PrésentationMode d’emploiServices associésRéutilisations

Liste des chapitres

Catalogue des ouvrages en relation avec celui-ci
Liste des pages de ce livre | Médecine vétérinaire Cliquez ici pour telecharger tout ou partie de ce document au format Adobe PDF (Acrobat) PDF

Cureau de la Chambre, Marin. Traité de la connoissance des animaux, où tout ce qui a esté dict, pour & contre le raisonnement des bestes est examiné. Par le sieur de la Chambre, médecin de Monseigneur le Chancelier
A Paris : Chez Pierre Rocolet, 1648.

 
Nombre de pages : 528            1-528
[sans numérotation] [Plat]
[sans numérotation] [Contreplat]
[sans numérotation] [Page de titre]
[sans numérotation] A Monsieur Seguier, Chancelier de France
1 Avant-propos
30 Errata
[sans numérotation] Table des chapitres
[sans numérotation] Extraict du Priuilege du Roy
1 Que l'imagination forme les images des choses; et que c'est là en quoy consiste la premiere connoissance. Premiere partie
12 Que la perfection des choses est commencée dans celles qui leur sont inferieures. Chapitre I
21 Que la connoissance est une action & une production d'images. Chapitre II
26 Les especes sensibles n'entrent point dans la memoire
29 Les images que forme l'imagination, sont differentes de celles qui partent des objets comme celles de l'entendement
31 L'imagination represente non seulement les accidens, mais encore leur sujet
34 L'imagination represente les choses toutes entieres
38 La nature de l'imagination est toute representatiue
57 Que l'imagination peut unir ou diuiser les images qu'elle a formees: en quoy consiste le iugement. Deuxiesme partie
60 Que l'imagination fait des propositions affirmatiues. Chapitre I
63 D'ù vient la confusion des pensées dans les songes & dans les maladies
65 L'imagination peut adiouster un Est, & un Non-est aux termes qu'elle joint
68 L'imagination peut adiouster des images à celles de son objet
71 Que l'imagination peut faire des propositions negatiues. Chapitre II
73 Comment la negation peut estre representée par l'imagination
77 Comment les bestes iugent des choses
85 Que l'imagination peut unir plusieurs propositions. Et en faire des raisonnemens. Troisiesme partie
103 Examen des raisons que M. C. à apportées contre le syllogisme que nous auons mis pour exemple du raisonnement des bestes. Chapitre I
107 Qu'il y a quelque chose dans la conclusion de ce syllogisme qui n'est pas dans les antecedens
112 Qu'on peut raisonner en un moment
124 Pour conclure il n'est pas necessaire de sçauoir la connexion generale des termes
128 Que la douceur ne peut exciter l'appetit, que l'imagination ne l'ait iugée bonne
133 Examen des obiections que M. C. a faites contre la premiere de nos experiences. Chapitre II
136 En quoy consiste le raisonnement & quelle est l'action que fait l'ame en raisonnant
145 Examen de ce que M. C. a dit contre la seconde experience que nous auons proposée touchant les ruses des bestes. Chapitre III
148 Examen de ce que M. C. a dit contre nostre troisiesme experience, tirée de la coustume & de l'instruction des bestes. Chapitre IV
150 Les bestes esperent les choses à venir
153 Les bestes craignent le mal à venir
154 Comment on a peur des objets presens
158 Comment les dangers passez troublent l'ame
164 Comment les bestes connoissent les differences du temps
167 L'imagination peut connoistre le temps passé
173 L'imagination peut connoistre le temps à venir
179 Le temps est entre les objets sensibles
181 Que l'imagination a des images dont les sens ne luy donnent aucune connoissance
183 Comment la connoissance du temps est reseruée à l'entendement
189 A sçauoir si sans raisonnement les images de la memoire esemeuuent l'imagination comme si les objects estoient presens
197 De la coustume, & qu'on ne peut l'acquerir sans la raison
201 A sçauoir si la memoire est necessaire à toutes sortes d'habitudes
204 Sçauoir si l'on peut s'accoutumer à quelques choses sans raisonner
211 Examen des objections de M. C. contre nostre derniere preuue du raisonnement des bestes. Chapitre V
223 A sçauoir si les animaux doutent
234 Il ne s'ensuit pas que les bestes deliberent parce qu'elles doutent
239 Responces aux obiections que l'on fait contre la raison des bestes. Quatriesme partie. Obiection premiere. De la difference qu'il y a de l'entendement & l'imagination. Chapitre I
242 La premiere difference qu'il y a entre l'entendement & l'imagination
252 La 2. difference qu'il y a entre l'entendement & l'imagination
258 La raison en general n'est pas la difference specifique de l'homme
263 Si les connoissances generales sont plus confuses que les particulieres
275 Obiection II. De la deliberation qui accompagne le raisonnement. Chapitre II
283 Si on peut deliberer quand il n'ya qu'un moyen
291 Si le raisonnement n'est que pour s'esclaircir des choses douteuses
299 Qu'on ne peut appliquer les moyens à la fin sans raisonnement
303 Les bestes connoissent la fin & les moyens
323 Obiection III. Du langage des bestes. Chapitre III
338 Les bestes se communiquent les pensées
340 La parole est une voix articulée
344 En quoy consiste l'articulation de la voix
357 Que la voix des bestes se fait auec dessein & intention d'exprimer leurs pensées
368 Si les muets parlent, & comment
377 Puisque les bestes parlent il faut qu'elles raisonnent
382 Les bestes qui accourent au cry des autres, connoissent que c'est un moyen pour les appeller
1 Quelle est la connoissance des bestes, et iusques où elle peut aller
[sans numérotation] [Contreplat]
[sans numérotation] [Plat]
Nombre de pages : 528            1-528