À Charles Spon, le 4 novembre 1650

Note [33]

De manière générale un hôtel-Dieu (maison de Dieu) était « le grand hôpital où on reçoit tous les malades dans la plupart des villes de France. Cet homme est menacé de mourir à l’hôtel-Dieu pour dire de mourir gueux et misérable ».

L’Hôtel-Dieu de Paris est réputé avoir été fondé en 651 par saint Landry, évêque de Paris. Il était bâti sur la rive sud de l’île de la Cité, entre le Petit-Pont et le Pont-au-Double (alors pont de l’Hôtel-Dieu, sur lequel l’hôpital était en partie construit), à quelques pas des Écoles de médecine (rue de la Hûchette). Institution religieuse charitable capable de recevoir plusieurs centaines de malades indigents, l’Hôtel-Dieu était placé sous l’autorité du Chapitre Notre-Dame et administré par un bureau des gouverneurs. Une quinzaine de chapelains et 120 religieuses augustines assuraient les soins quotidiens. Garçons chirurgiens et élèves sages-femmes y faisaient leurs premières armes sous la supervision d’un premier médecin placé à la tête d’un collège de six docteurs régents de la Faculté de Paris, d’un maître chirurgien et d’une maîtresse sage-femme titulaires. L’exercice hospitalier n’était pas alors une partie intégrante de l’apprentissage médical. La formation pratique des étudiants et bacheliers était considérée comme assez secondaire par rapport à leur formation dogmatique ; elle dépendait principalement des consultations gratuites dispensées par la Faculté chaque samedi matin (depuis 1639, v. note [5], lettre 32) ; certains privilégiés pouvaient aussi suivre de temps en temps un docteur régent de leur connaissance ou de leur parenté dans les visites qu’il faisait chez ses clients particuliers. Détruit au xixe s., l’Hôtel-Dieu a été reconstruit de 1868 à 1878 sur son emplacement actuel, de l’autre côté du Parvis Notre-Dame.


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Guy Patin à Charles Spon, le 4 novembre 1650, note 33.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0248&cln=33
(Consulté le 21.06.2021)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.