À Charles Spon, le 19 juin 1643

Note [31]

La Meilleraye se fit prier. Cette invitation lui paraissait redoutable et il craignait qu’on ne voulût l’attirer à la cour pour l’arrêter ; il avait été témoin de tant de précédents sous Richelieu. Le cardinal Mazarin le fit rassurer. On voulait non lui enlever le gouvernement de Bretagne, que Mme de Chevreuse, au nom du parti des Importants (v. note [15], lettre 93), réclamait pour l’ambitieuse Maison de Vendôme, mais en faire passer le gouvernement nominal à la reine, en laissant au maréchal toute l’autorité avec le titre de lieutenant de roi (Triaire).


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Guy Patin à Charles Spon, le 19 juin 1643, note 31.
Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0086&cln=31
(Consulté le 02.02.2023)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.