L. latine 261.  >
À Sebastian Scheffer, le 28 septembre 1663

[Ms BIU Santé no 2007, fo 157 ro | LAT | IMG]

Au très distingué M. Sebastian Scheffer, docteur en médecine à Francfort.

Très distingué Monsieur, [a][1]

Je vous ai récemment écrit en vous envoyant le portrait de M. René Moreau, [2] docteur en médecine de Paris et professeur royal ; je vous réécris pourtant à l’intention de votre graveur, pour que vous acceptiez deux autres portraits : [1] l’un est celui de Gabriel Naudé, [3] excellent homme de Paris, docteur en médecine de Padoue et bibliothécaire du cardinal Mazarin, [4] qui mourut en 1653 ; l’autre est celui de M. Jacques Mentel, docteur en médecine de Paris, qui vit encore, âgé de 64 ans. [5] Tous deux ont été de très doctes personnages : Gabriel Naudé a écrit beaucoup d’ouvrages, que possèdent et lisent les savants ; les érudits attendent de Jacques Mentel une nouvelle édition du Celse[6] avec des notes critiques et des commentaires variés tirés de divers manuscrits. [2] On parle ici des ravages que font les Turcs en Hongrie, et on dit que la très grande armée de ce tyran menace de ruine la famille d’Autriche, qui est à Vienne ; Dieu veuille écarter ce malheur et repousser cette engeance ottomane loin des États chrétiens et de notre voisinage. [3][7][8] Nicolas Fouquet, [9] jadis notre surintendant des finances, est toujours enfermé dans les prisons du roi. [10] Nous n’avons aucune nouvelle du pape [11] ni de la république des lettres. Je salue monsieur votre père, [12] ce vénérable vieillard, ainsi que MM. les très distingués < Johann > Peter Lotich [13] et Johann Daniel Horst. [14] Notre Hollierus n’est pas encore achevé. [4][15] Souvenez-vous de moi si des thèses de médecine ou d’autres disputations académiques vous tombent sous la main. [16] Vale, très distingué Monsieur, et continuez de m’aimer.

De Paris, le 28e de septembre 1663.

Vôtre de tout cœur, Guy Patin.


1.

Guy Patin n’a pas conservé le brouillon de cette lettre à Sebastian Scheffer, datée du 13 septembre ; il en a seulement gardé la trace dans le mémorandum qu’il a ajouté à la fin de celle du 7 septembre à Thomas Bartholin, mais le portrait qu’il y annonçait était celui de Jean ii Riolan, et non celui de René Moreau.

Ces gravures étaient destinées à enrichir la Bibliotheca chalcographica [Bibliothèque gravée] qu’on rééditait alors à Francfort et à Heidelberg chez Johann et Clemens Ammon (1652-1669, v. note [9], lettre latine 228), mais où aucun des deux ne figure.

2.

Mentionnée pour la première fois par Charles Spon dans sa lettre datée du 28 août 1657 (v. sa note [20]), cette édition de Celse par Jacques Mentel n’a jamais vu le jour.

3.

V. note [8], lettre latine 242, pour la guerre austro-turque (1663-1664) qui débutait.

4.

V. note [14], lettre 738, pour la réédition de Jacques Houllier (Hollierus) de Morbis internis [sur les Maladies internes] (Paris, 1664), dédiée à Guy Patin et préparée avec son aide.

a.

Brouillon autographe d’une lettre que Guy Patin a écrite à Sebastian Scheffer, ms BIU Santé no 2007, fo 157 ro.

s.

Ms BIU Santé no 2007, fo 157 ro.

Cl. Viro D. Sebastiano Scheffero, Med. Doctori, Francofurtum.

Nuper ad Te scripsi, Vir Cl. quum mitterem effigiem Mag.
Ren. Moreau,
Doct. Medici Paris. et Professoris regij : et tamen ecce ecce iterum
scribo, pro tuo Chalcographo, ut accipias novas alias duas efigies, nempe viri
optimi, Gabrielis Naudæi, Parisini, Doctoris Medici Patavini, et cardinalis
Mazarini Bibliothecarij : qui obijt anno 1653. Alter est Mag.
Iacobi Mentel, Doctoris Medici Parisiensis. Adhuc vivit, annos
natus 64. Uterque fuit vir doctissimus. Gabriel Naudæus
multa scripsit, quæ doctorum manibus tenuntur. A Iacobo Mentel
sperant viri eruditi novam Editionem Cornelij Celsi, cum Notis
eruditis criticis, et varijs lectionibus collectis ex varijs Codicibus, M.[S.]
Hîc agitur de furoribus Turcicis in Hungaria : diciturque Tyranni
istius exercitus valde copiosus perniciem minari damni familiæ Austriacæ,
quæ est Viennæ : quod omen Deus avertat, et longè repellat
istam gentem Ottomanicam à ditionibus Christianorum, et à
nostra vicinia. Nicolaus Fouquet, olim Ærarij præfectus, adhuc
in regio carcere asservatur. De Papa nihil habemus novi : ut neque
de re literaria. Venerandum Senem, Dominum Parentem tuum saluto,
ut et viros Cl. Petrum Lotichium et Io. Dan. Horstium. Hollerius noster ad
finem nondum pervenit. Memento mei si quæ Theses Medicæ Tibi
occurrant, et aut aliæ Disputationes Academicæ. Vale, Vir Cl. et
me amare perge. Parisijs, 28. Sept. 1663.

Tuus ex animo, Guido Patin.


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Sebastian Scheffer à Guy Patin, le 28 septembre 1663.
Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1294
(Consulté le 04.07.2022)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.