L. latine 226.  >
À Christiaen Utenbogard, le 6 janvier 1663

[Ms BIU Santé 2007, fo 122 ro | LAT | IMG]

Au très distingué M. Christiaen Utenbogard, à Utrecht. [a][1]

Je réponds brièvement à votre très plaisante lettre du 12e de décembre. J’ai écrit à Jan van Heurne, votre neveu, [2] et l’ai avisé que, pour s’acquitter de la médecine et de la pharmacopée, il s’en remette à l’avis de M. Louis Ferrant, docteur en médecine et mon grand ami ; [3] à qui j’ai donc aussi écrit pour qu’il arrange cette affaire et y mette un terme, ce qui est de première importance. Vous n’aurez pas à vous en inquiéter plus longtemps. Vous trouverez sous ce pli deux graines, l’une d’aconit et l’autre de sensitive de Malte. [1][4][5] D’autres curiosités se présenteront plus tard, que je vous enverrai : certains des nôtres se livrent de nouveau à l’étude de la botanique et j’obtiendrai facilement d’eux tout ce qu’ils auront de remarquable ; écrivez-moi donc ce que vous recherchez désormais. Je vous ai envoyé il y a peu une liste des livres et opuscules que je voudrais m’acheter à prix raisonnable ; et en voici d’autres qui suivent, pour lesquels je vous demande la même faveur. Vous verrez leurs titres dans l’indicule ci-joint, [2] je vous en rembourserai sans peine le prix. De tous ceux que vous aurez recueillis, vous ferez un paquet à m’envoyer par la voie que je vous désignerai et indiquerai le moment venu. Comment notre ami M. Marten Schoock se porte-t-il ? [6] Dois-je espérer qu’il nous envoie son fils ? [7] Je tiendrai mes promesses si telle est sa volonté. Son livre de Fermentatione n’est-il pas achevé, ainsi que la réédition de son livre de Cervisia ? [3][8] C’est un sujet sur lequel un autre a écrit, savoir M. Meibomius, médecin de Lübeck [Ms BIU Santé 2007, fo 122 vo | LAT | IMG] et très savant homme ; le même qui nous a donné une très docte étude in Jusjurandum Hippocratis[4][9][10][11] Ce Meibomius s’en est allé dans l’au-delà, mais il a laissé un fils très savant, que j’ai vu ici et dont on peut véritablement dire qu’il est docti patris docta proles : [5][12][13] l’an prochain, il sera professeur de médecine théorique à Helmstedt, en cette même Université où le très distingué Hermann Conring a jusqu’alors enseigné la médecine aux gages du duc de Brunswick et Lunebourg. [6][14][15][16] La petite fille de notre roi est ici morte en son 40e jour de vie. [17] Tout est encore incertain pour la guerre qui doit être menée en Italie au printemps prochain : ceux qui sont du parti du pape promettent une paix, en faveur de laquelle il n’y a rien d’établi, [7][18][19] tout comme pour l’affaire de Nicolas Fouquet, naguère notre surintendant des finances, [20] tant toutes ces choses sont obscures ; mais je m’arrête là et vous présente mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année. Portez-vous donc bien, très distingué Monsieur, et aimez-moi. Confiez la liste de livres ci-jointe à quelque libraire qui les cherchera et à qui j’en rembourserai le prix. [8]

De Paris, ce 6e de janvier 1663.

Votre Guy Patin de tout cœur.


s.

ms BIU Santé 2007, fo 122 ro.

Cl. viro D. Christ. Utenbogardo, Ultrajectum.

Suavissimæ tuæ 12. Dec. scriptæ breviter respondeo. Ad Io. Heurnium, nepotem tuum
scripsi, monuique ut in persolvendo Medico et pharmacopæo, utatur consilio D. Lud.
Ferrand
, Medicinæ Doctoris et amici mei singularis, ad quem ideo quoque scripsi, ut
rem ipsam componat, et ipsi negotio finem imponat, quod est exigui momenti : nec est
quod de ea re diutius angaris. Hîc invenies duo semina, unum Aconiti, alterum sensitivæ
Melitensis
 : et alia curiosa occurrent posthac, quæ ad Te mittam : hîc denuo excolitur
studium Botanicum à quibusdam è nostris, à quib. facilè obtinebo quidquid habe-
bunt eximium : idcirco scribe quid requiras in posterum. Antehac ad Te misi Indicem
quorundam librorum et libellorum, quos mihi honesto pretio vellem redimi : et alij ecce
sequuntur, pro quib. eamdem gratiam à Te postulo : Eorum nomina Tibi patebunt ex
Indiculo quem hîc reperies : et eorum pretium facilè refundam. Ex utrisq. collectis
fiet fasciculus, ad me mittendus per viam quam tunc temporis designabo et indicabo.
Quî se habet D. Mart. Schoockius, amicus noster ? quidvis ut sperem de ejus
filio ad nos mittendo ? stabo promissis si voluerit. Annon ad finem editionis
pervenit ejus liber de Fermentatione ? ut et altera editio libri sui de Cervisia ?
de qua [re] al[terum] scripsisse, nempe D. Meibomium, Medicum Lubecensem, virum


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Christiaen Utenbogard à Guy Patin, le 6 janvier 1663.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1259
(Consulté le 16.04.2021)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.