À Charles Spon, le 30 novembre 1655

Note [40]

La grande querelle avait commencé au début de l’année. Roger du Plessis, marquis de Liancourt, duc de La Rocheguyon et pair de France (v. note [34], lettre 485), grand ami de Port-Royal, se confessait habituellement à un vicaire de Saint-Sulpice, Charles Picoté (v. supra note [28]). Le curé de cette paroisse, Jean-Jacques Olier (v. note [6], lettre 318), étant violemment hostile au jansénisme, le vicaire avait demandé au duc, le 1er février 1655, de rompre ses relations avec les gens de Port-Royal. Le duc avait fait la sourde oreille et s’était vu refuser l’absolution.

Dans sa Cabale des dévots (pages 180‑182), Raoul Allier a produit des arguments convaincants pour discerner l’influence occulte de la Compagnie du Saint-Sacrement (v. note [7], lettre 640) dans cette affaire : avec l’intention finale de supprimer le jansénisme, elle entendait exclure de ses rangs tous les amis de Port-Royal, dont le marquis de Liancourt était l’un des plus influents ; les dévots auraient donc pesé sur son confesseur, l’abbé Picoté, pour le convaincre d’accuser son pénitent d’hérésie et de lui refuser l’absolution.

« “ Ce M. Picoté, a dit Sainte-Beuve, était nécessaire comme point de départ ; sans lui, sans cette affaire de sacristie, point de Provinciales. ” À défaut de cette “ affaire de sacristie ”, il y en aurait eu une autre. Le conflit était inévitable ; il ne lui fallait qu’une occasion, et ces occasions se trouvent toujours ; les Picoté font les gestes qu’on désire. Celui de Saint-Sulpice a fait les siens parce qu’il y avait, depuis près de trente ans, une société secrète, et que, dans cette société, une fraction intriguait contre l’autre. Sans la Compagnie du Saint-Sacrement, point de Provinciales. »


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Guy Patin à Charles Spon, le 30 novembre 1655, note 40.
Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0428&cln=40
(Consulté le 27.09.2022)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.