À Charles Spon, le 28 mai 1652

Note [33]

« Hélas nous mourons, enchaînés, nus, pillés, dépouillés ; c’est à la verge du légat que nous devons de souffir cela. »

Ces deux vers irrévérencieux coururent lors d’une révolte des étudiants parisiens en 1229, que la régente Blanche de Castille (veuve du roi de France Louis viii), assistée du cardinal de Saint-Ange (Romano Frangipani, légat du pape Honoré iii), mata très durement ; Heu morimur strati, vincti, mersi, spoliati [Hélas nous mourons, abattus, enchaînés, noyés, dépouillés] est la tournure originelle du premier vers.


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Guy Patin à Charles Spon, le 28 mai 1652, note 33.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0287&cln=33
(Consulté le 25.11.2020)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.