L. latine 367.  >
À Werner Rolfinck, le 28 août 1665

[Ms BIU Santé 2007, fo 195 ro | LAT | IMG]

Au très distingué M. Rolfinck, à Iéna.

Très distingué Monsieur, [a][1]

J’aime et admire M. Meibomius, [2] qui est un savant jeune homme. À de nombreux égards, il est digne d’être aimé par tous les honnêtes gens. Il est fils d’un homme fort érudit, [3] comme il est lui-même. Je l’ai fort bien connu de nombreux mois à Paris. [1] J’y ai plus de deux cents auditeurs au Collège royal[4] Dieu fasse que je puisse être un jour l’un des vôtres : je puiserais alors en abondance à une si riche source et en tirerais de profondes coupes pleines de solide science. J’ai en mains l’Hortus regius Parisiensis ; [5][6] le mois prochain, je vous en enverrai un exemplaire avec d’autres livres que j’ai préparés pour vous. [2] Portez-vous bien, très distingué Monsieur, et continuez de nous aimer.

De Paris, le 28e d’août 1665.

Vôtre en toute sincérité, Guy Patin.


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Werner Rolfinck à Guy Patin, le 28 août 1665.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1400
(Consulté le 08.04.2020)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.