L. latine 377.  >
À Sebastian Scheffer, le 28 octobre 1665

[Ms BIU Santé 2007, fo 198 vo | LAT | IMG]

Au très distingué M. Sebastian Scheffer, docteur en médecine à Francfort. [a][1]

Un Allemand, du nom de Martinus Praungard, votre apparenté, est récemment venu me voir ; trois mois avant, un gentilhomme d’Aquitaine, militaire appelé M. de Rissan, m’avait déjà favorablement parlé de lui. Je vous promets que, s’il s’en offre quelque occasion, je prendrai soin de le servir, en votre nom, chaque fois qu’il aura besoin de mon aide ou de mon argent. [1] Quand vous voudrez bien m’écrire, n’omettez pas, je vous prie, de me faire savoir ce que vous avez décidé chez vous, avec vos libraires, pour mes trois manuscrits du très distingué Hofmann [2] et pour ce que je vous ai naguère envoyé d’autre par l’entremise de Sebastian Switzer. [2][3][4] J’ignore si le fils de votre collègue M. Horst [5][6] est revenu en votre ville. Peut-être n’a-t-il pas eu tort ni failli en quoi que ce fût quand il a décidé de quitter la France, car il était très souvent fatigué et n’était guère assidu à mes leçons, [7] ce qui fait qu’il est parti d’ici moins savant qu’il eût dû. Je lui souhaite de poursuivre plus heureusement ailleurs et de progresser grandement dans l’étude de la médecine. [3] Je salue votre épouse. [8] Portez-vous bien, très distingué Monsieur, et aimez-moi.

De Paris, le 28e d’octobre 1665.

Vôtre de tout cœur, Guy Patin.


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Sebastian Scheffer à Guy Patin, le 28 octobre 1665.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1410
(Consulté le 22.01.2020)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.