L. latine 71.  >
À Johannes Antonides Vander Linden, le 26 janvier 1657

[Ms BIU Santé 2007, fo 50 vo | LAT | IMG]

Au très distingué M. Johannes Antonides Vander Linden, docteur en médecine à Leyde.

Très distingué Monsieur, [a][1]

Par manque de temps et sans la liberté de faire mieux, je vous écris ces quelques lignes. Sachez que, de la propre main du fils de votre marchand, Vincent van Doeswerff, [2], j’ai reçu votre dernière à laquelle je vais répondre sur-le-champ, ainsi que trois paquets de livres dont je vous dirai d’abord un mot.

Je me mettrai bientôt en devoir de lire vos Selecta qui, j’espère, me rendront meilleur et plus savant. J’en ai remis votre quatrième exemplaire à mon Carolus, qui est déjà parvenu à la page 36 ; il ne veut pas faire autre chose tant qu’il ne l’aura pas entièrement dévoré de bout en bout. Il n’est pas surprenant que les jeunes bouillonnants se précipitent avidement sur cette tâche ; vous connaissez le défaut de cet âge et pardonnerez à un jeune homme très studieux de 22 ans. Robert a aussi son exemplaire, mais il remet à plus tard le profit de sa lecture. Je vous remercie beaucoup pour ces trois exemplaires joliment reliés, [1][3][4][5] et Dieu veuille que je puisse un jour vous témoigner ma reconnaissance en retour, ce que je ferai très volontiers chaque fois que l’occasion s’en présentera. Je n’ai pas encore offert le quatrième exemplaire destiné à M. Riolan, notre ancien, bien que je le voie tous les jours, car il se porte très mal en raison d’une dysurie avec hématurie ; [6][7] je le lui remettrai dès qu’il ira mieux pour, d’un seul et même coup, pouvoir obtenir son Celse manuscrit ; [2][8] au moins essaierai-je, et je pense que c’est ainsi qu’il faut s’y prendre avec lui dans cette affaire. Nicolas de Nancel est mort en Touraine il y a 50 ans, je n’ai jamais entendu parler de son travail sur Cælius. [3][9][10] J’ignore dans quelles mains ses livres seront tombés et il n’est pas aisé de le savoir. Pour Monsieur votre fils, [11] je ferai de tout cœur ce que vous aurez désiré, chaque fois que vous voudrez l’envoyer à Paris. Il y verra tant qu’il voudra ces grandes opérations de chirurgie qu’on pratique rarement ailleurs, [12] en particulier la section de vessie, [13] car j’ai pour ami M. Jamot, chirurgien en chef à l’hôpital de la Charité, dans le faubourg Saint-Germain, [4][14][15] où plus de trois cents calculeux subissent cette section chaque année ; les autres chirurgiens communs ne pratiquent pas une si grande opération.

La seconde partie des Epistolæ de Claude Saumaise ne roule-t-elle pas sous la presse ? [5][16] Le moment venu, omnem movebo lapidem pour arracher plus qu’obtenir de M. Riolan son Celse manuscrit ; [6] mais en attendant, je vous ferai souvenir de sa part (pour que vous sachiez qu’il pense à votre Celse) que M. Chifflet, très savant archiatre, a en sa possession un Celse fort bien corrigé qui appartint jadis à M. Chifflet, son père, médecin de Besançon, dont l’illustre [Ms BIU Santé 2007, fo 51 ro | LAT | IMG] Jacques Cujas, homme très éminent qu’on n’a jamais suffisamment loué, lui avait fait cadeau. [17][18][19] M. Chifflet le montra jadis à M. Riolan, quand il avait accompagné la reine mère en exil à Bruxelles, il y a 20 ans. [20] Je ne doute pas que vous connaissiez ce Chifflet, c’est un personnage fort éminent et de grande considération chez les princes autrichiens, qui a écrit deux élégants opuscules contre une certaine poudre barbare, ou du moins péruvienne, à laquelle certains vagabonds qu’on ne connaît que trop (il s’agissait des jésuites, espèce d’hommes fort âpres au gain) s’étaient efforcés de procurer une bonne réputation contre la fièvre quarte. [7][21][22][23] Mais cette poudre s’est entièrement dissipée en fumée et sa bonne réputation tout à fait évanouie, en faisant même grincer les dents des marchands, pour ne pas dire des imposteurs, et des mendiants roués et adroits qui la colportaient ; et ce autant par l’opération et le bienfait des opuscules de M. Chifflet, qu’on a ici pleinement approuvés, que par le soin et le zèle d’excellents hommes et de très sages médecins, qui haïssent toutes les fraudes et ne peuvent supporter aucune imposture en notre art, et même se détournent, pire que d’un chien ou d’un serpent, de tels vauriens, que travaille sottement la soif des sous à gripper. Notre Riolan souhaite aussi vous faire souvenir que Janus Cornarius a porté grande attention à Celse ; c’est un homme très savant, pour ses Commentaria ou Emblemata sur Dioscoride ; [8][24][25] je vous les offre si vous ne les avez pas, et vous les enverrai sans tarder si vous voulez. Saluez, s’il vous plaît, notre ami M. Utenbogard de ma part, et faites-lui savoir que j’ai reçu son paquet, dont je le remercierai tantôt. [26] Je salue aussi tous vos très sages collègues, mais vous tout le premier, très distingué Monsieur, que Dieu veuille nous conserver de nombreuses années. Portez-vous donc bien et continuez de m’aimer comme vous faites, moi qui suis, plus qu’en toute franchise, pour tant de vos faveurs vraiment dorées, votre très sincère et très dévoué,

Guy Patin.

Ce vendredi 26e de janvier 1657.


1.

V. note [29], lettre 338, pour les « Morceaux choisis » médicaux de Johannes Antonides Vander Linden (Leyde, 1656), qui en avait destiné quatre exemplaires à Guy Patin, son fils Robert, Jean ii Riolan et René Moreau ; mais Moreau étant mort, Patin avait proposé d’en faire cadeau à Charles Patin (v. lettre latine du 3 novembre 1656). Les Patin en avaient donc eu trois.

2.

V. note [1], lettre latine 50, pour le Celse que Jean ii Riolan répugnait à prêter (qui n’était pas manuscrit mais couvert d’annotations manuscrites, dont celles de Jules-César Scaliger).

3.

Nicolas de Nancel a commenté Celse (v. note [10], lettre 488), mais n’a pas laissé de livre se rapportant à Cælius Aurelianus, médecin latin du ve s., natif de Sicca (Tunisie), qui appartenait à l’école (secte) méthodique et s’attacha principalement à traduire en latin les œuvres grecques de Soranos d’Éphèse.

4.

Bâti en 1613 pour les frères de Saint-Jean-de-Dieu, l’hôpital parisien de La Charité se trouvait à l’angle actuel de la rue des Saints-Pères et du boulevard Saint-Germain. Détruit en 1935, il a cédé la place à la Faculté de médecine dite des Saints-Pères. Il n’en subsiste que la chapelle (désormais vouée au culte orthodoxe) et ses annexes, ainsi qu’un petit amphithéâtre, où René Laennec enseigna au début du xixe s., et qui est dévolu à sa mémoire.

V. note [18], lettre 455, pour le chirurgien Gervais Jamot qui y opérait.

5.

V. note [4], lettre 487, pour la mort d’Antoine Clément, leur éditeur, qui empêcha la publication du second tome des « Épîtres » latines de Claude i Saumaise.

6.

« je retournerai chaque pierre », v. note [8], lettre 213.

7.

Les « princes autrichiens » étaient les Habsbourg d’Espagne dont le royaume incluait la Franche-Comté et les Pays-Bas espagnols (Belgique) ; Jean-Jacques Chifflet exerçait la médecine à Bruxelles après avoir vécu à Besançon où était établi son père, Jean (v. note [18], lettre 104).

V. notes [9], lettre 309, pour la Pulvis febrifugus orbis Americani… [La Poudre fébrifuge d’Amérique (quinquina)…] de Jean-Jacques Chifflet (sans lieu, 1653, et Lyon, 1654), et [10], lettre 399, pour sa réimpression à Rome en 1655, avec la critique qu’y avait opposée le P. Honoré Fabri, s.j. Chifflet n’a donc pas écrit « deux élégants opuscules » contre le quinquina, mais un seul qui a été imprimé trois fois.

8.

Pedacii Dioscoridæ Anazarbensis de Materia medica libri v. Iano Cornario Medico Physico interprete. Eiusdem Iani Cornarii Emblemata, singulis capitibus adiecta. Dioscoridæ de Bestiis venenum eiaculantibus, et letalibus medicamentis libri ii. Eodem Cornario interprete. Eiusdem Iani Cornarii, in eosdem libros, Expositionum libri ii. Adiunctis in fine tribus tabulis locupletissimis, quibus omnia quæ tot tractantur opere, indicantur [Cinq livres de la Matière médicale de Pedanius Dioscoride d’Anazarbe (v. note [7], lettre 103), dans la traduction de Janus Cornarius (v. note [35], lettre 406), médecin et naturaliste. Emblèmes du même Janus Cornarius ajoutés à chacun des chapitres. Deux livres de Dioscoride sur les bêtes sauvages qui projettent du venin et sur les médicaments mortels, dans la traduction du même Cornarius. Deux livres d’explications du même Janus Cornarius sur les mêmes livres. Avec à la fin trois tables très riches qui révèlent les nombreuses choses dont traite cet ouvrage] (Bâle, Froben, 1557, in‑fo). Cornarius n’a rien publié de ses travaux sur les œuvres de Celse.

a.

Brouillon autographe d’une lettre que Guy Patin a écrite à Johannes Antonides Vander Linden, ms BIU Santé 2007, fos 50 vo‑51 ro.

s.

ms BIU Santé 2007, fo 50 vo.

Clariss. viro D. Io. Ant. Vander Linden, Doct. Med. Leidam.

Vir præstantissime,

Quoniam aliter non licet, 2 pauca ad
Te scribo, 1 per temporis angustias, ut scias me postremam tuam accepisse
propria manu filij Mercatoris vestratis, Vincentij à Doeswerff ; cui statim
sum responsurus : ut et fasciculos tres librorum, de quibus postea primùm dicam.

Ad Selectorum tuorum lectionem brevi me accingam, à quib. melior
et doctior fieri spero. Quartum Exemplar tuum tradidi Carolo meo,
qui jam ad 36. paginam pervenit, seq. aliud facturum negat, quin totum
et integrum devoraverit. Si juvenes in opere fervidi supra modum festi-
nent, mirum non est, ætatis vitium est agnosces, ac ignosces adoles-
centi studiosissimo, 22. annorum. Suum quoq. Robertus habet, ex
cujus lectione in posterum proficiet : et pro tribus illis exemplaribus ele-
ganter compactis summas Tibi gratias ago, utinam et aliquando possim
referre, quod libentissimè faciam quoties sese obtulerit occasio. Quartum
exemplar, Seniori nostro Riolano destinatum nondum obtuli, licet eum
quotidie videam : pessimè enim se habet ex dysuria et mictu cruento :
statim ubi convaluerit ei offeram, ut una et eadem manu MS. ejus
Corn. Celsum possim obtinere ; saltem tentabo, et cum eo sic ad
hanc rem agendum esse existimo. De Nancelij in Cælium labore nihil
unquam audivi : obijt ille in agro Turonensi ante annos 50. Ejus libri ad quem
devenerint nescio, nec scire facile est. De Pro Domino Filio tuo faciam
ex animo quod volueris, quotiescumq. voles eum huc mittere : majores
illas Operationes Chirurgicas quæ alibi rarò celebrantur, præsertim vesicæ
sectionem videbit quantum quoties volet : est enim mihi amicus D. Ianot,
summus rei Chirurgicæ præfectus in Hospitio Charitatis, in suburbio
S. Germani : ubi singulis annis plusquam trecenti calculosi sectionem
illam patiuntur : vulgares alij Chirurgi talem operationem non celebrant.

Curritne sub prælo pars altera Epistolarum Cl. Salmasij ? De Celso
tuo MS. à Riolano extorquendo magis quàm obtinendo, omnem movebo
lapidem suo tempore : interea v. ejus nomine Te monebo, (ut scias eum de Celso
tuo cogitare,) D. Chifflet, Archiatrum, eúmq. virum doctissimum, penes
se habere Corn. Celsum valde emendatum, qui olim fuit D. Chifflet,
Parentis ejus, Medici Vesontini, quem dono acceperat à Cl. Illustro, et

t.

ms BIU Santé 2007, fo 51 ro.

viro numquam satis laudato Iac. Cujacio : Ejusmodi Celsi exemplar
olim ostendit D. Chiffletius Riolano nostro, dum Bruxellis movaretur cum
Regina Matre, ante annos 20. Non dubito Te Chiffletium illum nosse ;
vir est clarissimus, et summæ dignitatis apud Austriacos principes : qui
elegantes duos libellos conscripsit adversus barbarum, aut saltem
Peruanum quendam pulverem, cui famam conciliare nitebantur
peregrinationes errones quidam nimis noti (erant illi Loyolitæ, hominum genus
lucri avidissimum) adversus quartanam. Sed pulvis ille totus in pulverem fumum
abijt, ejusq. fama penitus evanuit, etiam frendentibus ejus imposinsti-
toribus, ne dicam callidis et versutis impostoribus ac æruscatoribus,
tam opere ac beneficio libellorum D. Chiffletij, hîc admodum probatorum
quàm bonoptimorum virorum et sapientiss. Medicorum cura et studio, qui tales
fraudes omnes oderunt, et nullas in Arte nostra imposturas ferre possunt,
imò cane pejus et angue aversantur tales nebulones, tanta corra-
dendorum nummorum siti stultè laborantes. Te quoque monitum
cupit Riolanus noster, multa in Celsum observasse Ianum Corna-
rium, virum doctissimum, suis in Dioscoridem commentarijs sive emble-
matis, quem, si non habeas, Tibi offero, statim mittendum si volueris.
Amicum nostrum D. Utenbogardum, nomine meo si placet, saluta, et
fac ut intelligat, me fasciculum ejus accepisse, pro quo posthac gratias
agam. Sapientissimos viros omnes Collegas tuos etiam saluto : Te v.
imprimis V. Cl. quem Deus servet in multos annos. Vale igitur,
et me quod facis amare perge, 2 Tibi obstrictissimum atque addictissimum
1 plusquam ære et libra pro tot muneribus planè aureis

Guidonem Patinum.

Die Veneris, 26. Ianu. 1657.


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Johannes Antonides Vander Linden à Guy Patin, le 26 janvier 1657.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1104
(Consulté le 09.07.2020)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.