À Charles Spon, le 28 décembre 1657

Note [9]

« celui qui a perdu les siens est, d’une certaine façon, lui-même mort » : Homo toties moritur, quoties amittit suos [L’homme meurt chaque fois qu’il perd un des siens] (Publilius Syrus, Sentences, vers 326).

Publius ou Publilius Syrus, esclave syrien affranchi et poète latin du ier s. av. J.‑C, a laissé des aphorismes qu’on a recueillis sous forme de 1106 vers (sans doute mêlés à ceux d’autres auteurs) sous le titre de Sentences (ou Mimes).


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Guy Patin à Charles Spon, le 28 décembre 1657, note 9.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0511&cln=9
(Consulté le 15.06.2021)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.