À Charles Spon, le 3 mars 1656

Note [26]

V. note [4], lettre 322, pour la disgrâce du président de Maisons en 1653.

Sa seule fille, Magdelaine de Longueil (morte en 1712), épousait alors Antoine-Charles-Maximilien de Belleforière, marquis de Soyecourt (Saucourt suivant la manière dont on prononçait ce nom), chancelier des Ordres du roi, grand maître de sa garde-robe, qui devint grand veneur de France en 1660. Il était réputé pour être un « grand abatteur de bois » selon l’expression alors en usage (Popoff, no 115, et Adam), pour dire « celui qui vante ses prouesses ou qui se glorifie de faire beaucoup de choses au-dessus de ses forces » (Trévoux).


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Guy Patin à Charles Spon, le 3 mars 1656, note 26.
Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0435&cln=26
(Consulté le 14.08.2022)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.