À Charles Spon, le 10 août 1649

Note [19]

Johann Vesling (Veslingius ; Minden, Westphalie 1598-Padoue 30 août 1649) avait reçu sa première instruction générale puis médicale à Vienne en Autriche. Il était ensuite parti faire un long voyage dans le Levant en vue d’observer la nature par lui-même. Après un long séjour en Égypte, il avait terminé ses courses par Jérusalem où il fut reçu chevalier du Saint-Sépulcre. De retour en Europe, il avait débarqué à Venise pour y donner en 1628 des leçons particulières d’anatomie et de botanique avec grand succès, bien qu’il fût bègue et un peu sourd. La République de Venise lui avait accordé en 1632 la première chaire d’anatomie vacante à Padoue. On le chargea même encore des cours de chirurgie et bientôt de ceux de botanique ; mais fatigué de ce triple emploi, il avait renoncé en 1638 à la chaire de chirurgie pour se borner à celles d’anatomie et de botanique, ainsi qu’à la direction du jardin. Dès lors il se trouva dans son centre car l’étude des plantes était son goût dominant et pour le satisfaire, il entreprit de rendre le jardin de Padoue un des plus riches de l’Europe. À cet effet, il obtint la permission d’aller faire une collection de nouveaux végétaux dans l’île de Candie (la Crète) et quelques autres contrées du Levant. Il revint à Padoue épuisé de fatigues et mourut peu après (J. in Panckoucke).

Sprengel :

« Vesling, l’un des meilleurs naturalistes et anatomistes du temps, éleva aussi quelques doutes contre la doctrine de la circulation et les fit connaître dans une lettre qu’il écrivit en 1636 au grand Harvey. Loin d’approuver le ton de Primirose et de Parisanus, il affectait du mépris pour leurs libelles ; mais il trouvait une différence trop considérable entre le sang artériel et le sang veineux pour pouvoir admettre une transition immédiate. »

Dans son principal ouvrage médical, Syntagma anatomicum publicis dissectionibus, in auditorum usum, diligenter aptatum [Traité anatomique attentivement adapté aux dissections publiques, pour l’usage des auditeurs] (Padoue, Paolo Frambotti, 1641, in‑8o ; 2e édition en 1647, Internet Archive), Vesling avait adopté la circulation du sang et la défendait contre ses détracteurs.

La mort empêcha Vesling de publier une réponse à Jean ii Riolan qui avait inséré dans ses Opera anatomica vetera… (pages 805‑829) des Animadversiones in Syntagma anatomicum Ioannis Veslingi, professoris anatomici Patavini [Remarques sur le Syntagma anatomicum de Johann Vesling, professeur d’anatomie à Padoue].


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Guy Patin à Charles Spon, le 10 août 1649, note 19.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0192&cln=19
(Consulté le 14.10.2019)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.