La momie de Ramses II : étude paléopathologique d’un pharaon de la XIXe dynastie

Agnès et Thibault MONIER

La large distribution aux Chirurgiens-Dentistes de France d'un petit opuscule publicitaire vantant les vertus d'une pâte adhésive pour prothèse dentaire amovible nous a conduit à faire cette mise au point.

En effet, cette brochure précise que "On trouve sur certaines momies, dont celle de Ramsès II, des prothèses dentaires", et que "Ramsès II ne fut certainement pas le premier homme à porter une prothèse, mais sa momie est l'une des plus anciennes sur laquelle on a trouvé quelques dents artificielles reliées par des fils d'or."

Nous nous étions penchés sur le "cas Ramsès II" il y a une vingtaine d'années, lors de la préparations de notre thèse de second cycle. Conseillés par le Pr. Jean YOYOTTE, alors Directeur d'Etudes à l' Ecole Pratique des Hautes Etudes, nous avions rencontré des scientifiques ayant étudié la momie royale lors de sa venue à Paris en 1976-77 afin d'y recevoir les soins indispensables à sa conservation. Nous tenons encore à remercier ceux qui, alors, nous ont manifesté intérêt et confiance en nous recevant et nous confiant leurs précieuses archives.

Ramsès II : les tribulations d'une momie de la XIXe dynastie

Troisième pharaon de la XIX° dynastie, fils de Séthi Premier, Ramsès II fut le Pharaon le plus médiatisé de l'antiquité égyptienne. Ce grand bâtisseur qui fit construire de nombreux temples et palais dont les inscriptions murales vantaient ses louanges et ses glorieux faits d'armes, régna près de 67 ans sur le Royaume des Deux Terres.

Né vers 1314 av JC Ramsès II grandit aux côtés de Séthi I avant de lui succéder vers 1279 av JC. Le règne de ce grand pharaon est remarquable tant par sa durée que par la personnalité du roi et par la richesse dont il fit bénéficier l'Egypte. Entouré de conseillers compétents Ramsès II laisse le souvenir d'un guerrier invincible et d'un amant comblé par la beauté de son épouse la plus connue: Néfertari. Les 67 années de son règne s'accompagnèrent d'une période de paix et de prospérité que l'Egypte ne retrouvera plus jamais. Sur l'obélisque qui trône au centre de la place de la Concorde à Paris, on peut lire cette inscription qui résume la vie du pharaon:
" Ramses, conquérant de tous les peuples étrangers, maître de toutes les têtes couronnées, Ramses qui combattit des millions de personnes, demande à ce que le monde se soumette à son pouvoir, selon les vœux de son père Amon".

Le 19° jour du premier mois de la saison akhet de l'année 1213 avant J.C., Ramsès II s'éteignit probablement dans sa capitale de l'est du delta: Pi-Ramsès. Son corps momifié sur place fut ensuite transporté jusqu'à Thèbes par le Nil et il fut déposé dans son magnifique tombeau creusé dans la falaise de Deir-el-Bahari, (repéré aujourd'hui comme le n°7 de la Vallée des rois), après les rituels funéraires.

Deux cent ans plus tard, alors que la dynastie des Ramsès disparaissait, une période de troubles commençait. Tandis qu'une nouvelle dynastie émergeait dans le delta à Tanis, à Thèbes, les Grands Prêtres d'Amon prenaient le pouvoir et devaient faire face aux révoltes, aux invasions libyennes et aux pillages des tombeaux de la Vallée des Rois. La tombe de Ramsès II fut violée, sa momie profanée par des pilleurs à la recherche des bijoux en or. Le Grand Prêtre Herihor décida donc de restaurer les bandelettes des nombreuses momies royales et les regroupa dans les tombes de Sethi I et Aménophis II.

Ramsès II fut déposé dans la tombe de son père, mais peu après de nouveaux pillages dégradèrent la momie. Le Grand Prêtre Pinedjem I répara les dégâts occasionnés sur la momie (an X) .

La sépulture étant jugée trop exposée, les prêtres d'Amon décidèrent de transférer les momies royales dans la tombe de la reine Inhâpi lors des obsèques en ce lieu du Grand Prêtre Pinedjem le 17° jour du règne de Siamon (-979). Les procès-verbaux en hiératique écrits successivement sur le sarcophage de bois où la momie fut déposée après sa première restauration attestent de ces nombreux déplacements.

Ramsès II allait enfin pouvoir reposer en paix pendant 2830 années.

La découverte de la première "cachette de Deir-el-Bahari"

Etre 1871 et 1878, de nombreux objets portant les titulatures royales apparurent sur le marché des antiquité au Caire. Une enquête fut décidée par Gaston Maspéro, directeur du Service des Antiquités de l'Egypte et aboutit en 1881 au démantèlement d'un réseau de trafiquants qui révélèrent leur source d'approvisionnement. En 48 heures les momies furent extraites de leur cachette, sous protection armée et transportées le 11 juillet 1881 à Boulaq, au Musée des antiquités créé par Auguste Mariette. Des vitrines furent confectionnées afin de les exposer dans une salle dédiée.

Le Pacha d'Egypte ordonna le déshabillage de la momie de Ramsès II, ce qui fut fait en présence de celui-ci et de ses ministres le premier juin 1886. En 1907, Pierre Loti visita le Musée de Boulaq et constata la présence de champignons sur les téguments de la momie de Ramsès II. Il précise qu'un bain complet au mercure fut réalisé pour tenter d'endiguer sa prolifération.

En 1935, au départ de Pierre Lacau alors Directeur du Service des Antiquités, les momies quittèrent leur salle d'exposition, qui avait été interdite au public, et son successeur , le Chanoine Etienne Drioton eut la surprise de les retrouver debout, posées contre les murs du salon de l'ancienne maison de Gaston Maspéro où il devait habiter. Les momies regagnèrent alors le Musée des Antiquités où lentement leur dégradation commença.

1976-1977 : La momie de Ramsès II à Paris

En 1975, le Docteur Maurice Bucaille alerta les autorités égyptiennes sur l'état pitoyable de la momie de Ramsès II. Les liens diplomatiques entre les gouvernements égyptiens et français aboutirent alors à la décision de confier la momie à la France afin de la faire traiter et examiner. Le 26 septembre 1976, la momie de Ramsès II arrivait au Bourget où elle fut réceptionnée avec les honneurs dignes d'un chef d'état. Elle gagna ensuite le Musée de l'Homme où elle demeura 8 mois. Une cinquantaine de spécialistes de toutes les disciplines se penchèrent sur la momie, ses tissus, son sarcophage qui furent minutieusement étudiés et l'ensemble fut radio stérilisé aux rayons gamma à la centrale nucléaire de Saclay. Le 10 mai 1977, Ramsès II retrouvait le sol égyptien...

Ramsès II au Musée de l'Homme de Paris. La momie est dans son sarcophage de bois, devant une photo d'une représentation du pharaon sur son char.
Photo CEA n°C 20616

La momie de Ramsès II

Le sarcophage

La momie de Ramsès II fut trouvée enfermée dans un sarcophage de bois en forme de statue osirienne. Les yeux sont peints, les traits rehaussés de noir, et les mains tiennent le sceptre et le fléau, signes de la royauté. Mais ce n'est pas le cercueil primitif qui avait dû être détruit par les pilleurs de tombe.

La momie de Ramsès sans son sarcophage. Les bandelettes ont été réajustées sur les membres supérieurs.
Photo CEA n°C 20458

Il porte au niveau de la poitrine deux inscriptions hiératiques écrites à l'encre, une troisième se trouvant sur le rebord extérieur du couvercle au niveau du sommet de la tête. Ce sont les procès-verbaux des transferts successifs de la momie de tombe en tombe :

Le bilan radiographique et xéroradiographique réalisé au Musée de l'Homme de Paris par le Pr. C. Fauré, et les Drs. M. Bard et C. Massare fut compliqué par l'impossibilité de manipuler la momie.

L'aspect extérieur de la momie

Gaston Maspéro, décrit la momie telle qu'elle était lors de son démaillotage :

"... le masque de la momie donne suffisamment l'idée de ce qu'était le masque du roi vivant : une expression peu intelligente, peut-être légèrement bestiale, mais de la fierté, de l'obstination et un air de majesté souveraine qui perce encore sous l'appareil grotesque de l'embaumement..."

La momie mesure encore 1,72m, et ne présente aucune trace de traumatisme ante-mortem. Seule, béante, s'ouvre la brèche d'éviscération au niveau du flanc gauche.

Ramsès II était leucoderme et ses cheveux étaient roux. Son profil d'aigle au nez bourbonien et au menton court lui donnait un air autoritaire. Les oreilles percées devaient supporter les lourdes boucles d'oreille en or, un des rares objet du trésor parvenu à nous en dépit des vols et profanations. L'avant-bras gauche est posé sur l'avant bras droit, contrairement à la disposition rituelle inverse.

Les examens réalisés au Musée de l'Homme de Paris

Des prélèvements effectués sur, sous, et dans la momie, mais aussi sur le cercueil, le linceul et bandelettes furent analysés par une quinzaine de laboratoires spécialisés en cryptogamie, entomologie, botanique, biologie, palynologie mettant au travail une cinquantaine de chercheurs et de techniciens.

Ces examens montrèrent que :

Pour endiguer ce processus, il était donc indispensable de détruire les colonies de cryptogames, et donc la stérilisation de la momie s'imposait.

Le Commissariat à l'Energie Atomique proposa de traiter la momie aux rayons gamma, méthode utilisée dans le cadre du Projet Nucléart de sauvegarde des documents artistiques et archéologiques. Cette technique assurait une stérilisation homogène de la momie à travers une enveloppe étanche qui constituait une prévention efficace contre de nouvelles contaminations.

L'irradiation fut réalisée le 9 mai 1977 dans la cellule Poséidon de la Section de Chimie appliquée des Polymères et des rayonnements, à Saclay. L'activité totale des sources utilisées était de 160.000 curies et la durée de l'irradiation de 12h 40 mn.

Les bilans radiographiques

Une couverture radiographique tout à fait exceptionnelle par la qualité des clichés obtenus fut réalisée par le Docteur Clément Fauré, complétant celle effectuée au Caire par les Docteurs El Meligiy et Ramsiys sous la direction du Professeur Kassem. De plus, des xérographies furent également faites à cette occasion par les Docteurs Bard et Massare, ainsi que des chromodensitographies dues aux Docteurs Thuilliez et Lichtenberg.

Radiographie du crâne de Ramsès II, montrant le remplissage de la partie postérieure de la boîte crânienne par la résine introduite après excérébration. Radio. Du Pr. Clément FAURE

Les radios du crâne révèlent que les 2/3 de la partie postérieure de l'endocrâne sont occupés par la résine introduite après excérébration par perforation du crible ethmoïdal. La position de la momie en décubitus dorsal lors des manœuvres de momification explique le niveau horizontal de cette résine.

Le nez est comblé par de petites structures de 3 mm de diamètre environ, d'origine végétale du poivre (piper nigrum) et l'ouverture des orifices narinaires est obstruée par une substance lenticulaire de 3 cm sur 1,5 cm probablement un bouchon en résine.

Xérographie de Ramsès II
Ce document montre la présence des grains de poivre dans le nez, destinés à éviter l'effondrement des tissus mous du nez après momification.

L'état dentaire est très mauvais: on note l'abrasion des tables occlusales, la réduction de certaines dents à l'état de racines ( 16, 26, et 37), et la présence de lésions périapicales sur 46., l'absence des incisives et canines maxillaires sauf la 11 et la 13, l'absence des 36, 47, 18, 28, 25,2415. Une alvéolyse généralisée touche l'ensemble de la denture. Aucune trace de traitement dentaire ou de restauration prothétique ne peut être visualisée.

Maxillaires de Ramsès II
Gros plan sur les maxillaires montrant l'état très délabré de la denture.
Radio. Du Pr. Clément FAURE

La détermination de l'âge par la méthode mise au point par Henri Lamendin donne comme âge du décès 80 ans à plus ou moins cinq ans.

les autres radiographies du corps de Ramsès II révèlent :

Conclusion

L'examen de la momie de Ramsès II montre que nous sommes en présence d'une personne d'environ 80 ans, souffrant de troubles habituels chez une personne de cet âge, troubles vasculaires (athérome), articulaires (spondylarthrite ankylosante) et dentaires (lésions infectieuses, caries et parodontites) qui durent affecter les vingt dernières années du règne du pharaon. Aucun traitement ne pouvait apaiser les maux entraînés par ces affections et aucune prothèse dentaire ne fut réalisée afin de palier l'absence des nombreuses dents perdues.

Affirmer que "Ramsès II ne fut certainement pas le premier homme à porter une prothèse mais sa momie est l'une des plus anciennes sur laquelle on a trouvé quelques dents artificielles reliées par des fils d'or" est donc faux et la diffusion de telles inepties dans des livrets publicitaires destinés au grand public est une offense à la rigueur scientifique.

Bibliographie
BUCAILLE Maurice, " Les momies des Pharaons et la médecine " Librairie Séguier, Paris 1987.
GALERIES NATIONALES DU GRAND PALAIS "Ramsès le Grand " catalogue Paris 1976.
MENU Bernadette, " RAMSES II - Souverain des souverains " Découverte Gallimard n° 344.
MUSEUM NATIONAL D'HISTOIRE NATURELLE " La momie de Ramsès - Contribution scientifique à l'Egyptologie " Editions Recherches sur les Civilisations, Paris 1985.
MONIER A. et T. " Pathologie et Thérapeutique Dentaires dans l'Egypte pharaonique- Paléopathologie de momies égyptiennes " Thèse pour le diplôme d'état de Docteur en Chirurgie Dentaire, Université René Descartes, Paris 1982.
MONIER A. et T. " La momification en Egypte, technique et résultats " Objets et Mondes, Tome 22, 1982.
MONIER A. et T. " Egyptologie : les momies et la momiologie " Archéologia N° 308, Janvier 1995.