À Charles Spon, le 5 mars 1652

Note [31]

Paul Markward Schlegel (Marquardus Slegelius ; Hambourg 1605-ibid. 21 février 1653) avait reçu le bonnet de docteur en médecine de l’Université de Padoue en 1637. Désirant se perfectionner en médecine, il avait voyagé par toute l’Europe, avant d’obtenir en 1638 une chaire de médecine à l’Université d’Iéna où il enseigna avec beaucoup de réputation comme professeur de botanique et directeur du jardin des plantes. Il suivit quelque temps Guillaume iii, duc de Saxe-Weimar, qui l’avait nommé son premier médecin. Il était retourné en 1642 dans sa ville natale pour en être le premier physicien et médecin pensionnaire. (Z. in Panckoucke)

Contre Jean ii Riolan qui, aux dires de Guy Patin, avait été l’un de ses maîtres, Schlegel fut l’un des plus zélés défenseurs des théories de William Harvey sur la circulation du sang. L’ouvrage qu’il a consacré à ce sujet est intitulé :

De sanguinis motu Commentatio, in qua præcipue Riolani, V. C. sententiam inquiritur…

[Commentaire sur le mouvement du sang, où l’on examine particulièrement l’opinion du très brillant M. Riolan…] {a}


  1. Hambourg, Jacobus Rebenlinus, 1650, in‑4o de 133 pages et 15 chapitres. La critique principale de Schlegel est exposée dans le quatrième : Nova j. riolani opinio [Opinion nouvelle de j. Riolan (pages 15‑19).


Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 5 mars 1652, note 31.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0282&cln=31

(Consulté le 26/02/2024)

Licence Creative Commons "Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron." est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.