À Charles Spon, le 17 juillet 1657

Note [20]

« Ces gens de Saint-Côme », avec jeu de mot sur cosmianus qui signifie parfumeur en latin (relatif à Cosmus qui était un parfumeur de renom à Rome), adjectif employé par Juvénal et Martial.

V. note [14], lettre 411, pour le contrat d’union signé entre les chirurgiens de Saint-Côme et les chirurgiens barbiers. Guy Patin exposait ici avec partialité et véhémence les principaux arguments médicaux du long procès (1657-1660) qui débutait alors entre sa Faculté et les chirurgiens de Paris. La suite de ses lettres s’en est fait l’écho.


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Guy Patin à Charles Spon, le 17 juillet 1657, note 20.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0487&cln=20
(Consulté le 16.06.2021)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.