À Charles Spon, le 21 septembre 1655

Note [27]

Le 19 septembre, le roi avait quitté Paris pour Fontainebleau, où le duc de Mantoue (v. note [8], lettre 414) était venu prendre congé de lui le 23 (Levantal).

Montglat (Mémoires, page 311) :

« La princesse palatine, qui était tante du duc de Mantoue et qui souhaitait avec passion de l’attirer dans le parti de France, employa tout son crédit pour l’y obliger, en lui représentant les grandes obligations qu’il avait au feu roi Louis xiii, qui avait établi le duc de Nevers, son grand-père, duc de Mantoue, contre les efforts de la Maison d’Autriche qui l’en voulait priver. Elle le persuada si bien qu’elle l’engagea dans les intérêts de la France et l’obligea de venir à Paris, où il fut bien reçu de Leurs Majestés et régalé magnifiquement tant qu’il fut à la cour. Il fit un traité par lequel le roi s’obligeait de payer la garnison de Casal, et le duc de servir Sa Majesté envers tous et contre tous. Il était logé à Paris à l’hôtel de Longueville proche du Louvre et il prit congé du roi à Fontainebleau pour s’en retourner en Italie. »


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Guy Patin à Charles Spon, le 21 septembre 1655, note 27.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0415&cln=27
(Consulté le 02.04.2020)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.