L. latine 216.  >
À Johann Georg Volckamer, le 26 octobre 1662

[Ms BIU Santé no 2007, fo 116 ro | LAT | IMG]

Au très distingué M. Johann Georg Volckamer, docteur en médecine à Nuremberg.

Très distingué Monsieur, [a][1]

Aujourd’hui je vous écris surtout pour vous faire savoir que je suis en vie et me porte bien, et que je vous suis entièrement dévoué et tout à fait attaché pour quantité de raisons. J’ai reçu hier matin de votre part, par M. Nicolas Picques, [2] votre splendide paquet qui a été arrêté en chemin pendant tant de mois. J’y ai trouvé votre petit billet où vous me promettez plus longue et meilleure lettre, et je souhaite fort qu’elle me parvienne ; mais en attendant, puissent les dieux vous être favorables et vous conserver. J’y ai aussi découvert les deux livres que j’avais envoyés au très distingué M. Rolfinck ; [3] plût au ciel qu’il les eût gardés par égard pour moi et qu’il eût voulu les tenir pour siens. [1] Je suis disposé à vous rembourser ce que vous avez dépensé pour le paquet : envoyez-m’en le compte quand vous voudrez. J’ai ici à vous expédier un grand livre excellemment relié, où il y a de nombreux portraits de rois, de reines, de nos princes et de leurs épouses, de quelques cardinaux et de quantité de nobles ; [2] mais il n’y en a aucun appartenant à la famille des savants ; j’en ai cependant réuni quelques-uns et les y joindrai. Je vous ferai parvenir ce livre par l’intermédiaire de notre ami Spon pour qu’il vous soit plus sûrement remis. [4] Je salue MM. les très distingués Felwinger, [5] Rolfinck, Conring, [6] et les autres qui voient nos affaires d’un bon œil ; mais vous, très distingué Monsieur, qui êtes si obligeant et si éminent parmi les meilleurs, continuez de nous aimer. Vive et vale et soyez-nous favorable.

De Paris, ce jeudi 26e d’octobre 1662.

Votre Guy Patin de tout cœur.

[Ms BIU Santé no 2007, fo 116 vo | LAT | IMG] Votre M. Felwinger semble avoir écrit bien des choses que je n’ai pas vues : je n’ai en effet de lui qu’un livre de Ratione ditescendi, un opuscule de Senatoribus et ses Dissertationes politicæ, in‑8o, de 1661. On loue cependant ses commentaires de Disputatione et de Tyrannide, et d’autres encore ; [3] s’ils sont en vente, je vous prie de me les acheter ; tout comme les ouvrages suivants d’autres auteurs qu’a loués le même Felwinger dans ses Dissertationes politicæ, tels que le Collegium politicum de Hensler, Obrecht in Secretis politicis, etc. [4][7][8]


1.

Werner Rolfinck avait dû rendre les deux livres que Guy Patin lui avait expédiés en 1657 (v. note [1], lettre latine 177) : l’Anatomie de Théophile Protospathaire (v. note [4], lettre latine 57) et les Épîtres amoureuses d’Aristénète (v. note [10], lettre 901). S’il s’agissait bien de ceux-là (car on n’a pas trace d’une autre paire d’ouvrages que Patin ait envoyée à Rolfinck), on ignore la raison de leur renvoi si tardif (manque d’intérêt, refus de payer ou quelque autre motif).

2.

V. note [5], lettre latine 157, pour ce recueil contenant les portraits d’illustres personnages français (Paris, vers 1661).

3.

V. note [5], lettre latine 195, pour le traité de Johann Paul Felwinger « sur la Manière de s’enrichir » (Francfort, 1652), son bref commentaire « sur les Sénateurs » (Altdorf, 1656) et ses « Dissertations politiques » (Nuremberg, 1661).

Les deux autres ouvrages cités ici sont :

  • Dissertatio politica de Tyrannide, quam secundis Divini Numinis auspiciis, sub Præsidio Dn. M. Johannis Pauli Felwinger, Pol. Met. et Log. P.P., Placidæ eruditorum censuræ subjicit Stephanus Jacobus Silberradt Norimberg… [Dissertation politique sur la Tyrannie, qu’avec l’aide de Dieu tout-puissant, Stephan Jakob Silberradt, natif de Nuremberg, a soumise au bienveillant jugement des savants, sous la présidence de M. Johann Paul Felwinger, premier professeur de politique, métaphysique et logique…] (Altdorf, Georg Hagen, 1653, in‑4o) ;

  • Joh. Pauli Felwingeri, Professoris Altdorphini, brevis commentatio de Disputatione, complectens totam methodum disputandi. Cum indice locupletissimo [Bref commentaire sur la Disputation, contenant une méthode complète pour débattre. Avec un très riche index] (Altdorf, Georg Hagen, 1659, in‑8o).

4.

Ces deux références sont :

  • Disputationes Collegii politico-juridici [Disputes du Collège politico-juridique], série de 15 thèses de droit présidées par Johann Hensler à l’université Rostock et publiées dans la même ville en 1614 (Joachim Pedan, in‑4o) ;

  • Fünff underschiedliche Secreta politica von Anstellung, Erhaltung, und Vermehrung guter Policey… [Cinq secrets politiques sur l’arbitrage de la bonne manière de gérer l’emploi, le bénéfice et l’intérêt…] (Strasbourg, Lazare Zetzner, 1644, in‑4o) de Georg Obrecht (1547-1612, avocat et professeur de droit à Strasbourg).

a.

Brouillon autographe d’une lettre que Guy Patin a écrite à Johann Georg Volckamer, ms BIU Santé no 2007, fo 116 ro et vo.

s.

Ms BIU Santé no 2007, fo 116 ro.

Cl. viro D. Io. Georgio Volcamero, Med. Doctoris, Noribergam.

Hodie potissimum scribo, Vir Cl. ut scias me vivere ac valere Tibi addictissimum,
et multis nominibus obstrictissimum. Heri mane accepi per D. Nic. Picques, tuum
illum fasciculum, eúmq. optimum, qui tamdiu et per tot menses hæsit in via.
In illo chartulam tuam deprehendi, per quam plura et meliora polliceris : et hoc
utinam contingat : interea v. Dij Tibi benefaciant ac servent. Duos illos libros
deprehendi etiam reperi, quod miseram ad Cl. virum D. Rolfinkium ; quos utinam beneficio meo
retinuisset, ac sibi habere voluisset. Impensarum à Te factarum pro fasciculo,
rationem habere paratus sum : eam mitte quum volueris. Hîc habeo librum magnum ^ optime compactum
Tibi mittendum, in quo multæ effigies habentur, Regum, Reginarum,
Principum nostrorum et uxorum, aliquot cardinalium, et multorum nobilium
virorum : sed nulli sunt ex genere eruditorum, quorum tamen aliquot effigies à me
colligentur, et ad Te mittentur : Librum iste ad Te mittam, per Sponium
nostrum, ut tutiùs Tibi reddatur. Cl. viros saluto, D.D. Felwingerum, Rol-
finkium, Conringium,
et alios si qui sint nobis faventes. Tu v. Vir Cl. inter
optimos præstantissime et beneficentissime, nos amare perge : vive, vale atq.
fave. Parisijs, die Iovis, 26. Oct. 1662. Tuus ex animo Guido Patin.

t.

Ms BIU Santé no 2007, fo 116 vo.

Vester D. Felwinger videtur multa scripsisse, quæ non vidi : ejus enim dum-
taxat habeo librum de ratione ditescendi, et libellum de Senatoribus ; ^ et Dissertationes Poli-/ticas. 8. 1661. Laudatur
tamen ejus liber Comm. de Disputatione : de Tyrannide, et alia, quæ si prostent, mihi
quæso emantur. Ut et quæ sequuntur, aliorum Authorum : quæ laudantur
ab eodem Felwingero, in suis Dissert. politicis : qualia sunt Hensler Colleg.
polit. Obrechtus in Secretis politicis, etc.


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Johann Georg Volckamer à Guy Patin, le 26 octobre 1662.
Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1249
(Consulté le 31.01.2023)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.