Antoine Gailleton (1829-1904)
une double vocation : Professeur de dermato-vénéréologie et maire de Lyon

Docteur Jacques Chevallier (Vaulx en Velin) Communication à la Société française d'Histoire de la Dermatologie, le 4 décembre 1998


Issu d'une très modeste famille, Antoine Gailleton est né à Lyon le 17 novembre 1829.
Il s'inscrit à l'Ecole pr�paratoire de Médecine de Lyon en 1847, puis est Interne des Hôpitaux de Lyon en 1849 et docteur en médecine en 1854. Apr�s deux �checs, il est brillamment reçu au concours du Majorat de l'Hôpital de l'Antiquaille de Lyon en 1858.

L'Antiquaille, situ� sur la colline de Fourvi�re, fut entre 1803 et 1830 un hospice, dont la vocation initiale était de soigner les vénériens et les galeux des deux sexes. De 1830 à 1876, l'hospice devint un asile-Hôpital ne se consacrant qu'aux soins des ali�n�s et aux malades porteurs de maladies vénériennes et de la peau. Le service chirurgical est alors représenté par le chirurgien-major nommé par concours pour six ans.

Apr�s le d�part des ali�n�s en 1876 et la création de la chaire des maladies cutanées et syphilitiques en 1877, l'Antiquaille devient un Hôpital de spécialit� dermato-vénéréologique jusqu'au début de notre siècle.

L'Ecole de l'Antiquaille a été fond�e par le premier chirurgien-major, Prosper Baum�s (1791-1871). En six ans, de 1837 à 1842, il va transformer un hospice de vénériens en la première �cole dermato-vénéréologique de province.

Les successeurs de Baum�s et prédécesseurs de Gailleton seront Paul Diday (1813-1894), Alexandre Rodet (1814-1884) et Joseph Rollet (1824-1894). Ils vont conforter et développer l'importance de cette �cole. Cette filiation explique comment la dermatologie fut, à Lyon, à l'origine chirurgicale!

Gailleton chirurgien-major est le premier à b�n�ficier d'une dur�e de majorat de 18 ans. D'abord chirurgien aide-major de 1858 à 1864, il est responsable du service des enfants teigneux, galeux, dartreux ou scrofuleux. Chirurgien-major de 1864 à 1869, charg� des hommes vénériens, il laisse le souvenir d'un excellent clinicien et d'un enseignant exceptionnel qui attirait les étudiants en foule.
Enfin, de 1870 à 1876, Gailleton occupe le poste de chirurgien des Chazeaux (service des femmes et la cr�che) créé à son intention.

Antoine Gailleton est, lors de la création de la Facult� de médecine de Lyon en 1877, le premier titulaire de la Chaire des maladies cutanées et syphilitiques, qu'il occupe jusqu'� sa mort en 1904. Remarquons que cette Chaire fut créée trois ans avant celle de Paris, dont Alfred Fournier fut le premier titulaire de 1880 à 1902.

Son activit� hospitalière s'est fortement ralentie de 1881 à 1900 alors qu'il est maire de Lyon, mais va reprendre de 1900 à 1904. En 1904, il obtient la création d'une seconde clinique à l'H�tel-Dieu proposant des consultations à huit heures du soir pour les ouvriers.

L'�uvre dermato-vénéréologique d'Antoine Gailleton est modeste. A c�t� de nombreux articles dans la presse médicale et la publication de quelques brochures sur l'ecz�ma, la dartre, l'�tiologie des maladies cutanées des enfants, nous retiendrons surtout son Trait� �l�mentaire des maladies de la peau publié en 1874. Il s'agit d'un traité synth�tique, un guide qui r�sume bien les conceptions de l'époque, sans proposer une �ni�me nouvelle classification.

Sa deuxi�me vocation est politique. Gailleton a toujours été un r�publicain convaincu, pr�occup� des problèmes sociaux, des intérêts de ses concitoyens et de la prosp�rit� de sa ville. Anticl�rical et franc-ma�on, il va toutefois �voluer vers un certain conservatisme.

Ses premiers pas en politique sont pr�coces; il fait partie du premier Comité Central R�publicain lors de la Révolution de 1848 puis prend une part active aux luttes r�publicaines sous l'Empire.

Elu conseiller municipal en 1870, il entreprend de r�tablir l'autonomie administrative de la ville et participe aux premières d�marches pour favoriser la création d'une Facult� de Médecine à Lyon. Il est ensuite Maire de Lyon pendant 19 ans de 1881 à 1900. Gailleton est finalement battu en 1900 par son ancien �l�ve et successeur à l'Antiquaille, Victor Augagneur dont l'ambition politique est nationale...

 "R�publique des médecins"! Gailleton fut un maire tr�s populaire ; les lyonnais le surnommèrent "le p�re Gailleton" ou "le Toine"!

Son �uvre politique est importante dans deux domaines: les grands travaux d'urbanisme avec l'am�nagement de plusieurs quartiers, le renouvellement de ponts, le développement des tramways, etc... et le domaine de l'hygi�ne publique avec la création d'un bureau d'hygi�ne et d'un service des eaux, l'installation de l'Ecole de Santé Militaire et de l'Hôpital Ren�e Sabran à Giens, la création d'un asile des Invalides du travail et d'asiles d'assistance publique.

Enfin citons la construction d'�coles primaires et la promotion et l'organisation de l'Exposition Universelle de 1894 au parc de la T�te d'Or de Lyon. Gailleton fut directement concern� par l'assassinat, le 24 juin, du Pr�sident Sadi Carnot venu inaugurer l'Exposition.

L'homme a un visage r�gulier avec un regard malicieux. Il porte barbe, moustache et calvitie...Habill� simplement, il se d�place avec difficult� car il souffre de goutte!

C'est un homme simple, pourtant habile et rus�, d�vou� à ses malades et à ses administr�s. C'est un meneur d'hommes!

Il se marie deux fois et a trois enfants de sa première �pouse.

Grand Officier de la L�gion d'Honneur en 1895, il d�c�de le 9 octobre 1904 à l'�ge de 75 ans. Une �norme foule assiste à ses fun�railles.

En 1904, le quai de la Charit� devient le quai Gailleton et la place Grolier la place Gailleton. Un important monument y est inauguré en 1913.

Cette double vocation médicale et politique, fr�quente à Lyon, fait de Gailleton un personnage attachant et marquant de la fin du XIXème siècle.

Référence essentielle: LACROIX Anne: ANTOINE GAILLETON (1829-1904). Une double vocation: M�decin, Chirurgien-major de l'Antiquaille, Professeur de clinique des maladies cutanées et syphilitiques et Maire de Lyon. Pr�sident : Pr Louis Fischer. Th�se Médecine Lyon 1997, n�125.