À Charles Spon, le 26 juillet 1650

Note [24]

« ou du moins chez les gens de bien. »

Les quatre premiers de ce classement étaient tous fils d’éminents médecins de la Faculté de Paris : la thèse de Pierre Perreau, fils de Jacques Perreau (doyen de 1646 à 1648), a été évoquée dans la lettre du 1er avril 1650 ; Michel ii de La Vigne était le fils du doyen qui exerça de 1642 à 1644 ; Robert Patin était le fils aîné de Guy (alors futur doyen) ; Jean ii de Bourges était le fils de Jean i (v. infra note [26]).

Germain Hureau n’était que le petit-fils de Georges Cornuti, doyen de 1608 à 1610. Les deux derniers du classement n’étaient pas aussi bien parrainés :


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Guy Patin à Charles Spon, le 26 juillet 1650, note 24.
Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0237&cln=24
(Consulté le 06.02.2023)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.