L. latine 400.  >
À Werner Rolfinck, le 27 avril 1666

[Ms BIU Santé 2007, fo 207 vo | LAT | IMG]

Au très distingué M. Werner Rolfinck, à Iéna. [a][1]

Un ami qui rentre dans sa patrie, qui est votre pays, m’en ayant donné l’occasion, je vous écris ces quelques lignes pour vous faire savoir que, par une singulière faveur de Dieu tout-puissant, je vis et me porte bien. Je me réjouis profondément et vivement que vous ayez enfin reçu ce que je vous ai envoyé, et que cela vous ait fait plaisir. [1] Si vous désirez autre chose venant de notre ville, ou même de n’importe où France, écrivez et indiquez-moi ce dont vous avez besoin ; nous pourrons compter sur M. Volckamer. [2] Je salue M. Schenck, votre collègue. [3] Portez-vous bien, très éminent Monsieur, et aimez-moi.

De Paris, le 27e d’avril 1666.

Vôtre de tout cœur, Guy Patin.


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Werner Rolfinck à Guy Patin, le 27 avril 1666.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1434
(Consulté le 27.05.2020)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.