L. latine 455.  >
À Sebastian Scheffer, le 28 août 1668

[Ms BIU Santé no 2007, fo 224 vo | LAT | IMG]

Au très distingué M. Sebastian Scheffer, docteur en médecine, à Francfort.

Très distingué Monsieur, [a][1]

Contrairement à mon attente, les marchands de Francfort, qu’il s’agisse de MM. Mocquillon [2] et Öchs, [3] ou de Sebastian, [4] ne m’ont remis aucune lettre de vous ; mais je vous écris tout de même pour savoir comment vous vous portez, ainsi que toute votre famille. Par Sebastian, j’écris aussi à M. Horst, [5] qui vous remettra le livre in‑4o de feu notre ami Caspar Hofmann, [6] récemment publié à Lyon par mes soins ; [7] je vous prie de faire bon accueil à ce petit présent ; ce sera un particulier ornement de votre bibliothèque. [1] Je vous rappelle aussi de ne m’envoyer aucun livre, mais de tous les retenir chez vous tant que je ne vous aurai pas dit quoi en faire ; l’intermédiaire de M. Öchs vous permettra aisément de m’aviser de ce qu’est et d’où vient ce que vous avez à me faire parvenir. Tout va fort bien ici ; notre reine a heureusement accouché et se rétablit. [2][8][9][10] Saluez de tout cœur, je vous prie, MM. Lotich [11] et les deux Horst, [12] avec les autres personnes qui nous sont favorables, si vous en rencontrez. Je salue vos imprimeurs. Vale et aimez-moi.

De Paris, le 28e d’août 1668.

Tout à vous, G.P.


1.

Tout en restant modeste, Guy Patin ne cachait pas sa fierté d’avoir enfin mis au jour les Chrestomathies de Caspar Hofmann (intitulées Apologiæ pro Galeno libri tres… [Trois livres d’Apologie pour Galien…], Lyon, 1668, v. note [1], lettre 929).

Ses déboires avec le syndicat des libraires parisiens le plaçaient sous étroite surveillance, l’obligeant à superviser soigneusement le cheminement de tous les livres qu’on lui envoyait de l’étranger (v. note [1], lettre latine 436).

2.

V. note [4], lettre 932.

a.

Brouillon autographe d’une lettre que Guy Patin a écrite à Sebastian Scheffer, ms BIU Santé no 2007, fo 224 vo.

s.

Ms BIU Santé no 2007, fo 224 vo.

Cl. viro D. Seb. Scheffero, Med. Doctori, Francofurtum.

Quamvis à Te nullas literas acceperim, nec per D. Moquillon,
nec per Ochsium, nec per Sebast. vestrates mercatores, quod tamen à Te spe-
rabam, Vir Cl. nihilominus ad Te scribo, ut ex Te ipso resciam quî
valeas cum tua familia. Scribo ad D. Horstium per Sebast. à quo accipies
librum in 4. nuper typis mandatum, Amici olim nostri Casp. Hofmanni,
curas meas typis mandatum Lugduni ; rogo Te ut gratum habeas munus-
culum, quod si Bibliotheca collocaveris, singulare ejus erit ornamentum.
Te quoque moneo ut nihil librorum ad me mittas, sed eos apud Te retineas,
quousque scribam quid sit agendum : scribe tamen quid sit et ubinam sit quod
habes mihi destinatum : facilè scribes si volueris per D. Ochsium. Omnia sunt
hîc paratissima : Regina nostra feliciter peperit et convalescit. Salutes
velim ex animo D.D. Lotichium, 2 Horstium 1 utrumq. et alios nobis faventes, si qui
Tibi occurrant. ^ Typographos vestros/ saluto. Vale, et me ama. Parisijs, 28. Aug. 1668. Tuus totus, G.P.


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Sebastian Scheffer à Guy Patin, le 28 août 1668.
Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1487
(Consulté le 29.01.2023)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.