À Charles Spon, le 14 juillet 1643

Note [13]

Scævolæ Sammarthani lucubrationum pars altera, qua continentur Gallorum doctrina illustrium, qui nostra patrumque memoria floruerunt, Elogia.

[Seconde partie des veilles studieuses de Scévole i de Sainte-Marthe, {a} qui contient les éloges des Français qui se sont illustrés par leur savoir, et ont fleuri en notre temps et en celui de nos pères]. {b}


  1. V. note [9], lettre 48.

  2. Poitiers, veuve de Jean Blancet, 1606, in‑8o de 251 pages.

    Traduit en français : Éloges des hommes illustres, qui depuis un siècle ont fleuri en France dans la profession des Lettres. Composés en latin par Scévole de Sainte-Marthe et mis en français par G. Colletet (Paris, Antoine de Sommaville, Augustin Courbé et François Langlois, 1644, in‑4o de 601 pages ; v. note [5], lettre latine 12, pour Guillaume Colletet).


L’éloge de Gulielmus Pellicerius se trouve dans le livre i, aux pages 32‑34. Sainte-Marthe y rapporte comment François ier (qui régna de 1515 à 1547), désireux de faire rivaliser les talents des Français avec ceux des Italiens, députa Guillaume ii Pellicier à Venise. Il parvint à tant s’attirer l’admiration des savants italiens que le monarque le récompensa de l’évêché de Montpellier.

Plus loin, page 79, dans l’éloge de Guillaume Rondelet, on lit :

Ces deux extraits montrent combien les traducteurs se permettaient non seulement d’enjoliver, mais aussi d’édulcorer leur source.


Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 14 juillet 1643, note 13.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0088&cln=13

(Consulté le 19/06/2024)

Licence Creative Commons "Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron." est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.