L. 1034.  >
À Madame Anne Christine, le 19 mars 1666

À Mme Anne Christine, chez Mme la comtesse de Sehested, [1] à Copenhague.

Madame Anne Christine, [a][2]

Ce petit mot n’est que pour vous faire connaître que je n’ai pas oublié votre nom, et pour vous remercier de la continuation de votre bonne affection que m’avez ici portée, et que j’apprends que vous me portez encore ; ce qui me réjouit fort, en tant que je reconnais par là, et par les recommandations que m’avez faites, par deux hommes de chez M. l’ambassadeur, [3] que ni le temps ni la distance des lieux n’ont pas effacé de votre esprit la mémoire d’un peu d’amitié que vous avez eue pour moi, et devant et après votre maladie. C’est de quoi je vous remercie, et vous prie de me conserver cette belle amitié qui est si franche, si pure et si louable. Je vous prie aussi de faire mes très humbles recommandations à Madame l’ambassadrice et à Mademoiselle sa fille ; [4] et ensuite aussi à votre bonne mère, [1] à la charge que vous la baiserez à cause de moi, et elle aussi, vous, à cause de moi et au nom d’un peu d’amitié qu’aviez ici pour moi l’an 1663. Adieu Madame Anne Christine, je vous prie de m’aimer toujours un peu et de croire que je serai toute ma vie, [2][5]

De Paris, ce 19e de mars 1666.


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Madame Anne Christine à Guy Patin, le 19 mars 1666.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1428
(Consulté le 18.01.2020)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.