Autres écrits
Commentaires de la Faculté rédigés par le doyen Guy Patin (1650-1652) : 3d. Novembre 1651-novembre 1652, Comptes de la Faculté de médecine le 6 février 1653

[BIU Santé Comm. F.M.P., vol. xiii, fo 550 ro | LAT | IMG]

Compte des recettes tant ordinaires qu’extraordinaires perçues durant la seconde année du décanat de Maître Guy Patin, natif du Beauvaisis, du samedi 4e de novembre 1651 au 2e de novembre 1652 [1][2]

Rendu dans les Écoles hautes des médecins de Paris le jeudi sixième de février en l’an de grâce 1653.


Chapitre i : Revenus des rentes annuelles de la très salubre Faculté

Ai reçu :

Le total de cette page est de 245 ℔ et 5 s. [3]


Chapitre ii : Recettes ordinaires venant des barbiers chirurgiens [11]

Ai reçu :

Le total de cette page est de cent quatre-vingt-quinze ℔. [3] [BIU Santé Comm. F.M.P., vol. xiii, fo 551 ro | LAT | IMG]


Chapitre iii : Recettes ordinaires provenant des bacheliers, pour les honoraires des examinateurs [18] et les droits d’enregistrement de leurs thèses quodlibétaires [19]

Ai reçu :


Chapitre iv : Recettes ordinaires venant des mêmes bacheliers pour le jardin [25]

Ai reçu :

Le total de cette page est de cinquante-cinq livres. [3] [BIU Santé Comm. F.M.P., vol. xiii, fo 551 vo | LAT | IMG]

Chapitre v : Recettes ordinaires venant des mêmes bacheliers pour l’anatomie et pour des billets non enregistrés [7]

Ai reçu :


Chapitre vi : Recettes ordinaires venant des mêmes bacheliers lors des thèses cardinales, pour le jardin et l’enregistrement [26]

Ai reçu :


Chapitre vii : Recettes venant des licenciés pour leur acte de doctorat, pour la chapelle et pour les affaires de la Faculté [27][28]

Le total de cette page est de cent dix ℔. [3] [BIU Santé Comm. F.M.P., vol. xiii, fo 552 ro | LAT | IMG]

Ai reçu :


Chapitre viii : Recettes ordinaires venant des candidats au baccalauréat pour l’anatomie et pour les billets non enregistrés [7]

Ai reçu :


Chapitre ix : Recettes ordinaires venant des candidats au baccalauréat pour leur droit de bourses [11][38]

Ai reçu :


Chapitre x : Somme reçue des mêmes bacheliers pour la chapelle et les ornements de l’École, en lieu de sucre [12]

Ai reçu :


Chapitre xi : Recettes ordinaires venant des bacheliers licentiandes [6] pour leur droit de bourses [11]

Ai reçu :

Le total de cette page est de cent quatre-vingt-quinze livres. [3] [BIU Santé Comm. F.M.P., vol. xiii, fo 553 ro | LAT | IMG]


Chapitre xii : Recettes ordinaires venant des mêmes licentiandes pour amendes infligées

Ai reçu :


Chapitre xiii : Recettes ordinaires venant des mêmes licentiandes pour la chapelle et le droit d’offrande

Ai reçu :

Le total de cette page est de deux cent trente livres. [3] [BIU Santé Comm. F.M.P., vol. xiii, fo 553 vo | LAT | IMG]

Chapitre xiv : Recettes extraordinaires

Le total de cette page est de cinq cent vingt-cinq ℔ et quatre s. [3] [BIU Santé Comm. F.M.P., vol. xiii, fo 554 ro | LAT | IMG]


Appendice au chapitre vii : Recettes venant de deux licenciés pour leur acte de doctorat, pour la chapelle et pour les affaires de la Faculté

Page 552 ro, j’ai omis de dire que j’ai reçu : [17]


Le total de cette page est de six cent soixante ℔.

La somme totale des recettes contenue dans l’ensemble des pages précédentes est de deux mille sept cent dix-neuf livres neuf sols. [3] [BIU Santé Comm. F.M.P., vol. xiii, fo 554 vo | LAT | IMG]


Compte des dépenses tant ordinaires qu’extraordinaires acquittées durant la seconde année du décanat de Maître Guy Patin, natif du Beauvaisis, du 4e de novembre 1651 au 2e du même mois de 1652.


Chapitre i : Dépenses ordinaires

Le total de cette page est de dix-sept cent quarante ℔, 1 s. et 7 d. [3] [BIU Santé Comm. F.M.P., vol. xiii, fo 555 ro | LAT | IMG]

Chapitre ii : Autres dépenses ordinaires

Ai versé :

Le total de cette page est de cinq cent trente et une livres douze sols. [3] [BIU Santé Comm. F.M.P., vol. xiii, fo 555 vo | LAT | IMG]


Chapitre iii : Dépenses ordinaires pour les messes, les obsèques et les remboursements de frais

Le total de cette page est de quatre-vingt-dix-sept livres douze sols. [3] [BIU Santé Comm. F.M.P., vol. xiii, fo 556 vo | LAT | IMG]


Chapitre iv : Dépenses ordinaires pour les processions de Monsieur le recteur [55]

Ai versé :

Le total de cette page est de soixante-treize livres dix-sept sols. [3] [BIU Santé Comm. F.M.P., vol. xiii, fo 557 ro | LAT | IMG]


Chapitre v : Dépenses extraordinaires pour les affaires et négociations de l’Université

Ai versé :

Le total de cette page est de quatre-vingt-dix livres dix sols. [3] [BIU Santé Comm. F.M.P., vol. xiii, fo 557 vo | LAT | IMG]


Chapitre vi : Dépenses tant ordinaires qu’extraordinaires pour les nécessités de l’École

Ai versé :

Le total de cette page est de cent trente et une ℔ et 12 s. [3] [BIU Santé Comm. F.M.P., vol. xiii, fo 558 vo | LAT | IMG]

Le total de cette page est de cent quarante-deux livres. [3] [BIU Santé Comm. F.M.P., vol. xiii, fo 559 ro | LAT | IMG]

Le total de cette page est de quarante-deux livres. [3]

Le total des dépenses inscrites dans toutes ces pages est de trois mille quatre-vingt-dix-huit livres, neuf sols et six deniers.


Le total des recettes est de deux mille sept cent dix-neuf livres et neuf sols, mais avec un total des dépenses de trois mille quatre-vingt-dix-huit livres, neuf sols et six deniers, qui dépasse donc de trois cent soixante-dix-neuf livres et six deniers celle de recettes. [27]


La Faculté a décidé que soit acquittée à tous les docteurs la somme de trois livres et huit sols, argent comptant, que soit versé au très distingué Monsieur Guy Patin, qui a récemment achevé son décanat, un honoraire de deux cents livres tournois, et que les comptes, qu’il a précisément rendus en leur présence, soient validés ; et ainsi le doyen en a-t-il conclu, le 6e de février 1653,

P. Courtois
[28]


[BIU Santé Comm. F.M.P., vol. xiii, fo 559 vo | IMG]
[BIU Santé Comm. F.M.P., vol. xiii, fo 560 ro | IMG]

> Retour au sommaire des Commentaires de la Faculté de médecine de Paris


1.

Ici comme dans la suite de ce chapitre, l’italique noir est en français dans le manuscrit.

V. note [9], lettre 180, pour Guy Joly, syndic (ici quæstor, trésorier) des rentes de l’Hôtel de Ville (v. note [8], lettre 39), auxquelles la Faculté souscrivait comme un très grand nombre de Parisiens. Si Guy Patin ne s’est pas trompé en écrivant 1630 pour l’année dont on versait les quartiers (dividendes trimestriels) en 1651‑1652, le délai est extravagant et donne une belle idée de la disette qui obérait depuis longtemps les finances royales.

Avec un intérêt qui devait alors se situer autour du denier 18 (5,5 pour cent), on peut estimer le capital que la Faculté avait placé sur les rentes à environ 1 500 ℔ (en se basant sur un revenu semestriel de 41 ℔ et 5 sols).

Dans les Comment. F.M.P. (au tout début du tome xiv), ont été transcrits ces deux formulaires pour la perception trimestrielle des rentes dues à la Faculté :

  • Formula accepti lationum annui reditus centum libellarum Facultati debitarum, et quæstore urbis accipiendarum ex subsidiis et Vectigali pecunia [Formulaire pour l’encaissement d’un revenu annuel de cent livres dû à la Faculté, et que le trésorier de la Ville doit prélever sur les aides et le produit de la taille]

    « Noble homme N…, docteur régent en la Faculté de médecine en l’Université de Paris, et doyen d’icelle, confesse {a} avoir eu et reçu de Noble homme Mr N…, conseiller du roi et payeur des rentes assignées sur les aides de Paris la somme de 25 ℔ tournois pour un quartier échu le dernier de                                     mil six cent XX, à cause de cent livres de rente qui, dès le 13e octobre 1536, ont été constituées par Messieurs les prévôt des marchands et échevins de la ville de Paris à ladite Faculté de médecine, à prendre sur les aides, dont il quitte et promet, etc. » ;

  • Formula altera ut ab eodem accipiantur decem libellæ [Autre formulaire pour que le même reçoive dix livres]

    « Noble homme N… confesse {a} avoir reçu de                                           la somme de cinquante sols {b} pour un quartier échu le dernier jour de                                                    , à cause de dix livres de rente qui, dès le neuvième décembre 1568, ont été, <etc.>, dont il quitte et promet, etc. »


    1. Reconnaît.

    2. Cinquante sols représentent le quart de 10 livres (200 sols).

Dans les Comptes de la Faculté en 1650‑1651, Patin avait ouvert cette ligne de compte, mais sans la compléter (v. leur note [1]), laissant supposer que les rentes n’avaient rien rapporté cette année-là.

2.

V. note [58] des Décrets et assemblées de la Faculté en 1651‑1652, pour Pierre Masuer, avocat locataire de la Faculté, mais mauvais payeur.

3.

Comme dans les Comptes de 1650‑1651 (v. leur note [3]), un régent anonyme a inscrit au bas de chaque page le total (traduit en italique bleu) des sommes qu’elle contient.

La même plume a établi les totaux des recettes et des dépenses, puis le bilan final des comptes, et écrit son visa [vu] en regard des recettes dont la quittance lui avait été présentée. Ma vérification de ces calculs les a toujours trouvés exacts, à l’exception du total final des dépenses (v. infra note [27]).

4.

Les salles basses de la Faculté étaient pourvues d’un cabaret (débit de vin) pour désaltérer étudiants, bacheliers, licenciés et docteurs qui fréquentaient les lieux.

Le tenancier de cette buvette (œnopola, mot latin tiré du grec oïnopôlis, marchand de vin) payait chaque année à la Faculté, à la fin de chaque trimestre, quatre quartiers de 55 livres de loyer : Pâques (janvier-mars, hiver), Saint-Jean (avril-juin, printemps), Saint-Rémy (juillet-septembre, été) et Noël (octobre-décembre, automne).

Au moment des échéances de 1651-1652, le dénommé Pierre Bouvenier avait réglé les deux premiers quartiers de l’année académique (juillet-décembre 1651), mais non le suivant (janvier-mars 1652), en prétextant les troubles de la Fronde qui avaient dû nuire à ses recettes. La Faculté l’avait donc congédié au cours du trimestre suivant (avril-juillet 1652), et remplacé en juillet par un dénommé Commandeur. Elle poursuivait Bouvenier en justice pour son quartier impayé de janvier à mars 1652, en faisant son deuil du suivant (avril à juin).

5.

Guy Patin a laissé le cinquième nom en blanc. Chaque nouveau maître versait à la Faculté de médecine un droit de 3 livres et 8 sols pour son enregistrement.

Certains barbiers devenaient plus tard chirurgiens de Saint-Côme. Sous réserve d’homonymies, trois noms figurant dans la Liste funèbre des chirurgiens de Paris peuvent correspondre à ceux que Patin citait ici.

  • François Herard (Erard dans le manuscrit), « né à Paris, mourut jeune le 26 juin de l’année 1671 » (pages 109‑110) ; il était fils de François Herard, père, né à Paris, « homme recommandable par l’intégrité de ses mœurs et par sa piété, autant que par son habileté dans son art. On fit son portrait par ordre du roi pour le mettre au nombre des illustres artisans qui avaient vécu sous son règne, dont S.M. [Sa Majesté] voulait avoir les estampes. Il mourut fort âgé le 14 décembre 1683 » (pages 130‑131).

  • Chrétien Le Breton, natif de Poissy, « avait été chirurgien domestique de M. le marquis de L’Aubespine-Châteauneuf, garde des sceaux de France [v. note [13], lettre 10]. Il était homme lettré, et avait fait de savantes notes sur les aphorismes d’Hippocrate qui regardent la chirurgie, qui sont restées manuscrites entre les mains, vraisemblablement, de M. Chaumel, médecin du roi, qui a épousé sa fille. Il mourut le 5e de décembre de l’année 1659 » (pages 100‑101).

  • Jacques Gallois mourut le 22 juillet 1660, sans autre mention (page 101).

La Liste funèbre ne recense aucun Chenart ; celui-là dut se contenter d’être simple barbier chirurgien.

6.

V. notes [8] et [14] (Antoine de Sarte, 23 novembre 1651), et [15] (Charles Barralis, 14 décembre 1651), [16] (Daniel Arbinet, 11 janvier 1652), [17] (François Landrieu, 25 janvier 1652) et [18] (François Lopès, 8 février 1652) des Actes de 1651‑1652 pour les cinq secondes thèses quodlibétaires disputées durant la dernière année du décanat de Guy Patin.

Devenus licentiandes, ces cinq bacheliers de 1650 allaient être admis à la licence le 29 juillet 1652 (v. les Décrets et assemblées de 1651‑1652). Cet examen, et les deux sessions du baccalauréat de mars et octobre 1652 (v. infra note [10]) constituent les principales différences entre les Comptes de novembre 1650 à novembre 1651 (année dont le second millésime est impair, sans baccalauréats ni licences) et ceux de 1651‑1652 (second millésime pair, avec baccalauréats et licences).

7.

V. note [6] des Comptes de 1650‑1651, pour la signification probable de cette formule.

8.

V. notes [19] (Charles Barralis, 22 février), [20] (Daniel Arbinet, 7 mars) et [21] (François Lopès, 14 mars 1652) des Actes de 1651‑1652 pour les trois thèses cardinales disputées durant la seconde année du décanat de Guy Patin.

9.

Cinq actes de doctorat ont été disputés durant la seconde année du décanat de Guy Patin (v. les Actes de 1651‑1652).

  • Pour les trois derniers licenciés de 1650 :

    • celui de Germain Hureau (v. leur note [26]), disputé le 20 novembre 1651, figurait dans les Comptes du 26 janvier 1652 ;

    • ceux de Michel Langlois, le 30 décembre 1651 (v. leur note [27]), et d’Antoine (ou Jean-Antoine) Bourgaud, le 23 janvier 1652 (v. leur note [28]), y avaient été omis, mais sont enregistrés ici.

  • Les deux premiers licenciés de 1652, Charles Barralis, le 29 août 1652, et François Lopès, le 9 septembre suivant (v. leurs notes [29] et [30]), ne figurent pas dans la présente rubrique des recettes de la Faculté, mais le doyen a corrigé son oubli dans l’appendice qu’il y a adjoint (v. infra note [17]).

10.

V. les délibérations des 18 mars et 5 octobre 1652 dans les Décrets et assemblées de la Faculté en 1651‑1652 pour les deux sessions du baccalauréat de 1652 auxquelles avaient été respectivement admis les trois premiers et les quatre derniers de cette liste.

11.

Autrement appelé droit de promotion (jus promovendi), le droit de bourses (jus bursarum) était le montant des frais de diplôme et d’acte (v. note [60] des Décrets et assemblées de la Faculté en 1651‑1652) versés aux Facultés par les étudiants promus à un grade (ici les sept candidats admis au baccalauréat de médecine en 1652).

Les trois premiers montants ont été ajoutés par une autre plume que celle de Guy Patin. On remarque la gratuité concédée à Claude de Frades après âpres discussions (v. notes [29], [60] et [65] des mêmes Décrets et assemblées).

12.

Guy Patin a incontestablement écrit loco sacchari [en lieu de sucre], mais je ne suis pas parvenu à comprendre le sens de cette curieuse expression, en relation avec les bacheliers de la Faculté.

13.

V. notes [16], [17] et [18] des Actes de 1651‑1652 pour les premières présidences d’une thèse quodlibétaire par Germain Hureau (11 janvier), Michel Langlois (25 janvier) et Jean-Antoine Bourgaud (8 février 1652).

V. note [10] des Comptes de 1650‑1651 pour ma spéculation sur la nature de ces reliquats.

14.

V. note [67] des Décrets et assemblées de 1650‑1651 pour l’examen de botanique auquel se sont soumis les quatre nouveaux bacheliers le 29 octobre 1652 ; l’argent qui en restait pouvait représenter la part des droits d’inscription que les frais de l’épreuve n’avaient pas consommée.

15.

Cette entrée confirme la tradition voulant que le premier classé de la licence soit fils de docteur régent et fasse un substantiel don à la Faculté en reconnaissance de son prestigieux succès.

Avec ses 400 livres, Charles Barralis, fils de Barthélemy (v. note [35], lettre 6), faisait mieux encore que Pierre Perreau, fils de Jacques, qui n’en avait donné que 300 en 1651, pour le premier lieu (v. note [8], lettre 3) qu’il avait obtenu en 1650 (v. note [9] des Comptes de 1650‑1651).

16.

V. le point 2 de la délibération du 27 janvier 1652 dans les Actes de la Faculté en 1651‑1652 pour les cinq électeurs (trois du grand banc et deux du petit banc, v. note [20], lettre 17) qui avaient désigné six de leurs collègues jugés aptes à être examinateurs du baccalauréat (trois de chaque banc), laissant au sort le soin de choisir les quatre qui allaient assurer cette charge : deux anciens (Nicolas Matthieu et Jean Piètre) et deux jeunes (François le Vignon et Nicolas Richard), qui procédèrent, sous l’autorité du doyen, au double examen (cursus universitaire et bonnes mœurs, puis connaissances) de chacune des deux sessions du baccalauréat ou jubilé (en mars et octobre 1652).

Les Commentaires de Guy Patin nous apprennent ici que les candidats (au nombre de sept, trois pour la première session et quatre pour la seconde, v. supra note [10]) étaient tenus de remercier la Faculté en conviant à un repas les examinateurs et leurs électeurs, ainsi que les membres les plus éminents de la Compagnie : le doyen (Patin), le censeur (Paul Courtois), l’ancien (doyen d’âge, Jean ii Riolan), les quatre professeurs en exercice (physiologie, pathologie, botanique, chirurgie), les précédents doyens encore en vie et « les anciens de l’École » (seniores Scholæ dont on peine à pense qu’il s’agissait du grand banc tout entier, soit la première moitié du tableau de la Compagnie).

Ici encore, la Faculté gardait pour elle le reliquat rondelet subsistant de la contribution forfaitaire que les sept nouveaux bacheliers avaient avancée (dont je ne connais pas le montant exact).

17.

V. supra note [9], pour l’omission que corrigeait ici Guy Patin.

18.

Cette somme correspondait exactement au déficit apparu dans le bilan final des Comptes de 1650‑1651 (v. leur note [30]) : le doyen en avançait symboliquement le montant sur ses fonds personnels, qui lui était remboursé l’année suivante ; cette somme alimentait chaque année la dette de la Faculté (v. note [17] des Décrets et assemblées de 1651‑1652).

19.

Cent treize docteurs régents étaient éligibles pour recevoir cette gratification annuelle (v. note [31] des Comptes rendus le 26 janvier 1652). En y ajoutant les parts simples dues aux deux bedeaux et les parts supplémentaires dues aux deux doyens (le doyen en exercice et le doyen d’âge ou ancien), on aboutit à un total de 117 versements de 3 livres et 8 sols (68 sols), totalisant 397 livres et 16 sols (7 956 sols).

La somme ici écrite par Guy Patin (394 livres et 8 sols) ne correspond qu’à 116 parts. Cette différence dans le calcul des bénéficiaires vient de Pierre Bourdelot, alors parti en Suède pour servir la reine Christine (v. note [12] des Actes de la Faculté en 1651‑1652).

20.

Des 115 livres versées et en comptant les deux parts des bedeaux, on peut déduire que, en sus des « doyens » (c’est-à-dire le doyen en exercice et le censeur, v. supra note [19]), 109 des 114 docteurs régents qui étaient alors en vie avaient assisté à la messe célébrée le lendemain de la Saint-Luc 1652 (comme leur serment les y obligeait, v. note [13], lettre 22). Deux des cinq absents étaient Jean Chartier (exclu de la Faculté le 28 août 1651, v. note [43] des Décrets et assemblées de 1650‑1651) et Pierre Bourdelot (parti en Suède au début de novembre 1651 pour y servir la reine Christine, v. note [4], lettre 270).

21.

Le rectorat de l’Université était passé des mains de Jean Courtin à celles de Claude de La Place le 26 mars 1652.

La vérification des dépenses engagées pour ces cinq processions (ici énumérées dans leur ordre chronologique) mène à conclure que, pour deux d’entre elles, Guy Patin n’a pas ici été aussi exact que dans ses comptes de 1650‑1651 (v. leur note [23]).

  1. Pour celle de Saint-Étienne-du-Mont (v. note [4], lettre 318), à une date inconnue, avec le recteur Jean Courtin, le montant déclaré (27 ℔, 7 s. et 6d., soit 547 s. et demi) correspond bien aux 32 parts de 17 s. (544 s.) annoncées, soit 28 pour les docteurs, 2 supplémentaires pour les doyens (le doyen élu et l’ancien) et 2 pour les bedeaux, mais avec une fort modeste aumône pour les pauvres (erogatio) de 3 s. et 6 d.

  2. Pour celle du Collège de Navarre (v. note [21], lettre 207), le 19 mars 1652 (v. l’extrait 2 dans la note [58] des Affaires de l’Université en 1650‑1651), le montant déclaré (20 ℔ et 2 s., soit 402 s.) ne correspond qu’à 22 parts de 17 s. (374 s.), avec une aumône de 28 s. (1 ℔ et 8 s.). Cela suppose une erreur de Patin sur le nombre des docteurs présents : au lieu de 22, il ne dut y en avoir que 18, en y ajoutant les 2 parts supplémentaires des doyens et les 2 parts des bedeaux.

  3. Pour celle de Sainte-Geneviève (v. note [5], lettre 290), le 11 juin 1652 (v. note [23] des Affaires de l’Université en 1651‑1652), avec le nouveau recteur, Claude La Place, le montant déclaré (26 ℔, 7 s. et 6d., soit 527 s. et demi) ne correspond qu’à 30 parts de 17 s. (510 s.), avec une aumône de 17 sols. Cela suppose une erreur de Patin sur le nombre des docteurs présents : au lieu de 30, il ne dut y en avoir que 26, en y ajoutant les 2 parts supplémentaires des doyens et les 2 parts des bedeaux.

  4. Pour celle de Saint-Jean-en-Grève (v. note [10], lettre 293), à une date inconnue, le montant déclaré (40 ℔) a couvert les 36 parts d’une ℔ (20 s.) dues aux 32 docteurs, aux bedeaux (2 parts) et aux doyens (2 parts supplémentaires), avec une généreuse aumône de 4 ℔.

  5. Pour celle de Saint-Jacques-de-la-Boucherie (v. note [26], lettre 523), à une date inconnue, le montant déclaré (30 ℔ et 10 s.) a couvert les 27 parts d’une ℔ (20 s.) dues aux 23 docteurs, aux bedeaux (2 parts) et aux doyens (2 parts supplémentaires), avec une aumône de 3 ℔ et 10 s.

22.

V. note [4] des Affaires de l’Université en 1651‑1652 pour la part que prit l’Université dans le procès devant le Parlement qui empêcha les jésuites de mettre la main sur le collège de Saint-Quentin.

23.

V. notes [6], lettre 289, pour Pierre i Le Conte (mort le 13 mai 1652), dit l’Ancien pour le distinguer de son fils Pierre ii, lui aussi docteur régent de la Faculté de médecine de Paris, et [20] des Comptes du 26 janvier 1652 pour l’annuité complète de 150 livres que la Faculté lui avait versée l’année précédente en vue de soulager sa misère.

24.

Nicolas Chevalier avait été reçu conseiller au Parlement en 1602, il mourut doyen de la Grand’Chambre en 1658 (Popoff no 936, qui ne recense pas de conseiller nommé Baron et actif à la Gand’Chambre du Parlement de Paris en 1652).

25.

Connu des numismates, Jean Verdeloche était tailleur à la Monnaie royale de Paris.

Un carré (quarré dans l’orthographe de l’époque) était « chez les monnayeurs la boîte d’acier qu’on met sous le balancier [presse à vis], dans laquelle est gravée en creux la figure qu’on veut faire venir en relief sur le métal qu’on presse dessus » ; aussi appelé coin, « morceau de fer trempé et gravé qui sert à marquer, à frapper les monnaies, les médailles, les jetons » (Furetière). Ces instruments servaient à frapper les jetons ou méreaux de la Faculté (v. notule {a}, note [16] des Comptes du 26 janvier 1652).

26.

Le Procès opposant Jean Chartier à Guy Patin en juillet 1653 contient le Factum de Chartier contre la Faculté de médecine et la transcription d’un Mémoire manuscrit de Guy Patin, qui pourrait être le factum adverse, mais dont je n’ai pas trouvé la version imprimée.

27.

Mon total des dépenses aboutit à 3 097 ℔, 19 s. et 7 d., soit 9 s. et 11 d. de moins que ce que le vérificateur a calculé (3 098 ℔, 9 s. et 6 d.) ; ce qui réduit le déficit de l’année de 379 ℔ et 6 d. à 378 ℔ et 7 d.

28.

V. note [30] des Comptes du 26 janvier 1652 pour la manière dont la Faculté gérait son déficit et sa dette. Grâce aux baccalauréats et aux licences, le déficit de 1651‑1652 (378 ℔ et 7 d. selon mon calcul) était nettement moindre que celui de 1650‑1651 (1 145 ℔, 13 s. et 7 d.).

Tous les membres de la Compagnie qui étaient en vie le jour de la reddition des comptes (5 février 1653) pouvaient bénéficier de la gratification annuelle de 3 livres et 8 sols, soit un total de 111 docteurs régents :

  • les 107 (108 inscrits moins un mort, Nicolas Hénault, le 22 janvier 1653) du tableau du 21 novembre 1652 (pages 14‑17, tome xiv des Comment. F.M.P.) ;

  • les 3 jeunes dont la première présidence d’une thèse quodlibétaire avait été ultérieurement validée (François Lopès l’avait présidée le 19 décembre 1652, et Daniel Arbinet, le 16 janvier 1653 ; Antoine de Sarte allait la présider le 20 février 1653) ;

  • Jean Chartier, le banni du 28 août 1651 (v. supra note [20]) qui avait alors été réintégré, mais qui n’a réapparu que sur le tableau du 20 novembre 1653.

Je n’ai pas transcrit le bas de cette page et les deux suivantes (fos 559 vo et 560 ro), mais les liens IMG donnent accès à leurs images manuscrites. Pour accuser réception de leur écot, presque tous ont apposé ou délégué leurs signatures entre le jour des comptes et le 7 décembre 1654 (remise de la somme à un dénommé Gaultier pour le compte de François des François).

  • J’ai dénombré et identifié les paraphes autographes de 90 des 111 docteurs éligibles pour recevoir la prime.

  • La signature du doyen ou d’un collègue atteste que 10 ont reçu l’argent par leur entremise ; c’étaient, par ordre d’ancienneté décroissante :

    1. Charles Bouvard (remis à Claude Garbe le 8 septembre 1653),
    2. Jean Merlet (remis à son fils Roland),
    3. Barthélemy Barralis (remis à son fils Charles),
    4. François Des François (par l’intermédiaire d’un dénommé Gaultier le 7 décembre 1654),
    5. Urbain Bodineau (par l’intermédiaire de Claude Garbe le 8 septembre 1653),
    6. Claude Seguin (par l’intermédiaire de Martin iv Akakia),
    7. Pierre Hommetz (par l’intermédiaire du doyen Paul Courtois),
    8. Charles Dupré (par l’intermédiaire de Bertin Dieuxivoye, après la mort de Dupré, mort en août 1654),
    9. Charles Le Breton (par l’intermédiaire de Claude Trady),
    10. Isaac Renaudot (par l’intermédiaire de son frère Eusèbe).

  • Les 11 signatures absentes et non déléguées étaient celles des docteurs suivants (par ordre d’ancienneté décroissante) :

    1. Claude Liénard,
    2. François Mandat,
    3. Jean Vacherot,
    4. Pierre Le Conte,
    5. Claude Germain,
    6. Denis Joncquet,
    7. Pierre Bourdelot (parti en Suède, v. supra note [20]),
    8. Étienne Le Gagneur,
    9. Pierre Moriau,
    10. Simon Boulot,
    11. Étienne Bachot.

a.

Commentaires de la Faculté de médecine de Paris
BIU Santé, tome xiii, fo 550 ro.

Ratio accepti tam ordinarij quàm
extraordinarij, in secundo Decanatu
Magistri Guidonis Patin, Bellovaci,
à die Sabbathi, 4. Novembris, 1651.
ad diem 2. Novembris, anni 1652.

Reddita in Scholis superioribus Medicorum
Parisiensium, die Iovis, sexta Februarij,
anno Christi 1653.


Caput primum accepti ex annuis
reditibus Saluberrimæ Facultatis.

    Accepi à D<omi>no Ioli, quæstore Urbis, pour le
quartier de Ianvier, 1630. et pour le premier
demiquartier d’Avril dudit an 1630. quarante
et une livres cincq sol.
41 ℔. et v. asses.

    A Magistro Petro Mazuel super multis
quæ debet ex domus locatione annua, ducentas
quatuor libellas
204 ℔.

    Ab œnopola Petro Bouvenier, pour les
quartiers de St Remi et de Noel, la somme

Summa hujus paginæ est ii c xlv ℔ v s.

b.

Commentaires de la Faculté de médecine de Paris
BIU Santé, tome xiii, fo 550 vo.

de cent et dix livres
110 ℔.

    Il nous doit Pasques et la S<ain>t Iean,
qui sont deux quartiers du temps de la guerre,
sur quoi il y a procès.

    Ab alio œnopola dicto Commandeur,
pro quadrante anni finiente Remigialia,
quinginta quinque libellas.
55 ℔.

    Ab heredibus viri nobilis, Magistri
Gulielmi Lusson, olim Doctoris Medici Paris.
accepi summam viginti quinque libellarum
Turonensium.
25 ℔.

    A duobus nostris apparitoribus pro
conductis ædiculis,
Nihil.


Caput secundum accepti ordinarij
à Baccalaureis barbitonsoribus Chirurgis.

    Accepi à societate tonsorum Chirur-
gicorum, qui debent saluberrimæ Facultati
singulis annis quinque libellasTuronenses,
solvendas die crastino festi S<anc>ti Lucæ,
v ℔.

Summa hujus paginæ est Ciiii xx xv ℔
centum octononaginta quindecim ℔
.

c.

Commentaires de la Faculté de médecine de Paris
BIU Santé, tome xiii, fo 551 ro.

    A quinque tonsoribus Chirurgis nempe Erard juniore,
le Breton, Chenart, Gallois et            qui antehac
adepti sunt magisterium, accepi sexdecim libellas
16 ℔.


Caput tertium accepti ordinairij à Baccalaureis,
in disputationibus Quodlibetarijs, pro
stipendijs Lectorum et Registro.

    A Magistro Anthonio de Sartes accepi quatuor libellas
cum duodecim assibus,
iiij ℔. xij. asses.

    A Mag. Carolo Baralis, tantumdem,
iiij ℔. xij s.

    A Mag. Daniele Arbinet,
iiij ℔. xij s.

    A Mag. Francisco Landrieu,
iiij ℔. xij s.

    A Mag. Francisco Lopes,
iiij ℔. xij s.


Caput quartum accepti ordinarij ab ijsdem
pro horto.

    A Magistro Anthonio de Sartes accepi tres libellas et
quatuor asses,
iij ℔. cum iiij. assibus.

    A Mag. Carolo Baralis, tantumdem.
iij ℔. iiij. ass.

    A Mag. Daniele Arbinet,
iij ℔. iiij. ass.

    A Mag. Francisco Landrieu,
iij ℔. iiij. ass.

    A Mag. Francisco Lopes,
iij ℔. iiij. ass.

Summa hujus paginæ est de cinquante cinq livres.

d.

Commentaires de la Faculté de médecine de Paris
BIU Santé, tome xiii, fo 551 vo.

Caput quintum accepti ordinarij
ab ijsdem pro Anatomia et
schedulis non registratis.

    A Magistro Anthonio de Sartes accepi
sexdecim libellas Turonenses
xvj ℔.

    A Mag. Carolo Baralis accepi
tantumdem.
xvj ℔.

    A Mag. Dan. Arbinet,
xvj ℔.

    A Mag. Francisco Landrieu,
xvj ℔.

    A Mag. Francisco Lopes,
xvj ℔.


Caput sextum accepti ordinarij
ab ijsdem in Cardinalitijs dipu-
tationibus pro horto et registro.

    A Magistro Carolo Baralis accepi
decem libellas Turonenses,
x ℔.

    A Mag Daniele Arbinet,
x ℔.

    A Mag Ant ; de Sartes,
x ℔.


Caput septimum accepti à
Licentiatis, in actu Doctoratus,
pro sacello et negotijs Facultatis.

Summa hujus paginæ est de cent dix ℔.

e.

Commentaires de la Faculté de médecine de Paris
BIU Santé, tome xiii, fo 552 ro.

    A Magistro Michaele Langlois, centum et octoginta
libellas
180 ℔.

    A Magistro Anthonio Bourgaud, accepi
tantumdem.
180 ℔.


Caput octavum accepti ordinarij à Candidatis
examinandis pro Anatomia et schedulis
non registratis.

    Accepi à Magistro Claudio de Frades, Parisino,
sexdecim libellas Turonenses,
16 ℔.

    A Mag. Michaele de Henot.
16 ℔.

    A Mag. Romano Parigaut.
16 ℔.

    A Mag. Nicolao le Lettier.
16 ℔.

    A Mag. Claudio Cartier.
16 ℔.

    A Mag. Alano Lami.
16 ℔.

    A Mag. Ioanne Brier.
16 ℔.


Caput nonum accepti ordinarij ab ijsdem
ad Baccalaureatum admissis pro jure
Bursarum.

    Accepi à Mag. Claudio de Frades.
gratis

    A Mag. Mich. de Henot.
16 ℔.

    A Mag. Romano Parigaut.
16 ℔.

Summa hujus paginæ est de quatre cinq cent soixante douze ℔ quatre livres.

f.

Commentaires de la Faculté de médecine de Paris
BIU Santé, tome xiii, fo 552 vo.

    A Mag. Nicolao le Lettier, sexdecim
libellas Turonenses.
16 ℔.

    A Mag. Claudio Cartier,
16 ℔.

    A Mag. Alano Lami,
16 ℔.

    A Mag. Ioanne Brier,
16 ℔.


Caput decimum accepti ordinarij
ab ijsdem pro Sacello et Scholæ
ornamentis, loco sacchari.

    Accepi à Mag. Claudio de Frades.
gratis

    A Mag. Mich. de Henot.
16 ℔.

    A Mag. Romano Parigaut.
16 ℔.

    A Mag. Nicolao le Lettier.
16 ℔.

    A Mag. Claudio Cartier.
16 ℔.

    A Mag. Alano Lami.
16 ℔.

    A Mag. Ioanne Brier.
16 ℔.


Caput undecimum accepti ordinarij
à Baccalaureis Licentiandis
pro jure Bursarum.

    Accepi à Mag. Carolo Baralis,
triginta quinque libellas
35 ℔.

Summa hujus paginæ est de cent quatre vingt
quinze livres.

g.

Commentaires de la Faculté de médecine de Paris
BIU Santé, tome xiii, fo 553 ro.

    A Mag. Francisco Lopes,
35 ℔.

    A Mag. Daniele Arbinet,
35 ℔.

    A Mag. Anth. de Sartes,
35 ℔.

    A Mag. Francisco Landrieu,
35 ℔.


Caput duodecimum accepti ordinarij ab ijsdem
pro mulctis irrogatis.

    Accepi à Mag. Carolo Baralis duodecim libellas
Turonenses.
12 ℔.

    A Mag. Francisco Lopes,
12 ℔.

    A Mag. Daniele Arbinet,
12 ℔.

    A Mag. Anth. de Sartes,
12 ℔.

    A Mag. Francisco Landrieu,
12 ℔.


Caput decimum-tertium accepti ordinarij ab
ijsdem pro Sacello et jure Præsentationis.

    Accepi à Mag. Carolo Baralis, sex libellas
Turonenses.
6 ℔.

    A Mag. Francisco Lopes,
6 ℔.

    A Mag. Daniele Arbinet,
6 ℔.

    A Mag. Anth. de Sartes,
6 ℔.

    A Mag. Francisco Landrieu,
6 ℔.

Summa hujus paginæ est de deux cens trente livres.

h.

Commentaires de la Faculté de médecine de Paris
BIU Santé, tome xiii, fo 553 vo.

Caput decimum-quartum
accepti extraordinarij.

    De residua pecunia trium primarum
Quodlibetariarum quæstionum, nempe
Magg. Germani Hureau, Michaelis
Langlois, et Ioannis Anthonij Bourgaud
habeo sexaginta et quatuor liberllas
Turonenses.
64 ℔.

    Ex residua pecunia Examinis
Botanici, habeo sexaginta et unam
libellas Turonenses, cum quatuor
assibus
61 ℔. 4. asses.

    Accepi à Magistro Carolo Barralis,
qui principem locum obtinuit
inter Collegas suos, anno 1652.
quatringentas libellas Turonen-
ses,
400 ℔.

    Ex pecunia quam accepi die

Summa hujus paginæ est de cinq cens vingt cinq ℔
quatre sols.

i.

Commentaires de la Faculté de médecine de Paris
BIU Santé, tome xiii, fo 554 ro.

quinta Octobris, 1652. à quatuor novis Bacca-
laureis pro prandio Dominis Examinatoribus,
Electoribus quinque, Scholæ senioribus, Antiquiori
Scholæ magistro, Decano et Censori, veteribus
Decanis, Scholæ Professoribus exhiberi solito, habeo
residuas trecentas libellas.
300 ℔.


Appendix ad Caput septimum accepti à
duobus Licentiatis in actu Doctoratus,
pro sacello et negotijs Facultatis,
quod desinit pag. 552. a.

    A Magistro Carolo Baralis, centum et
octoginta libellas.
180 ℔.

    A Magistro Francisco Lopes, tantumdem,
180 ℔.


Summa huius paginæ est de six cens soixte ℔.

Summa totius accepti in omnibus paginis
contenti est de deux mil sept cens dix neuf
livres neuf sols.

j.

Commentaires de la Faculté de médecine de Paris
BIU Santé, tome xiii, fo 554 vo.

Ratio expensi tam ordinarii quàm
extraordinarij in secundo Decanatu
Magisri Guidonis Patin, Bellovaci,
à die 4. Novembris, anni 1651. ad
diem 2. ejusdem mensis anni 1652.


Caput primum Expensi ordinarij.

    Pro eo quod debebatur Decano de
rationibus redditis in priore anno sui deca-
natus, persolvi mille centum quadraginta
quinque libellas, cum tredecim assibus, et
septem denarijs.
xic 45℔. 13. asses,
cum 7. denarijs. Visa

    Pro honorario ei à Facultate
concesso, ducentas libellas Turonenses,
200 ℔. Visa

    Pro auditione rationum persolvi uni-
cuique Doctori tres libellas cum octo
assibus : duobus bidellis tantumdem :
Decanis duplum : unde exsurgit summa
trecentarum nonaginta quatuor libellarum
cum octo assibus
394 ℔. et 8. asses ; Visa

Summa huius paginæ est de dix sept cens
quarante ℔ i s vii d.

k.

Commentaires de la Faculté de médecine de Paris
BIU Santé, tome xiii, fo 555 ro.

Caput secundum Expensi ordinarij.

    Persolvi Mag. Francisco Blondel, Professori
Botanico, pro honorario, nonaginta libellas
Turonenses
90℔. Visa

    Magistro Gilberto Puylon, Professori Pathologico
persolvi pro honorario,
90℔. Visa

    Magistro Claudio Peraut, Professori Physiologico
persolvi pro honorario,
90℔. Visa

    Magistro Iacobo Thevart, Professori Chirurgiæ
persolvi pro honorario,
90℔. Visa

    Ludovico de la Roche, majori Apparitori,
pro calculis, calamis, charta et ligno in auditione
rationum, quinque libellas cum octo assibus,
v ℔. 8. asses. Visa

    Adriano Bourgeois, cerario pro ceris in festo
Purificationis Beatæ Mariæ persolvi centum quinqua-
ginta et quinque libellas Turonenses,
155 ℔. Visa

    Eidem pro ceris altaris et funalibus albis
persolvi undecim libellas et 4. asses,
xi ℔. et 4. asses. Visa

    In festo Sancti Lucæ persolvi singulis Doctoribus
et bidellis viginti asses, Decanis duobus duplum,

Summa huius paginæ est de cinq cens trante et une
livre douze sols.

l.

Commentaires de la Faculté de médecine de Paris
BIU Santé, tome xiii, fo 555 vo.

unde exsurgit summa centum et decem quindecim
libellarum
115 ℔.

    Ludovico de la Roche pro charta
toto anno suppeditata, calamis et atra-
mento, persolvi quindecim libellas.
xv ℔. Visa


Caput tertium Expensi ordinarij
in Missis, Obitibus et Refusionibus.

    In Missa quæ quotannis celebratur ex
testamento Magistri Guilielmi Lusson, per-
solvi viginti quinque libellas Turonen-
ses :
25 ℔.

    Pro sacro celebrari solito die octavo
Aprilis, pro Magistro de Colonia,
octo libellas
8 ℔.

    Pro Missis et obitibus mensis Novembris
et Decembris, persolvi Sacerdotibus viginti et
septem libellas.
27 ℔. Visa

    Pro Missis et obitibus Ianuarij,
Februarij et Martij, anni 1652. tri-
ginta et unam libellas cum quindecim
assibus.
31 ℔. xv. asses. Visa

Summa huius pag. est de deux cens vingt
et une livre quinze sols.

m.

Commentaires de la Faculté de médecine de Paris
BIU Santé, tome xiii, fo 556 ro.

    Pro Missis et obitibus Aprilis, Maij, Iunij, etc.
viginti novem libellas cum decem assibus.
29 ℔. x. asses. Visa

    Pro Missis et obitibus Augusti, Septembris, Octobris,
etc. septemdecim libellas cum xv. assibus.
17 ℔. xv. asses. Visa

    Majori Apparitori Ludovico de la Roche, pro obitibus
ac Missis, pro linteis dealbatis alijsque rebus, viginti
et octo libellas cum 7. assibus.
28 ℔. 7. asses. Visa

    Magistro Ioanni Riolan, Antiquiori Magistro
pro refusionibus persolvi quatuor libellas.
4 ℔.

    Magistro Guidoni Patin, Decano,
4 ℔.

    Magistro Gilberto Puylon,
ij ℔.

    Magistro Claudio Perault,
ij ℔.

    Magistro Francisco Blondel,
ij ℔.

    Magistro Iacobo Thevart,
ij ℔.

    Magistro Paulo Courtois, Censori,
ij ℔.

    Magistro Martino Akakia, Pharmaciæ
professori,
ij ℔.

    Magistro Ioanni Bourgeois,alteri Phar-
maciæ Professori,
ij ℔.

Summa huius pag. est de quatre vingt dix sept
livres douze sols.

n.

Commentaires de la Faculté de médecine de Paris
BIU Santé, tome xiii, fo 556 vo.

Caput quartum Expensi ordinarij,
in supplicationibus Domini Rectoris.

    In supplicatione Domini Rectoris, quâ
processum est ad ædem S<anc>ti Stephani de Monte ;
persolvi 28. Doctoribus, et duobus bidellis, septem- decim asses, duobus Decanis duplum, unde
exsurgit summa, cum erogatione viginti septem
libellarum, septem assium, cum sex denarijs.
27 ℔. 7. asses, 6. den.

    In supplicatione Domini Rectoris, quâ
processum est ad ædem Navarricam, persolvi
22. Doctoribus, et duobus bidellis, 17. asses :
duobus Decanis duplum, unde cum
erogatione exsurgit summa
20 ℔. 2. ass.

    In supplicatione extraordinaria D<omi>ni
Rectoris, quâ processum est ad ædem Divæ
Genovesæ, pro pace à Deo obtinenda, per-
solvi 30. Doctoribus, et duobus bidellis, 17.
asses, duobus Decanis duplum, unde cum
erogatione exsurgit summa
26 ℔. 7. ass.
cum sex. denarijs.

Summa huius pag. est de soixte et treze livres
dix sept sols.

o.

Commentaires de la Faculté de médecine de Paris
BIU Santé, tome xiii, fo 557 ro.

    In supplicatione Domini Rectoris, quâ processum est
ad ædem Divo Ioanni ad ripam Sequanæ,
persolvi 32. Doctoribus, et duobus bidellis, viginti asses :
duobus Decanis duplum, unde cum erogatione exsurgit
summa
40 ℔.

    In supplicatione Domini Rectoris quâ processum
est ad ædem Divo Iacobo de macello sacram, per-
solvi 23. Doctoribus, et duobus bidellis, viginti asses :
duobus Decanis duplum, unde cum erogatione exsurgit
summa
30 ℔. et x. assium.


Caput quintum Expensi extraordinarij
in rebus et negotijs Academiæ.

    Persolvi Magistro Paulo Courtois, Scholarum
Censori, et Mag. Roberto Patin, pro comitatu
Rectoris, in festo Purificationis sacræDieparæ,
1 die Februarij, 1652. unicuique libellas quinque :
pro Decano duplum : unde
20 ℔.

    Magistro Roberto Patin, pro comitatu
Rectoris adeuntis Illustrissimum virum Dominum

Summa huius pag. est de quatre vingt dix livres
dix sols.

p.

Commentaires de la Faculté de médecine de Paris
BIU Santé, tome xiii, fo 557 vo.

Matthæum Molé, Principem Senatus, ut et
præstantissimos ac verè eximios, et supra
omnem laudem titulósque omnes positos Domi-
nos Triumviros regios, D.D. Audomarum
Talæum, Hieronymum Bignonium, Advocatos
regios, et D<omi>num Nicol. Fouquet, Procurato-
rem Catholicum, quibus commendaret jura
Academiæ Parisiensis pro Gymnasio San-
Quintiniano, adversus quosdam qui
illud occupare conabantur, tres libellos :
Decano duplum,
9 ℔.

    Pro comitatu D<omi>ni Rectoris, Emi-
nentissimum Cardinalem adeuntis, (Rade-
sum intelligo,) ut ei gratularetur de
adepto galero cardinalitio, eidem tres
libellas, Decano duplum,
9 ℔.

    Pro comitatu Rectoris, adeuntis
serenissimum Principem D<omi>num Gastonem,
Ducem Aurelianensem, Christianissimi
Regis patruum, ut eum solaretur de
morte unici filij Ducis Valesij, eidem
dedi tres libellas, Decano duplum
9 ℔.

Summa huius paginæ est de vingt sept ℔.

q.

Commentaires de la Faculté de médecine de Paris
BIU Santé, tome xiii, fo 558 ro.

    Eidem pro comitatu Rectoris, Regem Christianissimum
adeuntis, ut ei gratularetur de reddita pace civitati
Parisiensi, suóque felice in Urbem regressu, dedi tres
libellas Turonenses, Decano duplum,
9 ℔.


Caput sextum Expensi tam ordinarij quàm
extraordinarij in rebus Scholæ necessarijs.

    Pavitori pro cavitate quadam replenda, et
reparatione areæ nostræ tribus in locis,
3 ℔. Visa

    Magistro            Bolé expurgandorum vicorum
præfecto persolvi in duabus vicibus novem libellas cum
duodecim assibus.
9 ℔. 12. asses. Visa

    Magistro Petro le Conte, Seniori, Collegæ
nostro, pro novem mensibus vitæ suæ ultimis, id est
à Novembri ad Iulium quem acceperat, quamvis
Majo tantùm mense obierit, centum et decem
libellas.
110 ℔. Visa

    Magistro Simoni Pietre, antehac Patrono
Facultatis hodie Parœo S<anc> ti Germani veteris,

Summa huius paginæ est de cent trente une ℔ douze sols.

r.

Commentaires de la Faculté de médecine de Paris
BIU Santé, tome xiii, fo 558 vo.

pro ijs quæ gessit in Senatu adversus Mag.
Ioannem Chartier
34 ℔.

    Amanuensi Patroni nostri, Magistri
Simon Pietre, tum Amanuensibus DD.
Chevalier et Baron, Senatorum magni
Ordinis, ut et Apparitori dicto Vieillard,
duoceim libellas,
12 ℔.

    Decano, ut in more positum reperi, et
à singulis antehac Decanis usurpatum est,
pro multis laboribus hactenus susceptis in
gerendis et administrandis rebus ac negotijs
Facultatis, in Comitijs Academiæ, ut et in
varijs conventibus apud barbitonsores
Chirurgos, persolvi sexaginta libellas :
unde
60 ℔.

    Magistro Ioanni Verdeloche, pro
typo signatorio calculorum Facultatis
renovato, (quem illi vocant le Coin ou le
Quarré de la Faculté) in prioris perfracti
et inutilis locum, persolvi triginta sex
libellas.
36 ℔.

Summa huius paginæ est de cent quarante
deux livres.

s.

Commentaires de la Faculté de médecine de Paris
BIU Santé, tome xiii, fo 559 ro.

    Nicolao Boisset, Typographo, pro multis
schedulis Comitiorum, Processionum Domini Rectoris,
pro libello typis mandato causæ nostræ Interprete,
vulgò Facton, adversus Magistrum Ioannem Chartier,
etc. quadraginta duas libellas.
42 ℔.

    Summa paginæ huius est de quarante deux ℔.

Summa totius expensi in omnibus paginis
contenti est de trois mil quatre vingt dix
huit livres neuf sols six deniers.
Itaque summa expensi qui est
Summa totius acepti est de deux mil sept
cens dix neuf livres neuf sols, summa
autem expensi de trois mil quatre vingt
dix huit livres neuf sols six deniers
Itaque summa expensi superat summam
accepti de trois cens soixante et dix neuf
livres six deniers.


Censuit facultas unicuique Doctori viritim numerandum
nummum novum argenteum trium libellarum et decem assium,
Viro clarissimo Dno Patin Doctori Medico qui nuper decanatu
decessit solvendam esse ducentas libellas turonenses
pro honorario, rationesque ejus in præsentia eorum accurate
subductas ratas esse habendas et ita conclusit
Decanus die
6a februarij anni 1653.
P Courtois


Commentaires de la Faculté de médecine de Paris
BIU Santé, tome xiii, fos 559 vo et 560 ro.


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Commentaires de la Faculté rédigés par le doyen Guy Patin (1650-1652) : 3d. Novembre 1651-novembre 1652, Comptes de la Faculté de médecine le 6 février 1653.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8189
(Consulté le 02.10.2020)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.