L. 570.  >
À Charles Spon, le 27 juin 1659

Monsieur, [a][1]

Je ressemble aux femmes grosses qui s’ennuient d’impatience d’arriver au temps de leur accouchement et de leur délivrance : ainsi, je désire fort ce beau temps qui nous donnera permission de dire les bonnes nouvelles que le roi [2] et la paix [3] nous promettent et nous font espérer. Il y a ici un grand bruit qui n’est pas sans scandale : un cordelier natif de Tours, [4][5] nommé Cottereau, [6] prêt de passer docteur en Sorbonne, [7] s’est fait huguenot ; [8] on l’a cherché et on ne l’a point pu trouver. On a défendu aux huguenots de le recevoir, ils tâcheront de ne point perdre un prosélyte de ce plumage, ils l’enverront à Sedan [9] ou à Genève. Il y a bien des Tourangeaux qui n’ont l’esprit qu’à fleur de tête, M. Naudé [10] disait qu’il faut demeurer comme l’on est. Ces moines [11] ont de mauvaises heures : ils sont souvent fort empêchés du marché qu’ils ont fait ; ils sont obsédés de plusieurs démons que l’eau bénite ne chasse pas toujours ; il y a quelquefois de l’ambition, de la mélancolie, [12] de l’amour. Je crois que le démon du P. Cottereau n’est que de chair, il se trouvera quelque belle huguenote qui lui secouera la cordelière [1][13] et chassera son diable, comme la bonne femme Alibec de Boccace [14] chassa subitement et agréablement le diable de l’ermite. [2] Ne montrez pas tout ceci à mademoiselle votre femme, de peur qu’elle n’ait mauvaise opinion de moi. Je considère le mal qui se fait dans le monde et tout ce qui arrive chaque jour sans m’en guère embarrasser, c’est affaire aux sages de baisser la tête et de prendre du bon biais tant de bizarres événements. Je me recommande à vos bonnes grâces et suis de toute mon âme, Monsieur, votre, etc.

De Paris, ce 27e de juin 1659.


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Charles Spon à Guy Patin, le 27 juin 1659.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0570
(Consulté le 19.10.2019)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.