale et du porte-pulvérisateur, éléments jadis dispersés soit par fixation mural ou attenant au fauteuil.(8)

On remarque par ailleurs l’existence de nouveaux appareils comprenant:

  • un appareil de diathermie à proximité de l’"Unit".
  • un stérilisateur mural.
  • un petit meuble de rangement métallique.
  • un appareil d’anesthésie au protoxyde d’azote.

Un espace limité par une rampe semi-circulaire à proximité des grandes baies vitrées permet aux étudiants d’assister aux démonstrations cliniques.

Le fauteuil opératoire à pompe de Mamelzer est maintenant laqué blanc comme tout l’appareillage de cette salle. On remarque aussi la présence d’un double lave-mains.

La salle de radiographie

Elle comprend une salle d’examen avec négatoscope mural et fauteuil opératoire à manivelle à bascule et réglable en hauteur par vérin à vis. Ce modèle du fabricant français J. Wirth équipe les autres salles de clinique ainsi que celles des autres écoles dentaires de l’époque.

On entrevoit l’appareil de radiographie par la porte ouverte d’une petite pièce voisine de la salle d’examen.

Les salles de clinique

Elles comprennent deux vastes salles éclairées par de grandes baies vitrées et des plafonniers électriques.

La première salle d'opération des élèves

 

Sur la première rangée située près des fenêtres, chaque équipement est composé :

  • d’une fauteuil de clinique Wirth sur lequel est fixée une potence qui supporte une tablette en opaline.
  • d’un crachoir "fontaine" avec alimentation d’eau, porte-verre et pompe à salive.
  • d’une tablette mobile pour recevoir la caisse d’instruments de l’étudiant.
  • d’un tour électrique de type Ritter suspendu à une potence murale à poulies orientable et réglable en hauteur par un système à contre-poids.(9)

on remarque aussi la présence d’un siège d’opérateur.

Sur la seconde rangée l’équipement se différencie par la présence:.

  • d’un fauteuil de clinique Wirth relié à une potence qui supporte un crachoir métallique sans alimentation d’eau, une tablette en opaline et un projecteur électrique.
  • d’un tour à pédale.
  • d’une tablette mobile destinée à recevoir la caisse d’instruments.

Une salle de bactériologie et deux ateliers de Prothèse complètent l’aménagement opératoires de l’école.

En 1926 le principe de l’ "Unit" n’est pas encore adopté par les fabricants français. Dans le cadre de la rénovation de l’Ecole Dentaire Française la présence d’un cabinet dentaire doté d’un "Unit" Ritter américain constitue sans aucun doute une opération de prestige nécessaire à l’image de marque de la nouvelle direction.

L’aménagement opératoire plus traditionnelle des salles de clinique nous permet d’évaluer les mérites respectifs de ces deux types d’installation :

  • Dans les salles de clinique, le crachoir, la tablettes et le projecteur fixés à la potence attenante au fauteuil suivent automatiquement les mouvements imprimés à celui-ci en fonction de la taille de l’opérateur et d’une éventuelle inclinaison du dossier. Par ailleurs le concept du tour électrique de Ritter assure le positionnement des instruments rotatifs pour toutes les situations de l’opérateur.
  • Avec l’équipement Ritter de type "Unit" le crachoir avec le porte-verre et la pompe à salive, la tablette en opaline, le moteur électrique et les quatre instruments fixés sur le corps de l’équipement, sont dorénavant rassemblés sur l’appareil et situés à une hauteur non modifiable. L’ "Unit"est essentiellement conçue pour le travail du praticien en posture érigée.

Conclusion

Si l’équipement de type "Unit" de la clinique du Professeur Champagne s’averre à cette époque résolument moderne, il en constitue pas moins une évolution régressive au regard de l’ergonomie.

C’est ainsi que les odontostomatologistes seront condamnés à travailler debout et le plus souvent sur un pied avec un patient assis jusqu’aux environ des années 1960.

C’est alors que Malençon et l’École américaine d’ergonomie vont réactualiser avec de nouvelles technologies, le concept de solidarisation du fauteuil avec les différents satellites de l’équipement.

Grâce à l’adoption de ce principe par la plupart des constructeurs contemporains, les praticiens peuvent aujourd’hui travailler assis dans de bonnes conditions avec un patient confortablement allongé (10).

Le rachat de l’Ecole Dentaire Française, par Louis- Maurice Champagne atteste sa volonté de transmettre aux jeunes générations le fruit de sa longue expérience professionnelle.

Sa réussite matérielle ne l’a pas empêché de prodiguer des soins aux plus démunis dans plusieurs dispensaires de la capitale comme le relate l’auteur de l’article nécrologique qui lui est consacré.

La vie de cet autodidacte s’oppose au concept de la "tabula rasa" présenté à la fin du XVIIème siècle par l’Empiriste anglais Locke qui prétend que l’enfant naît comme une page blanche et que l’environnement est l’unique élément qui détermine sa personnalité. Ce postulat est à la base de la philosophie du " Siècle des Lumières" et de la polémique passionnée qui sévira au XIXème siècle.

En promulguant l’Article de loi de 1892 pour l’Art dentaire, le législateur veut en premier lieu assainir la profession dentaire vouée à l’arbitraire depuis un siècle.

Confronté à l’urgence de la réforme, Brouardel reconnaît l’imperfection de la nouvelle législation (Le droit de prescription du Chirurgien-Dentiste n’est pas abordé par la loi de 1892) qu’il considère comme une étape de transition vers de plus amples réformes (11).

En 1927, le projet de loi des deux sénateurs Milan et Rio donne à la profession dentaire la possibilité d’accéder au grade de Docteur en Médecine (12).

Devant l’opposition de la Confédérations des syndicats dentaires de province sur les propositions concernant les mesures transitoires, cette opportunité ne peut malheureusement aboutir. L’année 1932 voit donc l’abandon du projet et le statut du Chirurgien-Dentiste selon la loi de 1892 est donc maintenu.

Cependant, la collaboration entre la Faculté de Médecine et l’Ecole Dentaire Française soumise à la concurrence des autres écoles dentaires parisiennes et provinciales, permet néanmoins d’assurer la formation de chirurgiens-dentistes qualifiés.

La commémoration du cinquantenaire de la création du titre de chirurgien-dentiste célébrée à Paris lors de la séance solennelle du 28 novembre 1942 est marquée par un discours retentissant du Dr Hulin, Président de la section dentaire du Conseil National de l’Ordre des Médecins. Il prône une nouvelle législation basée sur l’indépendance de la profession dentaire avec création d’un Doctorat en Chirurgie dentaire délivré par une Faculté dentaire (13).

Ce projet tombé dans l’oubli, n’arrivera à son terme qu’avec le décret du 22 septembre 1965 qui crée les Ecoles Nationales de Chirurgie Dentaire et l’Arrêté de Maurice Schumann du 21 avril 1969 qui aboutit à la loi du 24 décembre 1971 et à l’accession au Doctorat en Chirurgie Dentaire.

Cette nouvelle législation met fin aux bras de fer qui opposèrent à nouveau dans les années 1960 dentistes et stomatologistes.

Seule son application à long terme nous révèlera si l’option de l’indépendance de la profession dentaire fut le bon choix par rapport à la solution médicale ou à l’alternative suisse du tronc commun avec la médecine aboutissant au titre de médeçin-dentiste.

Bibliographie

1. ANDRIEU Edmond; Traité théorique et pratique de l’Art du dentiste. Paris, 1874-

Feuillets publicitaires pp 3.

2. Le Cosmos dentaire Vol 1, février 1876 pp 110.

3. Le Cosmos dentaire Vol 1, juin 1876 pp 119.

4. MORGENSTERN Henri, Recherche sur la législation de la chirurgie dentaire en France

de 1827 à 1892. Thèse de chirurgie dentaire Paris, 1999, 390 pages.

5. ROUSSEAU Claude,"L’Ecole et l’Hôpital Dentaires Libres de Paris et l’Ecole Dentaire

Française" Bulletin officiel de l’Ordre National des Chirurgiens-Dentistes,1995-1 pp 44-49

6. HALOUA F., Le baccalauréat à la base des études dentaires, Rapport présenté à la

Confédération des Travailleurs Intellectuels, section des professions libérales, le 1er décembre

1930. L’Odontologie 30 décembre 1930, Vol.LXVIII pp 917-921

7. Décret du 19 juillet 1932, article 1 et 2 ( J. O du 30 Août 1933)- Décret du 25 août 1933 ( J.O

du 25 novembre 1934 .

8. The RITTER DENTAL, MFG. CO. of Rochester, N.Y., U.S.A. Ritter dental equipment,

1919, pp 1-110

SOCIETE RITTER S.A. Strasbourg- "Unit equipment" Ritter, Installation, fonctionnement et

entretien, 3ème édition, 1929.

9. THE RITTER DENTAL MFG. CO. "Columbia" Nouveaux tours électriques de cabinet,

De Trey and CO. Limited, Londres.

10. MALENÇON Edmond, L’Equipement du cabinet dentaire, Edition CDP, 1985,ppVII-XI, 1- 7

11. BROUARDEL Paul, " L’exercice de la médecine et le charlatanisme", Cours de médecine légal

de la Faculté de Médecine de Paris, Paris, J.B. Baillère,1899, B.N.

12. VIDAL François et VILLOTA Christine, "L’imprécision des textes de 1892 et ses conséquences

pour l’Art dentaire; Le projet de loi Milan et Rio 1927-1932.Le Chirurgien-Dentiste de France

1994, n°727, pp 41-47.

13. HULIN Ch., La Profession dentaire, son aspiration, Fédération Dentaire Nationale

Cinquantenaire du titre de chirurgien-dentiste, 1892 - 1942, Edition de l’Odontologie S 149

 

 
     

 

Le site Web de la SFHAD est une réalisation du Service informatique de la BIU Santé (Bibliothèque Interuniversitaire de Santé, Paris)
Textes et images © 2008 SFHAD - Reproduction interdite sans autorisation