Retours sur le colloque et l’exposition Lémery

À l’occasion du tricentenaire de la mort de Nicolas Lémery (1645-1715), une exposition et un colloque ont permis de découvrir ou redécouvrir cet apothicaire, médecin et chimiste français, grand personnage de l’histoire des sciences aux XVIIe et XVIIIe siècles qui a marqué la profession à travers ses publications.

lemery-colloqueLe mercredi 9 décembre, la Société d’histoire de la pharmacie et le Club d’histoire de la Chimie de la Société Chimique de France, présidés respectivement par Olivier Lafont et Patrice Bret, ont organisé une journée consacrée au savant et à son œuvre.

Un savant

Afficher l'image d'origine Nicolas Lémery est né à Rouen, le 17 novembre 1645. Il effectue ses études à l’Académie protestante de Quévilly et entre en apprentissage chez son oncle Pierre Duchemin, maître apothicaire à Rouen. En 1666, il rejoint la capitale afin d’étudier la chimie auprès de Christophe Glaser, apothicaire ordinaire du roi Louis XIV, démonstrateur de chimie au Jardin du Roy (actuel Jardin des Plantes) et auteur d’un Traité de chymie (1663).

En 1668, il s’établit dans la ville de Montpellier, où il devint démonstrateur de chimie. Son maître à l’école de médecine était alors Sébastien Matte La Faveur qui a écrit Pratique de chymie (1671). La faculté de Montpellier donnait alors des cours pour les apothicaires, ce qui ne se faisait pas à Paris.

Après avoir parcouru la France, Nicolas Lémery revient à Paris en 1672. Deux ans plus tard, il achète une charge d’apothicaire privilégié auprès du Grand prévost. Il doit fournir la Cour en médicaments lorsque cette dernière est en déplacement. La charge donne le droit d’ouvrir une boutique en ville. Ainsi, il établit une officine rue Galande et il ouvre des cours publics dans lesquels il reçoit des étudiants, des apothicaires et des personnalités en vue. Le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle nous apprend que Lémery enseigne la chimie d’une façon neuve et originale : il «porta la lumière au sein de ce chaos ; il dissipa l’obscurité des faits et du langage, et sacrifia résolument le merveilleux au vrai». Effectivement, il privilégie la raison en ayant recours à l’expérimentation et il se détourne de l’alchimie. Pendant la même période, il prépare des produits chimiques qu’il met en vente. Il acquiert ainsi le monopole parisien de la diffusion du blanc d’Espagne. Ses cours publics acquièrent une telle notoriété qu’il décide de les publier sous le titre de Cours de chymie à partir de 1675.

Cependant, il doit se défaire de sa charge d’apothicaire en 1681, lors de la réaction religieuse qui devait aboutir à la révocation de l’édit de Nantes. Le chimiste Nicaise Lefebvre, appelé pour exercer auprès du roi Charles II d’Angleterre, a déjà acquis une certaine renommée à Londres. Attiré par ce succès, Nicolas Lémery gagne l’Angleterre. Il est reçu par le roi à Londres, mais on ne lui offre aucune charge. Par conséquent, il retourne en France en 1683 et il devient docteur à la Faculté de médecine de Caen. Il exerce ensuite la médecine à Paris jusqu’en 1685.

À la suite de la révocation de l’édit de Nantes, Nicolas Lémery  se convertit au catholicisme et obtient le droit de rétablir son laboratoire de chimie à Paris et d’exercer la médecine, en 1686.

En 1699, il devient membre de l’Académie des Sciences comme associé chimiste. Il meurt à Paris en 1715. Ses fils, Louis et Jacques Lémery, furent tous les deux chimistes et entrèrent également à l’Académie des Sciences.

Son œuvre à travers l’exposition Lémery

2015-12-01 11.23.47
Exposition dans la Galerie Valette (Faculté de Pharmacie)

L’exposition Lémery a été mise en place par la Société d’Histoire de la Pharmacie dans la galerie Valette. Dans les vitrines était évoqué le parcours de Nicolas Lémery, via les multiples éditions de ses ouvrages et de celles des maîtres et savants de son époque. Retrouvez les photos sur notre compte Facebook.

Portrait Pomet
Portrait de Pierre Pomet – Frontispice gravé par A. Le Clerc le Jeune, extrait de l’Histoire générale des drogues simples et composées (1694)

Ainsi, étaient présentées chronologiquement les œuvres qui ont marqué leur temps et les générations d’apothicaires et de chimistes, comme l’Histoire générale des drogues simples et composées de Pierre Pomet. Marchand droguiste parisien et contemporain de Nicolas Lémery, ce dernier publie sa première édition en 1694. L’ouvrage de Pomet, traduit en anglais et en allemand par la suite, est considéré comme le plus complet et le mieux illustré de son époque.

L’exposition présente une édition du Pomet particulièrement intéressante. L’ouvrage comporte des notes manuscrites de l’auteur qui devaient servir à la rédaction d’une édition de poche. Cette édition n’a pu être publiée avant la mort de son auteur. Voir notre billet de blog à ce sujet.

L’Histoire générale des drogues simples et composées de Pierre Pomet sur la matière médicale (ou pharmacognosie) a inspiré le Dictionnaire ou Traité universel des drogues simples de Nicolas Lémery, paru pour la première fois en 1698 et qui fit longtemps autorité.

http://www.shp-asso.org/albums/25600/1-planche2-edition-1687.JPG
Gravures tirées du « Cours de chymie » (1687) de Nicolas Lémery

Le Cours de chymie de Nicolas Lémery, grand adepte de la méthode expérimentale, fut édité pour la première fois en 1675. Il fut un grand succès de librairie. Il connut de nombreuses rééditions à Paris, à Amsterdam, à Leyde, à Bruxelles, ainsi que de nombreuses traductions en anglais, en allemand, en italien et enfin en espagnol. Selon le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, le livre de Lémery fut le seul guide des pharmaciens et des chimistes pendant une longue période.

À travers ses publications, Nicolas Lémery reste présent dans les mémoires comme le «père» de la chimie organique.

Sidonie Vicet

 

Liste des ouvrages présentés

Vitrine 1 – Les précurseurs

  • BÉGUIN, Jean. Les Elémens de chymie de maistre Jean Beguin. Reveus, expliquez & augmentez par Jean Lucas de Roy,…Troisiesme edition. A Paris : chez Mathieu Le Maistre, ruë S. Jean de Latran à l’arbre sec : et sur le quay des Augustins devant l’abreuvoir, 1624. Cote à la BIU Santé Pôle Pharmacie : RES 23925. Ouvrage numérisé sur Medic@

Maître Jean Beguin était aumônier du Roi. Il écrivit en latin, sous le titre de Tyrocinum Chymicum, ce qui est considéré comme le premier ouvrage de chimie et non d’alchimie. Ce livre fut traduit en français en 1615, sous le titre d’Elemens de Chymie. L’édition qui est présentée ici comporte de nombreuses gravures sur bois représentant les ustensiles de laboratoire.

  • CROLL, Oswald. La royalle chymie de Crollius, traduitte en françois par J. Marcel de Boulene. [suivie de] Traicté des signatures ou vraie et vive anatomie du grand & petit monde. A Lyon : par Pierre Drobet en rue Mercière, 1624. Cote à la BIU Santé Pôle Pharmacie : RES 22149. Ouvrages numérisés sur Gallica

En dépit de son titre, cet ouvrage ressortit plus au domaine de l’alchimie qu’à celui de la chimie. Oswald Croll était professeur de médecine à l’université de Marburg.

  • LEFÈVRE, Nicolas (ou Nicaise). Traicté de la chymie . Tome premier . Qui servira d’instruction & d’introduction, tant pour l’intelligence des autheurs qui ont traité de la théorie de cette science en général : que pour faciliter les moyens de faire artistement & methodiquement les operations qu’enseigne la pratique de cet art, sur les animaux, sur les végétaux & sur les minéraux, sans la perte d’aucune des vertus essentielles qu’ils contiennent . [ Tome second . Qui contient la suite de la preparation des sucs qui se tirent des végétaux, comme aussi celle de leurs autres parties, & celle des minéraux]. — Par N. Le Febvre Apoticaire ordinaire du Roy, distillateur chymique de Sa Majesté… A Paris : chez Thomas Jolly, 1660. Cote à la BIU Santé Pôle Pharmacie : RES 200246. Ouvrage numérisé sur Medic@

Démonstrateur de chimie au Jardin du Roy, cet apothicaire protestant écrivit son Traité de la Chymie raisonnée, en 1660, avant de rejoindre en Angleterre le roi Charles II Stuart, nouvellement restauré, qui lui offrait un laboratoire à Saint-James.

  • GLASER, Christophe. Traité de la chymie. Enseignant par une briéve & facile methode toutes ses plus necessaires preparations. A Paris : chez l’Auteur au Faubourg S. Germain ruë [Neuefue des fosses St Germain], 1667. Cote à la BIU Santé Pôle Pharmacie : 31355.

Christophe Glaser (ou Glazer), apothicaire originaire de Suisse allemande, succéda à Nicolas (ou Nicaise) Lefèvre comme démonstrateur de chimie au Jardin du Roy. Il eut pour élèves Moyse Charas et Nicolas Lémery. Son Traité de la Chymie, publié en 1663, comporte des illustrations dont on attribue la gravure à Abraham Bosse. Il connut plusieurs rééditions, en 1672, 1676…, ainsi que des traductions en anglais ou en allemand.

  • MATTE LA FAVEUR, Sébastien. Pratique de chymie, divisée en quatre parties, par S. Matte La Faveur, distillateur & demonstrateur ordinaire de la chymie en la faculté de medecine de Montpelier. Avec un avis sur les eaux minerales. A Montpellier : par Daniel Pech, imprimeur ordinaire du Roy, de Monseigneur l’Evesque, & de lad. ville, 1671. Cote à la BIU Santé Pôle Pharmacie : 21514. Ouvrage numérisé sur Medic@

Démonstrateur de chimie à l’École de médecine de Montpellier, Sébastien Matte, dit La Faveur, se prétendait apothicaire, même si les maîtres apothicaires de Montpellier lui contestèrent ce titre. C’est lui qui enseignait la chimie lorsque Lémery fréquenta la Faculté de Médecine de Montpellier, en tant qu’élève apothicaire.

Vitrine 2 – Les contemporains de Lémery

  • CHARAS, Moyse. Histoire naturelle des animaux, des plantes et des minéraux qui entrent dans la composition de la thériaque d’Andromachus. Dispensée et et achevée publiquement à Paris, par Moyse Charas, l’un des apoticaires de Monseigneur le Duc d’Orléans … Avec les réformations & les observations de l’auteur, tant sur l’élection, & sur la préparation, que sur le dernier mélange de tous les ingrédiens de cette grande composition. A Paris : chez Olivier de Varennes, au Palais, en la Gallerie des Prisonniers, au Vase d’Or, 1668. Cote à la BIU Santé Pôle Pharmacie : RES 22170. Ouvrage numérisé sur Gallica

L’Histoire naturelle des animaux, des plantes & des minéraux qui entrent dans la composition de la thériaque de 1668 et la Thériaque d’Andromachus de 1685 sont deux ouvrages au contenu peu différent. Tous deux décrivent toutes les substances entrant dans la composition de la fameuse Thériaque, un médicament polypharmaque composé, à l’origine, du mélange de quatre-vingts produits et mis au point par Andromachus, un médecin de Néron. Galien préparait, lui-même, ce médicament pour l’empereur Marc-Aurèle.

  • CHARAS, Moyse. Pharmacopée royale galénique et chymique. Par Moyse Charas, Apoticaire Artiste du Roy en son Jardin Royal des Plantes. A Paris : chez l’Auteur, aux Faux-Bourgs saint Germain, ruë des Boucheries, aux Viperes d’Or, 1676. Cote à la BIU Santé Pôle Pharmacie : RES 5855. Ouvrage numérisé sur Gallica

Il s’agit de la première pharmacopée rédigée directement en français. Charas, en consacrant une partie à la pharmacopée chimique tient compte de l’évolution des sciences et de l’essor de l’iatrochimie issue de Paracelse. Les illustrations qui accompagnent l’ouvrage représentent des appareils de laboratoire. Le frontispice, très riche, illustre la contribution des différents continents à la matière médicale, symbolisée par des femmes apportant la production de leurs contrées respectives.

  • POMET, Pierre. Traité general des drogues, ou il est parlé des plantes, des animaux, des mineraux, ou de leurs parties, & generalement de toutes les marchandises simples, ou composées, que les marchands droguistes & espiciers doivent ordinairement avoir & peuvent vendre dans leurs boutiques & magazins. [Paris ?] : [s.n.], ca 1698-1699. Cote à la BIU Santé Pôle Pharmacie : RES 215762.

Pierre Pomet n’était pas un apothicaire, mais un droguiste instruit, dont les ouvrages ont connu une grande diffusion. L’attention est attirée, ici, sur l’exemplaire unique de l’édition de 1699 qui ne vit jamais le jour, en raison de la mort de l’auteur et se trouve, ici, à l’état de projet inachevé, avec de nombreuses insertions manuscrites de celui-ci.

  • POMET, Pierre. Histoire generale des drogues simples et composées, … Tome premier. A Paris : chez Etienne Ganeau & Louis-Etienne Ganeau fils, libraires, ruë saint Jacques, aux Armes de Dombes, 1735. Cote à la BIU Santé Pôle Pharmacie : RES 5892-1.

Vitrine 3 – Le Cours de Chymie de Lémery

  • LÉMERY, Nicolas. Cours de chymie contenant la manière de faire les opérations qui sont en usage dans la médecine, par une méthode facile : avec des raisonnements sur chaque opération, pour l’instruction de ceux qui veulent s’appliquer à cette science. A Paris : chez l’Autheur, rüe Galande, à la Porte Dorée proche de la Place Maubert, 1675. Cote à la BIU Santé Pôle Pharmacie : RES 19519. Ouvrage numérisé sur Gallica

Plusieurs éditions représentatives de cet ouvrage fondamental sont présentées. Il s’agit, sans doute, de celui de ses livres qui a connu la plus grande diffusion. C’est dans cette publication que Lémery a décrit sa théorie de l’acidité, où les acides sont pourvus de pointes, alors que les alcalis sont caractérisés par des trous ; la réaction acide-base se produisant lorsque les pointes des acides viennent combler les trous des alcalis, pour produire un sel salé (ce qui, pour nous, est simplement un sel). L’accent est mis sur les riches illustrations figurant des appareils de laboratoire.

  • LÉMERY, Nicolas. Cours de chymie, contenant la manière de faire les opérations qui sont en usage dans la médecine par une méthode facile, avec des raisonnements sur chaque opération. par Nicolas Lemery. Cinquième edition. Reveuë, corrigée & augmentée par l’autheur. A Paris : chez Estienne Michallet, 1683. Cote à la BIU Santé Pôle Pharmacie : 32065.
  • LÉMERY, Nicolas. Cours de chymie, contenant la maniere de faire les operations qui sont en usage dans la medecine, par une methode facile. Avec des raisonnemens sur chaque operation, pour l’instruction de ceux qui veulent s’appliquer à cette science. A Paris : chez Estienne Michallet, 1690. Cote à la BIU Santé Pôle Pharmacie : 21879.
  • LÉMERY, Nicolas. Cours de chymie contenant la manière de faire les opérations qui sont en usage dans la médecine, par une méthode facile. Avec des raisonnemens sur chaque opération, pour l’instruction de ceux qui veulent s’appliquer à cette Science. Par M. Lemery, de l’Académie royale des Sciences, docteur en médecine. Nouvelle édition, revüe, corrigée & augmentée d’un grand nombre de notes , & de plusieurs préparations chymiques qui sont aujourd’hui d’usage, & dont il n’est fait aucune mention dans les éditions de l’auteur. Par M. Baron, docteur en médecine, & de l’ Académie royale des sciences. A Paris : chez Laurent-Charles d’Houry, fils, rue de la vieille Bouclerie, au Saint-Esprit, & au Soleil d’or, 1757. Cote à la BIU Santé Pôle Pharmacie : 110280.

Vitrine 4 – Les autres œuvres de Lémery

  • LÉMERY, Nicolas. Pharmacopée universelle, contenant toutes les compositions de pharmacie qui sont en usage dans la medecine, tant en France que par toute l’Europe ; leurs vertus, leurs doses, les manieres d’operer les plus simples & les meilleures. Avec plusieurs remarques & raisonnemens sur chaque operation. A Paris : chez Laurent d’Houry, à l’entrée de la ruë S. Jacques, devant la fontaine S. Séverin, au Saint Esprit, 1697. Cote à la BIU Santé Pôle Pharmacie : RES 5040. Ouvrage numérisé sur Medic@

Plusieurs éditions de cet ouvrage, en particulier, la première et la dernière sont présentées ici. Totalement dépourvue d’illustrations, cette pharmacopée fut néanmoins l’un des grands succès de l’édition scientifique du temps, comme en témoignent les nombreuses éditions et les traductions.

  • LÉMERY, Nicolas. Traité universel des drogues simples : mises en ordre alphabetique, où l’on trouve leurs differens noms, leur origine, leur choix, les principes qu’elles renferment, leurs qualitez, leur ethymologie, & tout ce qu’il y a de particulier dans les animaux, dans les vegetaux & dans les mineraux. Ouvrage dépendant de la Pharmacopée universelle. Paris : chez Laurent d’Houry, à l’entrée de la ruë S. Jacques, devant la fontaine S. Severin, au Saint Esprit, 1698. Cote à la BIU Santé Pôle Pharmacie : RES 5926.

Plusieurs éditions sont présentées de cet ouvrage de matière médicale, rédigé pour accompagner la Pharmacopée Universelle. Ce fut également un extraordinaire succès de librairie. Les drogues étant rangées dans l’ordre alphabétique de leur nom latin, de nombreuses éditions furent titrées Dictionnaire des Drogues Simples. Ce livre prit la succession des anciens ouvrages de Dioscoride et concurrença celui de Promet. Les éditions successives furent illustrées de 25 planches de vignettes représentant, chaque fois, seize drogues simples appartenant aux trois règnes de la nature, mais surtout au règne végétal. Cela fait un total de quatre cents vignettes gravées.

  • LÉMERY, Nicolas. Traité universel des drogues simples, mises en ordre alphabetique Où l’on trouve leurs differens noms, leur origne, leur choix, les principes qu’elles renferment, leurs qualitez, leur étimologie, & tout ce qu’il y a de particulier dans les animaux, dans les vegetaux & dans les mineraux. Ouvrage dépendant de la Pharmacopée universelle. Seconde édition, corrigée, & beaucoup augmentée par l’auteur. A Paris : chez Laurent d’Houry, imprimeur-libraire, 1714. Cote à la BIU Santé Pôle Pharmacie : RES 5041.
  • LÉMERY, Nicolas. Nouveau dictionnaire général des drogues simples et composées,… Revu, corrigé et augmenté par Simon Morelot,… Paris : Rémont, 1807. Cote à la BIU Santé Pôle Pharmacie : 11657-1. Ouvrage numérisé sur Gallica
  • LÉMERY, Nicolas. Traité de l’antimoine, contenant l’analyse chymique de ce minéral, & un recueil d’un grand nombre d’operations rapportées à l’Academie Royale des sciences, avec les raisonnemens qu’on a crus necessaires. Ouvrage utile aux Physiciens & à tous ceux qui pratiquent la Medecine. Par M. Nicolas Lemery, de la même Academie, & Docteur en Medecine. A Paris : chez Jean Boudot, imprimeur ordinaire du Roy, & de l’Académie Royale des sciences, ruë S. Jacques au Soleil d’Or, 1707. Cote à la BIU Santé Pôle Pharmacie : RES 18764.

Cet ouvrage ne connut qu’une seule édition de langue française, mais plusieurs traductions. Écrit après la fin de la fameuse querelle de l’antimoine, il est, enfin, débarrassé de toute polémique et fait le point sur la question.

Vitrine 5 – Lémery et l’Académie des sciences

  • Académie des sciences. Histoire de l’Académie royale des sciences avec les mémoires de mathématique et de physique tirés des registres de cette académie. A Amsterdam : chez Pierre Mortier, chez J. Schreuder et P. Mortier le jeune, 1732-1790. Cote à la BIU Santé Pôle Pharmacie : 5351-1.

Il s’agit de l’organe de l’Académie Royale des Sciences. Il comporte une première partie qui relate les réunions de l’Académie et l’actualité scientifique et une seconde qui publie des mémoires scientifiques d’académiciens. Lémery se montra un contributeur fréquent de ce périodique. Les titres de quelques-unes de ses publications témoignent de la grande diversité de ses intérêts.

  • CAP, Paul-Antoine. Nicolas Lémery, chimiste né à Rouen le 19 novembre 1645 : Ouvrage qui a remporté le prix proposé par l’Académie royale des sciences, belles lettres et arts de Rouen (section des sciences), pour le concours de 1838. Rouen : Périaux, 1838. Cote à la BIU Santé Pôle Pharmacie : 20464.

Bibliographie

BOUGARD, Michel. La chimie de Nicolas Lémery. Turnhout : Brepols, 1999, 524 p.

LAFONT, Olivier. « Nicolas Lémery et l’acidité ». In : Revue d’histoire de la pharmacie. 2002, vol. 90, n° 333, pp. 53-62.

LAROUSSE, Pierre. « Lémery (Nicolas) ». In : Grand dictionnaire universel du XIXe siècle. Tome X. Paris : Administration du Grand dictionnaire universel, 1873, p. 351-352.

LE BOVIER DE FONTENELLE, Bernard. « Eloge de Monsieur Lemery ». In : Histoire de l’Académie Royale des Sciences en 1699, et les éloges historiques de tous les Academiciens morts depuis ce Renouvellement. Paris : chez Michel Brunet, 1724, p. 317-331.

En savoir plus

La présentation de l’exposition sur le site de la Société d’histoire de la pharmacie

L’article de Wikipédia consacré à Lémery

 

FacebooktwitterpinterestlinkedinmailFacebooktwitterpinterestlinkedinmail

2 réflexions sur « Retours sur le colloque et l’exposition Lémery »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.