L. latine 405.  >
À Johann Georg Volckamer, le 26 août 1666

[Ms BIU Santé 2007, fo 209 ro | LAT | IMG]

Au très distingué Johann Georg Volckamer, à Nuremberg.

Très distingué Monsieur, [a][1]

Je vous ai déjà écrit pour vous remercier des livres que vous m’avez envoyés ; [1] je reprends pourtant la plume et vous en remercie de nouveau. Comment se portent nos amis, MM. Dilherr, [2] Richter, [3] Rolfinck, [4] Felwinger [5] et Johann Theodor Schenck ? [6] Je voudrais avoir ce que ce dernier a écrit de sero, de plantis, etc., s’il s’y trouve des nouveautés. [2] Anglais et Hollandais sont toujours d’opinions divergentes ; [7] on dit pourtant que l’hiver prochain, tous autant qu’ils sont traiteront d’une paix amicale, par l’intermédiaire et l’arbitrage de l’électeur de Brandebourg [8] et du roi de Suède, [9] dont je soigne ici l’ambassadeur, qui est le comte de Königsmarck. [3][10][11] On parle ici d’une maladie très grave et presque mortelle du pape à Rome, [12] mais nous ferons facilement le sacrifice de ce pontife, uno enim vi fatorum avulso non deficit alter[4][13] Nous n’avons ici rien de nouveau en librairie : on prépare seulement la parution prochaine de quelques ouvrages de divers historiens, portant principalement sur ce qui s’est passé en France depuis environ 70 ans ; la nouvelle édition des Opera omnia D. Sennerti vient de paraître à Lyon. [5][14] Portez-vous bien, très distingué Monsieur, et aimez-moi.

De Paris, le 26e d’août 1666.

Vôtre de tout cœur, Guy Patin.


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Johann Georg Volckamer à Guy Patin, le 26 août 1666.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1439
(Consulté le 15.10.2019)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.