L. 682.  >
À André Falconet, le 15 mars 1661

Monsieur, [a][1]

L’évêque d’Évreux [2] est mort ici asthmatique [3] avec le vin émétique [4][5] de Guénault [6] et des Fougerais. [7] Le jour avant sa mort, comme on le saignait de peur qu’il n’étouffât, [8] il sortit avec le sang un ver [9] gros comme une plume et long d’un quartier. [1] Le cardinal Mazarin [10] a touché avant que de mourir 500 000 livres d’argent comptant pour la charge de chancelier de la reine, qu’il a vendue à M. de Fieubet, [11] maître des requêtes[2] De plus, il s’est fait payer de ses gages pour l’an 1661 des places et gouvernements qu’il avait, et a demandé à M. Tubeuf [12] une somme de 26 francs qu’il lui devait de reste d’un certain jour qu’ils avaient joué ensemble, n’était-ce pas être bon ménager ? On dit qu’il n’a rien fait en mourant que ce qu’il avait fait durant sa vie. Il pria M. Joly, [13] curé de Saint-Nicolas, [14] de lui parler de Dieu jusqu’au dernier soupir de sa vie, et que pour lui témoigner qu’il l’entendait, il promit de lui serrer la main : c’est un métier qu’il a toujours fait et qu’il a fort exercé à son profit. [3] Le roi [15] a défendu dans le Louvre que personne n’eût à dire du mal de Mazarin. Il n’en faut donc point parler, ni en mal, de peur de déplaire au roi, ni en bien, de peur de mentir. On commence à débiter ici des épitaphes contre lui. Quand il y en aura quelques bons, nous vous en ferons part ; ils ne se disent encore qu’à l’oreille. Je suis, etc.

De Paris, ce 15e de mars 1661.


1.

Le quartier valait un quart d’aune, soit environ 30 cm, et le tuyau d’une plume a un diamètre de quelque 5 mm. Il est inconcevable qu’un parasite (helminthe) de telle taille séjourne dans les vaisseaux sanguins. Il s’agissait probablement d’un artefact lié à la coagulation du sang dans la palette. L’infortuné évêque d’Évreux, Gilles Boutaut (v. note [17], lettre 678), était mort le 11 mars.

2.

V. note [5], lettre 640, pour Gaspard ii de Fieubet et le prix variable de sa nouvelle charge de chancelier de la reine Marie-Thérèse. Il allait bientôt avoir en vue celle de procureur général, vendue par Nicolas Fouquet (v. note [10], lettre 706).

3.

« On dit serrer la main à quelqu’un pour dire lui donner un témoignage d’amitié » (Furetière).

a.

Du Four (édition princeps, 1683), no c (pages 309‑310) ; Bulderen, no ccxxliii (tome ii, pages 229‑230) ; Reveillé-Parise, no dlxx (tome iii, pages 343‑344).


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de André Falconet à Guy Patin, le 15 mars 1661.
Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0682
(Consulté le 30.01.2023)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.