L. latine 32.  >
À Moritz Hoffmann, le 5 mars 1655

[Ms BIU Santé no 2007, fo 51 vo | LAT | IMG]

À M. M. Hoffmann, docteur en médecine et professeur à Altdorf,
le 5e de mars 1655.

Très distingué Monsieur, [a][1]

Je vous remercie beaucoup pour votre singulière bienveillance à mon égard, vous dont je fais grand cas, tant pour votre érudition hors du commun que pour notre communauté de profession ; et même parce que, par votre propre nom de famille, vous m’avez fait revivre le souvenir de M. Caspar Hofmann, [2] jadis excellent homme et notre ami, que j’ai honoré comme une très grande étoile, et honorerai toujours. J’ai reçu votre thèse de Motu spiritus animalis, je n’ai pas encore pu la lire, [1][3]


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Moritz Hoffmann à Guy Patin, le 5 mars 1655.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1065
(Consulté le 10.05.2021)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.