L. 306.  >
À Charles Spon, le 16 février 1653

Monsieur, [a][1]

Le présent porteur que je vous adresse est un honnête homme nommé M. Érasme Bartholin, [2] fils de Gaspard [3] et frère de Thomas [4] qui ont écrit de l’anatomie[1] Il est mon bon ami, je vous le recommande, et vous prie de le servir et obliger, tum proprio nomine, tum meo[2] s’il a quelque besoin de votre secours en quelque façon. Il a désiré d’avoir l’honneur de vous voir et de vous saluer après m’avoir ouï parler de vous et de votre mérite ; et je pense aussi d’une autre part, si bene te novi[3] que vous ne serez pas marri de le connaître : il est fort savant et fort sage. Je ne vous dirai autre chose pour le présent, celle-ci est extraordinaire, d’autant que je ne puis savoir quand vous la recevrez. Aimez-moi, s’il vous plaît, toujours et croyez que je serai toute ma vie, Monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur,

Guy Patin.

De Paris, ce 16e de février 1653.


1.

Caspar i Bartholin (Berthelsen, Malmö 1585-Soroe, île de Seeland 1629) avait été titulaire d’une chaire de philosophie à Bâle (1607) puis d’anatomie à Naples (1609) et de grec à Montpellier (1610), avant d’être reçu docteur en médecine à Bâle (1610). En 1611, il enseigna l’éloquence à Copenhague avant d’y occuper la chaire d’anatomie (1613) puis, après une maladie, celle de théologie (1624). Parmi plusieurs ouvrages de médecine, de théologie et de philosophie, il est l’auteur des Anatomicæ institutiones corporis humani, utriusque sexus historiam et declarationem exhibentes, cum plurimis novis observationibus, opinionibus, necnon illustriorum, quæ in anthropologia occurrunt, controversiarum decisionibus [Institutions antomiques du corps humain, montrant l’histoire et la représentation de l’un et l’autre sexe, avec de nombreuses observations et opinions nouvelles, sans omettre les résolutions de controverses célèbres qui ont cours en anthropologie] qui parurent pour la première fois à Wittemberg en 1611, in‑8o. Thomas Bartholin, deuxième fils de Caspar i, reprit et développa avec brio et grand succès les Institutiones anatomicæ de son père.

V. notes [17], lettre 236, pour Érasme Bartholin, le benjamin de Thomas, et [2], lettre latine 11, pour Jacobus Caspar, son frère aîné.

2.

« tant par égard pour lui que pour moi ».

3.

« si j’ai bien appris à vous connaître ».

a.

Ms BnF Baluze no 148, fo 61, « À Monsieur/ Monsieur Spon,/ Docteur en médecine,/ À Lyon » ; Jestaz no 86 (tome ii, page 1033). Note de Charles Spon au revers : « 1653/ Paris 16 févr./ Lyon 10 mars./ Rispost./ Adi 1 April. »


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Charles Spon à Guy Patin, le 16 février 1653.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0306
(Consulté le 22.01.2020)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.