À André Falconet, le 29 mars 1656

Note [6]

Felix qui potuit rerum cognoscere causas [Heureux qui a pu connaître les causes des choses] (Virgile, Géorgiques, chant ii, vers 490). En abrégé, Felix qui potuit est la devise que Guy Patin avait apposée sur son jeton décanal en 1652 (v. note [44], lettre 288) et mettait souvent sur ses ex-libris.

Dans mes recherches pour cette édition, j’ai croisé trois fois cette devise en exergue d’autres auteurs, v. notes :

Les deux premiers ont clairement mis en doute l’immortalité de l’âme, ce qui pourrait mener à penser que Patin partageait leur scepticisme ; je crois néanmoins qu’il ne faut y voir que son admiration pour les merveilles de la Nature dont l’explication est la vaine mais inlassable quête des naturalistes, comme il l’entendait ici.


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Guy Patin à André Falconet, le 29 mars 1656, note 6.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0438&cln=6
(Consulté le 20.06.2021)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.