À Charles Spon, le 3 décembre 1649

Note [53]

Robert Patin allait soutenir sa dernière thèse de bachelier, la seconde quodlibétaire, le 9 décembre 1649 sous la présidence de François Boujonier : Estne certa et optima luis veneræ per solam hydrogyrosim curatio ? [Une meilleure et certaine guérison de la maladie vénérienne (syphilis) n’est–elle pas procurée par le seul mercure ?], conclusion affirmative (v. note [1], lettre 157).


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Guy Patin à Charles Spon, le 3 décembre 1649, note 53.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0209&cln=53
(Consulté le 29.07.2021)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.