L. latine 329.  >
À Thomas Bartholin, le 10 décembre 1664

[Ms BIU Santé 2007, fo 181 ro | LAT | IMG]

À Thomas Bartholin, docteur en médecine, à Copenhague.

Très distingué Monsieur, [a][1]

Par votre résident, M. Marcus Giöe, [1][2] j’ai enfin reçu le paquet que vous m’aviez destiné. Je vous remercie aussi fort que je puis pour toutes les excellentes choses qu’il contenait ; je n’y ai trouvé aucune lettre, mais peu importe, pourvu que vous viviez et vous portiez bien, et Dieu fasse que ce soit pour de nombreuses années. Nous n’avons ici rien de neuf en médecine, hormis le livre de Fienus, médecin de Louvain, de Signis medicis[3][4] On apprête à Lyon une nouvelle édition des Opera omnia de Sennert, [5] afin que les livres d’un si grand homme, si heureusement et soigneusement rédigés, se répandent et distribuent dans le monde entier, pour glorifier éternellement l’Allemagne. Mais dites-moi, je vous prie, n’avez-vous pas reçu il y a un an notre Hollierus in‑fo ? [2][6] Je vous salue, vous et tous les vôtres, ainsi que le très distingué M. Simon Pauli. [7] Portez-vous bien et aimez-moi.

De Paris, le 10e de décembre 1664.

Vôtre de tout cœur, G.P.


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Thomas Bartholin à Guy Patin, le 10 décembre 1664.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1362
(Consulté le 28.01.2021)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.